Tenet

2020

Genre : Fantastique

Avec : John David Washington (Le protagoniste), Elizabeth Debicki (Kat Sator), Robert Pattinson (Neil), Kenneth Branagh (Andrei Sator), Dimple Kapadia (Priya), Aaron Taylor-Johnson (Ives), Clémence Poésy (Laura), Michael Caine (Michael Crosby), Himesh Patel (Mahir), Rich Ceraulo Ko (Timmy). 2h30.

Ukraine. Le protagoniste participe à une opération de la CIA pour mettre fin à une prise d’otages dans l’opéra national. L’opération consiste à récupérer du plutonium, détenu par un riche spectateur, à la barbe de barbouzes russes qui se sont infiltrés en même temps que la police officielle. C’est cependant un mystérieux coffret métallique qu’ils trouvent tout en exfiltrant le riche homme d’affaires. Au cours de cette opération, le protagoniste est sauvé par un tireur masqué qui a une ficelle rouge sur le dos. Lorsqu’il revient avec son collègue Timmy, au lieu et place du milliardaire, auprès des faux policiers russes, ceux-ci sont fous de rage.

Le protagoniste est ainsi enlevé et torturé pour révéler des informations. Il préfère mordre une capsule de cyanure avant de révéler quoi que ce soit.

Trondheim, au large de la Norvège. Au réveil, le protagoniste, dont on a refait la mâchoire détruite par la torture, apprend que cette pilule de cyanure n’était qu’un leurre pour tester sa loyauté. Il est alors recruté dans une organisation secrète qui lui donne pour seule information, un mot, “Tenet” (principe), et le geste des mains, doigts entrecroisés, qui “lui ouvriront de nombreuses portes”. Il est conduit au parc des éoliennes.

Le protagoniste embarque à bord d’un navire de maintenance puis récupère une voiture dont le GPS le conduit à bord d’une base secrète où il apprend d’une scientifique, Laura, qu’une troisième guerre mondiale a déjà eu lieu dont des vestiges sont parvenus à rebours dans notre temps. L’avenir a en effet développé une technologie qui permet aux objets d’avoir leur entropie inversée et de reculer dans le temps. Le Protagoniste fait ainsi l’expérience d’une balle qui revient à l’arme d’où elle est tirée.

Mumbai, Inde. En recherchant le métal à partir duquel les balles inversées sont fabriquées, le protagoniste acquiert la certitude qu’elles ont été fabriquées en Inde à Mumbai. Il demande l'aide avec le mystérieux mot de passe “notre monde est clair-obscur”. C'est Neil qu'on lui envoie. Neil sait que la boisson préférée du protagoniste en service est le coca-cola et non l’eau gazeuse. Il lui propose un vol en élastique pour atteindre l’enceinte de l’appartement en hauteur d'un milliardaire indien. C'est en fait la femme du milliardaire, Priya, qui sait ce qui se passe : la technologie d’inversion du temps est sous le contrôle d'un marchand d'armes anglo-russe, Andrei Sator, qui est en communication avec l’Avenir. Pour le contacter, elle refuse l’intervention du MI-6 et lui donne le nom d’un contact à Londres.

Londres. Le protagoniste prend ainsi conseil auprès de Michael Crosby, un aristocrate anglais. Il lui indique que Sator s’est fait tout seul depuis son adolescence pauvre dans une ville interdite, près de l’usine nucléaire à Stalk-12. Il lui révèle que l’épouse de Sator, Kat, une experte en authentification d’œuvre d’art a vendu un faux Goya à son mari.

Le protagoniste vient la voir avec l’autre faux Goya fait par le même faussaire, Arepo, dont elle a été la maîtresse. Kat avoue au protagoniste ne s’être pas méfiée et que Sator la contrôle dorénavant, menaçant de la traduire en justice et de lui retirer la garde de leur enfant. Des hommes de main de Sator tentent de frapper à mort le protagoniste mais c’est lui qui les neutralise à la grande satisfaction de Kat.

Le protagoniste retrouve ensuite Kat à Canon Place, devant l'école de son fils qui est emmené dans une voiture noire. Elle lui explique que le dessin est dans un port franc à Oslo et qu’elle est piégée depuis que son mari lui avait proposé, durant leurs vacances au Vietnam, qu’elle le quitte en lui laissant son fils. Elle était partie puis il l’avait rappelée. Elle avait vu une femme plonger du pont du navire mais n’avait plus revu Sator.

Oslo. Le protagoniste tente de gagner la confiance de Kat en récupérant le dessin de Goya dans l’installation de stockage, le “port franc” à l’aéroport d’Oslo. Cette mission nécessite d’écraser un avion cargo, conduit par Mahir, dans le bâtiment afin de déclencher un incendie et son système d’extinction qui leur laissera le champ libre. Au cours de cette opération, le protagoniste et Neil sont attaqués par deux hommes masqués, dont l’un utilise un pistolet à temps inversé. Cet attaquant parvient à s’échapper avant que le protagoniste ne puisse découvrir qui il est.

Le protagoniste discute avec Neil de la théorie du temps symétrique de Wheeler et Feynman et décide de retourner chercher des informations auprès de Priya

Mumbai. Priya lui explique que Sator a placé un tourniquet temporel à Oslo. S’il a vu deux personnes qui surgissent en même temps, alors il devait s’agir du même individu. Elle l’enjoint de rencontrer Sator pour dérober avec lui le plutonium à Tallinn en Estonie

Amalfi. Le protagoniste retourne auprès de Kat, désormais en Italie, lui demandant de l’aide pour rencontrer son mari, Andrei Sator. Kat lui montre le yacht aussi luxueux que militaire de son mari et se laisse conduire par lui à bord. Sator est furieux que sa femme ait invité le protagoniste à un dîner organisé le soir, sous surveillance de Volkov. Mais Sator ne fait pas confiance au protagoniste et menace de le torturer avant d’être intrigué par son allusion à l’opéra, lieu manqué du vol de plutonium quelques jours plus tôt.

Sator a ainsi donné rendez-vous au protagoniste le matin pour une régate sur des trimarans ultra-rapides. Kat, au petit déjeuner, a eu la mauvaise surprise de découvrir le dessin de Goya que son mari avait transféré d'Oslo avant l'attentat. Elle tente de le tuer en coupant la corde qui le lie au bateau. Mais le protagoniste, au prix d’une manœuvre périlleuse, sauve Sator de la noyade. Il explique plus tard à Kat que Sator est utile à une mission qui les dépasse tous. Devant son effroi, il lui confie son arme. Mais, quand Sator menace de la frapper de son ceinturon, elle se contente de le menacer d’appeler le protagoniste au secours et de ruiner ainsi le marché passé entre les deux hommes. Le protagoniste a en effet négocié un vol en commun de plutonium de qualité militaire. Sator s'était montré outré que le protagoniste doute de ses connaissances en matière irradiée puisque toute sa fortune était due à son courage en 2008 d’avoir fait main basse sur 750 grammes de plutonium quand l’usine de Stalk-12 avait subi une explosion. Ce que Sator ne mentionne pas c’est que dans ce caisson blindé, il avait découvert une notice à son nom : premier contact des hommes du futur avec lui. Il devait assumer seul sa mission et avait tué son collègue d’un coup de pelle.

Le soir un hélicoptère amène de l’or inversé. Le protagoniste est surpris observant cela par Volkov mais Sator, après avoir battu à mort l’un de ses hommes, lui confie une barre d’or pour couvrir les frais de l’opération projetée à Tallinn. L’or, non marqué, est analysé par Neil ; il viendrait d’une ville morte de Sibérie.

Tallinn. L'opération de vol du plutonium à bord d'un convoi blindé est réussie grâce à un minutage de gros véhicules qui enserrent sans l’arrêter les transporteurs officiels suivis par GPS par les autorités estoniennes. Sator est cependant aussi à Tallinn où il a fait venir Kat qui ne comprend pas être dans ce qui ressemble à un entrepôt militaire. Elle veut l'abattre, mais Andrei Sator ne lit que du désespoir dans ses yeux et la désarme et la frappe. Après le vol, Neil et le protagoniste fuient dans une BMW. Ils découvrent dans le container orange dérobé, le même mystérieux coffret métallique déjà observé lors de l'opération à l’opéra. La fuite du protagoniste et de Neil est alors interrompue par un véhicule à temps inversé. Sous la menace de tuer Kat, Sator obtient du protagoniste la valise orange. Il fuit en voiture, laissant Kat à l’intérieur de la voiture inversée filant vers la sortie de l’autoroute où elle sera immanquablement tuée dans un carambolage. Le protagoniste parvient à sauter dans sa voiture et à freiner (vraiment) juste à temps la voiture folle. Kat et lui sont cependant enlevés et conduits dans l'entrepôt portuaire de Tallinn dans deux couloirs séparés. Dans l'un d'eux, le protagoniste voit Sator menacer de tuer Kat s'il ne lui révèle pas où il a mis le coffret métallique (manifestement hors du caisson orange) puis, après sa réponse (la boite à gants de la BMW), lui tire une balle dans le ventre. Sator franchit le tourniquet pour parvenir dans le couloir du protagoniste et va l'abattre quand il est mis en fuite par Ives, chef militaire de Tenet, que Neil a appelé à la rescousse.

La balle inversée a provoqué une blessure mortelle pour Kat si elle revient dans le couloir du temps chronologique. Par ailleurs, le protagoniste a menti à Sator quant à la place du coffret et il souhaite revenir dans le passé. Malheureusement sa voiture grise fait un tête à queue et Sator l’incendie.

Vers Oslo. Pourtant le protagoniste se réveille dans une couverture de survie : Neil l'avait suivi et constaté que le feu, inversé en arrivant sur lui, l’avait cryogéné. En route vers Oslo dans un container Rotors au temps inversé; ils discutent de la théorie du grand-père et des multivers possibles avec les voyages dans le temps. Avant d'arriver, Kat révèle la maladie incurable de son mari, un cancer du pancréas inopérable Le protagoniste en déduit que Sator avait certainement prévu de mettre fin à ses jours dans un moment heureux, au début des vacances au Vietnam.

Ayant mal au bras avant l’intervention à Oslo, le protagonste découvre ensuite qu’il est le double qui l’agressa la première fois qui lui tira dessus et qu’il blessa de l’aiguille crocheteuse. Ayant passés le tourniquet, ils sont dorénavant dans le bon sens chronologique et Kat, malgré sa large cicatrice, est sauvée.

Le protagoniste demande à Neil d'appeler Priya dans les deux jours pour éviter qu'elle lui conseille ensuite le vol de Tallinn et ses conséquences désastreuses. Ainsi deux jours après, le protagoniste obtient de Priya, avec grande réticence toutefois, la promesse qu’elle ne tentera rien contre Kat et le laissera exécuter son plan : ce sera celui de l’échec du plan de Sator qu'il a conçu comme menant à la fin du monde. Priya explique que la femme qui mit au point algorithme s'est affolée de sa découverte. Oppenheimer ne fit pas suffisamment attention à l’emploi que pouvaient faire les militaires de sa bombe. Elle décida de fractionner son algorithme en neuf fractions cachées dans les lieux ultra-secrets des bases nucléaires disséminées dans le monde.

Le protagoniste fait en effet le pari que c’est au Vietnam, alors qu'il prévoyait des vacances heureuses avec sa femme et son fils, que Sator avait prévu d’enclencher sa mort et la fin du monde. Ce quil ne fit pas suite à la colère de Kat. Il décide donc de se rendre avec la brigade de Ives dans le passé pour récupérer l’algorithme alors que Kat est simultanément envoyée de son côté au Vietnam, pour tuer son mari juste après cette récupération. Si elle le faisait avant, la montre cardiologique de Sator déclencherait l’algorithme fatal. Avant de partir, le protagoniste confie un téléphone à Kat. Il lui demande de le prévenir si, une fois revenue en Angleterre, elle percevait quelque chose d’inquiétant.

Sibérie/Vietnam. En Sibérie dans la ville morte de Stalk-12, les rouges ont mission d’empêcher la constitution de algorithme. Ils voient les bleus largués à H+10 et marchant à reculons rentrer dans leur container pour reprendre le sens normal du temps. En progressant, le protagoniste et Ives voient l’entrée du tunnel. Neil, déboulant en voiture, n’a pas réussi a les avertir que le tunnel était piégé ; il décide alors de passer par le haut de la cache pour atteindre le tourniquet temporel de l'hypocentre et reprendre le sens normal du temps. Pendant ce temps-là le protagoniste et Ives arrivent devant la grille qui les empêche d'avancer vers Volker qui assemble l’algorithme.

Au Vietnam, Sator se délecte d'entendre ses ennemis bloqués et jouit de ses derniers instants qui sont aussi, le pense-t-il, ceux de l'humanité. Kat lui fait fermer son téléphone en se montre câline tout en espérant recevoir le feu vert de Mahir. De son côté, Volker qui a reçu l’ordre de tuer le protagoniste, se précipite vers lui. Il a alors la surprise de voir que ce qu’il croyait être le cadavre à ses pieds reprendre vie, le précipiter dans le trou et ouvrir la grille avant de s'enfuir à reculons. Ives et le protagoniste récupèrent l’algorithme mais sont informés que Kat a tiré sur Sator. Kat n’y tenant plus a en effet tiré sur Sator après lui avoir montré sa blessure à l'abdomen, preuve qu'il s'est fait flouer car elle provient d'un futur. Alors que le corps de Sator dégringole du bateau, Neil, qui a repris le sens normal du temps, tire sur le filin qu'il a accroché à l’algorithme et ramène par la même occasion Ives et le protagoniste accrochés à lui. Ils démantèlent l’objet fatal avant la mort clinique de Sator. Kat au Vietnam saute du pont, ce qui est vu par la Kat du premier univers, et éloigne le corps de Sator, tiré à son bateau par un filin.

En Sibérie, Yves renonce à tuer Neil et le protagoniste. Il leur confie chacun un tiers de l’algorithme pour le cacher dans un lieu secret promettant de les rechercher ensuite pour les tuer afin qu'ils emportent ce secret dans leur tombe. Neil renonce, préférant un autre univers temporel puisque i est déjà mort dans celui-ci après avoir, à rebours dans temps, été tué après avoir crocheté la serrure. C’est ce que comprend le protagoniste en voyant le sac à dos à ficelle rouge qui le sauva à Kiev puis ici dans l’hypocentre fermé par la grille.

A Londres, Kat se sert du téléphone confié par le protagoniste pour l'avertir d’une voiture inquiétante garée devant Canon place. Priya et l'agent recruteur du début n'ont en effet pas fait confiance au protagoniste et préfèrent combler la faille temporelle en tuant Kat en dépit de la promesse faite. Le protagoniste le leur reproche et les tue d’une balle chacun assurant que c'est de lui que dépendent les plans pour sauver le monde. Kat repart avec son fils.

Nolan, habitué des concepts spatio-temporels, ne fournit que des informations très parcellaires sur ceux à l’œuvre dans Tenet. Il laisse à ceux qui le veulent l'envie de voir le film comme un pur film d’action. Il laisse aussi à ceux passionnés par le sens des indices pour reconstituer son puzzle. Le premier étant bien entendu “Le carré Sator”, bien plus complexe que le seul palindrome constitué par le mot Tenet. Ce mot occupe le centre du carré de cinq cases sur cinq comprenant les mots SATOR, AREPO, TENET, OPERA et ROTAS.

Néanmoins un grand film se définit surtout par l’émotion suscitée par la récurrence de plans éclairant un même thème, tels les accords plaqués sur la mélodie constituée par le déroulé de l’histoire. On fera ainsi le pari de lire le film (voir le résumé) comme une lutte contre la soumission face à ce qui semble inexorable. Priya appartient à la police du temps chargée de combler les failles temporelles. Elle croit éviter le pire en ne faisant rien pour modifier l’avenir. Le protagoniste use de son libre arbitre pour modifier le cours du temps, pour tenir ses promesses et, peut être, inverser le cours du temps qui conduit la planète à sa perte. Le futur a raison de se rebeller contre le présent qui va rendre la planète invivable. Éviter une troisième guerre mondiale c’est modifier le cours du temps ; croire aux promesses, à la supplique d'une femme pour vivre libre, à l’amour d'une mère pour vivre avec son fils.

Le carré Sator

Les concepts spatio-temporels abondent dans la filmographie de Nolan : Memento (2000) et sa construction alternant scènes chronologique en noir et blanc et scènes en couleurs dans l’ordre chronologique inversé ; Insomnia (2002) avec son policier aux repères brouillés par l'absence de sommeil ; Le prestige (2006) où deux jumeaux alternent vie cachée pour l’un et vie publique pour l’autre ; Inception (2010) avec ses trois niveaux de temps imbriqués à la chronologie différenciée pour percer le niveau de limbes et revenir au réel ; Interstellar (2014) et son fameux tesseract ; Dunkerque (2017) enfin qui alterne séquences sur une heure, un jour et une semaine.

Il est bien entendu difficile d’expliquer Tenet sans le recours (prochain) au DVD. Il est néanmoins possible d'en éclairer certains aspects. Le voyage dans le temps s’effectue après un passage dans le tourniquet temporel qui va fournir la borne supérieure de l’étau temporel : il est alors possible de remonter le temps dans un relativement confortable caisson Rotas puis de prendre une combinaison spéciale ou de repartir seul mais alors muni dès le départ au moins d'un masque pour laisser l’air rentrer sans inversion dans les poumons. La sortie de l’étau temporel se fait quand la borne inférieure de délestage dans le temps a fini de remonter au moment de la sortie du caisson.

Le carré Sator fournit une autre approche à la fois plus ludique et plus simple du projet de Christopher Nolan. Wikipédia précise que la lecture des cinq mots qui le composent est rendue possible horizontalement et verticalement parce que chacun des termes de la phrase est un acrostiche de l'ensemble des cinq mots. Il faut noter que le changement de l'ordre de lecture n'altère en aucun cas le sens de la phrase du point de vue grammatical latin. En d'autres termes, si la place des mots n'est pas la même, la signification est identique.

Le carré peut également être lu en boustrophédon (le sens de lecture alterne d’une ligne à l’autre) sans altérer la signification du carré. Celle-ci peut se traduire par « le créateur, par son caractère terre à terre, maintient l’œuvre de rotation »

On voit ici les miroitements de sens que Nolan n’a pas manqué de trouver en introduisant une scène d'ouverture à l'OPERA, un faussaire nommé AREPO, une brigade du temps du nom de TENET et un caisson ROTAS. SATOR enfin est celui qui, malgré sa psychose extrême, sème le doute quant aux théories sclérosantes du grand-père et répond aux espérances folles de l’avenir. Il dépend du protagoniste que la troisième guerre des mondes n’ait pas lieu dans tous les univers. Il y a urgence à modifier le cours du temps.

Un film d'action qui préserve ses mystères

Le renversement temporel, un personnage qui recule dans le temps, a déjà été filmé au cinéma, notamment dans Doctor Strange (Scott Derrickson, 2016). On y voyait les mêmes phénomènes : eau qui remonte au lieu de s’écouler, feu qui se résorbe, voiture en sens inverse et même personnage prisonnier d'un mur qui était ensuite (donc avant) détruit.

Docteur Strange : inverser le temps, l'eau remonte
 
Docteur Strange : prisonnier du mur, architecture reconstruite

Ce n’est ainsi pas là que se démarque Nolan. C'est même, paradoxalement, d'une certaine incompréhension du principe du double tourniquet temporel (un qui permet de revenir vers l'avant et l'autre de repartir dans le passé), séparé par une vitre qui permet de voir les deux axes du temps, qu'il tire sa saveur. Ce bricolage, où tout semble alors aussi possible que fragile, se superpose à la musique tonitruante et au grand spectacle pyrotechnique pour offrir une part de mystère propre à tout ressenti des paradoxes temporels. Chacun est alors sensible à ce qu'il préfère : la pyrotechnie ou le goût d'inachevé propre au paradoxe temporel.

Cette fragilité que Nolan introduit dans chacun de ses films ne l’empêche pas de faire preuve de virtuosité autrement que dans les grands moyens. Ainsi ses montages alternés sont-ils toujours aussi brillants : devant Canon place, Kat explique où se trouve le dessin de Goya à Oslo, pendant que le Protagoniste envoie en reconnaissance Neil dans ce port franc alors qu'un troisième niveau met en scène la préparation de ce plan avec Mahir. Tout pareillement, Nolan recourt au montage alterné lors de l'attaque en Sibérie avec Kat renvoyée au Vietnam.

Qui est capable aujourd’hui de superposer à une scène d'action brillamment pyrotechnique un montage alterné ? Un seul : Christopher Nolan.

Jean-Luc Lacuve, le 27 août 2020