Du 12 au 20 octobre 2019

Page Facebook officielle

Site du festival

Depuis 2009, Lyon, ville natale du Cinématographe Lumière rassemble les amoureux du cinéma « classique » dans son festival Lumière d'octobre. Un festival sans compétition avec pour seul but de faire partager l'amour du cinéma. Des critiques, des réalisateurs et des acteurs d'aujourd'hui viennent présenter des films d'hier. Durant une semaine, le temps ne compte pas : le cinéma, son présent et son histoire ne forment qu’un seul et même monde, irrésistible, indivisible.

Huit cents bénévoles offrent leur temps et leur énergie pour contribuer à l' organisation du festival. La ville, la métropole et la région ainsi que quatre-vingts entreprises locales, nationales et internationales soutiennent avec fidélité sa mise en œuvre. Le festival a su créer, au fil des ans sur la métropole un public cinéphile pour des projections mais aussi des expositions, des rencontres et des concerts dans 60 lieux répartis dans 24 communes de la métropole de Lyon dont 36 salles de cinémas, la halle Tony Garnier et ses 17 000 places ou le grand auditorium de l'orchestre de Lyon avec ses 2 000 places.

Les rétrospectives : André Cayatte, Forbiden Hollywood

Les invitations : Frances McDormand , Daniel Auteuil, Bong Joon-ho, Donald Sutherland, Marco Bellocchio, Marina Vlady, Gael García Bernal

Les sections du festival : Sublimes moments du muet, Grandes projections, Nouvelles restaurations, Trésors et curiosités des archives, Ressorties Documentaires sur le cinéma, Le festival Lumière pour les enfants

Les évènements : Ken Loach de retour au festival Lumière, La fête à Chabat, Hommage à Serge Reggiani , La trilogie Zombies de George A. Romero, Nuit Bong Joon-ho , Musique et cinéma Invitation à Vincent Delerm, Mini-nuit Gaspar Noé

Soirée d'ouverture. Halle Tony Garnier 17h30- 22h00 Soirée présentée par Thierry Frémaux, directeur du festival Lumière puis projection La Belle époque (Nicolas Bedos, 2019). En présence de Daniel Auteuil, Doria Tillier et Nicolas Bedos


Les rétrospectives

Francis Ford Coppola : Prix Lumière 2019 Cinéaste de génie, destin hors normes, auteur de quelquesuns des plus grands succès et des plus célèbres films du xxe siècle, Francis Ford Coppola n’a cessé d’explorer les formes nouvelles du cinéma, tout en préservant les formes les plus abouties de son classicisme, dans la recherche absolue de la liberté de création. Sélection de ses films, conversation avec le cinéaste, remise du Prix Lumière et Nuit du Parrain, le festival rendra un grand hommage à ce digne continuateur des empires hollywoodiens, fidèle à son idéal de toujours questionner l’art du cinéma. Remerciements particuliers à American Zoetrope et Pathé.

Dementia 13 de Francis Ford Coppola (1963, 1h10) Cinéma Opéra me16 21h45 | Comœdia ve18 22h Les Haloran ont un château ancestral en Irlande mais après la mort du fils John, l’héritage inclut l’avarice, la tromperie et la mort… Un premier film en forme de thriller morbide produit par Roger Corman, au charme du cinéma bis.

La Vallée du bonheur de Francis Ford Coppola (Finian’s Rainbow, 1968, 2h21) Villa Lumière di13 14h | Pathé Bellecour me16 16h45 Finian, mystérieux Irlandais, arrive dans la Vallée du bonheur au Sud des ÉtatsUnis, avec sa fille Sharon et une marmite en or… Comédie musicale nostalgique, avec l’émouvant retour de l’étoile Fred Astaire.

Les Gens de la pluie de Francis Ford Coppola (The Rain People, 1969, 1h41) Institut Lumière di13 21h30 | Villa Lumière ma15 19h15 Apprenant sa grossesse, Natalie quitte son époux et prend la route pour réfléchir. Elle prend en stop Jimmie “Killer”, ancien sportif universitaire… Un très beau portrait de femme et road movie troublant qui sonde le désarroi américain. C’est avec ce film, il y a 50  ans, que Francis Ford Coppola lança sa légendaire maison de production, American Zoetrope.

Le Parrain de Francis Ford Coppola (The Godfather, 1972, 2h57) UGC Confluence di13 14h15 | Pathé Bellecour lu14 20h45 | Neuville-surSaône me16 20h | Halle Tony Garnier sa19 20h30 (1er film de la nuit) New York, 1945. Don Vito Corleone, parrain de la Mafia, marie sa fille. Son fils, Michael, revient de l’armée. Mais une guerre des clans se prépare… Premier immense succès, avec les extraordinaires Marlon Brando et Al Pacino, l’un des films les plus célèbres du cinéma américain.

Conversation secrète de Francis Ford Coppola (The Conversation, 1974, 1h54) Comœdia lu14 21h | Saint-Genis-Laval me16 20h | Lumière Terreaux di20 14h30 Spécialiste de la filature, Harry Caul doit enregistrer la conversation d’un couple. En les écoutant, il découvre un complot meurtrier… Une Palme d’Or angoissante à la mise en scène virtuose, avec l’excellent Gene Hackman.

Le Parrain, 2e partie de Francis Ford Coppola (The Godfather: Part II, 1974, 3h22) Pathé Bellecour ma15 20h15 | Halle Tony Garnier sa19 20h30 (2e film de la nuit) | UGC Confluence di20 14h30 Le récit en parallèle de Michael Corleone, qui règne désormais sur le clan avec paranoïa et violence, et l’ascension, quelques décennies plus tôt, de son père, immigré italien à New York… Un second volet retentissant, avec l’incomparable Robert De Niro.

Apocalypse Now Final Cut de Francis Ford Coppola (3h02, 1979-2019) Halle Tony Garnier di20 15h Guerre du Vietnam. Le capitaine Willard part éliminer le colonel Kurtz, incontrôlable, qui règne sur des indigènes au cœur de la jungle… Un chef-d’œuvre époustouflant, seconde Palme d’Or du cinéaste, avec Marlon Brando, Martin Sheen, Robert Duvall, exceptionnels. Sublimée par une restauration de pointe, une colorimétrie et un son revisités, Apocalypse Now Final Cut est une expérience unique à grand spectacle, au plus près de la vision du cinéaste.

Coup de cœur de Francis Ford Coppola (One from the Heart, 1981, 1h47) Lumière Terreaux di13 14h45 | Craponne di13 18h | Comœdia lu14 11h15 | Cinéma Opéra lu14 19h Las Vegas, ses lumières irréelles. Hank et Frannie, après cinq ans de vie commune, s’ennuient. Frannie quitte Hank… Une histoire de couple légère et mélancolique, rêverie mentale ultra stylisée.

The Outsiders: The Complete Novel de Francis Ford Coppola (1983, 1h55) Pathé Bellecour di13 19h15 | Mions ma15 20h | Décines me16 14h | UGC Confluence je17 17h45 | Comœdia sa19 18h Oklahoma, 1966. Les Greasers, gang d’adolescents pauvres, affrontent les Socs, fils de bourgeois, quand une rixe dégénère... Cet hommage à la jeunesse révèle une génération d’icônes : Matt Dillon, Tom Cruise, Patrick Swayze, flamboyants et touchants.

Rusty James de Francis Ford Coppola (Rumble Fish, 1983, 1h34) UGC Confluence lu14 18h30 | Bron ma15 20h30 | Pathé Bellecour me16 19h45 | Pathé Bellecour ve18 19h45 Rusty James rêve d’égaler son grand frère Motorcycle Boy, chef de bande et organisateur de bagarres collectives… Un fascinant poème sur l’adolescence au noir et blanc ultra stylisé, avec Mickey Rourke et Matt Dillon.

Cotton Club de Francis Ford Coppola (The Cotton Club, 1984, 2h07) Lumière Bellecour lu14 21h15 | SainteFoy-lès-Lyon ma15 20h | Institut Lumière je17 21h | Cinéma Opéra ve18 20h45 | Pathé Bellecour di20 15h 1928, New York. La prohibition. Au Cotton Club, un trompettiste blanc et un danseur noir sont emportés dans une tourmente d’amour, d’ambition et de violence… Un film noir et musical à grand spectacle, avec Richard Gere.

Jardins de pierre de Francis Ford Coppola (Gardens of Stone, 1987, 1h51) Pathé Bellecour di13 16h15 | Cinéma Opéra ma15 16h | Comœdia me16 14h15 Le sergent Hazard, vétéran de Corée, tente d’ouvrir les yeux sur le bourbier vietnamien au jeune soldat Willow qui rêve d’y combattre… La guerre du Vietnam traitée avec humanité sur le sol américain.

Tucker : L’homme et son rêve de Francis Ford Coppola (Tucker : The Man and His Dream, 1988, 1h51) Lumière Fourmi lu14 19h15 | UGC Confluence ma15 18h15 | Francheville me16 20h30 | Pierre-Bénite je17 20h | Cinéma Opéra ve18 14h30 | Pathé Bellecour sa19 17h 1948. Tucker, ingénieur visionnaire, a conçu un véhicule révolutionnaire, et se lance à l’assaut de Ford, General Motors et Chrysler… Un portrait critique de la pieuvre industrielle, avec Jeff Bridges, électrique !

Le Parrain, 3e partie de Francis Ford Coppola (The Godfather: Part III, 1990, 2h42) Pathé Bellecour me16 20h30 | Halle Tony Garnier sa19 20h30 (3e film de la nuit) | Institut Lumière di20 19h15 Michael Corleone, soixantenaire, désire renouer avec les siens et cherche la rédemption. Mais sa vie passée le rattrape… L’épilogue intimiste d’une saga hors norme, devenue un véritable objet culte.

Dracula de Francis Ford Coppola (Bram Stocker’s Dracula, 1992, 2h07) Cinéma Opéra ma15 18h30 | UGC Confluence me16 19h15 | Pathé Bellecour je17 21h30 | CinéDuchère sa19 20h30 | Comœdia di20 17h45 Transylvanie, 1492. Le comte Dracula, rendu ivre de douleur par la mort de sa femme, en appelle à tous les pouvoirs pour la retrouver. Londres, quatre siècles plus tard… Une passion opératique avec Gary Oldman et Winona Ryder.

L’Homme sans âge de Francis Ford Coppola (Youth Without Youth, 2007, 2h04) Cinéma Opéra lu14 14h15 | Comœdia sa19 20h45 Roumanie, 1938. Foudroyé, le vieux professeur Matei (Tim Roth) rajeunit et s’attelle à rechercher les origines du langage. Poursuivi, il doit fuir à travers l’Europe… Une audacieuse quête philosophique.

Tetro de Francis Ford Coppola (2009, 2h07) Lumière Terreaux lu14 18h45 | Tassin la Demi-Lune je17 20h30 | Comœdia sa19 11h15 Tetro a déserté sa famille et son père despotique. Dix ans après, Bennie, son frère cadet qui l’idolâtre, part le retrouver en Argentine. Tetro est furieux… Mise en scène et noir et blanc sublimes, avec l’incandescent Vincent Gallo.

André Cayatte, « le courage social » Avocat avant d’être cinéaste, porté sur la littérature et la poésie, André Cayatte est l’artisan sincère et nonconformiste d’un cinéma passionné, vindicatif, en lutte contre la censure et la bonne société d’Après-guerre. À contre-courant de la critique, il s’attaque à l’injustice et à divers problèmes de société, avec un indéfectible « courage social », ainsi que l’écrit André Bazin. Lauréat de nombreux prix, il obtient aussi de grands succès populaires. Il dirige Annie Girardot, Danielle Darrieux, Serge Reggiani, Noël Roquevert, Marina Vlady, Marcel Mouloudji, Anouk Aimée, Bernard Blier, Jacques Brel… Remerciements particuliers à Gaumont.

La Fausse maîtresse d’André Cayatte (1942, 1h25) Villa Lumière me16 11h15 | Pathé Bellecour je17 14h15 Lilian, belle vedette du cirque arrivé en ville, doit se faire passer pour la maîtresse de René, « avant » du club de rugby… Joyeux imbroglio amoureux et seule comédie d’André Cayatte, avec la charmante Danielle Darrieux.

Pierre et Jean d’André Cayatte (1943, 1h13) Pathé Bellecour di13 11h | Lumière Bellecour ma15 14h15 Alice, malheureuse dans son couple, tombe amoureuse d’un médecin venu soigner son fils Pierre, et envisage de partir avec lui… Un film juste et sensible sur la famille et la rivalité amoureuse, avec l’excellent Noël Roquevert.

Le Dernier sou d’André Cayatte (1943, 1h30) Pathé Bellecour ma15 14h | Institut Lumière ve18 14h | Lumière Fourmi sa19 17h Stefani (Noël Roquevert), escroc cynique, dirige une agence véreuse. Quand se présente Pierre, Marcelle (Ginette Leclerc), la secrétaire complice, reconnaît son ami d’enfance… Une histoire de magouille réjouissante, noire et satirique.

Les Amants de Vérone d’André Cayatte (1949, 1h43, VFSTA) Comœdia di13 11h15 | Pathé Bellecour me16 14h15 | Lumière Fourmi je17 16h15 Italie, après 1945. Sur le tournage de Roméo et Juliette, Angelo (Serge Reggiani), verrier, et Georgia (Anouk Aimée), fille d’un ancien magistrat fasciste, tombent fous amoureux. Comme dans l’œuvre de Shakespeare, le destin se joue d’eux… La tragédie de l’amour pur face à l’abject.

Retour à la vie d’André Cayatte, Georges Lampin, Henri-Georges Clouzot et Jean Dréville (1949, 2h) Lumière Terreaux ma15 17h15 | Lumière Bellecour ve18 17h Le retour à la vie normale d’anciens prisonniers et déportés, en cinq histoires… Premier film à sketches français de l’après-guerre, dont celui signé par Cayatte (Le Retour de tante Emma avec Jane Marken et l’impeccable Bernard Blier).

Justice est faite d’André Cayatte (1950, 1h47) Villa Lumière sa12 20h15 | UGC Astoria di13 14h45 | Comœdia je17 14h15 | Sainte-Foy-lès-Lyon sa19 18h | Pathé Bellecour di20 11h Un groupe de citoyens de tous horizons est tiré au sort pour constituer un jury d’assises… Un film polémique à succès sur les comportements humains et la question de l’euthanasie. Formidable.

Nous sommes tous des assassins d’André Cayatte (1952, 2h11) Institut Lumière sa12 10h30 | Pathé Bellecour ma15 10h45 | Le Méliès (Caluire) je17 20h30 | Comœdia ve18 14h30 | UGC Confluence sa19 14h René, jeune laissé-pour-compte, tue pendant la Résistance et continue après la guerre. Condamné, il attend son exécution dans le couloir de la mort avec trois autres détenus… Un grand film précurseur contre la peine de mort, avec le très juste Marcel Mouloudji.

Avant le déluge d’André Cayatte (1954, 2h20) Pathé Bellecour lu14 10h45 | Lumière Fourmi me16 15h45 | Lumière Terreaux ve18 17h | Écully sa19 17h | Institut Lumière di20 10h30 Dans la psychose d’un nouveau conflit mondial, cinq jeunes décident de fuir. Ils organisent un cambriolage, et tombent dans une spirale de violence… Film secousse et bouleversant, remarquablement mis en scène, avec Bernard Blier et la révélation Marina Vlady.

Le Dossier noir d’André Cayatte (1955, 1h55) Villa Lumière lu14 14h30 | Lumière Bellecour ma15 16h15 | Comœdia je17 16h45 | Pathé Bellecour ve18 14h15 Un jeune juge d’instruction découvre qu’un conseiller de son prédécesseur, mort subitement, aurait réuni un dossier noir sur le baron local… Un puissant pamphlet contre les institutions qui clôt le cycle judiciaire de Cayatte, avec Bernard Blier et Noël Roquevert.

Œil pour œil d’André Cayatte (1957, 1h54) Lumière Fourmi di13 19h | Lumière Fourmi ma15 16h45 | Villa Lumière di20 11h15 Une nuit, vers Beyrouth, le Dr. Walter oriente sans examen un homme et sa femme souffrante vers l’hôpital. La femme décède en route. Un climat étrange s’installe : appels anonymes, sentiment d’être suivi… Un drame de la vengeance, une errance écrasante dans le désert libanais.

Le Miroir à deux faces d’André Cayatte (1958, 1h36) Villa Lumière lu14 18h45 | Comœdia ma15 10h45 | Cinéma Saint-Denis sa19 14h30 Tardivet épouse par petite annonce Marie-José, laide et rassurante. Elle découvre un mari mesquin, mais deux enfants naissent. Un jour le Dr. Bosc, chirurgien esthétique, lui propose de la rendre belle… Avec la grande Michèle Morgan et Bourvil, confondant de justesse en époux veule et jaloux.

Le Passage du Rhin d’André Cayatte (1960, 2h05) Lumière Bellecour me16 19h | Comœdia di20 11h15 Juin 1940. Roger, boulanger mobilisé, et Jean, journaliste engagé, sont prisonniers en Allemagne. Jean veut s’évader et combattre, mais Roger reste… Rapports franco-allemands et responsabilité en période trouble, Lion d’or à Venise. Avec l’excellent Charles Aznavour.

Piège pour Cendrillon d’André Cayatte (1965, 1h55) Institut Lumière lu14 16h30 | Lumière Fourmi ve18 17h30 | Pathé Bellecour sa19 11h Une jeune fille amnésique suite à un incendie tente de reconstituer son passé… Inspiré d’une histoire vraie, André Cayatte signe une histoire à suspense sombre et angoissante, d’une grande rareté.

Les Risques du métier d’André Cayatte (1967, 1h45) Pathé Bellecour me16 11h | Bron je17 14h30 | UGC Astoria di20 14h30 Une jeune fille accuse son professeur, M. Doucet, de tentative de viol. Les époux Doucet sont appréciés, mais les témoignages s’accumulent… Avec Jacques Brel et Emmanuelle Riva, remarquables dans ce film audacieux sur le tabou de la pédophilie.

Mourir d’aimer d’André Cayatte (1971, 1h53) Villa Lumière di13 17h | Comœdia lu14 10h45 | Cinéma Bellecombe me16 20h30 | Lumière Terreaux ve18 11h Une professeure trentenaire et son élève de 17 ans tombent amoureux. Les parents du garçon portent plainte…Un drame poignant inspiré d’une histoire vraie qui triompha à sa sortie, avec Annie Girardot, bouleversante.

Forbidden Hollywood : les trésors Warner Dès 1934, le dogmatique « Code Hays » censure le cinéma américain : sexualité, violence, “déviance”, etc. Mais entre l’avènement du parlant et le Code Hays, Hollywood connaît quelques années de liberté folle. Les films parlent de sexualité, de métissage, d’homosexualité, de gangsters et de femmes fatales, avec Mae West, Joan Crawford, Barbara Stanwyck... Des réalisateurs tels que William A. Wellman, Roy Del Ruth, Clarence Brown offrent une vision du monde subversive, libertaire et sociale, fer de lance d’un féminisme sans précédent. Des films jusqu’alors inédits sur grand écran. Rétrospective rendue possible par Warner France et USA.

Âmes libres de Clarence Brown (A Free Soul, 1931, 1h37) Villa Lumière di13 9h30 | Lumière Bellecour me16 21h45 | Villa Lumière sa19 16h45 La fille d’un avocat tombe amoureuse d’un élégant gangster que son père a défendu avec succès… Un film noir avec les remarquables Lionel Barrymore (Oscar du meilleur acteur), Clark Gable et Norma Shearer.

L’Ange blanc de William A. Wellman (Night Nurse, 1931, 1h15) Pathé Bellecour je17 16h45 | Institut Lumière ve18 18h45 | Lumière Fourmi di20 14h30 Une infirmière tout juste diplômée (Barbara Stanwyck) découvre qu’un praticien laisse mourir les enfants de la famille où elle travaille pour toucher un héritage… Un magnifique portrait de femme et brûlot sur l’institution hospitalière.

Blonde Crazy de Roy Del Ruth (1931, 1h18) Institut Lumière di13 9h | Lumière Bellecour ve18 19h45 | Cinéma Opéra di20 14h30 Bert et Ann travaillent dans le même hôtel, et deviennent vite un duo d’inséparables arnaqueurs… Un film de hors-la-loi à l’intrigue audacieuse et la mise en scène libre et belle.

Jewel Robbery de William Dieterle (1932, 1h13) Institut Lumière ma15 13h30 | Lumière Bellecour sa19 19h30 | Pathé Bellecour di20 14h45 Vienne. Une baronne adultère s’éprend d’un élégant voleur durant le braquage d’une bijouterie… Une brillante comédie cynique mêlant haute société, cambriolage et séduction, avec William Powell et Kay Francis, éblouissants.

La Belle de Saïgon de Victor Fleming (Red Dust, 1932, 1h27) Institut Lumière sa12 17h | Villa Lumière lu14 9h | Comœdia me16 22h En Indochine, le triangle amoureux entre le directeur d’une plantation, l’épouse de son ami et une aimable prostituée au charme magnétique… Un grand drame érotique avec Clark Gable et Jean Harlow.

La Femme aux cheveux rouges de Jack Conway (Red-Headed Woman,1932, 1h22) Lumière Terreaux lu14 14h30 | Lumière Fourmi me16 19h | Comœdia je17 22h Une femme ambitieuse séduit son patron marié pour s’élever, par tous les moyens, dans la hiérarchie de la Compagnie Legendre… Un des films les plus subversifs de l’ère pré-Code, noir, incisif et comique, avec la mythique Jean Harlow.

Employees’ Entrance de Roy Del Ruth (1933, 1h18) Villa Lumière sa12 11h | Institut Lumière ma15 9h | Lumière Terreaux me16 14h30 New York. Un directeur de grand magasin tyrannique et abusif engage Madeline en échange d’une nuit avec elle… Un film impertinent sur le capitalisme triomphant, entre dénonciation et humour.

The Mind Reader de Roy Del Ruth (1933, 1h13) Lumière Terreaux ma15 22h15 | Villa Lumière ve18 21h45 | Institut Lumière di20 17h15 Chandra, un escroc passant pour un guérisseur aux produits miraculeux, parcourt les foires du pays avec son complice… Une comédie et romance mordante, portrait d’une Amérique en pleine Grande Dépression.

Baby Face d’Alfred E. Green (1933, 1h14) Institut Lumière lu14 9h30 | Lumière Bellecour je17 19h30 | UGC Confluence ve18 14h Ignoblement prostituée par son père, Lily Powers (Barbara Stanwyck) part à New York. Elle gravit les échelons d’une banque, utilisant les hommes comme marchepied… Un très grand film provocateur, qui choqua l’Amérique.

Female de Michael Curtiz (1933, 1h02) Lumière Fourmi lu14 21h45 | Cinéma Opéra ma15 14h15 | Lumière Terreaux je17 18h45 Alison Drake dirige fermement l’entreprise héritée de son père. Elle s’éprend d’un inconnu, qui s’avère avoir pour mission de sauver son entreprise en faillite… Un film étonnant dont la liberté de ton laisse poindre une critique du capitalisme

Histoire permanente des femmes cinéastes : Lina Wertmüller Cinéaste rebelle et frondeuse, formée aux côtés de Federico Fellini sur Huit et demi, Lina Wertmüller secoue l’Italie machiste des années 1960. Entre satire du fascisme, guerre des sexes et lutte des classes, son cinéma provocateur mêle sans cesse politique, féminisme et comédie. Accompagnée de son acteur fétiche Giancarlo Giannini, elle reçoit de nombreux prix internationaux durant les années 1970 et rencontre un grand succès. En 1977, elle rentre dans l’histoire avec Pasqualino, en devenant la première femme nommée à l’Oscar de la mise en scène

Mimi métallo blessé dans son honneur de Lina Wertmüller (Mimi metallurgico ferito nell’onore, 1972, 2h) Lumière Bellecour ma15 21h15 | Cinéma Opéra je17 15h Mimi, prolétaire sicilien, est exilé à Turin par la Mafia. Il s’éprend de Fiorella, un fils naît. Mais il est renvoyé en Sicile à son épouse… Une féroce comédie satirique et féministe.

Film d’amour et d’anarchie de Lina Wertmüller (Film d’amore e d’anarchia, ovvero ’stamattina alle 10 in via dei Fiori nella nota casa di tolleranza…’, 1973, 2h09) Lumière Fourmi lu14 16h15 | Lumière Terreaux me16 16h30 Italie, années 1930. Caché dans une maison close, Tonino prépare un attentat anarchiste contre Mussolini, déchiré entre ses idéaux et son amour pour Tripolina… Comédie acerbe et politique, avec l’acclamé Giancarlo Giannini.

Vers un destin insolite, sur les flots bleus de l’été de Lina Wertmüller (Travolti da un insolito destino nell’azzurro mare d’agosto, 1974, 1h55) Cinéma Opéra me16 16h45 | Lumière Bellecour sa19 14h Gennarino (Giancarlo Giannini), communiste, sert sur le yacht de Raffaella, bourgeoise tyrannique. Ils échouent sur une île déserte… Luttes des classes, des sexes et fracture NordSud italienne.

Pasqualino de Lina Wertmüller (Pasqualino Settebellezze, 1975, 1h56) Lumière Bellecour di13 18h30 | Institut Lumière ma15 21h15 | Lumière Fourmi ve18 14h45 Pasqualino (Giancarlo Giannini), truand et tyran domestique napolitain, traverse le fascisme et les camps de concentration, prêt à toutes les bassesses… Le chef-d’œuvre noir et comique de Lina Wertmüller, quatre fois nommé aux Oscars.

Grands classiques du noir et blanc : à l’occasion des dix ans du festival Lumière, voici une sélection de chefs-d’œuvre qui ont écrit l’Histoire du cinéma. Pour les néophytes et tous ceux qui aimeront se replonger dans les films les plus marquants du xxe siècle, des grands classiques à voir absolument ou à redécouvrir avec un plaisir toujours renouvelé sur grand écran. Le mythique Citizen Kane (Orson Welles, 1941) mènera la danse, avec La Règle du jeu (Jean Renoir, 1939), M le maudit (Fritz Lang, 1931), Voyage à Tokyo (Yasujirô Ozu, 1953) et bien d’autres.

Bong Joon-ho

Barking Dog de Bong Joon-ho (Flandersui gae, 2000, 1h50) Cinéma Opéra di13 17h15 | Pathé Bellecour sa19 14h30 Yun-ju, jeune enseignant au chômage, est irrité par les aboiements d’un chien dans son immeuble… Un premier film inclassable, entre comédie noire et critique sociale, jusqu’alors inédit en France.

Memories of Murder de Bong Joon-ho (Salinui chueok, 2003, 2h11) Pathé Vaise lu14 20h30 | Corbas ma15 20h | Comœdia me16 19h15 | Institut Lumière ve18 21h (1er film de la nuit) | Pathé Bellecour sa19 22h | UGC Confluence di20 18h Dans une petite ville coréenne, une femme est violée et assassinée, et des crimes similaires surviennent. Un policier local (Song Kang-ho) et un détective de Séoul enquêtent… Déjà culte, une révolution du film de serial killer.

The Host de Bong Joon-ho (Gwoemul, 2006, 1h59) Institut Lumière ve18 21h (4e film de la nuit) | Cinéma Opéra sa19 16h45 Séoul, rives de la rivière Han. Park Heebong vit avec ses trois enfants, adultes malchanceux, et sa petite-fille chérie Hyun-seo, lorsqu’elle est emportée par un monstre surgi de l’eau… Un excellent film de monstre et d’action, satire politique et fable familiale.

Mother de Bong Joon-ho (Madeo, 2009, 2h09) Pathé Bellecour ve18 11h | Institut Lumière ve18 21h (2e film de la nuit) Une veuve vit avec son fils unique, déficient mental de 28 ans. Lorsqu’une femme est assassinée et ce dernier inculpé, la mère recherche le meurtrier pour prouver son innocence… Un formidable polar et drame familial.

Snowpiercer – Le Transperceneige de Bong Joon-ho (Snowpiercer, 2013, 2h05) Vaulx-en-Velin lu14 20h | UGC Confluence je17 20h30 | Institut Lumière ve18 21h (3e film de la nuit) 2031, ère glaciaire. À bord du Snowpiercer, un train qui roule indéfiniment, les survivants sont divisés entre nantis et pauvres, au bord de la révolte… Entre blockbuster époustouflant et film d’auteur coréen, avec Chris Evans, Song Kang-ho, Ed Harris, Tilda Swinton.

Okja de Bong Joon-ho (2017, 2h01) Villeurbanne di13 19h | Comœdia je17 10h45 | Pathé Bellecour ve18 17h | Institut Lumière sa19 10h30 Une multinationale de l’agroalimentaire crée des « supercochons ». L’un d’eux, Okja, a grandi en Corée avec une orpheline, mais la firme le récupère… Une fable écologique émouvante et féroce, produite par Netflix et inédite en salles, avec Tilda Swinton.

Parasite de Bong Joon-ho (Gisaengchung, 2019, 2h12) Institut Lumière me16 18h La famille Ki-taek vivote pauvrement. Le fils devient professeur d’anglais pour la riche famille Park et fait engager sa sœur incognito… Tragi-comédie, satire sociale et politique, thriller : un chefd’œuvre servi par une mise en scène virtuose, Palme d’Or 2019.

Documentaire Memories – retour sur les lieux des crimes de Jésus Castro-Ortega (2018, 1h03) Villa Lumière ma15 17h30 Quinze ans après la sortie de Memories of Murder, Bong Joon-ho et son équipe se souviennent… Au plus proche du cinéaste et de sa méthode de travail, retour sur les impressions de chacun et sur cette effrayante histoire vraie.

Son cinéma coréen : carte blanche de Bong Joon-ho

La Femme Insecte de Kim Ki-young (Chungyo, 1972, 1h55, VOSTA/Esp) Villa Lumière me16 21h | Pathé Bellecour ve18 21h45 Myung-ja, hôtesse de bar, rencontre Kim, un homme marié. Se considérant comme sa seconde épouse, elle envahit peu à peu la maison de Kim… Un film audacieux qui mélange suspense, comique et des scènes de sexes uniques dans le cinéma coréen.

La Femme qui poursuit le papillon mortel de Kim Ki-young (Salinnabileul ggotneun yeoja, 1978, 1h57, VOSTA) Villa Lumière ma15 21h45 | Cinéma Opéra sa19 19h30 À la chasse aux papillons, Kim Young-gul boit un verre empoisonné par une jeune fille. Échappant à la mort, déprimé, il décide de se suicider, quand arrive un libraire ambulant, fou de Nietzsche, puis un squelette… Un film horsnorme, mélodrame psychotrope, où fantastique, gore et mort s’entremêlent de façon stupéfiante et étrange.

Les Gens d’un bidonville de Bae Chang-ho (Ggobangdongne saramdeul, 1982, 1h50) Institut Lumière je17 10h30 | Villa Lumière sa19 19h Myung-suk vit dans un bidonville avec son mari, meurtrier, et son fils. Un jour, son ex-mari et père de l’enfant, chauffeur de taxi, réapparaît… Un portrait sensible de femme et de marginaux, par le chef de file du nouveau cinéma coréen des années 1980.

A Short Love Affair de Jang Sun-woo (Woomuk-Baemi ui sarang, 1990, 1h54) Villa Lumière lu14 21h | Lumière Terreaux je17 21h30 Un pauvre tailleur campagnard est devenu contremaître dans une usine de la banlieue de Séoul. Il vit avec une femme, mais débute une histoire avec une collègue… Un mélodrame naturaliste sur la vie de la classe ouvrière, en marge d’une société en mouvement.

To You, from Me de Jang Sun-woo (Neoege narul bonaenda, 1994, 1h53, VOSTA) Cinéma Opéra ma15 21h15 | Villa Lumière je17 20h45 Un écrivain raté, accusé de plagiat, voit sa vie bouleversée par sa rencontre avec une jeune femme… Un film à l’érotisme exacerbé, qui mélange fiction, dessin animé, réalité et projection dans l’Histoire.

Master class Rencontre avec Bong Joon-ho Comédie Odéon je17 15h30


Les invitations

Frances McDormand Grande figure du cinéma américain, Oscar de la meilleure actrice pour Fargo des frères Coen et 3 Billboards : Les Panneaux de la vengeance de Martin McDonagh, Frances McDormand nous fera l’honneur d’échanger autour de sa carrière marginale, et ses rôles marqués par une présence magnétique et féroce, comme dans la série Olive Kitteridge, qu’elle a produite et dans laquelle elle tient le rôle principal.

Daniel Auteuil Géant incontournable du cinéma français, Daniel Auteuil poursuit une carrière fleuve, marquée par une multitude de prix et de grands succès populaires. Réalisateur (dont ses adaptations de Marcel Pagnol), homme de théâtre, il reviendra sur sa grande expérience de cinéma et présentera en avant-première La Belle époque de Nicolas Bedos. Il proposera un spectacle musical autour de Paul-Jean Toulet intitulé Déjeuner en l’air.

Bong Joon-ho Cinéaste majeur de la fracassante vague coréenne des années 2000 (avec Park Chan-wook, invité en 2017), réalisateur du déjà culte Memories of Murder et de Parasite, Palme d’Or 2019, Bong Joon-ho sera à l’honneur de Lumière 2019. Il nous présentera également sa carte blanche de cinéma coréen. Événements : Okja inédit en salles, Barking Dog son premier film jamais sorti en Europe et une Nuit Bong Joon-ho à l’Institut Lumière.

Donald Sutherland De M*A*S*H de Robert Altman à Hunger Games en passant par 1900 de Bernardo Bertolucci, le Canadien Donald Sutherland a construit une impressionnante carrière d’acteur depuis six décennies. Auréolé de deux Golden Globes et un Oscar d’Honneur, acclamé pour ses performances charismatiques au cinéma et dans de nombreuses séries, il parcourra avec nous sa foisonnante vie de cinéma.

Marco Bellocchio Réalisateur essentiel du cinéma italien, Marco Bellocchio est un sondeur implacable de l’âme italienne et de ses turpitudes politiques et sociales, avec des films tels que Buongiorno, notte, Le Diable au corps, Vincere… Cet éternel insurgé présentera en avant-première Le Traître, en Compétition cette année au Festival de Cannes.

Marina Vlady L’insaisissable Marina Vlady devient icône glamour avec Avant le déluge d’André Cayatte et tourne notamment avec Robert Hossein, Marco Ferreri, Jean-Luc Godard, Bertrand Tavernier, Márta Mészáros. Rencontre avec cette actrice, écrivaine et chanteuse d’origine russe aux mille facettes, à la prolifique carrière internationale.

Gael García Bernal Révélé par Amours chiennes, Gael García Bernal est une personnalité phare du cinéma mexicain et international. Acteur pour Pedro Almodóvar, Alfonso Cuarón, Walter Salles, Pablo Larraín, Werner Herzog, il façonne une impressionnante et exigeante filmographie. Il présentera en avant-première son nouveau film en tant que réalisateur : Chicuarotes.

 


Les sections

Lumière Classics À l’occasion de son 10e anniversaire, le festival Lumière crée Lumière Classics. Intégrant ce qui fut précédemment la section Nouvelles restaurations, constituée des films apportés par des producteurs, ayant-droits, distributeurs et studios internationaux, Lumière Classics devient le label du festival destiné à soutenir les films sélectionnés. Cette section est composée de trois ensembles : •  des films français (de Toni de Jean Renoir à Cartouche de Philippe de Broca en passant par Un sac de billes de Jacques Doillon) •  des films internationaux (tels que Pandora d’Albert Lewin, Miracle à Milan de Vittorio De Sica ou Quand passent les cigognes de Mikhaïl Kalatozov) •  des trésors venus des archives du monde entier (Pologne, Russie, Iran, Suède, Slovaquie…) révélant des cinématographies rares, à découvrir. Un jury appréciera le travail de restauration et l’importance du retour de l’œuvre en salle afin de célébrer ceux qui rendent le cinéma classique toujours vivant

Grandes projections Le rendez-vous traditionnel pour les amateurs de grands films sur grand écran, avec cette année les légendaires Papillon de Franklin J. Schaffner, Le Pont de la rivière Kwaï de David Lean, La Grande évasion de John Sturges (invisible au cinéma depuis sa sortie en 1963), Mississippi Burning d’Alan Parker…

Sublimes moments du muet Événement de ce 10e anniversaire : l’exceptionnel cinéconcert fleuve de La Roue d’Abel Gance (7h de film !), magnifiquement restauré et accompagné par l’Orchestre national de Lyon. Également, le programme de courts métrages Chaplin à la Halle Tony Garnier, un hommage à Musidora, un programme de courts métrages d’Émile Cohl et d’autres films muets (Pabst, Tourneur, Borzage) à découvrir en ciné-concerts avec accompagnement live au piano.

Sublimes moments du muet Ciné-concert à l’Auditorium de Lyon La Roue – 1ère partie d’Abel Gance (1923, 3h46, STA) Auditorium de Lyon sa19 10h La Roue – 2e partie d’Abel Gance (1923, 3h07, STA) Auditorium de Lyon di20 10h Sisif, cheminot, recueille Norma, orpheline, après une catastrophe ferroviaire. Il l’élève, mais avec le temps devient brutal, et souffre de la voir courtisée…

Documentaires sur le cinéma Une sélection de documentaires, inédits avant leur diffusion, pour se plonger avec délice dans les mondes du duo Marcel Carné – Jacques Prévert, de John Wayne, Gary Cooper, Maurice Ronet ou Johnny Hallyday acteur, ou dans des grandes périodes de l’Histoire du cinéma avec Le Temps des Nababs sur les producteurs français ou l’Après-guerre avec L’Ennemi japonais à Hollywood.

Le festival Lumière pour les enfants Parce qu’il n’est jamais trop tôt pour découvrir le plaisir du cinéma en salles, les jeunes spectateurs pourront rire aux éclats à la Halle Tony Garnier avec Charlot pour un ciné-concert de trois formidables courts métrages de Charlie Chaplin.

Autre séance événement : la nouvelle restauration du Magicien d’Oz projetée dans la salle de l’Auditorium de Lyon. Également des courts métrages de Paul Grimault, le très beau film d’animation japonais Yuki, le combat des shoguns, ou les devenus classiques Cartouche de Philippe de Broca et Un sac de billes de Jacques Doillon.

 


Les évènements

La fête à Chabat Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre d’Alain Chabat (2002, 1h48) Halle Tony Garnier je 17 20h15 Les célèbres Gaulois sont appelés en Égypte par Cléopâtre pour aider à construire un palais somptueux… Une comédie culte au casting incroyable, signé du maître de l’humour Alain Chabat.

Ken Loach, Prix Lumière 2012, de retour au festival Lumière Avant-première Sorry We Missed You de Ken Loach (2019, 1h40) Institut Lumière me16 21h15 Ricky se met à son compte comme livreur d’une plateforme de vente en ligne pour nourrir sa famille… Un film dénonciateur, chronique familiale de la souffrance face à la violence du libéralisme. Master class Rencontre avec Ken Loach en présence de Clémentine Autain Comédie Odéon je17 11h30

Hommage à Serge Reggiani Les Amants de Vérone d’André Cayatte (1949, 1h45, VFSTA) Voir André Cayatte p. 34 Vincent, François, Paul et les autres... de Claude Sautet (1974, 1h53) Pathé Bellecour je17 22h | Lumière Terreaux sa19 19h Grands amis, Vincent (Yves Montand), François (Michel Piccoli), Paul (Serge Reggiani) et Jean (Gérard Depardieu) se retrouvent chaque dimanche. Ils ont leurs déboires, mais ceux de Vincent semblent graves… Un beau film plein de vie, d’émotion et de mélancolie. L’Enfer d’Henri-Georges Clouzot de Serge Bromberg et Ruxandra Medrea (2009, 1h40) Villa Lumière lu14 11h15 1964. Clouzot tourne le révolutionnaire L’Enfer, avec Romy Schneider et Serge Reggiani. Mais le tournage est stoppé et les bobines disparaissent. En 2009, Serge Bromberg les retrouve… Un fascinant documentaire sur ce film maudit. Rencontre Serge Reggiani chanteur – Rencontre avec Jean-Loup Dabadie Institut Lumière je17 18h

Invitation à Vincent Delerm Avant-première Je ne sais pas si c’est tout le monde de Vincent Delerm (2019, 59min) Institut Lumière di13 14h45 Un premier film musical et photographique, prolongation du travail de Vincent Delerm sur l’intime, la mémoire et le rapport aux autres.

Hommages Dominique Laffin La Femme qui pleure de Jacques Doillon (1979, 1h31) Comœdia me16 16h45 | Villa Lumière je17 11h Dominique vit avec sa fille en HauteProvence. Le retour de Jacques, infidèle, qu’elle avait chassé, réveille son désespoir… Dominique Laffin a mis toute son âme dans ce rôle de femme meurtrie et dépassée par ses émotions.

Freddy Buache Lettre à Freddy Buache de Jean-Luc Godard (1982, 11min, VFSTA/Alld) Institut Lumière ma15 11h Du ciel à l’eau, des arbres à la pierre, du bleu au vert. Le cinéaste se promène dans ses pensées… Pépite visuelle où Godard réinvente le cinéma à la manière des surréalistes à Lausanne, dédiée à son ami Freddy Buache, directeur historique de la Cinémathèque Suisse, décédé en mai dernier.

Jim Harrison Seule la terre est éternelle de François Busnel et Adrien Soland (2019, 1h52) Institut Lumière ma15 18h30 | Lumière Bellecour di20 14h30 Jim Harrison, peu avant sa disparition, nous embarque dans de majestueux paysages américains… Un portrait de l’Amérique, d’une vie d’artiste et une ode à la nature, émaillé d’archives personnelles inédites.

Sterling Hayden Le Privé de Robert Altman (The Long Goodbye, 1973, 1h52) Institut Lumière lu14 21h15 | UGC Astoria ma15 20h30 | Cinéma Opéra me16 14h15 Lennox demande à son ami Marlowe, détective privé, de le conduire au Mexique. À son retour, la police accuse Marlowe du meurtre de l’épouse de Lennox… Un polar mélancolique doté d’un humour féroce avec Elliott Gould et Sterling Hayden en écrivain déchu.

La trilogie Zombies de George A. Romero La Nuit des morts-vivants de George A. Romero (Night of the Living Dead, 1968, 1h36) Institut Lumière sa12 22h 1er film | Lumière Bellecour di13 21h15 | Villeurbanne lu14 20h30 | UGC Confluence me16 22h Barbara et son frère Johnny visitent la tombe de leur père. Quand un homme à la démarche hagarde agresse Johnny, Barbara se réfugie dans une maison avec d’autres fugitifs… Un film culte qui a révolutionné l’épouvante. Zombie de George A. Romero (Dawn of the Dead, 1978, 1h57) Institut Lumière sa12 22h 2e film | Pathé Bellecour ve18 22h | Lumière Terreaux sa19 21h30 Les morts-vivants sèment le chaos. Francine, son petit ami et deux connaissances se retranchent dans un centre commercial… Un film à la fois réaliste, gore et exalté du maître des zombies. Le Jour des morts-vivants de George A. Romero (Day of the Dead, 1985, 1h42) Institut Lumière sa12 22h 3e film | Comœdia ma15 21h45 | Lumière Bellecour ve18 21h45 Les zombies règnent. Dans un silo à 36 | | 37 missiles, un groupe d’humains survit. Militaires et scientifiques s’opposent : détruire ou trouver un remède… Troisième opus de la saga des zombies, sombre et psychologique.

Mini-nuit Gaspar Noé UGC Astoria je17 19h30 Irréversible de Gaspar Noé (2002, 1h39, VFSTA) La police embarque Marcus (Vincent Cassel) et Pierre (Albert Dupontel) devant une boîte où ils cherchaient un homme. Dans la nuit la compagne de Marcus (Monica Bellucci) a été violée… Une nuit de descente aux enfers racontée à l’envers. Un ovni immersif et choquant. Suivi de Lux Æterna de Gaspar Noé (2019, 50min, VFSTA) Un tournage se passe mal et, sur le plateau, le chaos règne. Tous parlent, commentent, intriguent. L’atmosphère est survoltée… Le nouveau choc visuel de Gaspar Noé, une expérimentation sur la forme et le son avec Béatrice Dalle et Charlotte Gainsbourg. Suivi de Irréversible – Inversion intégrale de Gaspar Noé (2019, 1h26, VFSTA) Dans cette nouvelle version, Gaspar Noé remet la narration dans l’ordre chronologique. L’histoire d’une vengeance après un viol insoutenable devient celle d’un couple qui bascule dans l’horreur… Une deuxième face du film, plus claire et fataliste.