C1. L'homme secoue une photo polaroïd qui s'efface, il a pris la photo, le révolver lui est revenu à la main. Il a tué un homme.

NB1. Il se demande où il est, dans une chambre d'hôtel probablement. Il ne sait s'il y est depuis une semaine ou trois mois.

C2. Alors qu'il présente la photo de Teddy où son numéro de téléphone est inscrit au concierge, Teddy surgit justement en l'appelant Lenny. Ce que celui-ci rectifie : il préfère qu'on l'appelle Leonard. Il lui demande s'il lui a parlé de sa maladie. Ils vont au garage prendre la voiture de Leonard, alors que Teddy lui en présente une autre. Leonard montre la photo de sa voiture, rangée à côté et démarre. Ils arrivent dans un lieu désert, prés d'une usine désaffectée et d'une maison abandonnée, dont Leonard a l'adresse. Ils y trouvent un 4X4 avec des balles de revolver sur le siège avant. Leonard pénètre dans la maison retourne la photo de Teddy sur laquelle est écrit "Ne croit pas à ses mensonges. C'est lui. Tue le". Léonard se dit alors "Je l'ai enfin trouvé. Ça fait combien de temps que je le cherche". Teddy s'affole et prétend que Leonard ne sait pas qui il est et lui propose de descendre au sous-sol pour le savoir vraiment. L'autre lui répond être Leonard Shelby de San Francisco, ne l'écoute pas et le tue.

NB2. Leonard est dans sa chambre d'hôtel où une bible est dans le tiroir. En face se trouve la chambre 304. Il sait tout de lui. Sur sa main est inscrit "Souviens-toi de Sammy Jankis". Il manquait de méthode, c'est pourquoi il a perdu pied. Sur sa cuisse, un grand pansement marqué "A raser"

C3. Sur la photo de Teddy, Leonard complète d'un "Tue le" le message "Ne croit pas à ses mensonges. C'est lui. ". Il prend un revolver et sort de la chambre 304. Il discute avec Burt le concierge auquel il explique sa maladie et son dernier souvenir, celui de sa femme. Le monde à l'envers, savoir ce que vous allez faire mais jamais ce que vous venez de faire, constate Burt qui lui affirme qu'il est là depuis deux jours. Teddy arrive.

NB3. Leonard se rase la jambe. Il est appelé au téléphone.

C4. Au bar, le serveur lui remet ses clés et une enveloppe. Les clés sont clés du Discount Inn dont il note l'adresse pour s'y rendre. Là, il rejoint sa chambre, la 304. Là, sur une grande carte, il remet les photos qu'il a prises pour la journée : Natalie, sa voiture. Puis il ouvre l'enveloppe que Natalie lui a remise : la photo du permis de conduire est celle de Teddy et son nom est Gammel. "Il m'a dit s'appeler Teddy" pense Leonard. Il retourne la photo sur laquelle est indiqué "Ne crois pas ses mensonges". Il téléphone à Teddy en demandant John Gammel. Il tombe sur Teddy qui lui qu'il arrive. Découvre son corps couvert de tatouages, certain à l'envers pour qu'il puisse les lire. Sur son bras : les faits : n°1 homme ; n°2 blanc n3 prénom John, n°4 nom de famille : G... sur la cuisse : fait n° 5 c'est un dealer, fait n°6 un numéro d'immatriculation de voiture. C'est lui je t'ai retrouvé fumier. Il marque "c'est lui" sur la photo. Puis découvrant son corps où on lit dans la glace : "John G a tué et violé ma femme", il rajoute "tue-le". Il prend son arme.

NB4. Leonard dit à son interlocuteur qu'il est plus efficace et plus motivé que Jankis.

C5. A 13 heures aujourd'hui rendez-vous avec Nathalie. Sur la photo d'elle: elle a aussi perdu quelqu'un. Elle t'aidera par compassion. Il lui a laissé un numéro de voiture et un de ses amis qui travaille aux immatriculations a fait des recherches. Le propriétaire s'appelle John Gammel. Elle lui fait se souvenir de sa femme dont quelques flashes lui reviennent. Nathalie lui a aussi noté une adresse, un lieu isolé qu'un gars qu'elle a connu utilisait pour dealer. Elle lui remet la clé qu'il a oubliée chez elle. Il va aux lavabos


NB5. Leonard raconte au téléphone son ancien métier d'agent d'assurance. Sammy Jankis était son premier dossier vraiment délicat.

C6.Teddy se jette sur le capot de la voiture de Leonard. S'inquiète pour John G. Leonard répond qu'il s'en tient aux faits pas aux conseils. Les souvenirs sont malléables, des interprétations rien de plus. L'assassin a détruit sa mémoire et son aptitude à vivre. Il n'a plus ses clés. Teddy pense qu'il les a laissées au motel. Burt veut bien lui ouvrir mais lui dit qu'il s'est trompé de chambre. Il a bien été ici mais la semaine dernière. Depuis, il lui a loué une deuxième chambre en plus. Burt lui conseille d'exiger un reçu. Leonard en voulant en prendre note tombe sur un de ses papiers indiquant un rendez-vous à 13heures avec Natalie.

NB6. Leonard raconte l'histoire de Sammy qui pense normalement pendant deux minutes mais ne retient rien de nouveau depuis son accident perte de la mémoire immédiate. Leonard avait cru voir un signe de reconnaissance et avait demandé une expertise.

C7. Il se réveille chez Natalie qui doit lui donner le nom du numéro d'immatriculation. Il a confiance en elle : c'est marqué sur la photo. Elle lui donne rendez-vous à treize heures. Il lui rend sa chemise blanche et sort de chez elle. Teddy saute sur son capot

NB7. Sammy est soumis à des tests.

C8. Leonard vient le soir chez Natalie lui demander qui est ce Dodd ? Elle lui répond qu'il n'a rien à faire avec l'enquête : il l'a aidée. Il est découragé. Elle le déshabille et découvre ses tatouages. Elle lui révèle qu'elle a perdu aussi quelqu'un: il s'appelait Jimmy. Il avait pris beaucoup d'argent pour un rendez-vous avec un certain Teddy dont il n'est pas revenu. Elle promet d'aider celui qu'il tuera quand il l'aura retrouvé. Le soir, il écrit sur la photo de Natalie : "Elle aussi elle a perdu quelqu'un elle t'aidera par compassion.

NB8 : Il avait déduit à la maladie mentale de Sammy car pas de conditionnement aux objets. Sa femme héritait des dettes moi d'une promotion.

C9. Se réveille avec des flashes de sa femme, asphyxiée dans le rideau de douche. Il est dans une chambre d'hôtel. Il ya une bible mais aussi un revolver. Bien plus étonnant encore dans le placard de la chambre un homme est attaché et bâillonné d'un large scotch. A peine Leonard l'a-t-il découvert que Teddy survient, répondant, dit-il, à l'appel de Leonard. Il ne tarde pas à percevoir les cris étouffés de l'homme dans le placard. Débâillonné celui-ci déclare s'appeler Todd. Leonard décide de le laisser filer avec sa voiture; Teddy les suit et récupère Leonard armé du révolver de Todd. Ne sachant qui il est, il s'en va le demander à Natalie

NB9 : La femme de Samy entreprend de le guérir. Il met en œuvre un kit de tatouage.

C10. Leonard est dans la salle de bain d'une chambre d'hôtel une bouteille de whisky entre les mains. Il prend une douche. Surgit un homme, ils se bagarrent. Leonard l'assomme et le cache dans le placard car la femme de ménage veut entrer. Il le prend en photo. Dodds, blanc, 6' 2", hotel Monte Crest sur la 5e, chambre 6 et "Branche- le sur Teddy ou débarasse-t'en pour Nathalie" avec son adresse à elle. Il marque ainsi le nom de Dodd sur la photo et "débarasse-t'en". demande à Nathalie". Il appelle Teddy dépose l'arme dans le tiroir de la table de nuit et somnole.

NB10. Leonard raconte Jankis mais son interlocuteur veut raccrocher et lui dit qu'il le rappellera. Leonard se prépare son kit de tatouage

C11. Leonard court. Il ne poursuit pas. Il est poursuivi. Le papier dans la poche indique l'hôtel monte Crest. Il s'y rend et oublie dans la salle de bain.

NB11. Leonard a écrit sur un papier : "Tatouer fait 5 : accès aux drogues"

C12: Leonard se réveille au petit matin devant le feu de bois dans une usine désaffectée. Sur la route, il est pris en chasse par un homme avec un gros 4X4 rouge qui le pourchasse avec une arme.

NB12: Leonard est rappelé au téléphone.

C13: Il est venu bruler l'ours en peluche, la brosse à cheveux et le livre préféré de sa femme. Il se souvient quelle disait : "On ne lit pas pour savoir la suite. On lit pour lire". Il oublie de l'oublier constate-t-il tristement.

NB13 : L'interlocuteur au téléphone lui parle de drogue... Ce qui collerait, dit-il avec ce qu'il vient de découvrir. On a découvert de la drogue dans la voiture devant chez lui. Il fréquentait la police mais ceux-ci pour son enquête se sont contentés d'un drogué comme coupable sans chercher de John G.

C14 : Il se réveille dans le souvenir de sa femme, voit ses affaires sur la commode. Il se rapproche de la salle de bain où il a des flashes de l'agression. Il pousse la porte, c'est une prostituée qui se drogue. Il part avec le sac d'affaires de sa femme.

NB14. L'interlocuteur précise que son agresseur devait être dealer et Leonard marque : "fait n°5 dealer".

C15 : Sur un rond de bière : l'adresse du discount inn. Léonard y arrive et le prend en photo. Il commende une escort girl blonde au 304 du discount inn et lui demande d'éparpiller les objets de sa femme. Il se réveille dans la nuit.

NB15 : Se grave le fait 5 et raconte l'histoire de Mme Jankis, venue le trouver et à laquelle il avait dit que Sammy pouvait physiquement se souvenir.

C16. Au sortir de chez Natalie, Leonard est surpris de trouver Teddy dans sa voiture. Celui-ci accuse Natalie d'être liée à un trafic de drogue en se servant de son bar comme d'un lieu d'échanges de messages. Sur son insistance, Leonard écrit sur sa photo "Méfie-toi d'elle". Elle l'utilisera pour se protéger des types inquiets du sort de son copain qui vont la cuisiner. Il l'incite à quitter la ville car il devrait se poser des questions sur son costume, sa voiture, son argent. Il lui donne sur un carton l'adresse du discount inn. Il s'en va. Leonard ayant noté de ne pas croire à ses mensonges efface "Méfie-toi d'elle sur "la photo de Natalie. Il se rend au Discount inn

NB16. Sous le scotch de l'avant bras, il découvre "Ne répond jamais au téléphone". Quand il demande "Qui est ce ?" personne ne répond.

C17: Il n'a pas eu le temps de noter ce qui vient d'arriver. Natalie arrive marquée de coups disant que Dodd l'a tabassée. Elle est allé trouver Dodd, lui a dit qu'elle n'avait pas l'argent de Jimmy ni la dope et qu'un certain Teddy devait avoir tout pris. Leonard propose d'aller trouver Dodd. Sa femme l'appelait Lenny il avait horreur de ca. Elle dit qu'il connait sa voiture et doit le chercher.

NB17. Le téléphone sonne. Leonard, dans la chambre 21 demande à ce qu'on ne lui passe aucun appel.

C18. Chez Natalie, Leonard consulte son dossier. Natalie arrive, inquiète que Dodd la recherche pour le fric de Jimmy. Jimmy avait rencard avec un certain Teddy. Elle le met en colère en traitant sa femme de pute et en le menaçant de le manipuler. Il la tabasse. Elle sort. Il cherche désespérément un stylo. Elle entre en disant que c'est Dodd qui l'a tabassée.

NB18. Leonard est inquiet. Burt, le concierge, vient lui dire qu'un policier le demande au téléphone. Leonard refuse il veut voir les yeux.

C19. Leonard et Natalie arrivent chez celle ci. Il consulte son dossier. Il ne sait pas si l'assassin de sa femme est encore dans cette ville. Il lui dit ce qu'il a raconté à la police. Il dormait. Il est entré dans la salle de bain a tué un homme mais s'est fait attaquer par un deuxième qui l'a matraqué et assommé l'étendant sur le carrelage. La police n'a pas cru à un deuxième agresseur car John G a pris le revolver du mort et l'a remplacé par sa matraque. Il était le seul a contesté et était diminué. Elle part de chez elle; il s'assoit sur le canapé et a un bref flash des Jankis. Natalie revient aussitôt.

NB19. On a glissé sous la porte de Leonard une enveloppe marqué "Réponds moi" et contenant une photo polaroid de lui ensanglanté et ravi. Le téléphone sonne

C20. Au Ferdy's bar, Natalie lui servant une bière reconnait qu'il doit avoir un problème comme le flic le lui a dit. Il revoit sa femme mourir. Elle lui amène une autre chope.

NB20. Leonard s'inquiète d'être appelé par un flic, personne ne le croit;

C21. Leonard a noté l'adresse du Ferdy's bar où il doit retrouver Natalie. Son ami lui a parlé d'un amnésique, c'est Jimmy Grantz, il était au discount inn. Un flic le cherchait : un type qui disait ne se souvenir de rien. Elle pense qu'il peut être Teddy. Elle lui porte une bière où un client, Leonard et elle ont craché.

NB21. Sammy a donné trois piqures à sa femme qui en est morte. Il est interné. Il ne sait pas qu'elle est morte. Leonard comprend son manège qui l"vait trompé autrefois : on est censé reconnaitre quelqu'un, alors on fait semblant. On bluffe pour paraitre moins anormal. "Quel dealer ?"demande-t-il à son interlocuteur qui l'a ramené sur la piste du présent.

C22. Leonard arrive devant une boutique de tatouage et sort un papier. Fait n°6 : numéro de voiture SG13 71U. Teddy le retrouve dans le salon car sa Jaguar est devant. Il doit filer luidit-il car un flic pourri l'a envoyé au discount où il l'appelle, le baratine, lui glisse des enveloppes, lui dit que John G est un dealer, Jimmy Grantz, celui que le flic veut coincer. Leonard trouve la photo de Teddy marqué du "Ne crois pas à ses mensonges" et s'enfuit. Il a trouvé le sous de table du Ferdy's bar "retrouve-moi tout à l'heure" signé Natalie. Celle-ci, en voyant approcher la Jaguar, croit que c'est Jimmy.

NB22. L'inspecteur lui donne rendez-vous pour retrouver Jimmy Grantz. Leonard range toutes ses affaires dans son sac et quitte la chambre 21. Il trouve quelqu'un en qui il reconnait l'inspecteur Gammel qui lui parlait au téléphone. Il le prend en photo mais celui-ci veut seulement son prénom sur la photo : teddy. Il lui laisse son numéro de téléphone et l'endroit ou se trouve Jimmy. Leonard rejoint une usine désaffectée où se trouve une maison abandonnée. Des flashes en couleur de sa femme reviennent à Leonard, persuadé qu'il va tuer John G. Il frappe Jimmy qui, affolé, lui dit avoir 200 000 dollars dans la voiture. Leonard lui demande de se déshabiller puis le frappe et l'étrangle. Il enfile ses vêtements et prend Sammy en photo.

C23 : La photo développée est en couleur. En descendant Jimmy au sous-sol, Leonard l'entend dire "Sammy" dans un dernier râle. Il s'inquiète : comment Jimmy pouvait-il savoir qu'il était amnésique et connaitre Sammy ? Teddy arrive à ce moment. Leonard se cache dans la maison et s'en prend à Teddy qu'il ne reconnait pas. Sous la menace, Teddy lui révèle que Jimmy le connaissait depuis son installation au discount inn où il faisait ses affaires et où Burt signalait les fouineurs. Il lui dit de se dépêcher de partir tout en profitant de sa joie d'avoir tué John G.. Comme Leonard est toujours troublé et devient menaçant, Teddy affirme à Leonard qu'il est l'un des policiers qui ont travaillé sur son affaire et qu'il a cru à son histoire du deuxième cambrioleur. Il lui révèle qu'il l'a déjà aidé à retrouver et tuer le vrai John G. un an auparavant. Il prétend qu'il a pris lui-même, après la mort de John G., le polaroïd montrant Shelby torse nu. Tout comme Leonard, le policier dit qu'il était persuadé que Shelby se souviendrait ensuite de ce moment, ce qui n'est pas le cas. Le policier avoue qu'il le manipule depuis ce temps en s'organisant pour le faire assassiner des criminels et des dealers, des John ou James G., pour son propre profit.

Teddy prétend également que sa femme a survécu à l'agression ; que c'était elle qui était diabétique et non la femme de Sammy Jankis ; que ce dernier n'était pas marié et qu'il était vraiment un simulateur démasqué par Leonard. Finalement, Teddy affirme que depuis la mort du vrai John G., Leonard Shelby brouille lui-même les pistes. Il a ainsi arraché 12 pages au rapport d'enquête, afin de créer un puzzle insoluble, de façon à garder sa seule raison de rester en vie : trouver et tuer John G. ... qui sont des centaines en Amérique, comme lui-même d'ailleurs, John Edward Gammel.

Refusant d'être ainsi toujours manipulé, et craignant que Teddy ait raison au sujet de sa femme ou ne s'attaque à ses souvenirs les plus précieux, Leonard voudrait tuer Teddy mais, comme celui-ci le lui fait remarquer, ce n'est pas un tueur et Leonard abaisse on arme. Mais Leonard a trouvé un autre moyen de briser ce cycle de manipulations : "Je ne suis pas un tueur. Je suis simplement un homme qui cherche réparation. Est-ce que je me laisse oublier ce que tu m'as dit ? Est-ce que je me laisse oublier ce que tu m'as fait faire ? Tu crois que je fabrique un nouveau puzzle, un nouveau John G. à retrouver ? Tu es un John G. Tu peux très bien être le mien. Tu crois que je me mens pour être en paix ? Dans ton cas Teddy, c'est ce que je vais faire…". Sur un papier, il note le numéro d'immatriculation de la voiture de Teddy et écrit qu'il doit se le faire tatouer comme un fait concernant John G. Il brûle les polaroïds de lui-même réjouit devant le cadavre du vrai John G. et du cadavre de Jimmy et il écrit comme commentaire sous le polaroïd de Teddy : "Ne crois pas ses mensonges". Il emprunte la voiture (dont le coffre est rempli d'argent) et les vêtements du dealer en sachant pertinemment qu'il oubliera ne pas être le vrai propriétaire. "Je dois croire qu'il y a un monde hors de mon esprit ; que mes actes ont toujours un sens même si le les oublie. On a besoin de souvenirs pour savoir qui on est", pense-t-il en voiture au moment de s'arrêter devant la boutique de tatouage.

Le film alterne des scènes en noir et blanc (NB1 à NB22) et des scènes en couleur (C1 à C23). Les premières suivent un ordre chronologique mais sur un laps de temps très court, l'après-midi qui précède le meurtre de Jimmy jusqu'à son assassinat et la photo de son cadavre. Ces séquences en noir et blanc sont surtout constituées de l'histoire de Sammy Jakins racontées par Leonard dans la chambre 21 à un interlocuteur au téléphone qui se révélera être Teddy. Les scènes en couleur, qui occupent les trois quarts du film, sont toutes postérieures aux séquences en noir en blanc mais suivent un ordre chronologique inversé. La première séquence, le meurtre de Teddy, est donc la fin de l'histoire. L'intrigue majeure du film consiste donc à savoir comment et pourquoi Leonard en est arrivé là. Les scènes en couleur se succèdent en allant chercher à chaque fois un point plus éloigné du passé, jusqu'à retrouver le meurtre de Jimmy. La dernière séquence en couleur prend aussi pour point de départ la suite de la photo prise par Leonard du cadavre de Jimmy... qui se développe en couleur. L'histoire s'est ainsi déroulée de la façon suivante : NB1 à NB22 puis C23, C22, C21, C20....

Ce dispositif narratif complexe a fait de Memento un film culte dans le monde entier et suscité de nombreuses interprétations. Il convient ainsi sans doute de préciser la subtilité narrative du film, les intrigues secondaires qui viennent se mêler à la principale, avant d'en aborder les interprétations.

Des retours en arrière qui ne sont pas des flashes-back

Dans les séquences en couleur, la fin d'une scène, débutée plus loin dans le passé que la précédente, recouvre à chaque fois le début de celle-ci fournissant ainsi au spectateur un moyen de s'y retrouver.

Ces retours en arrière ne sont pas des flashes-back qui devraient être pris en charge par un personnage du film. Les flashes-back sont par ailleurs nombreux et toujours pris en charge par Léonard qui raconte longuement ou ressent brièvement des événements de sa via antérieure à son agression. Les différentes occurrences de l'histoire de Sammy Jakins racontées au téléphone par Leonard sont également des flashes-back. Toutes les scènes en couleur correspondent à la durée maximale de rétention mémorielle de Leonard qui est de l'ordre de 10 minutes en moyenne. Ainsi, à chaque nouvelle scène couleur, Leonard ne se rappelle plus les événements qui ont précédé. Le but de ces retours en arrières est de placer le spectateur dans un état proche de celui de Leonard : lui non plus ne connaît pas les événements qui ont précédé. Mais le but du spectateur n'est pas celui de Leonard : celui-ci tente de survivre à sa maladie en s'aidant d'une méthode très rigoureuse. Le spectateur tente de comprendre son histoire en faisant fonctionner ce qui manque le plus à Leonard sa mémoire.

Que ces histoires soient vraies ou fausses relèvent du jeu classique de la mémoire et du jeu avec la vérité dans les flashes-back. Sur ces points le film ne donne peut-être pas de solution définitive. Ce n'est toutefois pas son propos et meme s'accomode de ces troubles dela mémoire. C'est bien ce qui arrive à Leonard en passant de la chambre 21 où il est manipulé à la chambre 304 où il va être l'instrument de sa propre machination.

De la chambre 21 à la chambre 304

La trame principale de l'histoire consiste donc à savoir par quels enchainements Leonard en est arrivé à tuer Teddy. Les scènes en noir et blanc ont un effet d'effaceur pour le spectateur et ce d'autant plus qu'est racontée l'émouvante histoire de Jakins dont on ne saura pas si elle est utilisée par Leonard pour se conditionner où si elle est vraie. Teddy ment peut-être en affirmant que Leonard a tué sa femme qui aurait survécue à l'agression. Quoi qu'il en soit, il est certain que Teddy manipule Leonard au téléphone et que celui-ci a tué sans doute pour lui déjà quelque Jon G. Parce qu'il ne veut pas être manipulé, Léonard qui se sait ne pas être un assassin décide de se servir de son trouble mémoriel pour tuer celui qui le manipule.

Teddy maintenant que l'assassinat du dealer Jimmy a eu lieu voudrait conduire Leonard dans une autre ville pour lui faire accomplir un autre meurtre mais Leonard parvient à gagner la confiance de Natalie. Celle-ci, très curieusement ne se doute jamais que Leonard a pu tuer son Jimmy alors qu'il porte ses vêtements et roule dans sa voiture. En échange du service qu'il lui a rendu en la débarrassant de Dodd, elle lui fournit l'identité du conducteur de la voiture qui conduira Leonard à tuer Teddy.


Ce qui s'est passé avant la chambre 21

Leonard raconte son histoire à Natalie dans le segment C19. En tentant de sauver sa femme, violée et asphyxiée dans leur propre salle de bain en plein milieu de la nuit, Leonard reçoit un coup à la tête et perd sa capacité à utiliser sa mémoire de moyen terme. Pour se rappeler les faits et informations élémentaires, il se les tatoue (ou les fait tatouer) sur le corps, ou bien les photographie à l'aide d'un appareil photographique instantané et en écrit une brève description sur les clichés : le nom du motel où il loge, la plaque d'immatriculation d'une voiture, le nom et prénom des personnes qu'il rencontre et leurs caractéristiques,

Leonard raconte aussi une histoire qu'il a vécue avant son incident. Il était inspecteur pour débusquer les arnaques à l'assurance. Son premier cas délicat concernait Sammy Jankis, un homme qui, après un accident de voiture, a également perdu sa mémoire de court terme. Il ne se souvient donc pas de ce qu'il a fait deux minutes avant. Sammy touche de l'argent de l'assurance qui le couvrait contre un handicap physique, mais Leonard, qui rend régulièrement visite au malade, a des doutes, car il a l'impression que ce dernier le reconnaît. Il soupçonne alors une simulation, dont le but serait de toucher l'argent de l'assurance. Il demande donc une expertise, dont la conclusion est que les troubles de la mémoire de Sammy sont d'ordre psychologique, ce qui n'est pas pris en charge par l'assurance. Quelques jours plus tard, la femme de Sammy, désespérée, rend visite à Leonard pour lui demander son avis personnel sur l'état de son mari. Leonard lui répond qu'il ne croit pas que Sammy simule mais que son handicap n'est pas d'origine physique. Sa femme fait tout alors pour essayer de stimuler la mémoire de son mari. Etant diabétique, son mari doit lui faire quotidiennement des piqûres d'insuline. Afin de provoquer un choc salutaire, étant convaincue que son mari l'aime sincèrement et ne lui ferait jamais de mal, elle décide de le mettre à l'épreuve. Elle lui demande alors sa piqûre toutes les vingt minutes (en reculant sa montre et l'horloge d'autant à chaque fois). Sammy lui fait sa piqûre chaque fois qu'elle le lui demande, entraînant un coma dont elle ne sortira jamais. Il vit donc désormais dans une clinique, sans savoir que sa femme est morte. Leonard comprendra après son accident que Jankis faisait semblant de reconnaître les gens simplement pour ne pas les décevoir et que son handicap était donc bien physique.

Teddy raconte que l'agresseur a été trouvé et tué il y a un an ; c'est sans doute vrai. Il s'agit d'une période où la mémoire de Leonard ne fonctionne pas. Moins plausible est, que la femme de Leonard a survécu à l'agression mais a été tuée plus tard par une surdose d'insuline. Leonard ne se le rappelle pas. Mais il est confronté à la possibilité que cela pourrait être vrai, les brefs flashbacks montrant Leonard injectant de l'insuline à sa femme sont suivi du retour d'un flash déjà vu où il lui pince seulement la cuisse. Les flashes-back montrant son épouse qui bouge les yeux après son agression sont sans doute ceux terribles de son agonie. En revanche iraient dans ce sens les flashes- back de sa femme dormant sur son corps couvert de tatouages ou encore le bref flash mental chez Natalie où, après avoir raconté l'agression, lui apparait soudain une aiguille d'insuline. Celle-ci étant en couleur et non en noir et blanc, le doute est possible.

Ces doutes, ceux de la mémoire concourent aussi à la décision finale de Leonard. Survivant à sa perte de mémoire, il décide de tuer Teddy car celui-ci le manipule. Il lui ment peut-être sur son passé récent mais, bien plus grave, il s'attaque aussi à ce qu'il a de plus précieux : le souvenir de sa vie heureuse avant son accident qui rend possible sa mission présente, la seule vitale désormais, trouver John G..

Jean-Luc Lacuve, le 10/02/2012

 

Retour à la page d'accueil

Memento
Avec : Guy Pearce (Leonard), Carrie-Anne Moss (Natalie), Joe Pantoliano (Teddy), Mark Boone Junior (Burt), Stephen Tobolowsky (Sammy), Harriet Sansom Harris (Mme Jankis), Callum Keith Rennie (Dodd), Russ Fega(le serveur), Jorja Fox (Catherine Shelby). 1h56.
2000
Voir : Photogrammes
Genre : Film noir