André Téchiné

né en 1943
21 films
   
5
8
histoire du cinéma : Cinéma mental

1- Mise en scène

Les points d'orgue des films d'André Téchiné sont souvent des face-à-face entre deux personnages que tout semble opposer et qui, pourtant, s'attirent. Par leur dialogue, ces personnages cherchent à mettre à nu l'intimité profonde, la psychologie enfouie de l'autre qui est la source de cette séduction paradoxale. Ces ressorts cachés ont souvent trait à l'enfance et à la famille. La construction du film, qui met en scène de nombreux personnages (parents, frères, soeurs, enfants...) vient faire écho à cette préoccupation psychanalytique et donne au film une forte épaisseur romanesque.

Mais c'est surtout l'élection d'un plan qui est le moteur de la mise en scène de Téchiné. Il met mise à distance une situation générale pour en extirper un plan, un moment une situation génératrice d'émotion. En 1985 pour Rendez-vous, André Téchiné ne cache pas son admiration pour Murnau, le grand cinéaste allemand :

"Il avait une sensibilité dont je me sentais très proche et une façon de donner une sorte de réalité cinématographique à des choses secrètes, obscures, une manière de montrer l'invisible par le visible. Et ça, je crois que ça m'est toujours resté." (1).

L'un de ces moments est par exemple dans Les témoins, celui où Adrien regarde Manu sur la péniche qui admire l'île de la cité. Il est séparé de lui par la barrière de sécurité que son âge et son poids ne lui ont pas permis de franchir avec l'agilité de Manu. La caméra saisie donc les deux hommes échelonnés dans la perspective du plan puis, après un gros plan sur le visage d'Adrien, saisit celui de Manu se détachant de l'arche du pont et des arbres rendus flous à l'arrière plan. Le visage de Manu est décontextualisé et prend valeur d'icône. Il y a tragédie entre le quotidien d'une relation qui pourrait être normale et la vision de cet amour impossible.

La métaphore du travail artistique par la mise en abîme d'une pratique artistique dans le film participe également à cet élection d'un plan métaphorique. Ainsi, la répétition du concert dans Les innocents ou la séquence à L'opéra dans Les témoins (2007). Dans ce film, la représentation des Noces de Figaro avec Barberine errant dans la nuit sous une lune énorme avec pour seul repère sa petite bougie est une métaphore évidente de la fragilité de la vie humaine pour ceux qui dans ces années là sont confrontés au virus du Sida.

Dans Nos années folles (2017) à la séquence majestueuse de Suzane dans sa robe dorée dans le cabaret de Samuel, répond une Suzanne dans les bois, tâtée, harcelée, mise à terre par ses prétendants hostiles dorénavant. Elle git alors comme une poupée désarticulée.

2 - Biographie

Né le 13 mars 1943 à Valence d'Agen, André Téchiné a eu une enfance provinciale puisqu'il n'est "monté" à Paris qu'à l'âge de vingt ans. Pensionnaire dans un collège religieux, il ne pouvait sortir que le dimanche après-midi, qu'il passait systématiquement au cinéma. Pendant ses études secondaires, il s'occupe de ciné-clubs et commence à écrire "ni des scénarii ni des romans, des textes entre les deux (Première, n°109, avril 1986)".

André Téchiné est donc à Paris en 1963 pour y poursuivre ses études de Lettres et entrer à l' I.D.H.E.C. En 1964, il envoie aux Cahiers du cinéma une critique de La peau douce, le film de Français Truffaut, qui sera publiée dans le numéro 157 (Juillet) de la revue. Il continuera d'y écrire régulièrement - sur Dreyer, Visconti, Godard entre autres - jusqu'à fin 1967. En même temps, il débute derrière la caméra et réalise, à l'IDHEC, son premier court métrage, Les oiseaux anglais (1965). Il est aussi assistant de Jacques Rivette sur L'amour fou et de Marc'O sur Les idoles.

Paulina s'en va, le premier long métrage de Téchiné, a été réalisé en deux temps : une semaine de tournage en 1967, une autre en 1969. Interprété par Bulle Ogier, Marie-France Pisier et Laura Betti, le film est présenté au Festival de Venise 1969 mais ne sortira à Paris qu'en 1975, après Souvenirs d'en France.

De 1970 à 1974, André Téchiné est réalisateur d'un court métrage, Le banquet (1971), scénariste d'Aloise de Liliane de Kermadec (1973), assistant de Denise Glaser sur l'émission " Discorama " à la télévision, moniteur à l'IDHEC et metteur en scène, au théâtre, de la pièce de D. Mariani, Chantage au théâtre.

Avec Souvenirs d'en France, 1975 André Téchiné s'inscrit dans un courant du cinéma français qualifié de "sensibilité douloureuse". Il apparaît comme un jeune cinéaste très prometteur avec Jean Eustache La maman et la putain (1972), Mes petites amoureuses (1975) ; les trois premiers films de Pialat en forme de triptyque sur la vie et l'enfance : L'enfance nue (1969); l'âge adulte : Nous ne vieillirons pas ensemble (1972), la vieillesse et la mort : La gueule ouverte (1973) - puis en 1978, Passe ton bac d'abord qui décrit l'avenir bouché de jeunes sans qualification - ainsi que Jacques Doillon avec Les doigts dans la tête (1977) et La drôlesse (1979).

Grâce au bon accueil reçu par Souvenirs d'en France, Téchiné dispose d'un important budget pour tourner Barocco avec Isabelle Adjani et Gérard Depardieu. Le scénario de Les soeurs Bronte avait été écrit en 1972. "Je le considérais comme le projet de ma vie et, paradoxalement, c'est celui qui, d'une certaine façon, m'a valu le plus de déboires. Cela m'a empêché de tourner pendant plusieurs années. "

En effet, Téchiné tente en vain de monter "Mexico Bar", avec Catherine Deneuve; "Terre Brûlée", dont l'action se déroulait pendant la guerre d'Algérie; "Lune de fiel", prévu avec Alain Delon et Isabelle Adjani; "Les mots pour le dire", écrit pour Catherine Deneuve et Danielle Darrieux alors que José Pinheiro, qui fit le film, engagea Nicole Garcia et Marie-Christine Barrault. André Téchiné réussit enfin à diriger Catherine Deneuve dans Hôtel des Amériques puis dans Le lieu du crime : "C'est un des metteurs que je préfère et avec qui j'aime le plus travailler. Il a son univers, il fait des films intimistes qui ont une ampleur, comme les films de Jacques Demy. Ce sont des films à la fois très lyriques et simples." (Catherine Deneuve, "Cahiers du cinéma", n' 393/384).

Dans les années 80 et 90, Téchiné ainsi semble prendre la tête d'un cinéma du milieu que la mort de François Truffaut en 1986 laisse vacanter. Rendez-vous (1985), prix de la mise en scène au Festival de Cannes, Le lieu du crime (1986), Les innocents (1987), remportent un succès à la fois critique et souvent public. L'échec en 1998 d'Alice et Martin sera aussi traumatisant que celui des Soeurs Brontë vingt ans plus tôt. Mais après, J'embrasse pas (1991), nouveau portrait d'un jeune provincial tourmenté, il décroche l'un de ses plus grands succès critiques et publics avec Ma saison préférée, présenté sur la Croisette en 1993.

Avec Les roseaux sauvages, une commande d'Arte en 1994, un vent de liberté souffle sur le cinéma de Téchiné, qui livre une oeuvre limpide et sensuelle sur son adolescence, baignée par la lumière du sud-ouest. Fidèle à certaines thématiques (les liens familiaux, l'homosexualité, l'exil), Téchiné est partagé entre la volonté d'échafauder des récits complexes (le film-puzzle Les voleurs en 1996) et une recherche d'authenticité (Loin, touné en DV au au Maroc).

Découvreur de talents (Elodie Bouchez, Lubna Azabal), il fait aussi tourner de grandes pointures : le couple mythique Deneuve-Depardieu dans le désincarné Les temps qui changent, (2004) ou Emmanuelle Béart, qui traverse la France occupée dans Les égarés. Cette touche glamour ne l'empêche pas d''aborder des sujets de société délicats : après Les témoins, oeuvre polyphonique sur les années sida (2007), il s'inspire d'un fait divers retentissant (l'agression imaginaire d'une jeune femme) dans La fille du RER en 2009. Vient ensuite Impardonnables en 2011 drame où les thèmes de la création, de la parentalité et des difficultés à aimer s'entrecroisent dans un jeu de poursuites et de filatures dans une Venise, belle et inattendue.

Ensuite, toujours défendu par la critique, il ne retrouve plus le large succès public que mériteraint ses films profondemment romanesques.

3-Filmographie :

1969 Paulina s'en va
 

(réalisé en 1969 sortie en 1975). Avec : Bulle Ogier (Paulina), Marie-France Pisier (Isabelle), Laura Betti (Hortense), Michèle Moretti (L'infirmière), Yves Beneyton (Nicolas). 1h30.

Le trajet fantaisiste et "borderline" de Paulina, jeune femme internée dans une institution psychiatrique qui va échouer dans un bordel.

   
1975 Souvenirs d'en France

Avec : Jeanne Moreau (Berthe), Michel Auclair (Hector), Orane Demazis (Augustine), Claude Mann (Prosper), Marie-France Pisier (Régina). 1h30.

Chômeur venu d'ailleurs, Pierre se présente à la porte de l'usine Pedret. Celle-ci est fermée pour vingt-quatre heures à l'occasion du mariage de Prosper, l'un des fils Pedret, avec la belle Régina. Pierre tient cette information de Berthe, la lingère, qui, le voyant démuni, lui remet quelque argent avant de rejoindre Hector, un autre fils Pedret dont elle est la maîtresse. Augustine, la mère d'Hector, désavoue cette liaison inter-classe et favorise professionnellement Pierrette, l'autre lingère, dans le but d'obliger Berthe à quitter son fils. Mais Berthe, dont l'intervention a permis à Pierre d'être embauché à l'usine, contre-attaque et obtient d'Hector d'être officiellement présentée à la famille. Elle devient la femme d'Hector. Par son caractère volontaire, elle s'attire vite la sympathie du père, un émigré espagnol qui, à force de ténacité, a réussi à monter une usine prospère. Régina, quant à elle, commence à regretter d'être entrée dans un milieu aussi fermé.

1940. Pierre, mobilisé, revient du front et retrouve Pierrette, devenue son épouse. Entre eux c'est l'amour passion. Le jeune homme va bientôt prendre une place importante dans la Résistance, incitant Berthe à faire de même. Berthe sera décorée. Régina, n'y tenant plus, part aux USA. avec l'élu de son cœur, un militaire américain. Là-bas elle mène une vie de femme richement entretenue. À la mort du patriarche, Berthe prend la direction de l'usine, laquelle connaît une crise de conjoncture. Devenu délégué syndical, Pierre organise une grève. Berthe négocie le divorce de Régina pour obtenir de l'argent frais.

   
1976 Barocco

Avec : Isabelle Adjani (Laure), Gérard Depardieu (Samson/Samson's Killer), Marie-France Pisier (Nelly), Jean-Claude Brialy (Walt). 1h50.

Dans une grande ville portuaire, une élection se prépare dans un climat trouble et agité. Samson, jeune boxeur médiocre, voit la possibilité de profiter de la situation et de gagner beaucoup d'argent. Il a été en effet parmi les relations d'un des candidats et sait pas mal de choses à son sujet. Walt, un directeur de journal peu scrupuleux, lui propose de publier ses révélations et Gauthier, tenancier d'établissements louches, les utilisera pour monter une manœuvre électorale contre son adversaire politique. Encouragé par Laure, sa fiancée, Samson entre dans le jeu de ses manipulateurs. Il y perdra la vie, abattu par des hommes de main dont l'un lui ressemble étrangement.

Celui-ci voudrait bien mettre la main sur l'argent que Samson a gagné et que Laure a caché. Il part à la recherche de la jeune femme qui s'est réfugiée chez son amie Nelly, une prostituée. À son tour, il est traqué par des tueurs qui veulent le supprimer. Laure qu'il a enfin retrouvée, éprouve pour lui une subtile fascination; elle l'aide à transformer son apparence, change la couleur de ses cheveux.

L'homme, désormais, est la parfaite réplique de Samson et Laure l'aime du même amour. Les deux jeunes gens, pour fuir la ville, montent à bord d'un bateau, Walt y est aussi. C'est lui qui sera abattu par les tueurs qui, l'apercevant aux côtés de Laure, le prennent pour l'assassin de Samson.

Le bateau part; Laure et le nouveau Samson sont enfin libres de vivre leur étrange passion.

   
1979 Les soeurs Brontë

Avec : Isabelle Adjani (Emily Brontë), Marie-France Pisier (Charlotte Brontë), Isabelle Huppert (Anne Brontë). 1h45.

Charlotte Brontë se remémore certains épisodes de sa vie avec son père, le révérend Brontë, ses deux soeurs Emily et Anne et son frère Brandwell. Tandis que les trois soeurs écrivaient des romans, des poèmes, leur frère artiste-peintre était épris de Madame Robinson, de dix-sept ans son aînée...

   
1981 Hôtel des Amériques

Avec : Catherine Deneuve (Hélène), Patrick Dewaere (Gilles), Sabine Haudepin (Elise), François Perrot (Rudel). 1h35.

A Biarritz, tard dans la nuit, au détour d'une rue, la voiture d'Hélène manque d'écraser Gilles. L'accident est sans gravité, mais le destin les a mis en présence. Hélène est anesthésiste à l'hôpital. Gilles est le fils de la propriétaire d'un petit hôtel de Biarritz. Il déambule dans la vie d'une fille à l'autre, d'un petit boulot à l'autre. L'un et l'autre traînent leur solitude. Gilles ne lâche plus Hélène, qui tente d'abord de lui échapper....

   
1983 La Matiouette
 

Avec : avec : Jacques Nolot (Alain Pruez) et Patrick Fierry (Jacky Verrière). 0h48.

Un salon de coiffure dans un petit village du Sud-Ouest de la France, non loin de Tarbes. Un client entre, venant de Paris, alors que le coiffeur, Alain, peine sur un problème de mots croisés. Celui-ci est un grand bavard, assez hâbleur et doté d'un fort accent du terroir. Il se met aussitôt à parler de sa femme, Thérèse, dite La Matiouette, qui vient d'accoucher avant terme d'un troisième enfant, actuellement en couveuse.

Il n'a pas reconnu son visiteur, qui va décliner son identité : il s'agit de son propre frère, Jacky, parti il y a une dizaine d'années à Paris, où il a pris un pseudonyme pour jouer au théâtre. La conversation, commencée sur le ton badin, tourne bientôt à l'aigre. Celui qui est resté au pays se plaint de ses conditions précaires d'existence (à la mort de leur père alcoolique, il dut reprendre un commerce qui battait de l'aile), pendant que l'autre, sans se préoccuper des siens, allait dans la capitale "faire l'artiste" : un "métier de pédé", convenant bien à celui qui fut un adolescent aux penchants homosexuels refoulés. Ce dernier rétorque que rien ici n'a changé de la "connerie" qu'il a connue : une clientèle minable, le rugby dominical, les coucheries dans les champs, la bamboche avec les copains, un phallocratisme teinté de racisme…

Les deux garçons se jettent à la tête, sans aménité, leurs faiblesses respectives. Après une violente altercation, Alain paraît s'amadouer et propose à son frère une petite partouze en guise de retrouvailles, après quoi ils iront voir Thérèse à l'hôpital. Jacky fait mine de consentir et s'éclipse brusquement.

   
1985 Rendez vous

Avec : Juliette Binoche (Nina), Lambert Wilson (Quentin), Wadeck Stanczack (Paulot), Jean-Louis Trintignant (Scrutzler). 1h28.

Nina, jeune provinciale, vient de "débarquer" à Paris, avec pour souci immédiat la recherche d'un appartement, et pour espoir à plus long terme de devenir comédienne. Elle commence donc par se présenter à une agence immobilière - tenue par une certaine Gertrude - y rencontre Paulot, le jeune employé qui va l'aider à trouver un logement. . En attendant de lui trouver un studio, Paulot emmène Nina chez lui, et lui présente l'ami avec lequel il partage son appartement : Quentin, un jeune homme très dur, qui a lui-même voulu devenir un grand comédien à une certaine époque, mais a apparemment abandonné toute illusion et est tombé dans le désespoir le plus noir...

   
1985 L'atelier

 

Documentaire vidéo d'après Ingmar Bergman, Pascal Bruckner et Dostoïevski. Avec : Sophie Paul, Laurent Le Doyen, Marie Carré, Marianne Chemelhy, Christine Citti, Olivier Rabourdin. 0h37.

Documentaire sur un groupe d'acteurs du Théâtre des Amandiers à Nanterre.

   
1986 Le lieu du crime

Avec : Catherine Deneuve (Lili Ravenel), Danielle Darrieux (La grand-mère), Wadeck Stanczack (Martin), Nicolas Giraudi (Thomas). 1h30.

Un petit village, dans le Sud-Ouest. Thomas, quatorze ans, est un adolescent plutôt renfermé. Il vit avec sa mère, Lili, qu'il aime plus que tout, et ses grands-parents. Mais son père, Maurice, a quitté le domicile familial et ne le voit que brièvement. Un jour, Thomas rencontre Martin, jeune homme apparemment traqué, qui lui demande de lui rapporter de l'argent - sans quoi sa vie sera en danger...

   
1987 Les innocents

Avec : Sandrine Bonnaire (Jeanne), Jean-Claude Brialy (Klotz), Simon de la Brosse (Stéphane), Abdellatif Kechiche (Saïd), Tanya Lopert (Mrs. Klotz). 1h35.

Une grande ville du Sud de la France. Jeanne est venue assister au mariage de sa soeur Maïté. Celle-ci épouse un Maghrébin. Elle avoue se marier pour avoir un enfant et uniquement pour cette raison. Le jour des festivités, Jeanne retrouve avec joie son petit frère Alain. Malentendant, il ne parle qu'avec difficulté. Sauvage et fugueur, il se montre réticent à la tendresse que lui prodigue Jeanne. Saïd est le grand frère spirituel, le véritable confident d'Alain; Stéphane qu' une mystérieuse complicité unit Saïd essaie aujourd'hui de se réveiller après un grave accident...

   
1991 J'embrasse pas

Avec : Manuel Blanc (Pierre Lacaze), Philippe Noiret (Romain), Hélène Vincent (Evelyne), Emmanuelle Béart (Ingrid). 1h55.

A peine majeur, Pierre Lacaze quitte ses Pyrénées natales pour monter à Paris avec l'idée de devenir comédien. Son seul contact est Evelyne, infirmière d'âge mûr qu'il a connue alors qu'il était brancardier à Lourdes, et qui ne peut lui trouver d'autre emploi que plongeur à l'hôpital. ..

   
1993 Ma saison préférée

Avec : Catherine Deneuve (Emilie), Daniel Auteuil (Antoine), Marthe Villalonga (Berthe), Jean-Pierre Bouvier (Bruno), Chiara Mastroianni (Anne), Carmen Chaplin (Khadija), Anthony Prada (Lucien). 2h05.

La maladie de leur mère amène Émilie et Antoine à se revoir après plusieurs années, à se rappeler leur tendre complicité enfantine et à mesurer ce qui, maintenant, les sépare, bien qu'ils vivent dans la même région : elle, notaire et mariée à un notaire avec une fille, Anne, et un fils adoptif, Lucien. Lui, chirurgien du cerveau, solitaire, fantasque, adepte du franc-parler...

   
1994 Les roseaux sauvages

Avec : Élodie Bouchez (Maïté), Gaël Morel (François), Stéphane Rideau (Serge), Frédéric Gorny (Henri). 1h50.

1962, le sud-ouest de la France, à la fin de l'année scolaire. Une noce à la campagne. François et Maïté, des camarades de lycée, y sont invités avec Mme Alvarez, mère de Maïté, professeur et militante communiste. Le marié, Pierre, ne voudrait pas partir pour l'Algérie. Mme Alvarez refuse de l'aider à déserter, comme il le lui demande. François, élève brillant et sensible, est partagé entre son attirance pour Maïté et pour Serge, frère de Pierre...

   
1996 Les voleurs

Avec : Daniel Auteuil (Alex), Catherine Deneuve (Marie Leblanc), Laurence Côte (Juliette), Didier Bezace (Ivan). 1h56 .

Ivan Noël est ramené mort chez son père Victor, qui veut le faire incinérer. "Un accident", dit ce dernier au petit Justin, soudain orphelin. Victor reçoit froidement son autre fils, Alex, qui a rompu tout lien avec sa famille en entrant dans la police et qui est venu accompagné de Juliette. Juliette que Justin a surprise en train d'embrasser la bouche inerte d'Ivan. Alex l'a connue comme délinquante dans son poste de police de Lyon-La Duchère, puis l'a retrouvée dans le proche entourage d'Ivan, ce frère qu'il n'avait plus revu depuis quatre ans et qui, depuis, prospérait dans un commerce de vente - et de vol ! - de voitures. Devenu l'amant de Juliette, Alex a découvert qu'elle noue une relation homosexuelle avec Marie Leblanc, professeur de philosophie à l'université...

   
1998 Alice et Martin

Avec : Juliette Binoche (Alice), Alexis Loret (Martin Sauvagnac), Mathieu Amalric (Benjamin Sauvagnac). 2h04.

Dans le Sud-Ouest, Martin vit une enfance heureuse auprès de sa mère, une coiffeuse, et de Saïd, l'ami de celle-ci. Mais quand il atteint l'âge de raison, il est contraint de rejoindre la maison et la famille de Victor Sauvagnac, son père, un bourgeois autoritaire, qui a reconnu ce fils adultérin.

   
2001 Loin

Avec : Stéphane Rideau (Serge), Lubna Azaabal (Sarah), Mohamed Hamaidi (Saïd), Yasmina Reza (Emily), Jack Taylor (James). 2h00.

En trois jours, sous la douce torpeur du ciel de Tanger, des hommes et des femmes à la trajectoire fragile et chaotique, s'attendent, se cherchent, se croisent, s'aiment et se trahissent…

   
2003 Les égarés

Avec : Emmanuelle Béart (Odile), Gaspard Ulliel (Yvan), Grégoire Leprince-Ringuet (Philippe), Clémence Meyer (Cathy), Jean Fornerod (Georges),Samuel Labarthe. 2h00.

Juin 1940. Les troupes allemandes arrivent à Paris. Odile, une institutrice veuve, succombe à la panique générale, quitte la capitale et se joint à l'exode pour la province avec ses deux enfants. Philippe est au début de l'adolescence et la petite Cathy sait seulement qu'ils partent en direction du Sud. Après cinquante kilomètres, ils sont victimes d'une attaque aérienne des Allemands. Odile et ses enfants perdent tout. Un jeune homme rasé arrive de nulle part et les emmène loin de ce carnage. Son nom est Yvan, il a dix-sept ans. Il trouve une maison abandonnée. Sans radio ni horloges, coupés du monde extérieur, ces quatre êtres vont apprendre à se connaître et à dépasser leurs limites.

   
2004 Les temps qui changent

Avec : Catherine Deneuve (Cécile), Gérard Depardieu (Antoine), Gilbert Melki (Natan), Lubna Azabal (Nadia/Aïcha).1h30.

Antoine est envoyé à Tanger pour superviser un chantier. Il y retrouve Cécile... Ils se sont aimés il y a trente ans, se sont quittés, et ne se sont jamais revus. Elle, s'est mariée au Maroc et a refait sa vie. Lui, n'a jamais su oublier, ni guérir. Il n'a plus qu'une idée en tête : la reconquérir.

   
2007 Les témoins

Avec : Michel Blanc (Adrien), Emmanuelle Béart (Sarah), Sami Bouajila (Mehdi), Johan Libéreau (Manu). 1h55.

Paris, été 1984. Manu débarque à Paris, où il partage la chambre de sa sœur Julie dans un hôtel modeste. Dans un square où les homosexuels font l'amour ou se donnent rendez-sous, il fait la connaissance d'Adrien qui se contente d'une amitié chaste et joyeuse avec ce jeune homme dont il tombe amoureux. Adrien fait connaître à Manu ses amis Sarah et Mehdi, un couple de jeunes mariés qui vient d'avoir son premier enfant.

   
2009 La fille du RER

Avec : Emilie Dequenne (Jeanne), Catherine Deneuve (Louise), Michel Blanc (Samuel Bleistein), Ronit Elkabetz (Judith). 1h45.

Jeanne vit dans un pavillon de banlieue avec sa mère Louise. Les deux femmes s'entendent bien. Louise gagne sa vie en gardant des enfants. Jeanne, sans trop de conviction, cherche un emploi. Un jour, en lisant une annonce sur le net, Louise croit que le destin frappe à sa porte. Elle nourrit l'espoir de faire engager sa fille chez Samuel Bleistein, un avocat de renom qu'elle a connu dans sa jeunesse....

   
2011 Impardonnables

Avec : André Dussollier (Francis), Carole Bouquet (Judith), Mélanie Thierry (Alice), Adriana Asti (Anna Maria). 1h53.

Francis débarque à Venise pour écrire au calme son prochain roman. Il cherche à louer un petit appartement. Il rencontre Judith, un agent immobilier, dont il tombe immédiatement amoureux. Judith insiste pour qu'il visite une maison isolée dans l'ile de Sant' Erasmo. Francis lui propose comme on se jette à l'eau "si on habite ici tous les deux... je signe tout de suite..."....

   
2014 L'homme qu'on aimait trop

Avec : Guillaume Canet (Maurice Agnelet), Catherine Deneuve (Renée Le Roux), Adèle Haenel (Agnès Le Roux), Judith Chemla (Françoise), Mauro Conte (Mario). 1h56.

1976. Après l’échec de son mariage, Agnès Le Roux rentre d’Afrique et retrouve sa mère, Renée, propriétaire du casino Le Palais de la Méditerranée à Nice. La jeune femme tombe amoureuse de l’homme de confiance de Renée, Maurice Agnelet, un avocat de dix ans son aîné. Maurice a d’autres liaisons. Agnès l’aime à la folie. Actionnaire du Palais de la Méditerranée, Agnès veut vendre sa part de l’héritage familial pour voler de ses propres ailes. Une partie truquée siphonne les caisses de la salle de jeux. On menace Renée. Derrière ces manœuvres guerrières plane l’ombre de la mafia et de Fratoni le patron du casino concurrent qui veut prendre le contrôle du Palais de la Méditerranée. Tombé en disgrâce auprès de Renée, Maurice met en relation Agnès avec Fratoni qui lui offre trois millions de francs pour qu’elle vote contre sa mère. Agnès accepte le marché. Renée perd le contrôle du casino. Agnès supporte mal sa propre trahison. Maurice s’éloigne. Après une tentative de suicide, la jeune femme disparaît à la Toussaint 1977. On ne retrouvera jamais son corps. Trente ans après, Maurice Agnelet demeure l’éternel suspect de ce crime sans preuve ni cadavre. Convaincue de sa culpabilité, Renée se bat pour qu’il soit condamné…

   
2016 Quand on a 17 ans

Avec : Sandrine Kiberlain (Marianne Delille), Kacey Mottet Klein (Damien Delille), Corentin Fila (Tom Charpoul ), Alexis Loret (Nathan Delille), Jean Fornerod (Jacques Charpoul), Mama Prassinos (Christine Charpoul), Jean Corso (Paulo), Rémi Garcia (Le proviseur). 1h54.

Damien, 17 ans, fils de militaire, vit avec sa mère médecin, pendant que son père est en mission. Au lycée, il est malmené par un garçon, Tom. La violence dont Damien et Tom font preuve l'un envers l'autre va évoluer quand la mère de Damien décide de recueillir Tom sous leur toit.

   
2017 Nos années folles

Avec : Pierre Deladonchamps (Paul Grappe / Suzanne), Céline Sallette (Louise Grappe), Grégoire Leprince-Ringuet (Charles de Lauzin), Michel Fau (Samuel), Virginie Pradal (La grand-mère), Mama Prassinos (Valentine). 1h43.

La véritable histoire de Paul qui, après deux années au front, se mutile et déserte. Pour le cacher, son épouse Louise le travestit en femme. Dans le Paris des Années Folles, il devient Suzanne. En 1925, enfin amnistié, Suzanne tentera de redevenir Paul…