Le film dans le film est une variante de l'oeuvre dans l'oeuvre ou de la mise en abîme qui désigne la présence d'une œuvre dans une autre de même nature. Provenant du blason, ce motif se retrouve dans la peinture, la littérature et le théâtre. L'impromptu de Versailles, comédie en un acte et en prose où Molière se mettait lui-même en scène avec sa troupe au cours de la répétition d'une pièce devant être jouée devant le roi ou la pièce de théatre jouée dans Hamlet en sont sans doute les deux exemples théatraux les plus connus.

L'impromptu de Versailles pourait être le précurseur du concept de métafilm, celui qui prend pour objet le cinéma en représentant les agents de la production, procure une connaissance d'ordre documentaire ou vraisemblable et élabore un discours critique sur le cinéma. La pièce dans la pièce dans Hamlet est plutôt de l'ordre du dévoilement, elle dévoile la vérité de sa situation à qui la regarde.

A - La mise en abîme : pour quoi faire ?

En prenant appui sur l'excellent numero de CinemAction, Le cinéma au miroir du cinéma nous distinguerons, six grandes façons d'utiliser la mise en abîme :

1 - L' art poétique (AP) : le film doit avoir comme protagoniste le cinéaste du film dans le film et faire de celui-ci le représentant, l'alter-ego, du cinéaste du film filmant et avoir comme sujet affiché ou caché l'art poétique du cinéaste, concept qui recouvre aussi bien une métaphysique théorique (Je fais des films parce que je crois que...) qu'une empirique pratique (Je fais des films en recourant à tel ou tel mode opératoire).

Huit et demi (Federico Fellini, 1963), Tout est à vendre (Andrzej Wajda), Prenez garde à la sainte putain (Rainer Werner Fassbinder, 1970), La nuit américaine (François Truffaut, 1972), Alexandrie... pourquoi ? (Youssef Chahine, 1978), Stardust Memories (Woody Allen, 1978), Passion (Jean-Luc Godard, 1981), Sogni d'oro (Nanni Moretti, 1981), L'état des choses (Wim Wenders, 1981), La mémoire (Youssef Chahine, 1982), Identification d'une femme (Michelangelo Antonioni, 1982), Elle a passé tant d'heure sous les sunlights (Philippe Garrel, 1984), Intervista (Federico Fellini, 1987), Snake eyes (Abel Ferrara, 1993), Au travers des oliviers (Abbas Kiarostami, 1994), En présence d'un clown (Ingmar Bergman, 1997), Sauvage innocence (Philippe Garrel, 2001), Sex is comedy (Catherine Breillat, 2002).

On est ainsi parfois très proche de l'autobiographie filmée, genre évidemment plus large, car n'incluant pas obligatoirement un film dans le film.

 

2- La biographie filmée (BF) : Ed Wood, Moi Peter Sellers relèvent du Biopic appliqué au metteur en scène.

3 - Le meta-films (MF) : concept qui prend pour objet le cinéma en représentant les agents de la production, procure une connaissance d'ordre documentaire ou vraisemblable et élabore un discours critique sur le cinéma. Hollywood a su créer nombre de métafilms, offrant une réflexion en tant que monde social avec ses lois, ses règles, ses habitudes. A Hollywood, la primauté du producteur puis des acteurs conduit logiquement à dévaluer la figure du metteur en scène au profit d'une conception comme art collectif.

A l'inverse, difficile de voir une autobiographie dans Le Cameraman (Buster Keaton, 1924) Le mépris (Jean-Luc Godard, 1963), Quinze jours ailleurs (Vincente Minnelli, 1962) et Le demon des femmes (Robert Aldrich, 1968). Le Cameraman ne filme pas de la fiction mais des bandes d'actualité et c'est un singe (!) qui tourne la manivelle dans un film qui servira surtout au cameraman à retrouver l'amour de sa bien-aimée. Le sujet du Mépris n'est pas le cinéma de Fritz Lang. Godard s'y considère modestement comme l'assistant du réalisateur allemand auquel il rend hommage. Le film n'est pas plus centré sur le scénariste ou le producteur. Ce n'est que dans Passion (1981) que Godard réalisera son film art poétique. Dans Quinze jours ailleurs, le héros Jack Andrus est un acteur discrédité à la suite d'une dépression nerveuse et engagé au départ pour un travail de doublage va remplacer le cinéaste pendant la dernière semaine du tournage mais l'idée du remplacement est contraire à la conception auteuriste. Quant au cinéaste diégéitique, Maurice Kruger il est montré comme un has been, acariâtre, paranoïaque, incapable de réaliser une œuvre de qualité. Ces films, s'ils ne peuvent être considérés comme des films art-poétique sont, en revanche des métafilms de tout premier plan. Irma Vep bien met en scène deux cinéastes mais aucun d'eux n'est le représentant d'Olivier Assayas.

Les métafilms ont comme protagoniste :

4 - L'enjeu dramatique (ED) : Dans Tartuffe (Friedrich Wilhelm Murnau, 1926), le petit-fils du vieillard diffuse devant ce dernier un film qui lui fait prendre conscience de l'avidité de sa gouvernante. Dans Le Bonheur (Marcel L'Herbier, 1934), un spectateur, assassin manqué, prend conscience, en assistant au tournage du film qui raconte son histoire que, s'il raté son assassinat, c'est qu'il était amoureux de l'actrice.

Les citations de films sont d'abord employés par Almodovar soit comme hyperbole d'un instant privilégié (ce que ressent le personnage a déjà été ressenti de façon magnifiée par celui du film cité) soit comme métaphore dramatique (ce qui arrive aux personnages du film cité est arrivé, arrive ou va arriver à celui du film d'Almodovar).

Ainsi en est-il de l'héroïne de Attache moi qui voit son appartement profané par Ricki (affiche, juste avant, de L'invasion des profanateurs de sépulture) puis qui, avant qu'elle ne se décide à l'aimer verra à la télévision que sa vie était jusqu'à présent celle d'une morte vivante (générique de La nuit des morts vivants). La métaphore peut également avoir un effet prédictif. Ainsi dans Matador, lorsque Diego et Maria Cardenal entrent dans le cinéma pour voir le duel au soleil doublement mortel, ils pressentent leur fin. C'est en voyant un premier extrait du Rôdeur à la télévision que Ramon dans Kika comprend comment son beau-père a maquillé en suicide le meurtre de sa mère. C'est enfin, le titre du film All about Eve qui renforce chez Esteban, écrivain en puissance, l'envie d'écrire un roman où il raconterait Tout sur (s)a mère.

L'hyperbole d'un sentiment ou d'une situation est plus accentuée au début de Matador, lorsque Diego se masturbe douloureusement devant la télévision qui passe des extraits de films d'horreur, Six femmes pour l'assassin de Mario Bava et La lune sanglante de Jesus Franco. Cette recherche du plaisir dans la souffrance et la mort restera une constante du film.

L'évocation de Johnny Guitare dans Femmes au bord de la crise de nerf au détour d'une séance de doublage, métiers des deux personnages principaux, est l'occasion d'entendre un texte amoureux romanesque qui bouleverse l'héroïne.

Trois correspondances entre deux situations, l'une triviale dans la réalité l'autre qui sert à la magnifier puisée dans le cinéma sont utilisées dans La fleur de mon secret. La garçonnière est évoquée par Amanda (2) lorsque, avec Angel, elle traverse le pool de journalistes de El Païs. Puis lorsque Angel fait sa déclaration d'amour à Amanda, il lui rappelle la réponse de Bogart à la question d'Ingrid Bergman dans Casablanca. Celle-ci demandait à son ancien amant s'il se souvenait du jour où il l'avait quitté. Bogart avait répondu qu'il ne pensait qu'à elle, en robe bleue, au milieu des uniformes gris en ce jour où les Allemands entraient dans Paris. Comme lui, Angel ne pouvait oublier la première apparition d'Amanda dans son bureau en robe bleue. La troisième référence est de nouveau initiée par Amanda qui, dans l'appartement de Angel avec feu de cheminée et canapé confortable, se voit rejouant Riches et célèbres où les deux héroïnes finissent par oublier leur solitude en trinquant un vers de champagne à la main un soir de réveillon.

Même fonction hyperbolique pour les trois affiches de Assurance sur la mort , La bête humaine et Thérèse Raquin dans La mauvaise éducation ou dans Volver avec la citation de Bellissima.

Projection et affiches dans La mauvaise éducation

Dans Vivre sa vie, Nana regarde La passion de Jeanne d'Arc de Dreyer. Elle est filmée à la façon du cinéma muet : gros plans, contrastes d'éclairage et surexposition.

5- Palimpseste de film (PF) : Pedro Almodovar a élaboré une confrontation de son oeuvre avec le cinéma qui commence comme on l'a vu precedemment par un simple décalquage (correspondance trait à trait de la signification, présence repérable du modèle et pratique rapide et sans conséquence) pour aboutir au palimpseste (œuvre écrite sur une autre plus ancienne que l'on a grattée pour la faire disparaître mais dont il reste des traces infimes).

Trois caractéristiques marque ce travail sur le palimpseste : le goût de la performance dans la mise en scène de la citation ; la fin d'une correspondance trait pour trait entre les significations dramatiques ou de similitude de sentiments au profit d'une confrontation avec l'émotion profonde produite par l'œuvre de référence. La troisième caractéristique est l'enfouissement de la citation, d'autant moins explicite qu'elle travaille la mise en scène. (voir : Almodovar cinéphile).

On retiendra aussi dans cette catégorie outre Tout sur ma mère qui cache sa référence à Opening night, Parle avec elle qui cache celle à Persona, Blue Velvet qui selon Youri Deschamps cache celle à L'ombre d'un doute.

6 - Le fonctionnement du cinéma (FC) : Tout grand film interroge le cinéma et certains de manière assez évidente (Le voyeur ou Fenêtre sur cour). Nous nous limiterons ici à ceux qui le font en utilisant la mise en abîme : Les carabiniers (Jean-Luc Godard, 1963), La rose pourpre du Caire (Woody Allen, 1985).

Dans Les carabiniers, un des personnages va pour la première fois de sa vie au cinéma. Il y voit des films des frères lumière (L'arrivée du train en gare de La Ciotat ; le déjeuner de bébé) mais surtout un film fictif Le bain de la femme du monde. Naïvement pour en voir le plus possible, il tente de monter dans la baignoire et se retrouve ahuri, devant l'écran, le rideau tombé, le film alors projeté sur lui

Dans, La rose pourpre du Caire, un personnage sort de l'écran pour entraîner avec lui une spectatrice

Dans chacun de ces six cas, le spectacle et la représentation peuvent être une condensation de l'expérience qui explose et rejaillit sur la vie (La nuit américaine). L'expérience artistique peut aussi contribuer à la perte et au désastre (Sunset boulevard, Fédora, Sauvage innocence).

 

B - La mise en abîme : comment faire ?

Le procédé du film dans le film peut donner lieu à différentes modalités

1- Insérer une fiction filmée sous forme de tournage d'un film prééxistant : Et la vie continue filmé dans Au travers des oliviers. Les films du réalisateur dans Ed Wood, le King Kong de 1932 dans celui de 2005.

2- Insérer une fiction filmée sous forme de tournage d'un film réalisé expressement à cette fin. Une étoile est née, La comtesse aux pieds nus, La nuit américaine (1972), L'état des choses impossibilité de finir un tournage, Mulholland drive

3- Insérer une fiction filmée sous forme de projection d'un film prééxistant. Dans La Marie du port (Marcel Carné, 1939) plusieurs scènes se déroulent dans un cinéma avec des extraits de L'idiot de Georges Lampin et Tabou de Murnau car le directeur s'estime idiot d'être amoureux et rêve de pays lointains. Sunset Boulevard. Dans Vivre sa vie, Nana regarde La passion de Jeanne d'Arc de Dreyer. Elle est filmée à la façon du cinéma muet : gros plans, contrastes d'éclairage et surexposition.

4- Insérer une fiction filmée sous forme de projection d'un fim réalisé expressement à cette fin

5- Citation de plan

6-Film dans le film comme preuve


Bibliographie : CinemAction n°124, Le cinéma au miroir du cinéma, 2007.

Voir aussi : biographie de peintre, théâtre et cinéma et adaptation littéraire.

70 films sur le cinéma :
           
Les derniers jours d'une ville Tamer El Said Egypte 2016 AP realisat
Maestro Léa Fazer France 2014 AP acteur
Hitchcock Sacha Gervasi U. S. A 2012 PF  
Hugo Cabret Martin Scorsese U. S. A 2011 PF  
Etreintes brisées Pedro Almodovar Espagne 2009 AP realisat
Soyez sympas, rembobinez Michel Gondry France 2008 AP  
Glory to the filmmaker ! Takeshi Kitano Japon 2005 AP  
Ça rend heureux Joaquim Lafosse Belgique 2007 AP  
Inland Empire David Lynch U.S.A. 2006 MF actrice
Takeshi's Takeshi Kitano Japon 2005 AP  
Le filmeur Alain Cavalier France 2004 AP  
Sex is comedy Catherine Breillat France 2002 AP  
Hollywood ending Woody Allen U.S.A. 2002 AP  
Mulholland drive David Lynch U.S.A. 2001 MF actrice
Sauvage innocence Philippe Garrel France 2001 AP  
H/Story Nobuhiro Suwa Japon 2001 AP  
Parle avec elle Pedro Almodovar Espagne 1999 PF Bergman
Tout sur ma mère Pedro Almodovar Espagne 1999 PF Cassav.
Aprile Nanni Moretti Italie 1998 AP  
En présence d'un clown Ingmar Bergman Suède 1997 AP  
Irma Vep Olivier Assayas France 1996 AP  
L'armée des douze singes Terry Gilliam G. - B. 1995 PF Hitchc.
Au travers des oliviers Abbas Kiarostami Iran 1994 AP  
Panic sur Florida beach Joe Dante U.S.A. 1993 AP  
Snake Eyes Abel Ferrara U.S.A. 1993 AP  
Kika Pedro Almodovar Espagne 1993 ED Ramon
The player Robert Altman U.S.A. 1992 MF detect.
Barton Fink Joël Coen U.S.A. 1991 MF scénar.
Alexandrie encore et toujours Youssef Chahine Egypte 1990 AP  
Intervista Federico Fellini Italie 1987 AP  
Blue velvet David Lynch U.S.A. 1986 PF Hitchc.
Matador Pedro Almodovar Espagne 1985 ED Diego
La rose pourpre du Caire Woody Allen U. S. A. 1985 FC  
Elle a passé tant d'heures... Philippe Garrel France 1984 AP  
Identification d'une femme M. Antonioni Italie 1982 AP  
La mémoire Youssef Chahine Egypte 1982 AP  
Le secret de Veronika Voss R. W. Fassbinder Allemagne 1981 MF actrice
Sogni d'oro Nanni Moretti Italie 1981 AP  
Passion Jean-Luc Godard France 1981 AP  
L'état des choses Wim Wenders Allemagne 1981 AP  
Stardust Memories Woody Allen U. S. A. 1980 AP  
Nick's movie Wim Wenders Allemagne 1980 MF réalisat
Fédora Billy Wilder U. S. A. 1978 MF actrice
Alexandrie... pourquoi ? Youssef Chahine Egypte 1978 AP  
Le camion Marguerite Duras France 1977 AP  
Le dernier Nabab Elia Kazan U. S. A. 1976 MF produc
La nuit américaine François Truffaut France 1973 AP  
Les producteurs Mel Brooks U.S.A. 1971 MF product.
Prenez garde à la sainte putain  R. W. Fassbinder Allemagne 1970 AP  
Tout est à vendre Andrzej Wajda Pologne 1969 AP  
Le demon des femmes Robert Aldrich U.S.A. 1968 MF réalisat
La sorcière brûlée vive Luchino Visconti Italie 1966 MF actrice
Le mépris Jean-Luc Godard France 1963 MF ré,sc,pr
Les carabiniers Jean-Luc Godard France 1963 FC  
Huit et demi Federico Fellini Italie 1963 AP  
Vivre sa vie Jean-Luc Godard France 1962 ED Nana
Cloé de 5 à 7 Agnès Varda France 1962    
Quinze jours ailleurs Vincent Minnelli U.S.A. 1962 MF realisat
Qu'est-il arrivé à Baby Jane ? Robert Aldrich U.S.A. 1962 MF actrice
La comtesse aux pieds nus Joseph Mankiewicz U.S.A. 1954 MF actrice
Le grand couteau Robert Aldrich U.S.A. 1955 MF ac, prod
Une étoile est née George Cukor U.S.A. 1954 MF acteur
La dame sans camélia M. Antonioni Italie 1953 MF actrice
La fête à Henriette Julien Duvivier France 1952 MF scénar
Chantons sous la pluie Stanley Donen U.S.A. 1952 MF actrice
Les ensorcelés Vincent Minnelli U.S.A. 1952 MF produc
Bellissima Luchino Visconti Italie 1951 MF actrice
Sunset boulevard Billy Wilder U. S. A. 1950 MF actrice
Le silence est d'or René Clair France 1947 MF produc
Le schpountz Marcel Pagnol France 1937 MF acteur
Une étoile est née William Wellman U.S.A. 1937 MF actrice
Le bonheur Marcel L'Herbier France 1934 ED  
What price hollywood ? George Cukor U.S.A. 1932 MF actrice
Un cottage dans le Dartmoor Anthony Asquith G.-B. 1929 AP  
Show people King Vidor U.S.A. 1928 MF actrice
Le cameraman Buster Keaton U.S.A. 1928 MF  
Tartuffe F. W. Murnau Allemagne 1926 ED  
Sherlock junior Buster Keaton U.S.A. 1924 AP