Du 13 au 21 octobre 2018

Page Facebook officielle

Site du festival

Depuis 2009, Lyon, ville natale du Cinématographe Lumière rassemble les amoureux du cinéma « classique » dans son festival Lumière d'octobre. Un festival sans compétition avec pour seul but de faire partager l'amour du cinéma. Des critiques, des réalisateurs et des acteurs d'aujourd'hui viennent présenter des films d'hier. Durant une semaine, le temps ne compte pas : le cinéma, son présent et son histoire ne forment qu’un seul et même monde, irrésistible, indivisible.

Huit cents bénévoles offrent leur temps et leur énergie pour contribuer à l' organisation du festival. La ville, la métropole et la région ainsi que quatre-vingts entreprises locales, nationales et internationales soutiennent avec fidélité sa mise en œuvre. Le festival a su créer, au fil des ans sur la métropole un public cinéphile pour des projections mais aussi des expositions, des rencontres et des concerts dans 60 lieux répartis dans 24 communes de la métropole de Lyon dont 36 salles de cinémas, la halle Tony Garnier et ses 17 000 places ou le grand auditorium de l'orchestre de Lyon avec ses 2 000 places.

Les rétrospectives : Jane Fonda, Decoin Henri, Richard Thorpe, Muriel Box, King Hu.

Les invitations : Liv Ullmann, Claude Lelouch, Peter Bogdanovich, Javier Bardem, Biyouna, Alfonso Cuarón, Claire Denis.

Les sections du festival : Sublimes moments du muet, Grandes projections, Nouvelles restaurations, Trésors et curiosités des archives, Ressorties Documentaires sur le cinéma, Le festival Lumière pour les enfants

Les évènements : Le projet Godard, Orson Welles, 2001, l’odyssée de l’espace en 70mm, Nuit Sergio Leone, Centenaires, Célébration Max Linder, Anniversaires du 10e, Musique et cinéma;

Soirée d'ouverture. Halle Tony Garnier 17h30- 22h00 Soirée présentée par Thierry Frémaux, directeur du festival Lumière puis projection d'Itinéraire d'un enfant gâté (Claude Lelouch, 1988)


Les rétrospectives

Jane Fonda : Prix Lumière 2018. Icône pour plusieurs décennies de spectateurs, auréolée de deux Oscars, Jane Fonda a brillé au firmament d’Hollywood sans jamais renoncer à ses convictions. Sélection de films, master class et remise du Prix Lumière : le festival saluera cette artiste à la filmographie épatante (de Sydney Pollack à Arthur Penn, en passant par René Clément), engagée dans les luttes pour l’environnement et la paix. Jane Fonda accompagnera un hommage à son père, Henry Fonda. La Cinémathèque française consacrera une rétrospective à Jane Fonda du 22 octobre au 5 novembre 2018.

Les Félins de René Clément (1964, 1h37) UGC Astoria lu15 18h | Villeurbanne ma16 20h30 | Comœdia ve19 19h15 | Pathé Bellecour sa20 16h45 Recherché par un gangster, un jeune séducteur trouve refuge dans un foyer où deux femmes l’engagent comme chauffeur… Thriller avec Alain Delon et les Américaines Lola Albright et Jane Fonda.

La Poursuite impitoyable d’Arthur Penn (The Chase, 1966, 2h13) UGC Confluence ma16 20h30 | Francheville me17 20h | Pathé Bellecour Je18 17h15 | Cinéma Opéra Di21 14h30 Au Texas, Bubber s’évade de prison. Il rejoint sa femme pour organiser sa fuite, mais la nouvelle s’est déjà propagée dans la ville… Un trio choc réuni par Arthur Penn : Marlon Brando, Jane Fonda et Robert Redford.

Barbarella de Roger Vadim (1968, 1h38) Cinéma Opéra je18 22h | Lumière Fourmi ve19 19h45 | Pathé Bellecour sa20 19h En l’an 40 000, le président de la Terre demande à Barbarella, célèbre astronaute, de partir à la recherche d’un savant fou… Jane Fonda héroïne érotico-futuriste pour son mari Roger Vadim dans ce film culte de la Pop Culture.

On achève bien les chevaux de Sydney Pollack (They Shoot Horses, Don’t They?, 1969, 1h58) Lumière Terreaux di14 19h15 | Comœdia me17 14h30 | Décines je18 20h | Institut Lumière sa20 22h 1932, les États-Unis sont en pleine Dépression, des marathons de danse sont organisés. Gloria et Robert décident d’y participer pour gagner de l’argent… Un film bouleversant (dont la séquence du marathon, filmée en temps réel), adaptation coup de poing du roman d’Horace McCoy.

Lumière Terreaux dimanche 14, les bénévoles avant la séance de 19h15

Klute d’Alan J. Pakula (1971, 1h54) Comœdia lu15 21h | Cinéma Opéra ve19 17h | Lumière Terreaux sa20 18h30 | Pathé Bellecour di21 14h15 John Klute enquête sur la disparition d’un homme d’affaires. Ses recherches le mènent à Bree Daniels, une prostituée… Premier Oscar pour Jane Fonda qui revendique le film comme un acte militant en faveur du féminisme.

Maison de poupée de Joseph Losey (A Doll’s House, 1973, 1h46) Villa Lumière ma16 16h30 | Villa Lumière ve19 17h Norah (Jane Fonda), épouse aimante et soumise à son mari, retrouve son amie d’enfance Kristine (Delphine Seyrig)… Un parcours de femme emprisonnée qui finit par se libérer. Adapté d’une pièce du dramaturge norvégien Henrik Ibsen.

Julia de Fred Zinnemann (1977, 1h57) Cinéma St-Denis ma16 20h30 | Pathé Bellecour je18 14h30 | Comœdia di21 11h En 1934, la romancière Lillian Hellman, épouse de Dashiell Hammett, part en Europe sur les traces de son amie d’enfance Julia (Vanessa Redgrave), militante antinazie… Un magnifique portrait de femmes déterminées, un film d’amitié et de convictions.

Le Retour de Hal Ashby (Coming Home, 1978, 2h08, ST Fr/Néerlandais) Lumière Terreaux di14 16h30 | Sainte-Foy-Lès-Lyon me17 20h | Institut Lumière je18 19h15 | Pathé Bellecour di21 16h30 Son mari parti à la guerre du Vietnam, Sally s’engage dans un hôpital pour vétérans. Là-bas, elle retrouve un camarade de Lycée devenu paraplégique... Jane Fonda, à l’origine du film, remporte l’Oscar de la meilleure actrice.

Le Syndrome chinois de James Bridges (The China Syndrome, 1979, 2h02) Institut Lumière ma16 21h45 | UGC Confluence di21 16h45 Des journalistes (Jane Fonda et Michael Douglas) en visite à la centrale nucléaire de Ventana, assiste à un incident, aussitôt minimisé par les dirigeants… Actrice et productrice du film, Jane Fonda parle d’un « film responsable », saisissant à voir 40 ans plus tard.

Le Cavalier électrique de Sydney Pollack (The Electric Horseman, 1979, 2h, ST Fr/ Néerlandais) Lumière Bellecour di14 21h15 | Cinéma Opéra me17 16h30 | Comœdia je18 10h45 Une ancienne gloire du rodéo se noie dans l’alcool depuis qu’il travaille pour la publicité. Suite à sa soudaine disparition, une journaliste sentant le scoop décide de partir à sa recherche… Fable écologique et politique, avec Robert Redford.

La Maison du lac de Mark Rydell (On Golden Pond, 1981, 1h49) Pathé Bellecour di14 18h30 | Meyzieu me17 20h | UGC Astoria je18 18h | CinéDuchère sa20 20h30 Un couple d’octogénaires (Katharine Hepburn et Henry Fonda) passe l’été avec leur fille, son compagnon et le fils de ce dernier… Film intimiste et émouvant avec Jane Fonda qui joue pour la première fois aux côtés de son père, ici dans son dernier film.

Agnès de Dieu de Norman Jewison (Agnes of God, 1985, 1h38) Lumière Bellecour ma16 16h30 | Villa Lumière di21 14h15 La psychiatre Martha Livingston se rend au couvent de Mère Miriam pour rencontrer Sœur Agnès, accusée d’avoir tué son nouveau-né… Film policier questionnant l’irrationnel. Avec Jane Fonda et Anne Bancroft.

Stanley et Iris de Martin Ritt (Stanley & Iris, 1990, 1h44) Pathé Bellecour ma16 21h | Comœdia ve19 10h45 Iris (Jane Fonda), veuve et mère de deux enfants, travaille dans une pâtisserie industrielle. Elle y rencontre Stanley (Robert De Niro), cuisinier analphabète… Une comédie sociale et romantique sur les oubliés du rêve américain.

Henry by Jane (Fonda)

Vers sa destinée de John Ford (Young Mr. Lincoln, 1939, 1h40). Abraham Lincoln, jeune avocat, doit défendre deux frères soupçonnés de meurtre… Biographie du jeune Lincoln, futur président des ÉtatsUnis, une des œuvres les plus personnelles de John Ford.

Les Raisins de la colère de John Ford (The Grapes of Wrath, 1940, 2h09) Pendant la Grande Dépression, Tom Joad rejoint la ferme familiale après quatre ans d’incarcération. À son arrivée, la maison est vide… Film poignant sur les drames sociaux de l’époque, sublime adaptation de Steinbeck.

Un cœur pris au piège de Preston Sturges (The Lady Eve, 1941, 1h32) Lumière Fourmi lu15 22h | UGC Astoria je18 20h30 Fils d’un riche industriel, Charles Pike rencontre la belle Jean et son père, un duo d’escrocs dont il aura du mal à se débarrasser… Henry Fonda élégant et comique, dans cette charmante comédie avec Barbara Stanwyck.

Le Faux coupable d’Alfred Hitchcock (The Wrong Man, 1956, 1h45) Lumière Terreaux di14 14h | Pathé Bellecour me17 11h | Cinéma Opéra ve19 19h45 Un homme vit paisiblement avec sa famille jusqu’au jour où des policiers l’arrêtent pour des hold-up qu’il affirme ne pas avoir commis… L’histoire vraie de Manny Balestrero, plongé dans une folie judiciaire.

Douze hommes en colère de Sidney Lumet (12 Angry Men, 1957, 1h37) Craponne di14 20h | Pathé Bellecour lu15 14h45 | Comœdia ma16 10h45 | Charbonnière-les-bains sa20 20h | UGC Confluence di21 14h30 Un jeune homme accusé de parricide risque la peine de mort. Douze jurés se réunissent pour délibérer, la décision doit être prise à l’unanimité. L’un d’eux émet un doute sur sa culpabilité… Premier film de Sidney Lumet avec Henry Fonda, symbole de démocratie et d’humanisme.

Tempête à Washington d’Otto Preminger (Advise & Consent, 1962, 2h19) Cinéma Opéra di14 14h15 | Rillieux lu15 19h30 | Pathé Bellecour me17 10h45 | Lumière Bellecour ve19 17h30 Le président des Etats-Unis décide de nommer Robert Leffingwell Secrétaire d’État, mais ce choix est très controversé… Une adaptation passionnante du livre d’Allen Drury sur l’exercice du pouvoir.

Cinéma Opéra dimanche 14h15, En présence d’Irène Jacob

L’Etrangleur de Boston de Richard Fleischer (The Boston Strangler, 1968, 1h56) Cinéma Opéra me17 21h45 | Lumière Terreaux sa20 21h30 À Boston, début des années 1970, des femmes sont retrouvées étranglées, toujours avec le même mode opératoire… Tiré d’un fait divers, un des grands films du cinéma policier américain. Avec aussi Tony Curtis.

Il était une fois dans l’Ouest de Sergio Leone (C’era una volta il West, 1968, 2h45) Pathé Bellecour ma16 20h | UGC Confluence me17 20h30 | Institut Lumière ve19 21h (Nuit-2e film) | Pathé Vaise di21 15h30 voir événements Sergio Leone p.42

Le Clan des irréductibles de Paul Newman (Sometimes a Great Notion, 1971, 1h54) Lumière Terreaux di14 11h | Comœdia me17 10h45 | Pathé Bellecour ve19 16h30 Dans l’Oregon, malgré une grève générale, une famille de bûcherons continue de travailler. Le clan se heurte à l’hostilité de la population alentour… Un mélodrame réaliste d’après un roman de Ken Kesey.

La vérité sur Henri Decoin Henri Decoin est l’un des cinéastes les plus notables de la période 1930-1960. Reconnu pour ses adaptations des romans policiers de Georges Simenon, il réalise aussi films d’espionnage, fresques historiques et drames psychologiques. Autant de genres qu’il est parvenu à transcender avec une précision d’écriture et un sens du dialogue qui font mouche, servis par de fabuleux acteurs : Jean Gabin, Danielle Darrieux, Louis Jouvet… La rétrospective sera accompagnée par son fils, l’écrivain et scénariste Didier Decoin, et Françoise Arnoul, héroïne de La Chatte.

A bas les hommes d’Henri Decoin (1931, 19min) Villa Lumière sa20 14h30 Une femme, maltraitée par son époux, engage un homme costaud pour se débarrasser de son mari… Le tout premier film d’Henri Decoin

Toboggan (1934, 1h39). Champion de boxe, Georges Romanet, s’est retiré du jeu. Un organisateur de combat lui propose de remonter sur le ring… Un succès populaire aux accents documentaires avec le champion de boxe Georges Carpentier.

Battement de cœur (1940, 1h37). Jeune orpheline, Arlette intègre une école de pickpockets. Elle s’exerce sur le comte d’Argay qui la prend sur le fait… Classique inventif et piquant avec l’égérie du cinéaste : Danielle Darrieux, aux côtés de Carette, Saturnin Fabre, Jean Tissier. Chef-d’œuvre.

Les Inconnus dans la maison (1942, 1h40). Maître Loursat, brillant avocat, a sombré dans l’alcool suite au départ de sa femme et a quitté la robe. On retrouve un homme assassiné chez lui, visiblement connu de sa fille… Adaptation brillante de Simenon, un film marquant dans l’œuvre de Decoin, avec un Raimu magistral.

Non coupable (1947, 1h42) Le docteur Ancelin est un ivrogne invétéré. Un soir d’ivresse, il tue par accident un homme. Il décide de maquiller la scène… Film ironique et cruel, description intransigeante d’une France provinciale, avec Michel Simon.

Les Amants du pont SaintJean (1947, 1h34, ST Alld) Deux villages se font face, séparés par le Rhône. Pour passer de l’un à l’autre, pas de pont. Il faut demander à Garonne de vous faire traverser… Farce acerbe et corrosive d’une noirceur infinie, avec Michel Simon.

Les Amoureux sont seuls au monde (1948, 1h40) Un célèbre compositeur, toujours épris de sa femme après 18 ans de mariage, devient la cible de la presse à scandales… Drame intime plein de charme, avec l’admirable Louis Jouvet.

Entre onze heures et minuit (1949, 1h40) L’inspecteur Carrel enquête sur plusieurs meurtres dont celui d’un certain Vidauban, truand professionnel. Il se trouve être le sosie du macchabée… Un polar captivant d’une grande originalité, avec Louis Jouvet.

Au grand balcon (1949, 1h56) Pathé Bellecour ma16 14h15 | Lumière Fourmi je18 19h15 | Cinéma St-Denis sa20 14h30 Toulouse, 1920. Carbot (Pierre Fresnay) dirige sans état d’âme la ligne aérienne parfois meurtrière ToulouseCasablanca… Film historique sur les pionniers de l’Aéropostale, grande leçon de bravoure et de dévouement.

La Vérité sur Bébé Donge (1952, 1h53) Comœdia di14 14h15 | Bron ma16 20h30 | Pathé Bellecour je18 11h | Lumière Fourmi ve19 17h | Lumière Fourmi sa20 21h15 Hospitalisé pour un mal inconnu, François Donge soupçonne sa femme, Bébé, de l’avoir empoisonné. Alité, il revient sur ses dix années de mariage… Film sombre avec le duo magistral Jean Gabin et Danielle Darrieux.

Les Intrigantes d’Henri Decoin (1954, 1h36) Lumière Fourmi ma16 14h30 | Villa Lumière sa20 17h | Pathé Bellecour di21 10h45 Un directeur de théâtre meurt en chutant d’une passerelle. Son associé Paul Rémi est accusé du meurtre par une lettre anonyme… Passionnant film sur l’esprit de troupe au théâtre, avec Jeanne Moreau dans un premier rôle de femme libre et forte.

L’Affaire des poisons d’Henri Decoin (1955, 1h43) Lumière Fourmi ma16 19h | Lumière Fourmi je18 17h | UGC Astoria di21 17h Madame de Montespan (Danielle Darrieux), maîtresse de Louis XIV, utilise les services d’une célèbre sorcière (Viviane Romance) pour garder les faveurs de son amant… Magie noire, empoisonnements, invocation du diable, sacrifices d’enfants...

Razzia sur la chnouf d’Henri Decoin (1955, 1h45, ST Angl) Villa Lumière sa13 18h30 | UGC Confluence ma16 18h | Décines me17 14h | Comœdia sa20 14h30 | Lumière Bellecour di21 14h45 Henri Ferré débarque à Paris afin de remettre sur pied un réseau de trafic de drogue. Liski, son contact, met à sa disposition un bar qui lui sert de couverture… Pur polar, tendre et violent, avec Jean Gabin, Lino Ventura. Un bijou de la filmographie d’Henri Decoin.

Un soir au music-hall / Folies-Bergère d’Henri Decoin (1956, 1h33) Lumière Fourmi di14 17h15 | Lumière Bellecour je18 21h45 En permission à Paris, Bob Wellington assiste à un spectacle des Folies Bergère. Il tombe sous le charme d’une danseuse… Première comédie musicale française en Technicolor, avec Eddie Constantine, Zizi Jeanmaire, Yves Robert.

La Chatte d’Henri Decoin (1958, 1h48) Institut Lumière ma16 14h30 | Lumière Bellecour me17 16h45 | Villa Lumière je18 11h Paris, 1943. Le mari de Cora est tué par les Allemands, elle décide de prendre sa place dans le réseau de Résistance… Un succès retentissant pour ce film magnifique sur la Résistance, avec Françoise Arnoul.

 

Moments d’Hollywood : Richard Thorpe Considéré comme l’un des hommes forts des studios MGM à leur âge d’or, Richard Thorpe s’essaye à tous les genres et dirige Elizabeth Taylor, James Mason mais aussi Joan Fontaine ou Elvis Presley, entre 1923 et 1967. Rouage essentiel du système, il apporte néanmoins une touche personnelle à des productions très normées et défie les schémas manichéens de l’époque avec ses héros ambigus et troublants, sans renoncer à la tradition du grand spectacle hollywoodien : Ivanhoé, Le Prisonnier de Zenda,… Patrick Brion, historien du cinéma, créateur et animateur du Cinéma de minuit (France 3), accompagnera la rétrospective.

La Force des ténèbres de Richard Thorpe (Night Must Fall, 1937, 1h57) Institut Lumière sa13 17h45 | Lumière Terreaux di14 21h45 | Pathé Bellecour je18 10h45 Danny se fait embaucher par une vieille dame et s’attire ses faveurs, sous le regard inquiet de sa nièce… Un polar sur l’ambiguïté et la suspicion, avec Robert Montgomery (qui reçut l’Oscar pour ce rôle) et Rosalind Russell.

Un espion a disparu de Richard Thorpe (Above Suspicion, 1943, 1h30) Institut Lumière ma16 17h | Cinéma Opéra me17 14h15 | Pathé Bellecour sa20 14h30 En 1939, la Foreign Office recrute un couple de jeunes mariés pour qu’ils retrouvent un agent du renseignement disparu en Allemagne… Film d’aventure entre espionnage et comédie, avec Joan Crawford et Fred MacMurray. Inédit en France.

L’Introuvable rentre chez lui de Richard Thorpe (The Thin Man Goes Home, 1945, 1h40) Cinéma Opéra ma16 19h15 | Villa Lumière je18 16h Célèbre détective new-yorkais, Nick Charles part en vacances avec son épouse. Ils vont être mêlés à une histoire de meurtre… Drame grinçant, élégant et plein d’humour, avec William Powell et Myrna Loy.

Dans une île avec vous de Richard Thorpe (On an Island with You, 1948, 1h47) Villa Lumière lu15 14h | Lumière Bellecour je18 14h30 L’actrice Rosalind Rennolds retrouve sur un tournage le lieutenant Lawrence, amoureux d’elle depuis une précédente rencontre. Déjà fiancée, elle repousse ses avances… Comédie musicale aquatique avec la "sirène d’Hollywood", Esther Williams.

La Main noire de Richard Thorpe (Black Hand, 1950, 1h32) Cinéma Opéra lu15 21h45 | Comœdia me17 17h30 | Lumière Terreaux sa20 16h15 Devenu adulte, Johnny décide de venger son père, un avocat italien assassiné pour avoir dénoncé les agissements de la mafia à New York… Basé sur des faits réels, premier rôle dramatique pour Gene Kelly dans cette chronique de la violence.

Trois petits mots de Richard Thorpe (Three Little Words, 1950, 1h42) Pathé Bellecour me17 16h45 | Villa Lumière ve19 19h30 | Lumière Terreaux sa20 13h45 L’histoire vraie de Bert Kalmar et Harry Ruby, scénaristes et compositeurs de chansons à succès… Biographie musicale sur le célèbre duo interprétépar Fred Astaire et Red Skelton, dans un Technicolor flamboyant.

Le Prisonnier de Zenda de Richard Thorpe (The Prisoner of Zenda, 1952, 1h36) Pathé Bellecour di14 14h45 | Comœdia ma16 14h30 | Cinéma Opéra je18 17h30 En visite dans les Balkans, Rudolf Rassendyll découvre sa ressemblance avec le futur roi. Celui-ci est empoisonné la veille de son couronnement, ses conseillers lui demandent alors de prendre sa place… Un classique du film d’aventure de l’âge d’or d’hollywood.

Comœdia mardi 16, 14h30, en présence de Patrick Brion

 

Histoire permanente des femmes cinéastes : Muriel Box Prolifique scénariste méconnue du grand public, Muriel Box s’est illustrée comme réalisatrice à une époque – les années 1950 – où le cinéma était uniquement dominé par les hommes. Ses films se caractérisent par un intérêt marqué pour des thèmes d’actualité : la situation politique en Irlande, l’avortement, la sexualité chez les adolescents… Elle s’attaque également à la bataille des sexes de façon frontale, mais toujours avec humour. Rétrospective en collaboration avec le festival de San Sebastián.

To Dorothy, a Son (1954, 1h19) Myrtle La Mar découvre que son oncle a promis une part d’héritage à son exmari s’il devient père d’un garçon… Shelley Winters et Peggy Cummins campent deux archétypes opposés de la femme dans cette comédie enlevée.

Simon et Laura (1955, 1h27) Lumière Terreaux ma16 17h15 | Institut Lumière ve19 18h15 Simon et Laura, au bord du divorce, sont engagés pour incarner un couple heureux en ménage dans une série télévisée… Une comédie sentimentale joyeuse et une critique acerbe de ce que l’on n’appelait pas encore la télé-réalité.

L’Etranger amoureux de Muriel Box (The Passionate Stranger, 1957, 1h37) Lumière Terreaux ma16 19h30 | Institut Lumière di21 14h15 Judith écrit des romans sentimentaux à succès dans lesquels elle intègre des détails de sa propre vie. Ce qui peut mener à des quiproquos… Une comédie légère qui navigue entre fiction et réalité, entre couleur et noir et blanc.

Cri d’angoisse de Muriel Box (Subway in the Sky, 1959, 1h25) Baxter Grant, médecin militaire américain basé en Allemagne, est accusé de meurtre et de trafic de drogue. Il rencontre Lilli Hoffman, une chanteuse de cabaret… Un film policier dans l’atmosphère oppressante du Berlin d’après-guerre.

Institut Lumière lundi 15 14h15, en présence de Tonie Marshall

This Other Eden de Muriel Box (1959, 1h21). Une petite ville irlandaise veut ériger une statue à la mémoire d’un combattant de l’IRA. Les esprits s’échauffent... À la fois politique et d’actualité, un film fort sur l’héritage traumatique de la guerre civile irlandaise et l’impact de la mort des héros sur les générations suivantes.

Too Young to Love de Muriel Box (1960, 1h22) Elizabeth, 15 ans, raconte les circonstances qui l’ont amenée devant le tribunal pour enfant pour délinquance sexuelle… Un drame social en avance sur son temps qui fera controverse en abordant de front des sujets encore tabous, comme la prostitution.

Rattle of a Simple Man de Muriel Box (1964, 1h36) Percy, jeune homme naïf, se rend à Londres pour assister à un match. Dans un club de Soho, il tombe sous le charme de Cyrenne, une prostituée… Une comédie qui étudie avec finesse les relations humaines et le sexisme ordinaire.

Dimanche 14 octobre, hangar du 1er film, Insitut Lumière, 22 heures en présence de de Carlos Gomez

King Hu, sabre et beauté En seulement quelques longs métrages, King Hu a apporté au « wu xia pian », le film de cape et d’épée chinois, une dimension romanesque et esthétique qui allait profondément marquer ses contemporains. Le cinéaste – très inspiré par la peinture traditionnelle chinoise et les expressions faciales de l’Opéra de Pékin – a révolutionné le genre. Bonheur d’un cinéma dont les couleurs explosent et se déploient en cinémascope ! En présence de l’actrice Cheng Pei-Pei, « la reine du wu xia pian », héroïne de L’Hirondelle d’or.

L’Hirondelle d’or (Da zui xia, 1966, 1h31) Institut Lumière ve19 11h15 | Cinéma Opéra sa20 17h30 Pour libérer son fils enlevé par des bandits, le gouverneur envoie sa fille «Hirondelle d’or» déguisée en homme… Beauté de la mise en scène et des combats, une révolution dans le genre du "wu xia pian", films de chevaliers chinois. Avec la grande Cheng Pei-Pei.

Dragon Inn (Long men kezhan, 1967, 1h51) Lumière Fourmi di14 14h30 | Cinéma Opéra lu15 16h45 | UGC Confluence ve19 18h Dynastie Ming. Cao Shaoqin, chef de la police secrète, prend le pouvoir. Il fait exécuter le ministre Yu et envoie ses enfants en exil… Attentif aux moindres détails, King Hu signe un film raffiné et moderne, immense succès en Asie.

A Touch of Zen (Xia nü, 1971, 3h) Cinéma Opéra di14 20h | Comœdia je18 20h Gu Shengzai, jeune lettré, rencontre Yang Huizhen, recherchée pour trahison par la police du Grand Eunuque Wei… Ruse politique, héros rejetés, femmes d’exception : certainement le plus grand film du cinéaste, d’une énergie prodigieuse.

Pirates et guerriers de King Hu (Zhong lie tu, 1975, 1h46) Cinéma Opéra ma16 16h45 | Lumière Terreaux ve19 14h30 XVIe siècle, des pirates japonais pillent les côtes chinoises. Un officier local est chargé d’arrêter les bandits… Des scènes d’action d’une grande précision, dans des paysages splendides, en bordure de la mer de Chine.

Raining in the Mountain (Kong shan ling yu, 1979, 2h) Villa Lumière je18 21h15 | Cinéma Opéra sa20 19h45 Le bonze supérieur du temple bouddhiste de San Pao cherche un successeur. Il invite des dignitaires à le conseiller, mais certains convoitent un parchemin inestimable… Une réflexion sur le pouvoir d’une immense beauté visuelle.

La Légende de la montagne (Shan zhong zhuan qi, 1979, 3h12) Lumière Fourmi lu15 14h | Lumière Bellecour di 21 17h15 He Yun-Tsing est missionné par un monastère pour recopier un texte sacré bouddhiste, qui devient l’objet de toutes les convoitises… Une fresque entre conte surnaturel et fable philosophique, dans de superbes paysages.


Les invitations

Liv Ullmann. Avec une cinquantaine de longs métrages ainsi qu’une reconnaissance publique et critique comme réalisatrice, Liv Ullmann est l’une des grandes figures du cinéma mondial. Icône du cinéma d’Ingmar Bergman ou Jan Troell, l’actrice reviendra sur sa carrière et ses œuvres

Claude Lelouch Depuis sa consécration avec Un Homme et une femme, Palme d’Or en 1966, récompensé d’un Oscar en 1967, Claude Lelouch trace sa route de franc-tireur du cinéma français, profondément libre, filmant les rencontres et les hasards capricieux de la vie. Il viendra partager sa passion toujours intacte pour le cinéma et son amour fou des acteurs.

Peter Bogdanovich Figure du Nouvel Hollywood et intarissable cinéphile, le réalisateur et critique Peter Bogdanovich présentera The Last Picture Show, La Barbe à Papa, Jack le magnifique ou encore son documentaire sur Buster Keaton. Sera également dévoilé le film inédit d’Orson Welles, The Other Side of the Wind, produit par Netflix, dans lequel il joue.

La Dernière séance (1971, 2h06). Duane (Jeff Bridges) et Sonny (Timothy Bottoms) traînent leur désœuvrement dans une petite ville du Texas... Chronique de l’Amérique rurale, filmée comme un western crépusculaire.

Pathé Vaise lundi 15 20h30, en présence d'Aurélien Ferenczi

On s’fait la valise, docteur ? (1972, 1h34) Dans un hôtel de San Francisco, un musicologue distrait rencontre une jeune femme fantasque. Quiproquos et échanges de valises sèment la confusion… Un hommage aux grandes comédies américaines, avec Barbra Streisand et Ryan O’Neal.

La Barbe à papa (1973, 1h42) Un escroc se trouve contraint de conduire une orpheline chez sa tante. En chemin elle se révèle une redoutable coéquipière… Un roadmovie touchant dans l’Amérique des laissés pour compte, avec Ryan O’Neal et sa toute jeune fille, Tatum O’Neal. Magnifique.

Saint Jack (1979, 1h55). Jack Flowers (Ben Gazzara) est contacté par un inconnu (Peter Bogdanovich) qui lui propose d’ouvrir une maison close pour les soldats américains... Prix Pasinetti du meilleur film à la Mostra de Venise.

Pathé Bellecour lundi 15 11h00, en présence de Lorenzo Codelli

Javier Bardem Personnalité majeure du cinéma hispanique et international, Javier Bardem nous fera l’honneur de sa présence, pour échanger autour d’une carrière d’exception, marquée par des rôles portant la marque d’une présence intense et généreuse : bouleversant dans Biutiful, tueur glaçant de No Country for Old Men, révolté au cœur d’une fable sociale dans Les Lundis au soleil… Biyouna Chanteuse, danseuse et actrice, Biyouna se partage entre théâtre et cinéma, Algérie et France, et met sa personnalité frondeuse et chaleureuse au service de cinéastes aussi divers que Nadir Moknèche (Délice Paloma), Radu Mihaileanu (La Source des femmes) et Rayhana (À mon âge je me cache encore pour fumer). Une rencontre placée sous le signe de l’humour et de la complicité.

Alfonso Cuarón. Le réalisateur mexicain revient au festival Lumière avec la présentation en avant-première française du très attendu Roma, lauréat du Lion d’Or à Venise. Ce long métrage aux inspirations autobiographiques se déroule dans le Mexico des années 1970 et lui permet de retrouver son pays natal après le succès mondial de Gravity.

Claire Denis. Marquée par son enfance en Afrique, puis par le travail de Wenders ou Jarmusch, la cinéaste aime flirter avec les limites du cinéma de genre et explorer la radicalité sous toutes ses formes. Elle viendra présenter son nouveau film High Life en avant-première.


Les sections

Sublimes moments du muet Le cinéma muet se savoure en musique avec des cinéconcerts à l’Auditorium de Lyon, dont un doublé Chaplin/ Keaton : La Ruée vers l’or, avec l’Orchestre national de Lyon, et Ma Vache et moi, accompagné à l’orgue. Également au programme, un hommage à Catherine Hessling, muse de Jean Renoir ; la troisième partie du programme Buster Keaton, avec la Cineteca di Bologna et Cohen Films ; et enfin la redécouverte des premiers films de René Clair.

Grandes projections Le rendez-vous traditionnel des amateurs de grands films sur grands écrans, où ils prennent toute leur dimension. Cette année, les mythiques Chaussons rouges de Powell et Pressburger, Les Grandes gueules de Robert Enrico, Greystoke, la légende de Tarzan de Hugh Hudson, Le Destin de Youssef Chahine, La Horde sauvage de Sam Peckinpah…

Nouvelles restaurations Une sélection des restaurations de l’année avec un focus sur le cinéma français : redécouverte de Pierre Granier-Deferre, Robert Enrico, Jacques Rouffio, René Féret… Le cinéma américain est aussi à l’honneur, avec Winchester 73 d’Anthony Mann ou Détour d’Edgar G. Ulmer. Également Le Voleur de bicyclette de Vittorio De Sica.

L’Equipage d’Anatole Litvak (1935, 1h51) Pathé Bellecour lu15 16h45 | Pathé Bellecour ma16 10h45 1918. Jean Herbillon, un aviateur, tombe amoureux de Denise. Bientôt, il doit retourner sur le front… Une superbe adaptation du roman de Joseph Kessel portée par Charles Vanel, Annabella et Jean Murat.

Détour d’Edgar G. Ulmer (Detour, 1945, 1h09) Villa Lumière di14 9h30 | Institut Lumière je18 22h Al Roberts traverse les Etats-Unis. Quand l’automobiliste qui l’a pris en stop meurt subitement, il décide de prendre son identité… Un road-movie noir et captivant porté par un duo électrique (Tom Neal et Ann Savage).

Le Voleur de bicyclette de Vittorio De Sica (Ladri di biciclette, 1948, 1h28) Pathé Bellecour me17 13h45 | Vénissieux je18 14h30 | Comœdia ve19 14h15 | Lumière Bellecour sa20 16h45 Un ouvrier sillonne Rome avec son fils pour retrouver le précieux outil de travail qu’on lui a volé, sa bicyclette… Un drame débordant d’humanité qui dresse un portrait de l’Italie d’aprèsguerre, Oscar du meilleur film étranger.

Les Forbans de la nuit de Jules Dassin (Night and the City, 1950, 1h41) Lumière Bellecour di14 18h45 | Pathé Bellecour me17 21h | Lumière Terreaux di21 11h15 Harry Fabian, toujours à l’affût de nouvelles combines, décide d’organiser un match de boxe, mais le combat tourne mal… Jules Dassin nous plonge dans la nuit de Londres avec ce film noir qui inspira Martin Scorsese pour Mean Streets.

Lumière Bellecour, dimanche 14, à 18h15

Winchester 73 d’Anthony Mann (Winchester ‘73, 1950, 1h32) Lumière Fourmi je18 21h45 | UGC Confluence ve19 20h30 | Cinéma Opéra di21 17h30 Lin part à la poursuite de Dutch, son frère adoptif, qui lui a volé sa précieuse carabine gagnée à un concours de tir… Une réflexion sur la violence et le désir de vengeance portée par James Stewart, en héros complexe et torturé.

Le Violent de Nicholas Ray (In a Lonely Place, 1950, 1h34). un scénariste colérique, est accusé d’un meurtre qu’il n’a pas commis. Il est disculpé par sa voisine, amoureuse de lui… Nicholas Ray signe un film noir reflet de son désamour pour Hollywood.

Certains l’aiment chaud de Billy Wilder (Some Like It Hot, 1959, 2h01) Pour échapper à une bande de gangsters, deux musiciens se déguisent en femme et intègrent un orchestre féminin où ils rencontrent la belle Sugar… Une comédie légendaire avec Marylin Monroe, Tony Curtis et Jack Lemmon. Un bijou !

Trésors et curiosités des archives Amateurs de cinématographies peu connues et de raretés, réservez vos places pour ces séances proposées par les cinémathèques ou archives du monde entier – Afrique, Portugal, Italie, Hongrie, Chine, Russie, Slovaquie, Suède ou Allemagne (avec l’étonnant Voyage à Lyon de Claudia von Alemann).

Ressorties En avant-première et en exclusivité pour le festival, venez (re)découvrir des pépites signées par des cinéastes majeurs, et ce avant leur ressortie en salles : Fritz Lang (House by The River), Mario Monicelli (Les Camarades), Nagisa Ôshima (L’Empire de la passion), John Carpenter (New York 1997), Milos Forman - qui avait reçu le Prix Lumière en 2010 - (Ragtime).

Documentaires sur le cinéma Des documentaires inédits sur grand écran pour découvrir la vie et les univers de Jacques Deray, Jane Fonda, Jean Bouise ou encore Buster Keaton (par Peter Bogdanovich). Sans oublier le documentaire événement À la recherche de Ingmar Bergman ou la série The Three Amigos, dédiée au trio d’or du cinéma mexicain : Alfonso Cuarón, Alejandro González Iñárritu et Guillermo del Toro.

Le festival Lumière pour les enfants Le plaisir du cinéma et du partage d’émotions dans une salle n’attend pas le nombre des années ! Les jeunes spectateurs pourront se retrouver en nombre à la Halle Tony Garnier, rendez-vous immanquable de chaque festival, pour un ciné-concert très grand format du Kid de Charlie Chaplin. Nouveauté cette année, une grande projection à l’Auditorium de Lyon de Qui veut La Peau Roger Rabbit, pour le 30e anniversaire du film. Autre célébration dans les salles du festival, les 20 ans de Kirikou et la sorcière et bien d’autres rendez-vous.

 


Les évènements

Le projet Godard Enfant terrible d’une vague nouvelle à l’orée des années 80, Jean-Luc Godard a traversé le nouveau millénaire avec des œuvres à la radicalité inouïe (Film socialisme, Adieu au langage...), qui seront présentées avec son tout dernier film, en avant-première, Le Livre d’image, lauréat d’une Palme d’Or spéciale à Cannes. L’événement lance la grande entreprise de l’Institut Lumière pour les mois et les années qui arrivent : projeter sur l’écran de la rue du Premier-Film l’ensemble des films réalisés par Godard.

Orson Welles À sa disparition, le grand cinéaste laisse derrière lui ébauches de films et longs métrages inachevés. Grâce à Filip Jan Rymsza et Frank Marshall, son film perdu The Other Side of the Wind est enfin abouti et présenté en avant-première lors du festival Lumière. Un documentaire de Morgan Neville sur le film sera également projeté (They’ll Love Me When I’m Dead).

2001, l’odyssée de l’espace en 70mm Pour ses 50 ans, le chef-d’œuvre de Kubrick est présenté à l’Auditorium de Lyon dans sa version originale à l’aide d’un projecteur 70mm dédié, et en présence exceptionnelle de Douglas Trumbull, créateur des effets spéciaux du film.

Mardi 16 octobre, grand auditorium de l'Orchestre de Lyon

Les conditions de projection étaient selon Thierry Frémaux, les mêmes qu'il y a 50 ans et Douglas Trumbull était présent pour assister à l'évènement. Mais lui-même aurait bien aimé voir le film en étant sur scène et le plus proche de l'écran possible : "le trip c'est ça" a-t-il lâché ! En effet une salle de 2 000 places éloigne sans doute trop de l'écran, même en étant placé dans els premiers rangs. Qui plus est, les spectateurs toussent beaucoup trop, presque en continu, les uns entrainant les autres. Ce qui serait inadmissible durant un concert est sans doute toléré pour un film. Dommage. Il faut toute la puissance de la musique de Penderecki pour oublier la présence de ce bruit de fond. Au final, un plaisir toujours renouvelé de voir ce chef-d'œuvre mais sans doute pas les meilleurs conditions possibles

Nuit Sergio Leone En souvenir de la première édition du festival Lumière, illuminée par la grande rétrospective qui lui avait été consacrée et qui fut présentée par Clint Eastwood, hommage au maître avec trois de ses films majeurs, projetés lors d’une nuit à l’Institut Lumière. La biographie définitive Sergio Leone, quelque chose à voir avec la mort (Institut Lumière/Actes Sud) paraîtra à l’occasion du festival. Rétrospective et exposition à la Cinémathèque française du 10 octobre 2018 au 28 janvier 2019.

Centenaires Centenaire Ingmar Bergman : projection d’un documentaire, À la recherche de Ingmar Bergman, signé Margarethe von Trotta. Centenaire Rita Hayworth : projection en exclusivité de la copie restaurée de La Dame de Shanghai d’Orson Welles.

Célébration Max Linder Première grande figure du muet, Max Linder infuse le début du 20e siècle de son talent comique et de la douce mélancolie de ses courts métrages. Premier acte d’officialisation de la naissance de l’Institut Max Linder suite au leg par sa fille Maud, disparue en 2017, du fonds cinéma Max Linder à l’Institut Lumière. Une célébration en collaboration avec Pathé et Lobster Films.

Lundi 15 octobre, Institut Lumière (1ère salle).
Séance animée par Thierry Frémaux accompagnement au piano par Jacky Delance

Anniversaires du 10e Cette édition anniversaire est l’occasion de fêter les 60 ans du film Ascenseur pour l’échafaud, premier long métrage de Louis Malle avec l’éblouissante Jeanne Moreau, ainsi que de mettre à l’honneur Nos meilleures années, percutante fresque de Marco Tullio Giordona. L’équipe du film sera présente pour célébrer le 15e anniversaire du film. Et coup de projecteur sur la société de distribution anglaise Park Circus, partenaire incontournable sur le cinéma de patrimoine, qui fêtera ses 15 ans d’existence.

Musique et cinéma Invitation à Bernard Lavilliers qui viendra partager ses passions cinéphiles : mardi 16 octobre à 19h30 à l’Institut Lumière. Concert de Camélia Jordana qui revisitera les chansons célèbres de l’Histoire du cinéma : samedi 20 octobre à 19h30 à l’Institut Lumière. Des moments musicaux autour des chansons populaires françaises par Catherine Frot.