Avant de recenser les pièces de Shakespeare au cinéma, nous donnerons un aperçu chronologique des principales réalisations et développerons quelques thèmes annexes ayant trait à l'apport du dramaturge au cinéma. Chacune des adaptations peut aussi se comparer aux interprétations de références réalisées par la BBC. La série des 37 pièces de Shakespeare adaptées en studio par la BBC entre 1978 et 1985 constitue un ensemble disponible dans les coffrets DVD des éditions Montparnasse :

 

Principales adaptations au cinéma
 
Macbeth Justin Kurzel G.- B. 2015
Beaucoup de bruit pour rien Joss Whedon U.S.A. 2012
César doit mourir Paolo et Vittorio Taviani Italie 2012
Ennemis jurés Ralph Fiennes U.S.A. 2011
Comme il vous plaira Kenneth Branagh G.-B. 2006
Othello de Carmelo Bene Carmelo Bene Italie 2002
The tragedy of Hamlet Peter Brook G.-B. 2002
Peines d'amour perdues Kenneth Branagh G.-B. 2000
Le songe d'une nuit d'été Michael Hoffman U.S.A. 1999
Looking for Richard Al Pacino U.S.A. 1996
Romeo + Juliette Baz Luhrmann U.S.A. 1996
Hamlet Kenneth Branagh G.-B. 1996
Beaucoup de bruit pour rien Kenneth Branagh G.-B. 1993
Prospero's Books Peter Greenaway Hollande 1991
Henry V Kenneth Branagh G.-B. 1989
My own private Idaho Gus van Sant USA 1989
Hamlet goes business Aki Kaurismaki Finlande 1987
Ran Akira Kurosawa Japon 1985
Richard III selon Carmelo Bene Carmelo Bene Italie 1981
La tempête Derek Jarman G.-B. 1979
Un Hamlet de moins Carmelo Bene Italie 1973
Le roi Lear Gregori Kosintsev Russie 1972
Macbeth Roman Polanski U.S.A. 1971
Le Roi Lear Peter Brook G.-B. 1971
Roméo et Juliette Franco Zeffirelli Italie 1968
La mégère apprivoisée Franco Zeffirelli G.-B. 1967
Falstaff Orson Welles Espagne 1965
Hamlet Gregori Kosintsev Russie 1964
Ophélia Claude Chabrol France 1963
Le château de l'araignée Akira Kurosawa Japon 1957
Othello Sergueï Youtkévitch Russie 1955
Richard III Laurence Olivier G.-B. 1955
Roméo et Juliette Renato Castellani Italie 1954
Embrasse-moi chérie George Sidney U.S.A. 1953
Jules César Joseph L. Mankiewicz G.-B. 1953
Othello Orson Welles Maroc 1952
Hamlet Laurence Olivier G.-B. 1948
Macbeth Orson Welles Espagne 1947
Henry V Laurence Olivier G.-B. 1944
Roméo et Juliette George Cukor U.S.A. 1936
Le songe d'une nuit d'été William Dieterle U.S.A. 1935
La mégère apprivoisée Sam Taylor U.S.A. 1929
Roméo et Juliette dans la neige Ernst Lubitsch U.S.A. 1920

Né en 1564 à Stratford-on-Avon (Angleterre), William Shakespeare est le fils d'un commerçant aisé. Il épouse à dix-huit ans Anne Hathaway, mais ne semble pas avoir été heureux en ménage. Il quitte Stratford en 1587 dans des circonstances que l’on ignore et s’installe à Londres. Il trouve du travail dans un théâtre et révèle son talent en « arrangeant » des pièces achetées aux auteurs. Il prend comme modèle les dramaturges de son époque tels que Marlowe, Greene et Peele.

Peines d’amour perdues (vers 1590) est considéré comme sa première pièce originale, suivie de plusieurs poèmes galants (Vénus et Adonis, Le Viol de Lucrèce). Le poète conquiert l’estime de la jeune reine Elisabeth Ire qui marque pendant toute sa vie une préférence pour son oeuvre.

Il commence sa carrière en reprenant des pièces à sujet historique : Henri VI, également attribué à Marlowe, Greene ou Peele, puis Richard III (1593), suivis de Richard II (1594), Le Roi Jean (1595), Henri IV (1597-98), Henri V (1599) et enfin Henri VIII (1612), qui composent son cycle sur l’histoire de l’Angleterre. L’auteur fait partie, depuis 1594, de la troupe de Lord Hunsdon, qui devient Troupe du Roi en 1603. Il compose des pièces inspirées de l’Antiquité : Titus Andronicus (1590), Jules César (1600), Troïlus et Cressida (1602), Antoine et Cléopâtre (1606), Coriolan (1607) et Timon d’Athènes (1607). Un autre « groupe » de pièces est celui des tragédies, parmi lesquelles figure en tête Roméo et Juliette (1595), puis Hamlet (1602), Othello (1604), Le Roi Lear (1606) et Macbeth (1606).

Le groupe des comédies-drames, comédies pures et féeries comporte La Mégère apprivoisée (deux versions, 1585 et 1597), La Comédie des erreurs (1591), Les Deux Gentilshommes de Vérone (vers 1595), Beaucoup de bruit pour rien (1599), Comme il vous plaira (1559), La Nuit des rois (1602), Les Joyeuses Commères de Windsor (vers 1599), Tout est bien qui finit bien (1602), Mesure pour mesure (1604), Le Songe d’une nuit d’été (1594), Le Marchand de Venise (vers 1596), Le Conte d’hiver (1611) et La Tempête (1611), considérée comme la dernière pièce de l’auteur qui se retire à Stratford, riche et apaisé, à l’âge de quarante-sept ans, où il meurt en 1616.

Des trente-sept pièces attribuées à Shakespeare, seize seulement furent publiées de son vivant ; la totalité de son oeuvre fut réunie par des amis poètes dans une édition in-folio en 1623. Certains érudits ont contesté l’existence de Shakespeare, y voyant un prête-nom pour quelque grand seigneur ou bien attribuant à Bacon la paternité, alors qu’aujourd’hui on croit généralement au vrai Shakespeare. Cet homme possédait à la fois un don d’observation, un sens poétique, une force de pensée et un génie dramatique si exceptionnels qu’il a pu produire d’immortels chefs-d’oeuvre encore représentés aujourd’hui partout dans le monde.

Shakeapeare au cinéma

À peine né, le cinéma adapte les pièces de Shakespeare dans des films de quelques minutes. La première adaptation est un Roi Jean (1898). Quatre scènes tournées en plein air faisaient la publicité d'un spectacle qui débutait le 20 septembre 1898 au “Her Majesty's Theatre” de Londres.

En 1900, Sarah Bernhardt, en travesti, maniait l'épée pour le fameux duel d'Hamlet. Dès 1905, de nombreuses adaptations firent la renommée de cinéastes comme Mario Caserini, J. Stuart Blackton, Frank Benton et August Blom. On trouve même le nom de D. W. Griffith avec une Mégère apprivoisée de 1908.

La mode du "Film d'Art" fut à l'origine d'une prolifération d'adaptations, plus ou moins fidèles. En 1916, Theda Bara, la première vamp, fut la Juliette romantique de Roméo et Juliette. La même année, Francis X. Bushman jouait avec emphase un Roméo d'une trentaine d'années, à côté d'une Juliette de vingt ans interprétée par son épouse Beverly Bayne. En 1917, on retrouve Theda Bara en Cléopâtre fatale. La performance la plus spectaculaire fut celle de la star danoise Asta Nielsen jouant en travesti le rôle principal d'un Hamlet tourné en Allemagne par le réalisateur danois Svend Gade (1920).

Le succès de ces adaptations amena forcément quelques parodies. La plus marquante fut Roméo et Juliette dans la neige (1920) tournée par Lubitsch. Dans Bromo et Juliet (Leo McCarey, 1926), Charlie Chase transformait la scène du balcon en délire burlesque. En 1927, en guise d'adieu au cinéma muet, Félix le Chat devenait un ingénieux Roméo dans Felix the cat as Romeeow, dessin animé surréaliste et poétique.

L'apparition du cinéma parlant ouvre une voie royale à de nombreuses adaptations de style théâtral. Mary Pickford et Douglas Fairbanks risquent leur prestige de stars du muet dans une adaptation sonore de La mégère apprivoisée (Sam Taylor, 1929). Max Reinhardt transpose pour l'écran Le songe d'une nuit d'été (1935), à l'onirisme expressionniste. Le Roméo et Juliette de George Cukor (1936), malgré l'âge avancé du couple romantique, restait fidèle aux conventions théâtrales, ainsi que Comme il vous plaira de Paul Czinner (1936), avec Laurence Olivier.

Dès 1944, le cinéma shakespearien est dominé par la forte personnalité de deux acteurs-réalisateurs de tempéraments opposés : Laurence Olivier (Henry V, 1944, Hamlet, 1948, Richard III, 1955) et Orson Welles (Macbeth, 1948, Othello, 1952, Falstaff, 1965). Joseph Mankiewicz réussit une spectaculaire adaptation de Jules César (1953) avec Marlon Brando en Marc Antoine.

La 'renaissance shakespearienne' cinématographique des années 90 doit sans doute beaucoup à Kenneth Branagh, qui fut, en 1984, le plus jeune Henry V de la Royal Shakespeare Company. Le succès de sa version filmée de Henry V (1989), puis en 1993 de Much Ado About Nothing (où se côtoient comédiens américains et britanniques) a apporté aux producteurs hollywoodiens la preuve que le 'filon shakespeare' mérite exploitation. Plus tard, Branagh a bravement risqué une 'première' cinématographique : l'intégrale d’Hamlet (1996), en quatre heures de projection. Branagh - qui se réserve le rôle titre - y installe son action dans une cour princière 'Mittel Europa' des années 1860, cernée par la neige.

Les transpositions les plus inattendues propulsent le génie de Shakespeare dans les temps et les lieux les plus divers : l'Italie des lendemains de guerre (Les amants de Vérone, 1948), le Japon médiéval (Le château de l'araignée, 1957), le cauchemar fasciste des années trente (Richard III, 1996), les châteaux baroques du XIXe siècle (Hamlet, 1996), les cités modernes (My own private Idaho, 1989, Looking for Richard, 1996, Roméo+Juliette, 1996).

Shakespeare a inspiré aussi des cinéastes qui se sont servi de la trame de ses pièces pour construire des histoires personnelles ainsi le drame musical : West wide story (1961) la métaphore antiraciste (Rami et Juliette, 1967), le western (La lance brisée, 1954), le film de marionnettes (Le songe d'une nuit d'été, 1959) le dessin animé (Voyage à Melonia, 1989), la tragi-comédie Hamlet goes business de Aki Kaurismaki (1987) où Helsinki remplace l'ancien royaume pourri de Danemark. Le roi est le président général d'une importante sociéte et Hamlet le principal héritier ; la parabole humaniste (L'arche du désert, 1997) ou le documentaire-reportage (Looking for Richard, 1996)

La vie de Shakespeare est exploitée dans son rapport superficiel avec ses propres oeuvres pour servir de caution culturelle à des romances historiques insipides. Le Shakespeare in Love de John Madden en est le dernier avatar :


1914 : The life of Shakespeare (Frank R. Growcott, J. B. McDowell, G.-B.).
1916 : Master Shakespeare, strollong player (Frederick Sullivan, U.S.A.).
1924 : Old Bill through the ages (Thomas Bentley, G.-B.).
1935 : Immortel gentleman (Widgey Newman, G.-B.).
1936 : Master Will Shakespeare (Jacques Tourneur, 0h10. U.S.A).
1944 : Times flies (Walter Forde, G.-B.).
1955 : William Shakespeare (John Barnes, U.S.A., c.m.).
1978 : Alex and the wunderful Doo-wah Lamp (Nick De Noia, U.S.A.).
1988 : Nexte (Barry Purves, G.-B.).
1996 : Lover's knot (Peter Shaner, U.S.A.).
1998 : Shakespeare in Love (John Madden, U.S.A.)

La vie de comédiens interprétant Shakespeare est le thème de Shakespeare Wallah de James Ivory (1965) où une troupe itinérante de comediens anglais jouent Shakespeare a travers toute l'Inde. Le public indien se detourne pourtant du theatre et de la culture anglaise pour se consacrer aux résultats, oh ironie, des matches de cricket.



Les pieces de Shakespeare et leurs adaptations

Les 16 comédies

1590 : La comédie des erreurs (The Comedy of Errors)
1593 : La mégère apprivoisée (The Taming of the Shrew)
1593 : Les deux gentilshommes de Vérone (Two Gentlemen of Verona)
1594 : Peines d'amour perdues (Love's Labour's Lost)
1595 : Le songe d'une nuité d'été (A Midsummer Night's Dream)
1596 : Le marchand de Venise (The Merchant of Venice)
1598 : Les joyeuses comères de Windsor (The Merry Wives of Windsor)
1598 : Beaucoup de bruit pour rien (Much Ado About Nothing)
1600 : Comme il vous plaira (As You Like It)
1601 : La nuit des rois (Twelfth Night)
1602 : Tout est bien qui finit Bien (All's Well That Ends Well)
1604 : Mesure pour mesure (Measure For Measure)
1608 : Pericles (Pericles Prince of Tyre)
1609 : Cymbeline
1610 : Le conte d'hiver (A Winter's Tale)
1611 : La têmpête (The Tempest)

 

Les 11 tragédies

1593 : Titus Andronicus
1595 : Roméo et Juliette (Romeo and Juliet)
1599 : Jules César (Julius Caesar)
1600 : Hamlet
1601 : Troilus et Cressida (Troilus and Cressida)
1604 : Othello
1605 : Le roi Lear (king Lear)
1605 : Macbeth
1605 : Antoine et Cléopatre (Antony and Cleopatra)
1607 : Coriolan (Coriolanus)
1607 : Timon d'Athenes (Timon of Athens)

 

Les 10 drames historiques
(1ere tétralogie, Le roi jean, 2e tétralogie, Henry VIII)

1592 : Henry VI (3 parties)
1594 : Richard III (The Tragedy of Richard III)
1594 : Le roi Jean (The Life and Death of King John)
1595 : Richard II
1600 : Henry IV (2 parties)
1600 : Henry V
1613 : Henry VIII

 

 

Comédies


La comédie des erreurs
(The Comedy of Errors)
1590

Égéon, riche marchand de Syracuse, raconte ses malheurs au duc d'Éphèse. Père de jumeaux identiques nommés Antipholus, il avait acheté à une pauvre femme les jumeaux Dromios, eux aussi identiques, pour être au service de ses fils. Au cours d'un naufrage, les quatre enfants sont séparés. Ainsi un Antipholus et un Dromios se retrouvent avec Égéon, tandis que les deux autres se retrouvent perdus avec Émilia, la femme d'Égéon. Le jour de ses dix-huit ans, le fils qui vit avec Égéon décide de partir à la recherche de son frère...
1988 : Jim Abrahams, Big Business, (U.S.A.).

Cinq adaptations au cinéma entre 1908 et 1988

 


La mégère apprivoisée
(The Taming of the Shrew)
1593
1953 : George Sidney,
Kiss Me Kate
1967 : Franco Zeffirelli,
La bisbetica domata
1980 : Jonathan Miller
The Taming of the Shrew

Baptiste, l'un des plus riches marchands de Padoue, a deux filles, Katherina et Bianca. Bianca est belle et d'un tempérament agréable. Ils sont plusieurs à vouloir l'épouser. Baptiste, toutefois, insiste pour que Katherina, elle aussi très belle mais beaucoup plus difficile et rebelle, soit mariée en premier. Le seul homme voulant bien la courtiser est le courageux Petruchio, un étranger à la recherche d'une femme riche. Jouant les rustres, Petrucchio accepte volontiers de tenter cette nouvelle aventure qui lui est présentée. Il ne ménagera en aucun moment sa mégère de femme. Il représentera pour elle, la brutalité et la balourdise. Ceci, jusqu'au jour où il s'apercevra que cette femme est tout pour lui. Katharina, de son côté aussi, se rendra compte de l'amour qu'elle porte à son mari. Tous deux se révéleront leur amour qui à présent est réciproque, et rattraperont le temps perdu.

22 adaptations au cinéma entre 1908 et 1999

 


Les deux gentilshommes de Vérone
(The two gentlemen of Verona)
1593

Deux grands amis, Valentin et Protée, quittent Vérone pour Milan. Valentin s'éprend bientôt de Silvia, la fille du duc de Milan. Lorsqu'il la rencontre à son tour, Protée en tombe éperdument amoureux. Tout se complique lorsque Julia, l'ancienne fiancée de Protée, décide de se rendre à Milan pour le retrouver.

1963 : Hans Dieter Schwarze, RFA
1983 : Téléfilm de Don Taylor pour la BBC. The two gentlemen of Verona. Avec : Tyler Butterworth (Proteus), John Hudson (Valentin), Tessa Peake-Jones (Julia), Tony Haygarth (Lancelot), Joanne Pearce (Silvia). 2h16.

Cette comédie explore les conflits entre l'amour et l'amitié. Qu'arrive-t-il à deux amis intimes lorsqu'ils s'éprennent conjointement d'une même femme ?



Peines d'amour perdues
(Love's Labour's Lost)
1594

Le jeune souverain, Ferdinand, Roi de Navarre, et trois de ses compagnons, Biron, Longueville et Dumaine font le serment de se consacrer entièrement à la philosophie et de renoncer à toute aventure frivole. Cependant, ces projets sont mis à mal lorsqu'arrivent la Princesse de France et trois de ses dames de compagnie, Rosaline, Marie et Catherine. Les hommes en tombent éperdument amoureux et ont quelques difficultés à respecter leur pacte.

1985 : Téléfilm d'Elijah Moshinsky pour la BBC. Love's labour's lost. Avec : Jonathan Kent (roi de Navarre), Maureen Lipman (La Princesse de France), Christopher Blake (Longueville), Geoffrey Burridge (Du Maine), Mike Gwilym (Biron), Jenny Agutter (Rosaline). 1h59.

2000 : Kenneth Branagh. Avec : Kenneth Branagh (Berowne), Alessandro Nivola (le roi Ferdinand de Navarre), Alicia Silverstone (La princesse de Fance), Natascha McElhone (Rosaline). 1h33.
Branagh s'empare de cette comédie de jeunesse qui n'avait jamais encore été portée à l'écran. Il coupe dans le texte et transpose l'action dans les années 30, à la veille de la Seconde Guerre Mondiale. Le film fonctionne comme une comédie musicale à l'américaine, avec emprunts musicaux à George et Ira Gerschwin, Jerome Kern, Oscar Hammerstein, Irving Berlin, et Cole Porter.

 


Le songe d'une nuité d'été
(A midsummer night's dream)
1596

Alors que le duc de Thésée s'apprête à épouser la belle Hippolyte, il reçoit la visite d'Egée qui se plaint amèrement que sa fille, Hermia, refuse l'epoux qu'il lui destinait, Demetrius, et pretend épouser Lysandre dont elle est amoureuse. Thésée ordonne à la jeune fille d'obéir à son pere et lui accorde un délai de grâce. Hermia en profite pour s'enfuir avec Lysandre dans un bois où ils s'endorment chastement. Ils vont bientot être rejoint par Helena qui elle est amoureuse de Demetrius qui, lui, cherche sa future ainsi que d'Oberon et Titania, le roi et la reine des fées.

14 adaptations au cinéma entre 1909 et 1999

 

 


Le marchand de Venise
(The Merchant of Venice)
1596

Venise, en 1520. La caraque de l'armateur Antonio, le "Saint-André", est en instance de départ pour Smyrne, d'où elle doit ramener un gros chargement de marchandises. Le soir, se donnent des fêtes somptueuses où se presse la jeunesse dorée de la ville. Deux amis, Bassanio et Lorenzo, jouent gros jeu. Pour régler une dette de 3 000 ducats, Bassanio fait appel à Antonio, lequel, dans l'attente du produit de ses ventes, doit s'adresser à l'usurier Shylock, qu'il méprise d'ailleurs pour son avarice sordide, connue de tout Venise. Ce dernier débourse la somme, mais prévoit une clause cynique en cas de non-remboursement de l'emprunt: il aura le droit de prélever une livre de chair sur son débiteur. Persuadé qu'il s'agit là d'une farce de mauvais goût, l'armateur accepte en riant. Cependant, la fille de Shylock, Jessica, qui déteste son père, projette de s'enfuir avec Lorenzo - quitte à puiser dans les deniers paternels - tandis que Bassanio, amoureux de Portia, une riche héritière, ne songe qu'à aller retrouver celle-ci dans sa luxueuse résidence de Belmonte. Il embarque sur le "Saint-André". D'autres prétendants sont déjà dans la place. Un défi leur est réservé : ils doivent désigner, entre trois coffrets, celui qui contient le portrait de la belle. Grâce à l'aide de Bianca, la nourrice, Bassanio l'emporte. Il s'apprête à regagner Venise avec sa promise, mais le port est fermé, en raison de la peste qui ravage la région. Ce qui ne fait pas l'affaire d'Antonio, dont la cargaison est bloquée au large. Shylock exulte : il va pouvoir réclamer son dû en livre de chair humaine. L'épidémie est finalement jugulée; Bassanio, qui avait été contaminé, guérit après des soins énergiques, et le navire peut accoster. Mais Shylock refuse toute transaction. C'est alors que Portia, déguisée en avocat, renverse la situation en faisant valoir auprès du tribunal qu'il n'a été prévu aucun écoulement de sang, ce qui rend l'opération impossible. Appelé à trancher, le doge de Venise prononce un jugement équitable. Shylock en sera pour ses frais, sa fille partira avec Lorenzo, et Bassanio épousera Portia.

1901 : Georges Méliès, France
1908 : J. Stuart Blackton, U.S.A.
1910 : Gerolamo Lo Savio, Italie
1912 : Theodore Marston, U.S.A.
1913 : Henri Desfontaines, France
1914 : Otis Turner, U.S.A.
1914 : Lois Weber et Phillips Smalley, U.S.A.
1916 : Walter West, G.-B.
1923 : Peter Paul Felner, Allemagne
1924 : Challis Sanderson, G.-B.
1927 : Widgey R. Newman, G.-B.
1952 : Pierre Billon, France
1953 : Pierre Billon. Avec : Michel Simon, Liliana Tellini, Massimo Serato

1980 : Téléfilm de Jack Gold pour la BBC. The Merchant of Venice. Avec : Warren Mitchell (Shylock), John Franklyn-Robbins (Antonio), Gemma Jones (Portia), John Rhys-Davies (Salerio), Alan David (Solanio), John Nettles (Bassanio), Richard Morant (Lorenzo), Kenneth Cranham (Gratiano), Susan Jameson (Nerissa). 2h37.

 



Les joyeuses comères de Windsor
(The Merry Wives of Windsor)
1598

John Falstaff, chevalier vieillissant et bedonnant, est en manque d'argent. Il décide de courtiser à la fois Madame Page et Madame Ford, deux bourgeoises de Windsor. Mais les deux amies et confidentes s'aperçoivent qu'elles ont été trompées et organisent leur vengeance.

1910 : Selig Polyscope Co, U.S.A.
1911 : Henri Desfontaines (Flastaff), France
1917 : William Wauer, Allemagne.
1935 : Carl Hoffmann, Allemagne
1940 : Leopold Hainisch (Falsatt à Vienne), Allemagne
1950 : Georg Wildhagen, RDA
1954 : Georg Tressler, Liechtenstein

1982 : Téléfilm de David Hugh Jones pour la BBC. The Merry Wives of Windsor. Avec : Avec : Richard Griffiths (Sir John Falstaff), Prunella Scales (Mistress Page), Judy Davis (Mistress Ford), Alan Bennett (Justice Shallow), Elizabeth Spriggs (Mistress Quickly), Ben Kingsley (Frank Ford), Richard O'Callaghan (Slender). 2h47.

 


Beaucoup de bruit pour rien
(Much Ado About Nothing)
1598
BBC
Kenneth Branagh
Joss Whedon

Don Pedro, Prince d’Aragon, revient de guerre victorieux avec sa compagnie sur les terres de son ami Léonato, gouverneur de Messine qui l'invie dans sa somptueuse demeure. Béatrice, la nièce de Léonato, une "dame à l’esprit plaisant" y retrouve Bénédict, un chevalier du Prince. Ce sont de vieilles connaissances qui s’échangent des moqueries brillantes. Claudio, jeune et naïf ami de Bénédict, tombe amoureux de la jeune Héro, fille de Léonato. Leur mariage s’organise presque immédiatement, et par manière de plaisanterie, la compagnie de Don Pedro complote pour faire tomber Béatrice et Bénédict amoureux. On fait croire à l'un que l'autre l'aime, et vice-versa, puis on s'amuse à suivre les étapes de ce sympathique complot...

3 adaptations au cinéma entre 1993 et 2015



Comme il vous plaira
(As You Like It)
1600

Rosalinde, fille du duc régnant évincé par son frère cadet, le cruel Frédéric, s'éprend d'Orlando, un jeune gentilhomme qui tombe vite en disgrâce. Chassée de la Cour par l'usurpateur, elle s'enfuit dans la forêt d'Arden avec sa cousine et confidente, Célia, fille du tyran. Rosalinde, travestie en beau " Ganymède ", et Célia, sous le nom d'" Aliéna ", rejoignent Orlando et le duc en exil. Dans ce cadre idyllique, ils trouvent une vie simple mais des quiproquos amoureux viennent troubler le tableau.

1908 : Sidney Olcott, U.S.A.
1912 : J. Stuart Blackton , U.S.A.
1916 : Maurice Elvey, (Love in the wood) G.-B.
1936 : Paul Czinner, G.-B.
1972 : Ottokar Runze, Viola und Sebastian, RDA

1978 : Téléfilm de Basil Coleman pour la BBC. As you like it. Avec : Helen Mirren, Brian Stirner, Angharad Rees, James Bolam. 2h30.

1992 : Christine Edzard, G.-B.

2006 : Kenneth Branagh, As You Like It. Avec : Brian Blessed (Duc Frederick / le Grand Duc), Romola Garai (Celia), Bryce Dallas Howard (Rosalinde / Ganymède), Kevin Kline (Jaques), Adrian Lester (Oliver De Boys). 2h07.



La nuit des rois
(Twelfth Night)
1600

Acte I : rescapée d’un naufrage, Viola parvient en Illyrie où, pour se protéger de toute mésaventure, elle décide de revêtir l’apparence d’un frère jumeau qu’elle croit mort, Sébastien. Elle entre au service du duc Orsino, qui, charmé par sa candeur, lui demande d’intercéder auprès d’Olivia, jeune femme en deuil également d’un frère. Aussitôt, Viola-Césario tombe amoureuse d'Orsino. Lorsque Olivia voit Viola-Césario, elle s’éprend à son tour immédiatement de lui (d'elle)...

21 adaptations au cinéma entre 1910 et 2006

 

 



Tout est bien qui finit Bien
(All's Well That Ends Well)
1602

Helena, orpheline d'un médecin célèbre, est désespérément amoureuse du comte Bertram. Lorsque celui-ci est nommé à la Cour du Roi de France, elle le suit et parvient à se faire engager pour soigner le Roi malade. En récompense de ses services, le Roi propose à Helena de choisir un mari parmi les gentilshommes de sa Cour. Mais Bertram déclare qu'il refuse catégoriquement de l'épouser. Hélène se lance à la poursuite de Bertrand, devenu général de l'armée du Duc à Florence, et échafaude un plan pour conclure le mariage malgré tout.

1981: Téléfilm d'Eijah Moshinsky pour la BBC.All's Well That Ends Well. Avec : Ian Charleson (Bertram), Angela Down (Helena), Celia Johnson (la comtesse de Rousillon), Michael Hordern (Lafeu), Peter Jeffrey (Parolles), Kevin Stoney (La comtesse Stewart), Donald Sinden (Le roi de France). 2h21.



Mesure pour mesure
(Measure For Measure)
1604

Prétendant quitter la ville pour une mission diplomatique, le Duc de Vienne remet la gouvernance aux mains d'Angelo, un juge intransigeant qui décide d'appliquer avec rigueur les lois sur les mœurs sexuelles. Claudio, jeune noble de Vienne, est fiancé à Juliette. Le mariage est retardé mais Juliette est déjà enceinte. Pour Angelo, Claudio doit être condamné à mort. Intervient alors Isabelle, la sœur de Claudio, qui obtient la grâce d'Angelo à condition d'offrir sa virginité au juge.

1909 : Lubin Mfg Co, U.S.A.
1913 : Latium Film, Italie
1942 : Marco Elter, Italie
1963 : Paul Verhoeven, RFA

1979 : Téléfilm de Desmond Davis pour la BBC. Avec : Kenneth Colley, Kate Nelligan, Tim Pigott-Smith, Christopher Strauli et Jacqueline Pearce. 2h25.

 



Périclès, prince de Tyr
(Pericles Prince of Tyre)
1608

Après avoir découvert le terrible secret du Roi Antiochus, Périclès, menacé de mort, s'enfuit. Commence alors un périlleux voyage en Méditerranée. Vainqueur d'un tournoi et heureux marié, Périclès perd sa femme en couches lors d'un naufrage et sa fille est enlevée par des pirates qui veulent la prostituer.

1960 : Jacques Rivette, Paris nous appartient, France.

1984 : Téléfilm de David Jones pour la BBC, Pericles Prince of Tyre. Avec : Mike Gwilym, Amanda Redman, John Woodvine, Annette Crosbie et Juliet Stevenson. 2h57.

 


Cymbeline
1609

Cymbeline, Roi de Bretagne, souhaite marier sa fille Imogène à Cloten, le fils de sa seconde épouse. Mais Imogène est amoureuse de Posthumus, un roturier qu'elle épouse en secret. Banni par Cymbeline, Posthumus fuit à Rome. Il fait la connaissance de Iachimo, venu le convaincre qu'Imogène finira par le trahir. La fidélité des deux jeunes amants est alors mise à l'épreuve.

1913 : Edwin Thanhouser, U.S.A.
1925 : Ludwig Berger, Allemagne
1981 : Patrick Tucker, U.S.A.

1982 : Téléfilm d'Elijah Moshinsky pour la BBC. Avec : Richard Johnson, Helen Mirren, Michael Pennington, Claire Bloom, Robert Lindsay, Michael Gough et Michael Hordern. 2h54.


Le conte d'hiver
(A Winter's Tale)
1610

Léonte, Roi de Sicile, reçoit en visite officielle son ami d'enfance Polixène, le Roi de Bohême. Fou de jalousie, Léonte accuse sa femme, Hermione, d'avoir une relation adultère avec Polixène et de porter l'enfant de cette trahison. Léonte envoie Hermione en prison, où celle-ci accouche d'une petite fille, condamnée par le Roi à être abandonnée sur un lointain rivage. Il tente également d'empoisonner Polixène, qui parvient à s'enfuir de justesse. Hermione est finalement innocentée mais ayant perdu l'intégrité de son nom, elle se laisse mourir.

1910 : Edwin Thanhouser, U.S.A.
1910 : L. Sutto, Italie
1914 : Belle Alliance, Allemagne.
1953 : Charles Deane,(The world's stage),G.-B.
1968 : Frank Dunlop, G.-B., c.m.
1992 : Éric Rohmer, Conte d'hiver, le film utilise surtout le "miracle".

1981 : Téléfilm de Jane Howell pour la BBC. Avec : Eremy Kemp, Anna Calder-Marshall, Robert Stephens, Debbie Farrington et Margaret Tyzack. 2h53.

 



La têmpête
(The Tempest)
1611

Le Duc de Milan, Prospero, déchu par son frère, et sa fille Miranda trouvent refuge sur une île enchantée. Grâce à la magie que lui confèrent ses livres, Prospero maîtrise les éléments naturels dont Ariel, esprit positif de l'air et du souffle de vie, et Caliban, esprit négatif de la terre, la violence et la mort. Pour prendre sa revanche sur son frère, usurpateur du royaume, Prospero provoque une tempête et convoque, sur l'île, toute sa Cour.

1905 : Herbert Beerbohm Tree, G.-B.
1911 : Edwin Thanhouser, U.S.A.
1912 : Éclair, France).
1956 : Fred McLeod Wilcox (Planète interdite) USA, adaptation très libre de l'oeuvre de Shakespeare, traitée en science-fiction : Prospero devient Morbius ; Miranda, Altaira ; Robby le Robot, Ariel et Caliban.

1979 : Derek Jarman, La tempête. G.-B.

1980 : The Tempest. Téléfilm de John Gorrie pour la BBC. Avec : Michael Hordern, Warren Clarke et Pippa Guard. 2h04.

1982 : Paul Mazursky, U.S.A.
1989 : Per Ahlin (Voyage à Melonia), Suède, long métrage d'animation


1991 : Peter Greenaway, Prospero's Books. John Gielgud souhaitait depuis longtemps porter à l'écran un rôle qu'il avait plusieurs fois donné à la scène. Il confie à Peter Greenaway la mise en scène avec avalanche de décors, de costumes, et d'images de synthèse.

1992 : Stanislas Sokolov, Russie, marionnettes animées.

 

Tragédies



Titus Andronicus
1593

Téléfilm de Jane Howell pour la BBC
1999 : Cristopher Dunne
1999 : Julie Taymor

Victorieux de la guerre, Titus Andronicus, grand général Romain, revient chez lui, à Rome. Il refuse la couronne d'Empereur et nomme à la place Saturninus, le fils du précédent gouverneur. Pour faire enrager son frère Bassianus, Saturninus demande la main de Lavinia, fille de Titus. Lorsque Bassianus, Lavinia et les fils de Titus quittent le pays par protestation, Titus se poste sur leur chemin et tue l'un d'entre eux. Saturninus épouse finalement Tamora, qui n'a qu'une idée en tête : se venger de Titus. S'en suivront adultère, viol, trahison, racisme et affrontements..

1985. Titus Andronicus. Téléfilm de Jane Howell pour la BBC. Avec : Trevor Peacock (Titus Andronicus), Brian Protheroe (Saturninus), Edward Hardwicke (Marcus), Nicholas Gecks (Bassianus), Walter Brown (Aemilius), Eileen Atkins (La reine Tamora). 2h48.


1999 : Cristopher Dunne, Titus Andronicus. Avec: Candy K. Sweet (Tamora), Lexton Raleigh (Aaron), Tom Dennis (Demetrius), Levi Tinker (Chiron), Buddy Spafford (Casca), Alex Chew (Lucius), Richard Porter (Marcus), Robert Reece (Titus Andronicus). 2h27.

1999 : Julie Taymor, Titus. USA. Avec : Anthony Hopkins (Titus Andronicus), Jessica Lange (Tamora), Alan Cumming (Saturninus), Jonathan Rhys-Meyers (Chiron), Matthew Rhys (Demetrius), Osheen Jones (Le jeune Lucius). 2h35.
L'action est transposée dans nos années 30. Tourné principalement à Cinecitta, le film nous offre une Rome impériale inspirée de Fellini et des séquences d'images de synthèses.


Roméo et Juliette
(Romeo and Juliet)
1595

George Cukor
Robert Wise
Franco Zeffirelli
BBC
Baz Luhrmann

Les Montague et les Capulet, les deux plus grandes familles de Vérone, se haïssent. Roméo qui appartient à la famille Montague fait la connaissance de Juliette, la fille des Capulet et il s'éprend d'elle malgré l'antagonisme des deux familles. Juliette et Roméo comprennent que rien ne pourra séparer leur amour et ils se marient secrètement. Mais Tybalt qui appartient à la famille des Capulet tue Mercutio qui avait pris la défense de Roméo. Fou de douleur, Roméo provoque alors Tybalt et le tue. Il est obligé de fuir Vérone. Juliette que ses parents croient morte alors qu'elle n'est qu'endormie est déposée dans le caveau des Capulet. Roméo que le messager de frère Laurence n'est pas parvenu à joindre croit que Juliette est réellement morte et il s'empoisonne. Découvrant la mort de Roméo, Juliette se poignarde. Les Montague et les Capulet se réconcilient.

81 adaptations au cinéma entre 1900 et 2009



Jules César (Julius Caesar)
1599

En 44 avant Jésus-Christ, Jules César est virtuellement devenu le dictateur de Rome. Sa soif de puissance inquiète son entourage. Un groupe de conspirateurs a décidé de l'assassiner. Dirigés par Cassius, les conjurés cherchent le soutien du très respectable Brutus qui admire César mais considère son ambition contraire aux intérêts de Rome. Brutus se rallie à leur cause.

Aux Ides de Mars, Calpurnia, la femme de César, le supplie de ne pas se rendre au Sénat car elle a fait un rêve de mauvais augure. Mais César se croit invulnérable... Au Sénat, il s'écroule sous les coups de poignards de Casca, Cassius et des autres conjurés. C'est Brutus qui lui porte le dernier coup.

Brutus explique les raisons profondes de son geste à la foule des Romains rassemblés, mais Marc-Antoine, le protégé de César, prend la parole immédiatement après lui et retourne l'opinion contre les conjurés qui sont obligés de fuir.

Une guerre fratricide s'engage au terme de laquelle les conjurés seront anéantis par les armées de Marc-Antoine et Octavius, le neveu de César. Cassius et Brutus se suicident. Devant le corps inerte de Brutus, Marc-Antoine lui rend hommage : il était "le plus noble des Romains "; lui seul n'a agi que pour le bien de Rome.

1907 : Georges Méliès (La mort de Jules César-Un rêve de Shakeaspeare), France
1908 : Sigmund Lubin, U.S.A.
1908 : William V. Ranous, U.S.A.
1909 : Giovanni Pastrone, Italie
1910 : Giuseppe De Liguoro (Brutus), Italie
1911 : Frank Benson, G.-B.
1914 : Enrico Guazzoni, Italie).
1945 : Compton Bennett, G.-B.
1945 : David Bradley, U.S.A.
1953 : Joseph Mankiewicz : Julius Caesar. Avec : Marlon Brando (Marc Antoine), James Mason (Brutus), John Gielgud (Cassius), Louis Calhern (Jules César). 2h00.


1953 : Charles Deane, G.-B., c.m.
1958 : Eric Salmon, G.-B.
1960 : Godfrey Grayson, G.-B.
1970 : Stuart Burge, G.-B.
1979 : Herbert Wise. Téléfilm BBC. Julius Caesar. Avec : Richard Pasco (Brutus), Keith Mitchell (Marcus Antonius), Virginia McKenna (Portia), David Collings (Cassius) et Charles Gray (Jules César). 2h40.

2012 : Paolo et Vittorio Taviani : Cesare deve morire. Avec : Cosimo Rega (Cassio), Salvatore Striano (Bruto), Giovanni Arcuri (Cesare), Antonio Frasca (Marcantonio), Juan Dario Bonetti (Decio). 1h16.

 

 

Hamlet
1600

Laurence Olivier
BBC
Kaurismaki
Zeffirelli
Branagh
Chabrol
Peter Brook

La nuit, sur les remparts du château d'Elseneur, le jeune prince Hamlet rencontre le spectre de son père, le défunt roi du Danemark, venu lui apprendre qu'il fut lâchement assassiné par son frère Claudius qui convoitait le trône et la reine Gertrude... Hamlet aime Ophélie, dont le père Polonius est le conseiller du roi Claudius. Au cours d'une représentation théâtrale organisée par des baladins, Hamlet fait jouer une scène de son invention au cours de laquelle un homme endormi est assassiné de la même manière que le fut son père... Il espère ainsi provoquer le trouble dans l'esprit du roi. La nuit, dans la chambre de sa mère, la reine Gertrude, il tue Polonius en croyant tuer le roi. De désespoir, Ophélie devient folle et se noie dans la rivière. Les soupçons de Claudius se concrétisent : Hamlet sait quelque chose... Le roi demande à Laerte, frère d'Ophélie et bretteur émérite, de provoquer le jeune prince en duel. Le fleuret de Laerte sera empoisonné. De cette manière, Hamlet mourra sans éveiller les soupçons de la cour. Pour plus de sûreté, Claudius verse aussi du poison dans la coupe du jeune prince. Mais les événements se précipitent : la reine Gertrude boit dans la coupe de son fils et s'écroule morte. Laerte, blessé à mort, avoue tout à Hamlet. Ce dernier, empoisonné par le fleuret de son adversaire, se jette sur le roi et le poignarde avant de mourir à son tour...

55 adaptations au cinéma entre 1900 et 2002

 


Troilus et Cressida (Troilus and Cressida)
1601

La sanglante guerre de Troie est suspendue… Les remparts de la ville ne sont pas encore tombés, les soldats grecs et troyens vacillent, sombrent dans le doute, l’ennui et les rivalités. Dans cette Antiquité homérique aux héros démythifiés par Shakespeare, Troïlus, fils de Priam, tombe amoureux de Cressida, la fille du prêtre grec Calchas. Celle-ci dissimule son amour, s’en défend puis, reniant les liens du sang, cède au jeune Troyen. Homme faible mais ambitieux guerrier, Troïlus accepte sans grande résistance, face au conseil de Troie, de rendre Cressida à son père en échange d’un prisonnier troyen, Anténor. Il confie alors au Grec Diomède la belle désillusionnée.

1981 : Jonathan Miller, Troilus & Cressida. Téléfilm BBC. Avec : Anton Lesser (Troïlus), Suzanne Burden (Cressida), Charles Gray (Pandarus), Benjamin Whitrow (Ulysse) et John Shrapnel (Hector). 3h10.

 



Othello
1604

Othello, le mercenaire préféré du Doge de Venise, s'apprête à partir en guerre contre les Turcs et choisit comme lieutenant l'aimable Cassio. Iago, qui espérait ce poste, jure de se venger. L'occasion lui est bientôt fournie par le mariage clandestin d'Othello avec la belle patricienne Desdémone. Iago avertit donc le père de la jeune fille, Brabantio, qui se plaint au Doge. Mais celui-ci juge que le mariage est valable, puisqu'il n'a pas été prononcé sous la contrainte. Après la victoire d'Othello contre les Turcs, Desdémone part le rejoindre à Chypre, où ils sont reçus par le gouverneur de l'île, Montano. Pour déconsidérer Cassio, Iago l'enivre et le pousse à se battre avec Montano. Lorsque le malheureux est démis de ses fonctions, Iago l'incite à s'adresser à Desdémone afin qu'elle intercède en sa faveur auprès d'Othello. Parallèlement, il attire l'attention d'Othello sur les conciliabules des deux jeunes gens et lui conseille de se méfier de leur «traîtrise». Puis il demande à sa femme Emilia, dame de compagnie de Desdémone, de lui procurer un mouchoir de sa maîtresse, qu'il laisse traîner ostensiblement chez Cassio. Iago interroge ensuite Cassio sur sa compagne Bianca tout en faisant croire à Othello (dissimulé dans une encoignure) que le jeune homme parle de Desdémone. Ces manigances finissent par porter leurs fruits : Iago devient lieutenant. Avec son ami Roderigo, il tend une embuscade à Cassio et le poignarde. Puis, sans la moindre hésitation, il exécute Roderigo. De son côté, Othello, ravagé de jalousie, assassine Desdémone. Emilia ayant dénoncé ses mensonges, Iago lui assène un coup mortel, mais il sera châtié de ses crimes. Désespéré de son erreur, Othello se suicide. Cassio, qui a miraculeusement survécu à ses blessures, le remplacera à la tête de la garnison de Chypre.

1907 : Marlo Caserini, Italie
1908 : Pathé Frères, France ; Wîlliam V. Ranous, U.S.A.
1909 : Gerolamo Lo Savio, Italie ; Enrico Novelli, Italie
1910 : August Blom (Desdemone), Danemark
1912 : Aquila Films (Le spectre de Iago), Italie
1913 : Carles Seay,Othello à Jonesville U.S.A., (comédie)
1913 : Ernesto Maria Pasquali, Italie
1914 : Arrigo Frusta, Italie
1916 : Martinius Nielsen, Danemark, transposition
1918 : Max Mack, Allemagne
1920 : Camillo de Riso, Italie
1921 : Harley Knowles, G.-B., citations
1922 : Dimitri Buchowetzki, Allemagne
1930 : Hanns Schwarz, Allemagne, extraits
1936 : Walter Reisch, G.-B., version moderne
1945 : Marcel Carné (extraits dans Les enfants du paradis), France
1946 : David Mac Kane, G.-B.
1947 : George Cukor, U.S.A.
1952 : Orson Welles, Othello. Avec : Orson Welles (Othello), Michael MacLiammoir (Iago), Suzanne Cloutier (Desdémone). 1h35.

1953 : Charles Deane, G.-B., c.m.
1955 : Serguei Youtkevitch, URSS
1955 : Delmer Daves (L'homme de nulle part), U.S.A., transposition
1956 : Vittorio Gassman, citations dans Kean, Italie
1960 : Wajhtang Tschabukian, URSS).
1961 : Basil Dearden 5tout au long de la nuit), G.-B., transposition
1965 : Stuart Burge, G.-B.
1978 : Orson Welles (Filming Othello), U.S.A.
1980 : Liz White, U.S.A.

1981 : Jonathan Miller, Othello. Téléfilm BBC. Avec : Anthony Hopkins (Othello), Bob Hoskins (Iago), Penelope Wilton (Desdemona), David Yelland (Cassio) et Rosemary Leach (Emilia). 3h25.

1986 : Franco Zeffirelli (Otello) via l'opéra de Verdi
1995 : Oliver Parker, G.-B.
1997 : Jayaraaj Rajasekharan, Nair (Kaliyattam), Inde
1999 : Bakhtiar Khudojnazarov (Luna papa) Russie.
2000 : Tim Blake Nelson (O), U.S.A.
2002 : Carmelo Bene, Otello di Carmelo Bene. Téléfilm. Avec : Carmelo Bene (Otello), Michela Martini (Desdemona), Cosimo Cinieri (Jago), Cesare Dell'Aguzzo (Cassio / Brabanzio / Lodovico), Beatrice Giorgi (Roderigo), Rossella Bolmida (Emilia-Bianca). 1h17.



Le roi lear
(king Lear)
1605

Grigori Kosintzev, 1971
Le roi Lear de Jonathan Miller

Dans la grande salle du palais des rois de Grande-Bretagne, le vieux roi Lear réunit ses filles, leurs maris et son fidèle ami le comte de Kent. Il annonce son désir de se retirer du pouvoir et sa décision de diviser son royaume entre ses trois filles, Goneril mariée au duc d'Albany, Régane épouse de Cornouailles et Cordélia, la plus jeune, courtisée par le duc de Bourgogne et le roi de France. La plus large part sera offerte à celle qui saura lui déclarer qu'elle l'aime le mieux. Alors que les deux aînées n'hésitent pas à jouer la carte de la flagornerie, Cordélia se montre sobre et sincère en affirmant qu'elle devra un jour la moitié de son affection à un futur mari bien qu'elle aime profondément son père. Blessé par cette réserve qui pique d'autant plus son orgueil qu'elle émane de son enfant préférée, Lear déshérite Cordélia, partage le royaume entre les deux autres sœurs, la chasse impitoyablement et annonce qu'il ira vivre alternativement sur les terres de Goneril et de Régane avec sa suite d'une centaine de chevaliers.....

1909 : J. Stuart Blackton, U.S.A.
1910 : Giuseppe De Liguoro, Italie
1911 : Louis Feuillade (Le roi Lear au village), France
1912 : Gerolamo Lo Savio, Italie
1916 : Ernest Warde, U.S.A.
1935 : Harry Thomashefsky (le roi Lear juif), USA, transposition
1953 : Charles Deane,the world's a stage, G.-B., c.m.
1954 : Edward Dmytryk, (La lance brisée) U.S.A., transposition


1971 : Peter Brook, King Lear. Avec : Paul Scofield (King Lear), Irene Worth (Goneril), Cyril Cusack (Albany), Susan Engel (Regan), Tom Fleming (Kent), Anne-Lise Gabold (Cordelia), Ian Hogg (Edmund), Robert Langdon Lloyd (Edgar), Jack MacGowran (Le fou), Patrick Magee (Cornwall). 2h17.


1971 : Grigori Kosintzev, Korol Lir. Avec : Jüri Järvet (Lear), Elza Radzina (Goneril), Galina Volchek (Regan), Valentina Shendrikova (Cordelia), Oleg Dal (Le fou) Karlis Sebris (Gloster), Leonhard Merzin (Edgar), Regimantas Adomaitis (Edmund), Vladimir Yemelyanov (Kent). 2h19.

1976 : Steve Rumbelow, G.-B.

1982 : Jonathan Miller, King Lear. Téléfilm BBC. Avec : Michael Hordern (Lear), John Bird (le duc d’Albany), Anton Lesser (Edgar), Frank Middlemass (le fou du roi), Brenda Blethyn (Cordélia), Michael Kitchen (Edmond). 3h05.


1985 : Akira Kurosawa, Ran, transposition dans le Japon féodal du XVIe siècle
1987 : Jean-Luc Godard, King Lear, U.S.A., fable sur le cinéma.
1997 : Jocelyn Moorhoose (Secrets), U.S.A., transposition
2000 : Kristian Levring (Le roi est vivant), Danemark

2015: Olivier Py. Le roi Lear. Captation de Vitold Krysynsky. Traduction Olivier Py. Avec : Jean-Damien Barbin, Moustafa Benaïbout, Nâzim Boudjenah , Amira Casar, Céline Chéenne, Eddie Chignara, Matthieu Dessertine, Emilien Diard-Detoeuf, Philippe Girard, Damien Lehman, Thomas Pouget, Laura Ruiz Tamayo, Jean-Marie Winling . 2h30

 


Macbeth
1605

Acte I

Scène 1 : Un lieu désert. Les trois sorcières, aussi appelées les « trois fatales sœurs » dans le courant de la pièce, entrent en scène et ouvrent la pièce.

Scène 2 : Une salle du palais. Le Capitaine entre. Il rapporte à Duncan la bravoure de Macbeth et de Banquo. Celui-ci décide alors de léguer le titre et les droits de Cawdor, désormais jugé indigne de les posséder, au valeureux Macbeth.

Scène 3 : Une lande. Les trois sorcières viennent à la rencontre de Macbeth et de Banquo, revenant du combat. Elles prédisent à chacun leur avenir avant de s’évaporer. Ainsi, Macbeth deviendrait sire de Cawdor, puis roi ; Banquo quant à lui, aurait une descendance de sang royal. Là, entrent Angus et Ross, deux nobles écossais, venant annoncer à Macbeth qu’il hérite du titre de Cawdor.

Scène 4 : Une salle dans le palais. On apprend que Cawdor a été exécuté. Cérémonie : Macbeth reçoit officiellement le titre de baron de Cawdor. Duncan leur fait part de sa succession par son fils Malcolm.

Scène 5 : Inverness (La « capitale des Highlands », dans le nord du royaume). Devant le château de Macbeth. Lady Macbeth, lisant une lettre de Macbeth, apprend qu’il est baron de Cawdor ainsi que l'ont prédit les Fatales. Par la suite, elle apprend par un messager la venue du roi le soir même. Entre Macbeth, Retrouvailles et projet de meurtre.

Scène 6 : Même lieu que la scène précédente. Duncan, Banquo, Malcolm, Donalbain et les nobles écossais entrent chez Macbeth et se mettent à table.

Scène 7 : Une cour au château de Macbeth. Monologue de Macbeth qui hésite à passer à l'acte devant la bonté de son roi. Puis arrivée de Lady Macbeth et complot de meurtre entre les deux époux.

Acte II

Scène 1 : Le même lieu, une ou deux heures plus tard. Banquo et Fleance. Entre Macbeth. Dialogue entre Banquo et Macbeth au sujet des Fatales et de leurs prédictions. Sortent Banquo et Fleance. Puis monologue de Macbeth, obsédé par le meurtre.

Scène 2 : Les mêmes lieux. Lady Macbeth et Macbeth. Lady Macbeth a drogué les gardes du roi. Par la suite, Macbeth tue Duncan en le poignardant. Lady Macbeth prend les dagues qui ont servi au meurtre et va rougir de sang les gardes, afin de les innocenter, elle et son mari. Ce dernier est envahi de peur, consécutive au crime, mêlée de culpabilité et de folie.

Scène 3 : Les mêmes lieux. Le lendemain matin. Un portier, monologue. Entrent ensuite Macduff et Lennox. Puis Macbeth. Macduff et Lennox découvrent le corps du roi. Lady Macbeth et son mari jouent l’effroi et la surprise. Malcolm et Donalbain décident de fuir en quête de sécurité : "Là où nous sommes, il y a des poignards dans le sourire des hommes"

Scène 4 : Devant le château de Macbeth. Un vieillard et Ross ainsi que Macduff parlent du meurtre et de l’enterrement de Duncan, et du prochain couronnement de Macbeth.

Acte III

Scène 1 : À Forres. Une chambre d’audience du palais. Macbeth et Lady Macbeth convient Banquo à dîner. Macbeth complote avec deux assassins le meurtre de Banquo et de son fils Fleance pour que les soupçons ne soient pas tournés vers lui.

Scène 2 : Macbeth décide de laisser Lady Macbeth en dehors du complot.

Scène 3 : Une route qui mène vers le palais. Un troisième meurtrier vient se joindre aux deux autres. Ils tuent Banquo, mais Fleance réussit à s’enfuir. Banquo lui demande de venger sa mort.

Scène 4 : La grande salle du palais. Scène du diner. Macbeth apprend par un des meurtriers la fuite de Fleance. Macbeth a des apparitions : il voit le spectre de Banquo. Lady Macbeth prétexte un délire, un malaise et fait sortir les nobles. Macbeth s'inquiète de la non-venue de Macduff au dîner. Il annonce enfin son intention de retourner voir les "Sœurs Fatales".

Scène 5 : La lande. Entrent les trois sorcières, à la rencontre d’Hécate. Elles projettent de mener Macbeth à sa perte.

Scène 6 : Un château en Écosse. Lennox, un seigneur. Lennox soupçonne Fleance d’avoir tué son père ainsi que Malcolm et Donalbain d’avoir tué le leur. Il apprend par le seigneur que Malcolm et Macduff se sont ralliés à Siward.

Acte IV

Scène 1 : Une caverne, au milieu, un chaudron qui bout. Les Fatales préparent potions et incantations avant la venue de Macbeth. Entre Macbeth, venant leur demander conseil. Invocations d’apparitions qui répondent tour à tour aux craintes de Macbeth. Le règne de ce dernier durera jusqu'à ce que la grande forêt de Birnam s'avance contre lui. Les sorcières disparaissent. Entre Lennox. Il apprend à Macbeth que Macduff s’est enfui en Angleterre. Macbeth projette alors de tuer la femme et la descendance de Macduff.

Scène 2 : Fife. Une salle du château de Macduff. Lady Macduff s’interroge sur la fuite impromptue de son mari. Ross la rassure quelque peu, puis sort. Entre le fils de Macduff. Lui et sa mère parlent de la « mort » de Macduff et de leur devenir. Passage d’un messager leur annonçant un danger. Entrent les meurtriers, à la recherche de Macduff. Ils tuent Lady Macduff et son fils.

Scène 3 : En Angleterre, devant le palais du roi. Dialogue entre Malcolm et Macduff. Ils ne doutent pas un seul instant de la culpabilité de Macbeth dans les meurtres. Malcolm pense à s'emparer du trône comme il lui est dû et s'interroge sur sa faculté à diriger. Évocation du Roi d'Angleterre : contraste entre la bonté et la grâce du souverain (pouvoir de guérison) et le Mal qui habite Macbeth. Macduff culpabilise d’avoir fui. Alors, Ross entre et leur apprend la mort de Lady Macduff et de ses enfants. Macduff décide alors de se venger.

Acte V

Scène 1 : Dunsinane, une chambre du château. Entrent un médecin et la dame de compagnie de Lady Macbeth. Puis entre Lady Macbeth, somnambule, et obsédée par les meurtres, le sang, cherchant à laver ses mains. Elle sort. Restés seuls, ils discutent sur l’état de Lady Macbeth et sur ses aveux involontaires.

Scène 2 : La campagne à proximité de Dunsinane. Menteith, Angus, Lennox et Caithness. Ils parlent de l’approche du bois de Birnam, de Malcolm, son oncle Siward, et Macduff, représentant la force anglaise, et qui « brûlent de se venger ».

Scène 3 : Dunsinane. Une salle du château. Macbeth apprend le rapprochement de la force anglaise dans le bois de Birnam. Il décide de combattre jusqu’à la mort et demande à Seton, son écuyer, de lui remettre son armure.

Scène 4 : La campagne près de Birnam. Le bois en vue. Les nobles entrent, ainsi que Siward, son fils et des soldats. Ils se préparent au combat.

Scène 5 : Dunsinane. La cour du château. Macbeth, Seton et des soldats. Préparation au combat. On apprend la mort de Lady Macbeth. Un messager entre et apprend que le bois de Birnam marche en direction de Dunsinane.

Scène 6 : Dunsinane. Devant le château. Malcolm, Siward, Macduff et des soldats. Coup d’envoi du combat.

Scène 7 : Une autre partie du champ de bataille. Entrent Macbeth et le jeune Siward. Ils combattent. Le jeune Siward est tué. Macbeth sort. Entrent Macduff, Siward et Malcolm. Macduff jure de se venger.

Scène 8 : Une autre partie du champ de bataille. Macbeth et Macduff dialoguent, puis combattent. Macbeth est tué.

Scène 9 : Dans le château. Entrent Siward, Malcolm, Ross, des barons et des soldats. Siward apprend par Ross la mort de son fils. Entre Macduff tenant la tête de Macbeth. Fanfares. Malcolm conclut la pièce en annonçant son couronnement.

1905 : G. William Bitzer, U.S.A.
1908 : J. Stuart Blackton, U.S.A.
1909 : Mario Caserini, Italie
1909 : André Calmettes, France
1910 : Henri Andréani, France.
1911 : Frank Benson, G.-B.
1913 : Arthur Bourchie, Allemagne
1916 : David W. Griffith, U.S.A.
1917 : Enrico Guazzoni, Italie
1922 : Heinz Schall, Allemagne
1945 : James Carter, G.-B., extraits
1946 : Thomas A Blair, U.S.A.

1948 : Orson Welles : Macbeth. Avec : Orson Welles (Macbeth), Jeanette Nolan (Lady Macbeth), Dan O'Herlihy (Macduff), Roddy McDowall (Malcolm), Edgar Barrier (Banquo), Erskine Sanford (Duncan). 1h42.
"Ce décor de carton goudronné, ces Ecossais barbares, vêtus de peaux de bêtes et qui brandissent des sortes de lance-croix de bois noueux, ces lieux insolites ruisselants d'eau, dominés par des brumes qui ne laissent jamais deviner un ciel où l'on doute qu'il y ait des étoiles, forment littéralement un univers de préhistoire, non celle de nos ancêtres les Gaulois ou des Celtes, mais d'une préhistoire de la conscience à la naissance du temps et du péché, quand le ciel et la terre, l'eau et le feu, le bien et le mal ne sont point encore distinctement séparés." En 1947, le critique André Bazin décrivait et commentait ainsi le Macbeth réalisé par Orson Welles et démontrait comment les conditions de production du film (tourné en vingt-trois jours seulement, dans des conditions de pauvreté extrême) avaient déterminé une dramaturgie qui fait de la pièce de Shakespeare un drame tellurique révélant le drame métaphysique de Macbeth.

1950 : Katherine Stenholm, U.S.A.
1953 : Charles Deane, G.-B., c.m.
1952 : André Barsacq (le rideau rouge), France, transposition
1955 : Ken Hugues (Joe Macbeth), U.S.A, transposition

1957 : Akira Kurosawa : Le chateau de l'araignée. Avec : Toshirô Mifune (Taketori Washizu), Isuzu Yamada (Lady Asaji Washizu), Akira Kubo (Yoshiteru Miki). 1h39.

Kurosawa transforme assez profondément le sens de la pièce de Shakespeare où le guerrier succombe à la tentation du pouvoir qu'il porte obscurément en lui tout en gardant sa grandeur jusque dans la chute. Ce sont moins les passions profondes des individus qui sont révélées ici que leurs erreurs. La séquence d'ouverture, qui sera reprise à la fin, indique assez clairement le message humaniste de Kurosawa. Le tragique des passions humaines s'accompagne d'un message bouddhiste appelant l'homme à se détourner du sang et des passions et à jouir sainement de la brièveté de la vie.

1960 : George Schaefer, G.-B.
1960 : Andrzej Wajda (Lady Macbeth sibérienne), Pologne, transposition
1964 : Douglas Campbell, U.S.A.

1971 : Roman Polanski, The tragedy of Macbeth. Avec : Jon Finch (Macbeth), Francesca Annis (Lady Macbeth), Martin Shaw (Banquo). 2h20.
La tragédie de Macbeth (1971), premier film de Polanski depuis l'assassinat brutal de sa femme Sharon Tate enceinte de leur enfant par la secte Manson, est un violent exercice cathartique. C'est certainement l'adaptation cinématographique la plus violente notamment avec les détails horribles et sordides de l'assassinat de Duncan qui est censé être raconté et non montré à l'écran. Le meurtre de la famille MacDuff est aussi sanglant. Certaines scènes, comme la rencontre avec les sorcières et l'apparition dans la fôret, relèvent du fantastique.

1982 : Béla Tarr, Macbeth. Avec : György Cserhalmi (Macbeth), Erzsébet Kútvölgyi (Lady Macbeth), Ferenc Bencze. 1h02.

Le film est composé de deux plans. Le premier plan, de cinq minutes, filme dans la continuité du générique la grande séquence des sorcières (interprétées par des hommes !). Puis, après la brève inscription du titre sur fond noir (un classique de Bélà Tarr), le deuxième plan dure 57 minutes.

1983 : Jack Gold, Macbeth. Téléfilm de la BBC. Avec : Nicol Williamson (Macbeth), Jane Lapotaire (Lady Macbeth), Ian Hogg (Banquo), Mark Dignam (Duncan), James Hazeldine (Malcolm), Brenda Bruce, Eileen Way, Anne Dyson (les sorcières). 2h28.

1987 : Pauli Pentti, Finlande, transposition
1987 : Claude d'Anna, France-RFA, fïlm-opéra
1991 : William Reilly (Men of respect), U.S.A., transposition moderne
1997 : Jeremy Freeston, G.-B.
2015 : Justin Kurzel, Macbeth.Avec : Michael Fassbender (Macbeth), Marion Cotillard (Lady Macbeth), David Thewlis (Duncan), Paddy Considine(Banquo), Jack Reynor (Malcolm), Sean Harris (Macduff), Elizabeth Debicki (Lady Macduff), David Hayman (Lennox). 1h53.


Antoine et Cléopatre
(Antony and Cleopatra)
1605

1908 : J. Stuart Blackton, U.S.A.
1910 : Albert Capellani, France.
1912 : Charles L. Gaskill (Cléopâtre), U.S.A.
1913 : Enrico Guazzoni, Italie.
1917 : J. Gordon Edwards (Cléopâtre), U.S.A.
1963 : Joseph L. Mankiewicz, Cleopatra. Avec : Elizabeth Taylor (Cleopâtre), Richard Burton (Marc Antoine), Rex Harrison (Jules César). 4h03.


1972 : Charlton Heston, Antony and Cleopatra. Avec : Charlton Heston (Marc Antoine), Hildegard Neil (Cleopatre), Eric Porter (Enobarbus), John Castle (Octave).2h18.


1981 : Jonathan Miller. Antony and Cleopatra. Téléfilm de la BBC. Avec :Jane Lapotaire (Cléopâtre), Colin Blakely (Antoine), Ian Charleson (Octavius Caesar), Esmond Knight (Lépide), Emrys James (Domitius Enobarbus). 2h50.


1983 : Lawrence Carra, U.S.A.

 



Coriolan
(Coriolanus)
1607

Caius Martius, surnommé Coriolan après sa victoire militaire à Corioles, revient à Rome pour devenir Consul. Davantage guerrier que politicien, sa haine et son mépris de la plèbe lui font perdre les élections consulaires. Il passe alors à l’ennemi. Mais son succès là-bas est tel qu’on le jalouse et l’assassine.

1963 : Giorgio Ferroni (Coriolan, héro de sa patrie), Italie
1979 : Wildford Leach, U.S.A.

1984 : Elijah Moshinsky, Coriolanus. Téléfilm BBC. Avec : Alan Howard (Coriolan), Joss Ackland (Menenius), Irene Worth (Volumnia), Mike Gwilym (Aufidius), Heather Canning (Valeria). 2h25.

2011 : Ralph Fiennes, Ennemis jurés. Avec : Ralph Fiennes (Coriolanus), Gerard Butler (Tullus Aufidius), Jessica Chastain (Virgilia), Vanessa Redgrave (Volumnia), Brian Cox (Menenius), John Kani (Général Cominius), Paul Jesson (Brutus), James Nesbitt (Le tribun Sicinius). 2h02.



Timon d'Athenes
(Timon of Athens)
1607

 

Timon, seigneur athénien, mène une fastueuse existence, entouré de flatteurs qu’il croit être ses amis et qu’il couvre de cadeaux ; jusqu’au jour où, les dettes l’assaillant, ses courtisans se dérobent et leur ingratitude cause la ruine de Timon. Quand il se voit abandonné de tous, sa naïveté cède la place à une rage intense et amère, dirigée contre tout le genre humain. Il s’exile et trouve refuge dans une grotte, un coin désolé où il peut laisser éclater sa haine envers l’homme.

1981 : Jonathan Miller,Timon of Athens. Téléfilm BBC. Avec : Jonathan Pryce (Timon), Norman Rodway (Apemantus), John Shrapnel (Alcibiade), Geoffrey Collins (Flaminius), John Fortune (le poète), John Bird (le peintre). 2h08.

 

 

 

 

 

Drames Historiques

1199-1216 Jean "sans Terre" (1167–1216). Cinquième fils d'Henri II.

1377-1399. Richard II (1367-1400). Fils aîné d'Édouard de Woodstock (le Prince Noir), lui-même fils aîné d'Édouard III. Déposé par son cousin Henri Bolingbroke, il abdique en septembre 1399 et meurt en captivité, probablement assassiné.

1399-1413. Henri IV (1366-1413). Fils de Jean de Gand, le troisième fils d'Édouard III. Il permet aux Lancastre (Lancaster en anglais), d'accéder au trône.

1413-1422. Henri V (1386-1422). Fils aîné d'Henri IV.

1422-1461. Henri VI (1421-1471) Seul fils d'Henri V. Frappé de folie, déposé en 1461 par son cousin Édouard d'York.

1461-1470. Édouard IV (1442–1483). Arrière-petit-fils d'Edmond de Langley, quatrième fils d'Édouard III. Doit fuir suite à la rébellion de Richard Neville.

1470-1471. Henri VI (1421-1471) Rétabli sur le trône par Richard Neville, qui est vaincu et tué après le retour d'Édouard IV en Angleterre. Meurt assassiné à la Tour de Londres le 21 mai 1471, quelques jours après la mort de son seul fils, Édouard de Westminster, à la bataille de Tewkesbury.

1471-1483. Édouard IV (1442–1483). Restauré après la défaite d'Henri VI.

1483-1483. Édouard V (1470–1483) Fils aîné d'Édouard IV. Jamais sacré. Déposé par le Parlement après moins de deux mois de règne, le 25 juin 1483, sous prétexte d'illégitimité. Enfermé dans la Tour de Londres avec son frère cadet, Richard de Shrewsbury, où tous deux sont assassinés.

1483-1485. Richard III (1452–1485). Frère cadet d'Édouard IV. S'empare du pouvoir au détriment de ses neveux. Vaincu et tué à Bosworth par Henri Tudor, qui lui succède et met un terme à la guerre des Deux-Roses.

1485-1509. Henri VII (1457-1509). Descendant de Jean de Gand, troisième fils d'Édouard III. Fils d'Edmond Tudor et de Margaret Beaufort, neveu d'Henri VI, il épouse Élisabeth d'York, fille d'Édouard IV, en 1486

1509-1547. Henri VIII (1491-1547) Fils d'Henri VII. Resté célèbre pour ses six épouses, ainsi que pour avoir proclamé l'indépendance de l'Église d'Angleterre, dont il devient le chef.

Avec Richard II, Shakespeare lance en 1595 sa deuxième tétralogie faite aussi d'Henry IV (en deux parties) et d'Henry V. Le dramaturge choisit alors de remonter à la racine du mal. Deux siècle après les faits, il lui apparait que le péché originel de l'Histoire récente de son pays, c'est la déposition en 1399 de Richard II, vite suivie de sa mort, ourdie peut-être par son rival Henry IV, une hypothèse que l'auteur a préféré à celles de la maladie ou du suicide, nous donnant même à voir l'assassinat (V,v). Après Richard, c'est un York qui aurait du régner, et non son cousin Henry, de la branche cadette des Lancastre. Ce coup d'Etat anéantit l'héritage de l'illustre Edouard III, dès lors qu'entre les enfants de ses sept fils règne la zizanie, d'où sortira une guerre civile de trente ans, jusqu'à la double éviction des Lancastre (Henry IV, Henry V, Henry VI) et des York (Edouard IV, Edouard V, Richard III).

La première tétralogie a exploré la guerre civile des Deux-roses, prise dans son déroulé : de son éclosion parmi les rosiers du Temple à Londres (dans la première partie d'Henry VI) jusqu'à l'avènement en 1485 (à la fin de Richard III) de la nouvelle dynastie des Tudors, à laquelle appartenait la reine Elisabeth. La guerre des Deux Roses, qui ensanglanta l'Angleterre entre 1455 et 1485, a pour origine une querelle de succession entre deux branches de la famille des Plantagenêt, qui règne sur l'Angleterre à partir de 1216, les Lancastre et les York. Ces deux familles sont unies par les liens du sang, puisque descendantes directes du roi Edouard III, mais déchirées par les ambitions exacerbées par le règne tumultueux du roi Henri VI, un Lancastre.

C'est son cousin Richard, duc d'York qui entame les hostilités en 1455, ce qui permettra à son fils Edouard IV de devenir roi en 1461, après avoir chassé le roi Henri VI. Les York vont alors régner sur l'Angleterre, malgré la poursuite des conflits, avec Edouard V puis avec le redoutable Richard III, jusqu'à l'arrivée sur le trône d'Henri VII Tudor, un Lancastre, qui épousera Elizabeth d'York, fille du roi Edouard IV, soeur du roi Edouard V et nièce du roi Richard III...

,


Henry VI (3 parties)
1592

 

Tandis que la nation pleure la mort du roi Henry V, les échos des échecs militaires de l’armée anglaise en France retentissent dans le Royaume. Lorsque le général Lord Talbot est relâché, les Anglais reconquièrent le terrain perdu mais l’apparition d’une mystérieuse guerrière, Jeanne d’Arc, fait tourner la chance du côté des Français. Pendant ce temps, à la Cour du roi-enfant Henry VI, des querelles éclatent entre Lancastre et York, chefs de file de deux camps opposés : les roses blanches et les roses rouges...

La dissidence est devenue de plus en plus courante au sein du royaume affaibli du Roi Henry. Suite à leur défaite face à la France, les Anglais perdent leurs terres d’Anjou et de Maine et se voient concéder, en compensation, la princesse Marguerite, venue de France pour épouser le Roi. L’effervescence politique est à son comble : tandis que Gloucester affronte Beaufort, le duc d’York lève une armée contre le Roi en Irlande et engage Jack Cade pour mener la rébellion à Londres...

Vaincu à Saint Albans, Henry est forcé de laisser la couronne à la maison des York ; mais la reine Marguerite est déterminée à faire de son fils le futur Roi d’Angleterre. Elle lance ses troupes à la poursuite du duc d’York, qui meurt au combat. Son fils Richard, prend alors la suite du combat aux côtés de son frère Édouard.

1960 : Michael Hayes. An age of kings. Henry VI . Part 1 : The Red Rose and the White - Part 2: The Fall of a Protector - Part 3 : The Rabble from Kent Henry VI Part 4: The Morning's War - Part 5: The Sun in Splendour (5 x 1h00).

1983 : Jane Howell. The first part of Henry the Sixth. Téléfilm BBC. Avec : Peter Benson (Henry VI), Brenda Blethyn, Bernard Hill (Duc d'York), Trevor Peacock, Ron Cook (Richard, Duc de Gloucester), Brian Protheroe (Edward IV), Michael Byrne (Marquis de Montague), Nick Reding (Edward, Prince of Wales). 3h07. 3h33 (2e partie) et 3h30 (3e partie)

2014 : Thomas Jolly. Henry VI. Traduction Line Cottegnies. Avec Johann Abiola, Damien Avice, Bruno Bayeux, Nathan Bernat, Geoffrey Carey, Gilles Chabrier, Eric Challier, Armand Chomant-Planson, Alexandre Dain, Flora Diguet, Antonin Durand, Émeline Frémont, Damien Gabriac, Thomas Germaine, Thomas Jolly, Nicolas Jullien, Pier Lamandé, Martin Legros, Julie Lerat-Gersant, Olivier Leroy, Jean-Baptiste Papon, Charline Porrone, Jean-Marc Talbot, Manon Thorel, Antoine Travert.18h00, entractes compris.

 


Richard III
(The Tragedy of Richard III)
1594

1953, Laurence Olivier
1955 : Laurence Olivier,
Richard III
Age  des rois
1960 : Michael Hayes,
An age of kings
.
1981 : Carmelo Bene
Riccardo III
1983, Jane Howell
1983 : Jane Howell.
The Tragedy of Richard III
1996, Al Pacino
1996 : Al Pacino,
Looking for Richard.

Bossu intelligent et ambitieux, Richard Gloucester ne songe qu'à ravir la couronne royale de son frère Edouard IV. Après avoir épousé de force Lady Anne, la veuve de l'héritier de la maison de Lancastre, Richard persuade Edouard que leur frère Clarence complote contre lui. Clarence est enfermé à la Tour de Londres, puis exécuté. Edouard tombe malade et meurt peu après. Richard se hâte de faire éliminer un à un les derniers fidèles du roi, Rivers, Dorset et Hastings. Son ami Buckingham lui rallie le Parlement et le peuple, Richard est couronné et commence son règne de terreur... Buckingham tombe en disgrâce et rejoint en France Henry Tudor qui lève une armée pour renverser le tyran. Tudor rentre en Angleterre à la tête de ses troupes. Richard marche à sa rencontre. Une sanglante bataille a lieu à Bosworth. Trahi par ses lieutenants, Richard perd tout espoir. Couché sur le champ de bataille, il crie le célèbre "Mon royaume pour un cheval" avant d'être sauvagement mis à mort par un groupe de ses anciens fidèles.

1908 : J. Stuart Blackton, U.S.A.
1910 : Henri Andréani (Les enfants d'Edouard), France.
1911 : Frank Benson, G.-B.
1912 : André Calmettes, France.
1913 : M. B. Dudley (Vie et mort de Richard III), U.S.A.
1914 : Pathé, France.
1929 : John G. Adolfi (Show of shows) U.S.A (le monologue de Richard par John Barrymore).
1939 : Rowland V. Lee (la tour de Londres), U.S.A.
1954 : Philip Dunne, U.S.A., extrait.
1955 : Laurence Olivier, Richard III. Avec : Laurence Olivier (Richard III), (le duc de Buckingham), John Gielgud (George, Duc de Clarence), Mary Kerridge (la reine Elizabeth), Claire Bloom (Lady Anne). 2h41.

1960 : Michael Hayes, An age of kings. Richard III : Part 1 : The Dangerous Brother - Part 2 : The Boar Hunt.
1962 : Roger Corman (La tour de Londres), U.S.A.
1980 : Ramaz Chkhitvadze, URSS.
1981 : Carmelo Bene. Riccardo III (da Shakespeare) secondo Carmelo Bene. Avec : Carmelo Bene (Richard III), Lydia Mancinelli (Duchesse d'York), Maria Grazia Grassini (Elizabeth). 1h16.


1983 : Jane Howell. The Tragedy of Richard III. Téléfilm BBC.


1986 : Raoul Ruiz, France.
1996 : Richard Loncraine, G.-B. transposition dans les années 30.
1996 : Al Pacino, Looking for Richard. Avec : Al Pacino (Richard III), Alec Baldwin (Duc de Clarence), Kevin Spacey (Comte de Buckingham), Winona Ryder (Lady Anne), Penelope Allen (La reine Elizabeth). 1h52.

2015 : Thomas Ostermeier, Richard III. Avec : Lars Eidinger (Richard III), Jenny König (Lady Anne), Moritz Gottwald (Buckingham), Eva Meckbach (Elizabeth), Thomas Bading (Edward, Le Lord-Maire de Londres). 2h30.

 


La Vie et la mort du Roi Jean
(The Life and Death of King John)
1594

À la mort de Richard Cœur de Lion, Arthur, son neveu de douze ans, doit lui succéder, mais Jean, frère cadet de Richard, usurpe le trône. Philippe II de France demande au roi Jean de reconnaître les droits d’Arthur, mais il refuse et la France déclare la guerre à l’Angleterre. Jean tente d’assassiner Arthur, ce qui lui attire les foudres des nobles anglais qui se rallient à la cause ennemie, laissant l’usurpateur dans une impasse.

1898 : Herbert Beerbohm Tree, G.-B.
1978 : David Giles. The Tragedy of King Richard the Second. Téléfilm BBC.


La tragédie du roi Richard II
1595

1960 : Michael Hayes. An age of kings.
1978 : David Giles. The Tragedy of King Richard the Second

Richard Plantagenet, sacré huitième roi d'Angleterre à dix ans, assumant réellement les prérogatives de sa charge à quinze, renonçant au trône à trente-deux, avant de mourir, emprisonné, l'année suivante, en 1400.

Monarque aux contradictions multiples, aimé et haï, fort et faible, qui se revendiquait à la fois homme et roi, et pas seulement souverain de droit divin. Roi martyr pour les uns, roi faible, capricieux, indécis, injuste pour les autres : tous les qualificatifs ont été employés pour caractériser ce corps royal qui entraînera son royaume dans sa chute. La pièce de Shakespeare témoigne de la fin d'un monde sur les décombres duquel l'anarchie et la barbarie règneront. C'est là toute la contradiction de la conception du pouvoir incarnée par Richard II, qui se fonde sur la peur du désordre et conduit pourtant à plus de chaos et de violence.

rôle de ce « roi non-roi » comme il se nomme lui-même, ce roi dont la souveraineté est rendue malade par un exercice du pouvoir peuplé d'illusions. La Tragédie du roi Richard II conte sa trajectoire, mais aussi celle, symétrique et malgré tout opposée, d'Henry Bolingbroke, futur Henri IV interprété par Pascal Bongard. Tous deux s'affrontent à mort dans un combat dont l'enjeu principal est la quête du pouvoir, combat qui les conduira l'un et l'autre à une douleur commune. Pour faire entendre la pièce, l'écrivain a fait le choix d'une langue directe, nerveuse, qui rend compte du foisonnement du verbe shakespearien hors de tout romantisme. Un choix qui fait écho au goût de Jean-Baptiste Sastre pour les mots et la littérature, comme en témoigne la présence sur scène des auteurs Jean Echenoz et Pierre Michon. Ce projet nous offrira leur vision commune de ce poème shakespearien qui hante encore aujourd'hui nos cœurs. JFP

1947 : Jean Vilar, acteur et metteur en scène pour le premier festival d'Avignon.
1960 : Michael Hayes. An age of kings. Richard II. Part 1 : The Hollow Crown - Part 2: The Deposing of a King.
1978 : David Giles. The Tragedy of King Richard the Second. Téléfilm BBC.
1982 : Ariane Mouchkine et le théâtre du soleil dans une version asiatique.
2010 : Jean-Baptiste Sastre : La tragédie du roi Richard II. Captée par Roberto-Maria Grassi. Traduction de Frédéric Boyer. Avec : Denis Podalydès (Richard II), Pascal Bongard (Bullingbrock), Nathalie Richard (La reine), Pierre Michon (John de Gaunt), Vincent Dissez (Nothumberland), Axel Bogousslavsky (Aumerle), Jérôme Derre (York). 2h45.

 



Henri IV (2 parties)
1600

1960 : Michael Hayes. An age of kings
1965 : Orson Welles (Falstaff)
1979 : David Giles. The first part et The second part of Henry the Fourth.
1989 : Gus van Sant My own private Idaho

L'Angleterre en l'an 1399. Après l'assassinat du roi Richard II, Henry IV, né Bolinbroke, qui a usurpé le trône, doit faire face à une révolte de barons dirigée par Hotspur. Dans la taverne de Mr. Quickly, Hal, prince de Galles, son fils aîné, mène joyeuse vie en compagnie de son vieil ami Jack Falstaff.

Henry IV demande à Hal de le soutenir devant la menace qui se précise. Après une vaine tentative de conciliation, Hal, à la tête de son armée, triomphe des rebelles à la bataille de Shrewsbury (1403). Falstaff se vante éhontément d'avoir tué Hotspur de ses propres mains, tandis que Hal rejoint son père. Une entrevue convainc Henry IV de la noblesse de son fils.

Lorsque le roi meurt en 1413, Hal monte sur le trône, devenant cinquième du nom. Falstaff est fou de joie : lui, son ami de débauche, aura droit à un poste important. Falstaff assiste au couronnement et interpelle familièrement le roi durant la cérémonie. Ulcéré par cette attitude, Hal le fait exiler de la Cour. À l'heure où Henry V prépare l'invasion de la France, Falstaff, pauvre et abandonné, meurt de chagrin dans la taverne de Mr. Quickly.

1960 : Michael Hayes. An age of kings. Henry IV. Part 1 : Rebellion from the North - Part 2 : The Road to Shrewsbury - Part 3 : The New Conspiracy - Part 4 : Uneasy Lies the Head

1965 : Orson Welles (Falstaff). Avec : Orson Welles (Sir John Falstaff), Keith Baxter (Le prince Hal), John Gilgud (le roi Henry IV), Jeanne Moreau (Doll), Margaret Rutherford (Mistress Quickly). 1h59

Adaptation joyeuse et crépusculaire, profondément accordée aussi aux préoccupations de Welles qui revient à sa chère Espagne pour réaliser un projet (l'audacieuse synthèse de plusieurs pièces de Shakespeare) qu'il avait déjà tenté à la scène en 1939 et 1960.

1979 : David Giles. The First part et The Second Part of Henry the Fourth. Téléfilm BBC.

1989 : Gus van Sant (My own private Idaho). Avec : River Phoenix (Mike Waters), Keanu Reeves (Scott Favor), James Russo (Richard Waters), William Richert (Bob Pigeon), Rodney Harvey (Gary). 1h42.

Van Sant s'appuie sur Shakespeare pour faire de Scott un personnage au parcours semblable à celui de Henry V, acceptant l'âge adulte après s'être mis sous la protection d'un Bob-Falstaff durant l'adolescence. (voir analyse détaillée)



Henry V

1600

1944 : Laurence Olivier, The Chronicle History of King ...
1960 : Michael Hayes. An age of kings.
1979 : David Giles. The Life of King Henry the Fifth.
1989 : Kenneth Branagh, Henry V.

Poussé par son entourage, le roi Henry V réclame la couronne de France et part en guerre contre Charles VI. Un personnage évoque la traversée de la Manche tandis qu'une flotte de voiliers surgit dans la brume. La réalité documentaire cède la place à l'imaginaire. Après le siège victorieux d'Harfleur, l'armée du roi d'Angleterre amorce un mouvement de retraite vers Calais. Charles VI veut contrarier cette manoeuvre et croit pouvoir remporter une victoire décisive. Au cours de la veillée d'armes, le roi Henry déguisé en fantassin sonde le moral de ses troupes. Le lendemain, sur le champ de bataille d'Azincourt, il harangue ses combattants. Bien qu'inférieurs en nombre, les soldats anglais mettent en déroute les cavaliers français. Cinq ans plus tard, le traité de Troyes met fin à la guerre. Henry V se réconcilie avec la couronne de France en épousant la princesse Catherine.

1944 : Laurence Olivier, The Chronicle History of King Henry the Fift with His Battell Fought at Agincourt in France. Avec : Leslie Banks (Chorus), Laurence Olivier (Le roi Henry V), Felix Aylmer (L'évêque de Canterbury). 2h17.

1960 : Michael Hayes. An age of kings. Henry V. Part 1 : Signs of War - Part 2 : The Band of Brothers.

1979 : David Giles. The Life of King Henry the Fifth. Téléfilm BBC.

1989 : Kenneth Branagh, Henry V. Avec : Derek Jacobi (Chorus), Kenneth Branagh (Henry V), Simon Shepherd (Gloucester), James Larkin (Bedford), Brian Blessed (Exeter), James Simmons (York), G.-B.

 


Henry VIII
1613

Henry VIII défie l’Eglise en voulant annuler son mariage avec Katherine d’Aragon, qui ne parvient pas à lui donner un héritier mâle, pour épouser sa maîtresse, Anne Bullen. Le Cardinal Wolsey, à qui le roi accorde toute sa confiance, manigance contre Catherine et tente de concilier Rome aux vœux du roi. Mais des nobles anglais se liguent contre Wolsey et cherchent à montrer au roi le double jeu que mène le Cardinal.

1911 : William G. Barker, G.-B.
1912 : Charles Kent, James Young, Larry Trimble (Cardinal Wolsey), U.S.A.
1979 : David Giles. The Famous History of the Life of King Henry the Eight. Téléfilm BBC.

Jean-Luc Lacuve (texte révisé le 06/03/2011)