Blake Edwards

(1922–2010)
41 films
   
   
4
 

Blake Edwards (de son vrai nom William Blake McEdwards) est né à Tulsa (Oklahoma) le 16 juillet 1922. Mais c'est à Los Angeles qu'il vit dès l'âge de trois ans. Son grand-père et son père occupent des fonctions dans l'industrie cinématographique où lui-même va faire ses débuts, en 1942, en tant que coursier et figurant. Jusqu'en 1948, année de sa rencontre avec Richard Quine, il tient des petits rôles dans un certain nombre de films notamment Trente secondes sur Tokyo de Mervyn LeRoy, Les Sacrifiés de John Ford, Les plus belles années de notre vie de William Wyler. Tout en travaillant sous la direction de Richard Quine pour Leather gloves, il prend conscience qu'il n'a pas vraiment la vocation d'acteur. Il troque alors le masque pour la plume et devient le scénariste privilégié de Quine, maintenant son ami. Plus tard, il portera lui-même ses sujets à l'écran. Edwards travaille pour la radio et la télévision. Peter Gunn, détective spécial, tourné en 1967, est issu d'une série télévisée diffusée de 1958 à 1961.

C'est Dick Powell, interprète du feuilleton radiophonique Richard Diamond dont il est l'auteur, qui lui permet de faire ses débuts dans la mise en scène cinématographique.

C'est avec son troisième film L'extravagant M. Cory (1957), qui fait suite à deux comédies musicales interprétées par le chanteur Frankie Laine (la première est toujours inédite en France), qu'il révèle sa véritable personnalité, en partie grâce à Tony Curtis, son interprète qui a su convaincre les studios de lui confier la mise en scène d'un film dont il n'était que le scénariste. Curtis, qui grâce à Edwards va connaître une véritable métamorphose, est à nouveau son interprète pour Opérations jupons (1959), qui contribue au renouvellement de la comédie américaine et obtient un immense succès.

Diamants sur canapé (1961), Allo, brigade spéciale (1962) et Le jour du vin et des roses (1963), qu'il réalise ensuite, sont autant d'exemples de sa paradoxale sensibilité où le burlesque côtoie la sophistication et le tragique. Qualités qui trouvent leur synthèse dans le personnage à l'origine de sa gloire et de sa fortune, celui de La panthère rose, avec cet inspecteur de police (français) roi de la gaffe et dont Peter Sellers a composé un savoureux portrait. Blake Edwards est, depuis l969, le mari de Julie Andrews.

A la fin des années 70, Blake Edwards s'efforce d'affirmer son indépendance, de se dégager des contraintes imposées par les grandes compagnies, après les difficultés rencontrées sur Deux hommes dans l'ouest (1971) et Opération clandestine (1972). Il signe d'abord un triomphe public et critique, Elle (1979), variation sur les angoisses du vieillissement masculin, thème largement autobiographique, alliance de comédie subtile et de burlesque, puis enchaîne avec S.O.B. (1981), tentative audacieuse de mélange des genres, où pointe une réelle amertume, commentaire angoissé sur la mort, la fidélité, l'amitié, satire au bulldozer des milieux hollywoodiens (une star BCBG, Julie Andrews, Mrs. Edwards à la ville, doit montrer ses seins et se reconvertir dans le porno soft pour suivre les lois du marché). Film tonitruant qui déroute et connaît un rude échec. Le ton de la période est donné : de plus en plus personnel, des hauts et des bas dans l'accueil. Quand Edwards s'est confié, toujours avec réserve, dans des entretiens, des obsessions sont apparues - l'identité sexuelle, la peur de la maladie, la psychanalyse qu'il a suivie, l'alcool - qui ont nourri les films d'alors.

Victor Victoria (1982), hommage à Julie Andrews, traite de toutes les sexualités, homo, bi, hétéro, et n'oublie pas d'être drôle. L'homme à femmes (1983) relit, sur le divan d'une psychanalyste (Julie Andrews, toujours), le film de François Truffaut, L'homme qui aimait les femmes. C'est la vie (1986) pousse loin les aspects personnels et les confidences : drames, mesquineries, joies du quotidien, femme, fille (Jennifer), maison du réalisateur, amis comédiens (Jack Lemmon et son épouse Felicia Farr), etc. Dans tous les cas, Edwards joue le mélange des contraires : élégance et trivialité, émotion et grosse farce, tempo rapide ou gags distillés au compte-goutte.

La mort, en 1980, de son complice Peter Sellers, Clouseau de la série La panthère Rose, avec qui il eut pourtant des rapports très conflictuels, n'empêche pas Edwards de poursuivre la saga de l'inspecteur gaffeur : A la recherche de la panthère rose (1982) se sert d'extraits des premiers films ou de scènes coupées alors au montage; L'héritier de la panthère rose (1983), sorti en France à la télévision, joue, et pour cause, sur l'absence de Clouseau. En 1993, l'inspecteur s'est réincarné en son fils, Roberto Benigni (Gérard Depardieu avait été un temps pressenti) pour Le fils de la panthère rose.

Lors de l'hommage que lui rend le Festival de Cannes en 1992, le réalisateur offre au public un nouveau montage, plus court, de Darling Lili (1970), film où il dirigea pour la première fois Julie Andrews. En 1985, Edwards a écrit, sous le pseudonyme de Sam O. Brown, le scénario de Haut les flingues (City Heat), avec Clint Eastwood et Burt Reynolds, qu'a réalisé Richard Benjamin. Pour la télévision, il a tourné "Justin Case" (1988), écrit avec sa fille Jennifer, et "Peter Gunn" (1989), retour à un héros et à une série qu'il avait créés plus de vingt ans auparavant.

En février 2004, un Oscar d’honneur lui est remis pour l’ensemble de sa carrière.

Filmographie :

1955 Bring your smile along
Avec : Frankie Laine (Jerry Dennis), Keefe Brasselle (Marty Adams), Constance Towers (Nancy Willows), Lucy Marlow (Marge Stevenson), William Leslie (David Parker), Mario Siletti (Ricardo). 1h23.
   
1956 Rira bien
(He Laughed Last). Avec: Frankie Laine (Gino Lupo), Lucy Marlow (Rosie Lebeau), Anthony Dexter (Dominic Rodríguez), Richard Long (Jimmy Murphy). 1h14.
   
1957 L'extravagant M. Cory

(Mister Cory). Avec : Tony Curtis (Cory), Martha Hyer (Abby Vollard), Charles Bickford ('Biloxi' Caldwell), Kathryn Grant (Jen Vollard), William Reynolds (Alex Wyncott). 1h32.

Cory quitte le quartier pauvre de Chicago, où il a passé son enfance, pour travailler comme serveur dans une résidence pour milliardaires. Abby, une jeune femme très riche, fiancée à un ami d'enfance, Alex Wyncott, attire aussitôt son attention. Pour faire sa connaissance, il imagine un stratagème auprès de Jen, la jeune sœur d'Abby qui a remarqué son manège. Dévoré d'ambition, Cory voit là une occasion unique de se faire une place au sein de la haute société. En attendant, il amasse de l'argent au poker et lie connaissance avec Biloxi, un joueur professionnel.
Attirée par le jeune homme, Jen est prête à tomber dans ses bras mais Abby interdit à Cory de revoir sa sœur. De retour de voyage, c'est elle qui succombe à son charme avant de découvrir que Cory n'appartient pas à son milieu. Dès ce jour, elle rompt avec lui.
Un an plus tard, Cory retrouve Biloxi, avec qui il s'associe en affaires pour diriger une maison de jeu à Chicago appartenant à Ruby Matrobe, un escroc à la recherche d'un homme de paille. C'est pour lui l'occasion unique de revoir Abby, sur le point d'épouser Alex, que Cory humilie publiquement. Quand Ruby s'en aperçoit, il lui demande de quitter la ville car le père d'Alex est l'un des hommes les plus influents de Chicago. Découvrant qu'Abby est la maîtresse de Cory, Alex tente de le tuer. Légèrement blessé à l'épaule, Cory renonce à ses ambitions, d'autant qu'Abby a refusé de l'épouser. Avant de quitter la ville avec Biloxi, il comprend enfin que seule Jen lui témoigne un amour sincère.

   
1958 Le démon de midi
  (This happy feeling).
   
1959 Vacances à Paris
 

(The Perfect Furlough) avec : Tony Curtis (Cpl. Paul Hodges), Janet Leigh (Lt. Vicki Loren), Keenan Wynn (Harvey Franklin), Linda Cristal (Sandra Roca), Elaine Stritch (Liz Baker) 1h33.

Le plus méritant des soldats d'une base militaire de l'Arctique se voit offrir un voyage à Paris avec une vedette. Deux officiers féminins accompagnent le gagnant afin de le surveiller. Mais de nombreux quiproquos surviennent...

   
1959 Opération jupons

(Operation Petticoat). Avec : Cary Grant (Matt Sherman), Tony Curtis (Nicholas Holden), Joan O'Brien (Dolores Crandall). 2h04.

Les Japonais viennent de bombarder Manille: le " Sea Tiger " est gravement endommagé. Le commandant Sherman veut le remettre en état. Mais la guerre a désorganisé les services d'intendance et jamais les pièces de rechange n'arriveront à temps. La situation parait bloquée jusqu'au jour où Nick Holden, un jeune et sémillant lieutenant, est affecté au" Sea Tiger". Nick est sans doute un piètre navigateur, mais quel débrouillard ! ...

   
1960 High time

Avec : Bing Crosby (Harvey Howard), Fabian (Gil Sparrow), Tuesday Weld (Joy Elder), Nicole Maurey (Helene Gauthier), Richard Beymer (Bob Bannerman), Patrick Adiarte (T.J. Padmanagham), Jimmy Boyd (Robert Higgso). 1h43.
   
1961 Diamants sur canapé

(Breakfast at Tiffany's). Avec : Audrey Hepburn (Holly Golightly), George Peppard (Paul Varjak), Patricia Neal (Edith Failenson).1h55.

Holly Golightly n'a qu'une passion : les bijoux. Il ne se passe pas de nuits sans qu'elle fasse un arrêt devant la vitrine de Tiffany's, le célèbre joaillier de la Cinquième Avenue. Sa vie trépidante et ses goûts fantasques surprennent son voisin de palier, l'écrivain Paul Varjak. Elle provoque la fureur de son autre voisin, le Japonais Yunioshi, fatigué par ses "parties" bruyantes jusqu'à une heure avancée de la nuit.

   
1962 Allo, brigade spéciale

(Experiment in Terror). Avec : Glenn Ford (John 'Rip' Ripley), Lee Remick (Kelly Sherwood), Stefanie Powers (Toby Sherwood), Roy Poole (Brad), Ned Glass (Popcorn). 2h03.

San Francisco. Caissière dans une grande banque du centre ville, Kelly Sherwood vit seule avec sa jeune sœur Toby, encore étudiante, dans un pavillon de banlieue. Un soir qu'elle vient de remiser sa voiture dans son garage, un inconnu surgit de l'ombre derrière elle, lui plaquant une main sur la bouche. L'homme, à la respiration difficile, comme s'il était asthmatique, lui dit qu'à sa demande, un jour prochain, elle devra sortir cent mille dollars de la banque; si elle fait ce qu'il lui demande, il lui remettra vingt pour cent de la somme, sinon il lui arrivera malheur, ainsi qu'à sa sœur. Aussitôt après, Kelly téléphone au F.B.I. Mais l'homme s'était dissimulé dans l'ombre. Il l'interrompt et la menace plus durement. Toutefois, l'agent qui avait pris son appel, John Ripley, parvient à le localiser et à prendre contact avec Kelly avec un maximum de précautions afin de ne pas attirer l'attention de l'homme, qui est rapidement identifié : il s'agit d'un certain "Red" Lynch, un repris de justice, recherché pour meurtre. Le Bureau met en place tout un dispositif de surveillance sophistiqué. Pendant ce temps, Lynch ne relâche pas la pression, téléphonant à Kelly à son domicile ou à son travail, lui apparaissant travesti en femme dans les toilettes d'un restaurant, laissant un mot dans le sac de Toby pour prouver qu'il peut agir à tout moment. Kelly, quoique doté d'un fort caractère, est sur les nerfs. Et même si le filet se resserre inexorablement sur Lynch, celui-ci a tué une complice qui était entrée en contact avec les Fédéraux, ce qui inquiète ces derniers. Ripley, lui, a bon espoir : il a trouvé la trace d'une femme - une Sino-Américaine - Lisa Soong, comptant beaucoup pour Lynch, qui a payé les frais d'opération de son petit garçon. Mais Lynch ne se montre pas et Lisa, ne voulant pas croire qu'il est un assassin, se refuse à donner l'adresse de son bienfaiteur. Or, celui-ci parvient à enlever Toby, puis donne rendez-vous à Kelly, pour qu'elle lui apporte l'argent. Celle-ci se rend donc à un match de base-ball. Lynch, cependant, ne se manifeste pas. Ce n'est qu'à la fin, au milieu de la foule qui se presse vers la sortie du stade, qu'il aborde Kelly et l'oblige à le suivre. Mais la manœuvre n'a pas échappé à Ripley et à ses hommes, qui convergent vers eux. S'en apercevant, Lynch prend peur, lâche Kelly - qu'un policier tire aussitôt en arrière - tire, puis fuit en direction du terrain où, encerclé, il est abattu.

   
1963 Le jour du vin et des roses
 

(Days of Wine and Roses). Avec : Jack Lemmon (Joe Clay), Lee Remick (Kirsten Arnesen Clay), Charles Bickford (Ellis Arnesen), Jack Klugman (Jim Hungerford), Alan Hewitt (Rad Leland). 1h57.

Joe Clay, chargé de relations publiques dans une agence publicitaire de San Francisco, est souvent amené à boire beaucoup en compagnie de clients de la société. En outre, cela l'aide à mieux supporter ce travail qui l'oblige à avoir un comportement amical avec des gens pour lesquels il n'a guère de sympathie, qu'il doit distraire, notamment en leur procurant des filles. Il tombe amoureux d'une secrétaire de l'agence, Kirsten Arnesen. Afin de lui faire bonne impression, il fait part à ses employeurs des désagréments que lui procure son emploi et... obtient un poste plus important. Peu après, Joe épouse Kirsten.

Au début, le couple vit dans la félicité, mais Joe reprend peu à peu ses habitudes alcooliques et entraîne progressivement dans cette voie son épouse, qui n'avait alors jamais bu...

Les années passent, et tout deux sont devenus des alcooliques invétérés. Joe a perdu son emploi et ne cesse d'être renvoyé des entreprises qui l'engagent. Un jour, alors qu'il est absent, Kirsten, complètement ivre, met le feu à leur appartement... Réduits à l'état d'épaves, ils décident d'arrêter de boire, ne serait-ce que pour le bonheur de leur petite fille, Debbie, née entre-temps. Ils sont alors hébergés par le père de Kirsten, un horticulteur. Le sevrage à l'air pur semble bien se passer, mais leur démon finit par les reprendre. Ne retrouvant pas une bouteille de whisky qu'il a dissimulé, Joe s'écroule, victime d'une crise de delirium tremens.

À sa sortie de l'hôpital, Joe, décidé à s'en sortir, rejoint les Alcooliques Anonymes. Il parvient ainsi à reprendre progressivement le dessus et à se contrôler. Mais Kirsten se refuse à admettre qu'elle est alcoolique. Un soir, au retour d'une réunion, Joe constate que Kirsten a disparu. Il la retrouve quelques jours plus tard, ivre, dans une chambre de motel sordide. Dans l'espoir de la retenir, Joe se saoule avec elle... et se retrouve à l'hôpital.

   
1964 La panthère rose

(The Pink Panther). Avec : David Niven (Sir Charles Lytton), Peter Sellers (Inspecteur Jacques Clouseau), Robert Wagner (George Lytton), Capucine (Simone Clouseau), Claudia Cardinale (Princesse Dala). 1h54.

Un mystérieux cambrioleur, le « Phantom », qui dépouille le Gotha de ses bijoux et signe ses forfaits d’un gant blanc brodé de l’initiale « P », demeure insaisissable. Or, la princesse Dala, riche héritière d’un pays du Moyen-Orient dont elle a été chassée par un coup d’état militaire, vit en exil en Europe avec dans ses bagages une fabuleuse pierre précieuse, « La panthère rose ». Aussi, l’inspecteur Jacques Clouseau de la Sûreté, accompagné de son épouse Simone, est-il envoyé à Cortina d’Ampezzo où réside la princesse et « le Tout International huppé ». Les suspects, parmi lesquels Sir Charles Lytton et son neveu George, ne manquent donc pas. Bientôt, un étrange ballet s’organise dans la station de sports d’hiver, Sir Charles entreprend de séduire Dala et George courtisant Simone pendant que Clouseau « surveille » tout ce petit monde. A la suite de quiproquos nocturnes, Georges, voleur de son état, découvre que le Phantom n’est autre que Sir Charles et que Simone est sa maîtresse. Clouseau monte alors une souricière en organisant un bal costumé. Sir Charles et George tombent dans le piège et sont arrêtés au terme d’une poursuite épique. Mais, Simone et Dala s’étant mises d’accord pour sauver les deux séducteurs, le procès prend un tour imprévu. Quand, pendant sa déposition, Clouseau prend son mouchoir, le précieux caillou tombe de sa poche.
Le pauvre inspecteur est aussitôt accusé de vol est emmené en prison. Sir Charles et George, immédiatement relaxés, partent quant à eux en voiture avec Simone et Dala.

   
1964 Quand l'inspecteur s'emmele

(A Shot in the Dark). Avec : Peter Sellers (L’inspecteur Jacques Clouseau), Elke Sommer (Maria Gambrelli), George Sanders (Benjamin Ballon), Herbert Lom (L’inspecteur chef Charles Dreyfus), Tracy Reed (Dominique Ballon). 1h41.

Paris. L'hôtel particulier du milliardaire Benjamin Ballon est le théâtre d'un étrange ballet nocturne et adultérin qu'interrompt un coup de feu. Peu après, Maria Gambrelli, la soubrette, est trouvée près du corps de son amant espagnol, l'arme du crime à la main. Mais l'inspecteur Jacques Clouseau, chargé de l'enquête au grand dam de son supérieur hiérarchique, l'inspecteurchef Charles Dreyfus qui le hait, nie l'évidence : Maria ne peut avoir tué, elle est trop belle pour ça. Il est cependant convaincu qu'elle connaît l'identité de l'assassin et qu'elle se tait pour le protéger. Il la fait donc relâcher pour la filer, non sans avoir endossé un déguisement qui attire invariablement sur lui l'attention des policiers qui l'arrêtent automatiquement. Et, à chaque fois. Maria est retrouvée auprès du cadavre d'un membre de la domesticité des Ballon... Le fin limier a une théorie : ces meurtres sont le fait d'un jaloux qui veut la compromettre. Il décide de l'appâter en entraînant Maria dans une folle nuit qu'ils passent dans divers cabarets de la capitale : dans chacun d'eux, ils laissent sans le savoir derrière eux le cadavre d'une innocente victime. involontairement frappée par le "jaloux " qui les suit comme leur ombre. Au petit matin, ils échappent de peu à l'explosion d'une bombe dans l'appartement de Clouseau Le lendemain. celui-ci annonce à Dreyfus à bout de nerfs qu'il trouvera le soir même la solution de l'énigme en réunissant dans leur salon les Ballon et leurs domestiques. Sa démonstration est si confuse qu'à la fin de la confrontation tous les gens présents sont prêts à s'entre déchirer. Mettant à profit une panne de lumière, tous se précipitent dans la voiture de l'inspecteur qui, aussitôt mise en marche. explose, éliminant d'un coup tous les suspects. L'auteur de l'attentat, ainsi que celui des assassinats dan, les cabarets, n'est autre que Dreyfus. que l'incompétence. la maladresse, la bêtise et la chance incroyable de son subordonné ont rendu fou, Dreyfus emporté à l'asile, Clouseau et Maria peuvent filer le parfait amour.

   
1965 La grande course autour du monde

(The great race). Avec : Jack Lemmon (Professeur Fate), Tony Curtis (Le Grand Leslie), Natalie Wood (Maggie DuBois). 2h37.

En 1908 s'organise la première grande course automobile autour du monde: elle se déroulera de New York à Paris. Six voitures prennent le départ. Mais l'ignoble professeur Fate aidé de son âme damnée Max, ne recule devant aucune scélératesse pour éliminer ses adversaires. Bientôt ne restent plus en compétition que " l'Hannibal 8 " du professeur et la " Leslie Special" du grand Leslie...

   
1966 Qu'as-tu fait à la guerre, papa ?

(What did You do in the war Daddy?). Avec : James Coburn (Lt. Christian), Dick Shawn (Capt. Lionel Cash), Sergio Fantoni . 1h56.

La Sicile, en 1943. Le général Boit envoie la Compagnie C, commandée par le capitaine Cash, occuper le village de Valerno. Les Américains l'investissent sans rencontrer âme qui vive: la population et la garnison disputent un match de football. Tous, représentés par le capitaine Oppo, acceptent de se rendre, à condition de pouvoir célébrer le soir même la fête annuelle du vin....

   
1967 Peter Gunn, détective spécial
  (Gunn). Avec : Craig Stevens (Peter Gunn), Laura Devon (Edie), Edward Asner (Lt. Jacoby), Albert Paulsen (Nick Fusco), Sherry Jackson (Samantha). 1h34.
   
1968 La party

(The Party). Avec : Peter Sellers (Hrundi V. Bakshi), Claudine Longet (Michele Monet), Natalia Borisova (la ballerine),. 1h39.

Hrundi V. Bakshi, est un acteur indien qui a été engagé par un studio hollywoodien pour tenir le rôle d'un soldat indigène dévoué dans un remake de Gunda Din. Mais sa maladresse est telle qu'il fait non seulement rater quantité de prises mais aussi exploser le coûteux décor d'un fortin avant que le metteur en scène en ait donné l'ordre. C.S. Divot, le producteur, appelle donc le patron du studio, Fred Clutterbuck, pour mettre Bakshi sur une liste noire. Mais Clutterbuck inscrit son nom au bas de la liste des invités à sa soirée annuelle...

   
1970 Darling Lili

(Darling Lili). Avec : Julie Andrews (Lili Smith (Schmidt)), Rock Hudson (Major William Larrabee), Jeremy Kemp (Colonel Kurt Von Ruger), Lance Percival (T.C), Michael Witney (Lt. George 'jeuneblood' Carson). 2h16.

14-18. Lili Smith est une chanteuse de music-hall adulée par les Londoniens. En vérité, elle s'appelle Schmidt et espionne pour le compte de l'Allemagne (sous les ordres du colonel Kurt von Ruger, qui se fait passer pour son oncle). A Paris pour y recevoir la Légion d'Honneur, elle reçoit l'ordre de séduire le major William Larrabee, commandant d'une escadrille, afin de lui soutirer des renseignements concernant la stratégie de l'Air Force. Ils font connaissance alors qu'elle se produit dans un hôpital militaire. Un soir, Larrabee, séduit, l'invite à un pique-nique nocturne dans la campagne française... Bientôt, Lili fait régulièrement parvenir des informations aux Services Secrets allemands, bien que l'intérêt qu'elle porte à Larrabee soit de moins en moins professionnel. Le contre-espionnage allié charge deux de ses plus fins limiers, le lieutenant Liggett et le commandant Duvalle, de découvrir la source des fuites. Soupçonnant Larrabee, ils demandent à Lili de les aider à le démasquer : ils pensent que le major transmet ses renseignements par l'intermédiaire d'une femme. Lili commence à douter de la franchise de son amant, d'autant qu'un soir, dans une boite de nuit, celui-ci fait taire un de ses amis, le lieutenant "T.C. ", qui lui demande des nouvelles de "l'Opération Crêpes Suzette". Plus tard, Liggett et Duvalle découvrent que des indications données par Larrabee sur son emploi du temps sont inexactes et que "Crêpes Suzette " est le surnom d'une strip-teaseuse parisienne. Suzette Maidue, de ses "amies". Jalouse, Lili s'arrange pour faire passer sa rivale pour espionne, ce qui entraîne l'arrestation de l'aviateur. Mais, apprenant que celui-ci était amoureux d'elle et qu'il avait rompu avec Suzette depuis longtemps, elle révèle sa véritable identité pour lui éviter te peloton d'exécution, puis fuit en Suisse Après la guerre, Larrabee et Lili se retrouvent sur la scène d'un théâtre et tombent dans les bras l'un de l'autre.

   
1971 Deux hommes dans l'ouest

(Wild Rovers). Avec : William Holden (Ross Bodine), Ryan O'Neal (Frank Post), Karl Malden (Walter Buckman, le patron du bar), Lynn Carlin (Mrs. Sada Billings), Tom Skerritt (John Buckman). 2h16.

Le Montana, dans les années 1880. Ross Bodine, cinquante ans, et Frank Post, vingt-cinq ans, deux vachers, travaillent dans le ranch de Walter Buckman, un gros éleveur de bétail. Un soir, un de leurs collègues est tué par son cheval devenu fou. Chargés par leur patron d'emporter le corps à la ville, ils évoquent en cours de route la dureté de leur travail, mal rémunéré, et la précarité de leur existence. Ils en viennent à évoquer le meilleur moyen d'échapper à cette vie misérable.

Le lendemain soir, en ville, ils obligent le banquier à accompagner Ross à la banque pendant que Frank garde sa mère et sa belle-mère en otages. Mais au retour, Ross et le banquier sont attaqués par un couguar qui blesse grièvement un des chevaux, lequel doit être achevé. Ross et Frank doivent fuir sur une seule monture. Ne pouvant admettre que deux de ses hommes aient pu commettre un vol, Buckman fait accompagner le shérif et son adjoint par ses deux fils, Paul et John, avec pour mission de lui ramener coûte que coûte les deux fugitifs... Ceux-ci parviennent enfin chez Ben, un fermier ayant combattu sous les ordres de Ross pendant la Guerre de Sécession, qui leur vend un mulet.

Quelques jours plus tard, ils troquent celui-ci contre un cheval sauvage qu'ils ont pu capturer et dresser.

Après trois semaines de marche, Ross et Frank s'arrêtent dans un bourg pour s'approvisionner, se laver et se distraire. Mais alors que le premier passe la soirée dans les bras d'une prostituée, le second participe à une partie de poker qui tourne mal. C'est grièvement blessé à la jambe et soutenu par Ross que Frank reprend la route du Mexique... Quand Paul et John arrivent peu après en ville, le shérif leur apprend que leur père a été tué au cours d'une fusillade avec un éleveur de moutons qu'il voulait chasser de la région. Paul, qui a toujours considéré cette poursuite comme ridicule, décide de s'en retourner. Or John, qui a toujours souffert de voir son père lui préférer son frère, s'entête absurdement à vouloir remplir sa mission.


Malgré l'extraction de la balle par Ross, Frank, affaibli par la gangrène, meurt... Ross est bientôt rejoint par John, qui le blesse. Il est sur le point de tuer son poursuivant quand il est abattu par Paul, qui avait suivi son frère pour le protéger. Après lui avoir sauvé la vie, Paul abandonne toutefois John qui, perdu au milieu du désert, enrage de ne pouvoir monter en travers de sa selle le cadavre de Ross.

   
1972 Opération clandestine

(The Carey Treatment). Avec : James Coburn (Docteur Peter Carey), Jennifer O'Neill (Georgia Hightower), Pat Hingle (Capitaine Pearson), Skye Aubrey (L'infirmière Angela Holder), Elizabeth Allen (Evelyn Randall) 1h41.

Venu de Californie, le docteur Peter Carey prend ses fonctions dans un hôpital de Boston dirigé par un membre éminent de la grande bourgeoisie locale, J. D. Randall. Il retrouve à cette occasion son ami le docteur David Tao, que ses confrères considèrent avec mépris parce qu’il est d’origine asiatique. Carey fait aussi la connaissance de la diététicienne Georgia Hightower qui, depuis sa séparation d’avec son mari, vit seule avec son enfant. Très vite, une attirance réciproque les amène à faire des projets d’avenir. Sur ces entrefaites, Karen Randall, la fille de J. D., meurt des suites d’une hémorragie apparemment provoquée par une tentative d’avortement. Tao, connu pour pratiquer ce genre d’opération, fait l’objet d’une enquête. Il avoue que la jeune fille est venue le consulter, mais il affirme avoir refusé de l’avorter. Par ailleurs, l’autopsie révèle que Karen n’était pas enceinte. Pourtant, Tao demeure suspect et malgré les avertissements du capitaine Pearson, Carey décide de l’aider. Il interroge la belle-mère de Karen, Evelyn Randall, ainsi que sa compagne de chambre à l’université, Lydia Barrett. Cette dernière en voulait à Karen de lui avoir pris son petit ami Roger Hudson, un beau garçon peu recommandable, amant actuel d’Angela Holder, assistante au département biologie de l’hôpital. Carey rend ensuite visite à Joshua Randall, médecin avorteur et oncle de la victime, à qui Tao avait adressé Karen. Celle-ci était en fait atteinte d’une tumeur dont les symptômes pouvaient faire croire à une grossesse.

Carey retrouve la trace de Hudson, qui tente de l’écraser avec sa voiture puis poignarde Angela. Se croyant à l’article de la mort, la jeune fille avoue qu’elle fournissait à Hudson de la morphine dérobée dans son service et que tous deux ont accepté, moyennant 300 dollars, d’avorter Karen, qui se croyait enceinte. Le dénouement a lieu à l’hôpital où Hudson tente d’achever Carey avant d’être lui-même neutralisé.

   
1974 Julie and Dick at Covent Garden
  Téléfilm musical. Avec : Julie Andrews , Dick Van Dyke (Eux-mêmes)
Carl Reiner (le fantôme de Drury Lane).
   
1974 Top secret

(The Tamarind Seed). Avec : Julie Andrews (Judith Farrow), Omar Sharif (Feodor Sverdlov), Anthony Quayle (Jack Loder, chef du MI6), Dan O'Herlihy (Fergus Stephenson), Sylvia Syms (Margaret Stephenson). 1h59.

Secrétaire d'un haut fonctionnaire du ministère de l'Intérieur, Judith Farrow, en vacances à La Barbade, fait la connaissance de Feodor Sverdlov, attaché militaire à l'ambassade Soviétique à Paris. Ce qui inquiète Jack Loder, responsable de la Sécurité Britannique, pour qui cette rencontre n'a rien de fortuit. De son côté, Sverdlov, qui semble trop bien s'adapter au mode de vie capitaliste, s'est attiré la suspicion de ses supérieurs : comme preuve de sa bonne foi, il confie au général Golitsyn qu'il espère amener la jeune femme à trahir pour l'Union Soviétique... Judith et Feodor se revoient à Londres et à Paris. Mais Judith, encore marquée par un récent veuvage et déçue par sa liaison avec Richard Paterson, attaché d'ambassade auprès du ministre Fergus Stephenson, montre beaucoup d'indécision et de réticence. Rappelé en Union Soviétique, Sverdlov demande l'asile politique en Angleterre. Loder favorise sa défection. En échange, Sverdiov doit communiquer à Loder l'identité de " Bleu ", un haut fonctionnaire britannique qui trahit pour le compte des Soviétiques. Réfugié à La Barbade avec Judith, Sverdlov est victime d'un attentat du KGB, Judith le croit mort, mais Loder vient lui annoncer qu'il a survécu grâce à ses services : ils pourront se retrouver au Canada. Loder est satisfait : les Russes croient avoir éliminé le traître et détruit le dossier " Bleu ", mais les Anglais, qui savent désormais que Stephenson est un agent de l'Est, pourront lui fournir de fausses informations pour intoxiquer l'adversaire.

   
1975 Le retour de la panthère rose

(The return of the Pink Panther). Avec : Peter Sellers (Insp. Jacques Clouseau), Christopher Plummer (Sir Charles Litton), Catherine Schell (Claudine), Herbert Lom (Insp. Chef Dreyfus), Peter Arne (Col. Sharky) 1h55.

.La Panthère Rose, le plus gros et célèbre diamant du monde, est depuis dix siècles l'emblème national de l'État moyen-oriental du Lugash. Mais un audacieux voleur est parvenu à s'emparer du précieux joyau et à disparaître avec lui... Le général Wadafi, demande de faire venir de Paris l'inspecteur Clouseau qui, une fois déjà, a retrouvé la précieuse pierre.

Or, celui-ci, rétrogradé au rôle d'agent de la circulation, vient d'être limogé par l'inspecteur-chef Dreyfus pour avoir, par bêtise, aidé les auteurs d'un hold-up à prendre la fuite. Apprenant qu'il doit envoyer Clouseau au Lugash, Dreyfus, déjà au bord de la dépression, accumule les actes manqués auto-mutilatoires...

À la vue du gant brodé du monogramme "P" posé à la place du joyau volé, Clouseau en déduit que le voleur est le "Phantom", alias sir Charles Lytton, qui s'en était déjà emparé quelques années auparavant. Il se rend sur la Côte d'Azur où le gentleman-cambrioleur réside. Or, celui-ci a décidé de partir au Lugash afin de mener sa propre enquête pour démasquer l'usurpateur et se disculper aux yeux de la police.

À Nice, où il échappe par miracle à trois attentats, Clouseau parvient à s'introduire dans la villa des Lytton déguisé en réparateur du téléphone. Un faux appel téléphonique, improvisé par Claudine Lytton, qui l'a naturellement reconnu, l'amène à filer celle-ci jusqu'à Gstaad...

Pendant ce temps, sir Charles doit manœuvrer habilement pour échapper au piège tendu par la pègre locale - prête à le livrer aux autorités pour arrêter l'action de la police qui lui cause du tort - et le chef de la police secrète, le colonel Sharki, auquel le vol permet d'emprisonner les opposants au régime. Ayant reconnu quelqu'un parmi les touristes sur les enregistrements vidéo des caméras de surveillance, sir Charles quitte le Lugash, après moult diversions, et retrouve peu après son épouse à Gstaad, où Clouseau a multiplié, sans succès, les tentatives pour l'" approcher " et fouiller sa chambre. Claudine Lytton, que son mari a reconnue malgré son déguisement, était bien l'auteur du vol, qu'elle a organisé afin de pousser sir Charles à abandonner sa morne existence de "retraité". Clouseau s'apprête à les arrêter lorsque surgit Sharki qui, ayant filé sir Charles, va les abattre tous les trois. Mais il est tué par erreur par Dreyfus, qui tentait depuis plusieurs semaines d'assassiner Clouseau. Ce nouvel échec l'ayant rendu fou de rage, Dreyfus est interné alors que son "tourmenteur" est promu inspecteur-chef et nommé à son poste.

   
1976 Quand la panthère rose s'emmele

(The Pink Panther strikes again). Avec : Peter Sellers (Insp. Chef Jacques Clouseau), Herbert Lom (ex-Insp. Chef Charles Dreyfus), Lesley-Anne Down (Olga), Burt Kwouk (Cato), Colin Blakely (Alec Drummond) 1h43.

L'ex-commissaire Dreyfus va enfin pouvoir sortir de la clinique psychiatrique où il a été interné au terme de l'épisode précédent. Après une ultime consultation, son analyste, convaincu de sa totale guérison, le lui confirme. Mais Dreyfus va se promener dans le parc de l'établissement où il rencontre Jacques Clouseau venu, dit-il, lui apporter son soutien dans cette épreuve. Celui-ci, toujours aussi maladroit et stupide, réduit à néant plusieurs mois de traitements. Et, animé de folie homicide à l'encontre de son ancien subordonné, qui a en outre été nommé à sa place, Dreyfus est ramené manu militari en cellule capitonnée.

Quelque temps plus tard, on annonce à Clouseau que Dreyfus s'est évadé. Ce dernier piège l'appartement de son mortel ennemi, qui échappe par miracle à l'explosion... Peu après, un fameux voleur fausse compagnie à son escorte policière pendant son transfert en train, grâce à des complicités extérieures. Puis, en Angleterre où ils résidaient, le professeur Fassbender et sa fille Margo sont enlevés. Tout cela est l'œuvre de Dreyfus qui, entouré de criminels internationaux, a juré la perte de Clouseau. Pour ce faire, il oblige le scientifique, en menaçant de torturer sa fille, à fabriquer le rayon laser qu'il a imaginé. Quand celui-ci est en état de fonctionner, Dreyfus pirate les chaînes de télévision du monde entier et ordonne à tous les chefs d'État de faire assassiner Clouseau; sinon, il sera obligé d'utiliser les grands moyens. Afin de faire une démonstration de sa puissance, il fait disparaître le siège de l'ONU à New York grâce à l'arme de Fassbender.

Ignorant ce qui se trame, Clouseau, qui enquête sur la disparition du professeur, se rend à Munich où la fameuse Oktoberfest bat son plein. C'est là que les meilleurs tueurs de toutes les nations tentent de l'éliminer et ne parviennent qu'à s'entre-tuer sans que leur " victime " prenne conscience de ce qui se passe autour de lui. Ayant localisé le lieu où était retenu captif le professeur, le château de Mondschein, le fin limier parvient laborieusement à y pénétrer en se substituant à un dentiste appelé par Dreyfus. Il a tôt fait d'être démasqué. Dans la lutte qui s'ensuit, la machine infernale mise en marche est par inadvertance dirigée vers Dreyfus, qui est littéralement éradiqué alors que son château devient la proie des flammes.

   
1978 La malédiction de la panthère rose

(The revenge of the Pink Panther). Avec : Peter Sellers (Insp. Chef Jacques Clouseau), Herbert Lom (Insp. Chef Dreyfus), Burt Kwouk (Cato), Dyan Cannon (Simone Legree), Robert Webber (Philippe Douvier). 1h40.

Philippe Douvier, célèbre et richissime homme d’affaires, mais aussi chef de la non moins fameuse « French Connection », apprend que le Parrain de New York envisage de lui retirer la transaction Gannet. Il décide alors de se livrer à un acte spectaculaire pour preuve de sa puissance. Un de ses collaborateurs suggère d’assassiner l’inspecteur-chef Clouseau qui vient d’être décoré par le Président de la République… Mais Clouseau échappe, par miracle, à deux tentatives de meurtre. Douvier joue alors les « indics » et lui conseille, par un coup de téléphone anonyme, de se rendre à 23 heures à la Cascade du Bois de Boulogne s’il veut démanteler la filière française. Ne pouvant croire à un piège, le fin limier s’y rend. Mais il est dévalisé en cours de route par Claude Russo, fameux voleur travesti en femme. Et c’est Russo qui, dans la voiture de Clouseau et dans ses vêtements, périt mitraillé puis carbonisé dans l’incendie du véhicule… Tout le pays est en deuil, à l’exception de Dreyfus qui, soudain guéri à l’annonce de la mort de son ancien subordonné, sort de la clinique psychiatrique où il était interné depuis trois ans, pour être réintégré à la Sûreté à son grade, avec la mission d’identifier et d’arrêter les assassins du héros national – qu’il a plutôt envie d’embrasser.
Quant à Clouseau, qui a pu échapper aux agents de police l’ayant ramassé travesti en femme, il rentre chez lui pour découvrir son appartement transformé en maison close chinoise par les bons soins de Kato, son domestique. Avec l’aide de celui-ci, il décide de continuer à faire le mort pour pouvoir mieux enquêter. Ses pérégrinations l’amènent à sauver, par hasard et inadvertance, la vie de Simone, la secrétaire particulière et maîtresse de Douvier ; ayant dû se séparer d’elle sur les insistances de sa femme, qui en sait suffisamment pour l’envoyer en prison, le caïd avait ensuite décidé de l’éliminer de peur qu’elle ne parle trop. Celle-ci révèle alors à Clouseau que doit avoir lieu à Hong Kong un gros transfert de drogue.
Accompagné de Simone et Kato, Clouseau s’y rend illico, descend au palace où doit avoir lieu le contact. Grâce à une « savante » mise en scène, il parvient à se faire passer auprès de Douvier pour le mafioso Scallini. Mais l’arrivée du vrai Parrain évente le piège. Une poursuite s’engage sur les docks et une fusillade se déclenche dans un entrepôt de fusées de feu d’artifices qui s’embrasent… Clouseau sera une nouvelle fois décoré par le Président de la République.

   
1979 Elle

(Ten). Avec : Dudley Moore (George Webber), Julie Andrews (Samantha Taylor), Bo Derek (Jenny Hanley), Robert Webber (Hugh), Dee Wallace-Stone (Mary Lewis). 2h02.

George Webber, à quarante-deux ans, est un compositeur renommé. Il a tout pour plaire, du charme, du succès : sa compagne, Sam, est une chanteuse talentueuse autant que délicieuse et, comme lui, a trente-huit ans, dans la force de l'âge... mûr. Il a tout pour réussir, en particulier Hugh, le meilleur des amis et des paroliers pour les mélodies qu'il compose. Tout pour plaire, tout pour réussir, à l'exception de ce dont il rêve, en vain jusqu'alors, une créature, une femme merveilleuse, qui puisse être notée dix sur dix au plan de la beauté et lui prouver, en l'aimant, qu'il est encore jeune. Et pourtant cette femme existe, puisqu'il l'aperçoit un jour alors qu'elle va se marier, belle au point qu'immédiatement il la note onze sur dix et n'a plus d'autre idée que la retrouver. Sa quête de Jenny, c'est le nom qu'ELLE porte, l'emmènera jusqu'au Mexique après bien des péripéties automobiles - un accident avec une voiture de police -, animalières - une abeille lui pique le nez - ou éthyliques - il tombe ivre dans une piscine. Mais l'approche de la perfection est comme la proximité du soleil : on risque de s'y brûler et de trouver, finalement, plus rassurant et confortable le voisinage d'une femme, Sam, qui ne mérite que dix sur dix et n'a pas besoin, au moment des effusions amoureuses, d'entendre, comme Jenny, un disque jouer le Boléro de Ravel

   
1981 S.O.B.

Avec : Julie Andrews (Sally Miles), William Holden (Tim Culley), Marisa Berenson (Mavis), Larry Hagman (Dick Benson), Robert Loggia (Herb Maskowitz). 2h01.

Felix Farmer est le producteur le plus heureux d'Hollywood. Ses films ont, jusqu'ici, été des succès commerciaux. Felix est aussi le mari comblé de Sally Miles star n°-l du box office hollywoodien et vedette de la comédie musicale "bon chic bon genre".

Le jour où son dernier film est un échec, Felix voit son bonheur s'écrouler. Sally le quitte emmenant enfants, Rolls et tout le personnel de maison. Felix tombe en dépression. Et les divers agents, comédiens, chroniqueurs, cadres de studio et autres pantins du petit monde hollywoodien qui envahissent sa maison, ne sont pas là pour lui remonter le moral. Felix tente de se suicider en inhalant les gaz de sa Cadillac tout en lisant les mauvaises critiques parues sur son film. Mais ses "amis" le sauvent et le calment.

Alors que sa maison est en pleine émeute orgiaque Felix, groggy par les sédatifs, a une idée pour sauver le film : le retourner en version érotique. Mais montrer sa poitrine pose quelques problèmes à la star, "éternellement vierge" pour son public, qu'est Sally Miles.

Elle s'exécute néanmoins avec brio et le film a maintenant toutes les chances d'être un succès. On tente d'en voler la copier à Farmer qui se lance à la poursuite des ravisseurs; c'est lui qui sera abattu, par erreur, par la police ! Ses cendres sont dispersées en mer alors que les funérailles sont célébrées en son honneur par le "tout Hollywood"...

   
1982 Victor Victoria

Avec : Julie Andrews (Victoria Grant), James Garner (King Marchand), Robert Preston (Carroll Todd). 2h13.

Paris, les années 30. Victoria a une superbe voix d'opéra mais ne trouve pas de travail. C'est la misère : hôtel impayé et ventre affamé. Toddy, chanteur "gay" vient d'être renvoyé du cabaret où il chantait pour avoir déclenché une bagarre. Toddy a une idée : puisque personne ne s'intéresse à Victoria et à sa belle voix d'opéra, elle n'a qu'à devenir Victor, comte polonais renié par sa famille pour avoir voulu devenir artiste et être homosexuel...

   
1982 A la recherche de la panthère rose

(Trail of the Pink Panther). Avec : Peter Sellers (Insp. Jacques Clouseau), David Niven (Sir Charles Litton), Harold Berens (un employé de l'hôtel), Ronald Fraser (Dr. Longet). 1h40.

Le célèbre joyau La Panthère Rose est une nouvelle fois volée. L'affaire est de nouveau confiée à l'inspecteur Clouseau. Mais lors de l'enquête, l'avion dans lequel se trouve Clouseau disparaît mystérieusement. Une journaliste, Marie Jouvet, décide alors de retracer la carrière du légendaire détective...

   
1983 L'héritier de la panthère rose

(Curse of the Pink Panther). Avec : David Niven (Sir Charles Litton), Robert Wagner (George Litton), Herbert Lom (Insp. Chef Dreyfus), Capucine (Lady Litton), Joanna Lumley (Chandra). 1h49.

Alors que le diamant La Panthère rose a encore été volé, l'Inspecteur Clouseau a quant à lui disparu. On trouve par ordinateur un inspecteur maladroit et gaffeur pour les rechercher.

   
1983 L'homme à femmes

(The Man Who Loved Women). Avec : Burt Reynolds (David Fowler), Julie Andrews (Marianna), Kim Basinger (Louise Carr), Marilu Henner (Agnes Chapman), Cynthia Sikes (Courtney Wade). 1h50.

Elles sont nombreuses, les femmes, à l'enterrement de David Fowler. Brunes, blondes, rousses, jeunes ou moins jeunes, il les a toutes chéries et adorées. Mais c'est peut-être Marianna, sa psychanalyste, qui a le mieux connu la nature profonde de David. Elle raconte...

David Fowler est un sculpteur à succès, qui collectionne les femmes plus comme un amateur d'art que comme un séducteur superficiel. Il partage sa vie momentanément avec Courteney, lorsqu'il aperçoit dans la rue (depuis son atelier situé en sous-sol) deux jambes parfaites qui vont le faire fantasmer. David part immédiatement à la recherche de la propriétaire de ces jambes idéales, mais aboutit à Agnès, une fort jolie femme... un peu moins mystérieuse, toutefois, que la vision de David. Ce dernier n'est donc pas satisfait et Poursuit sa quête... A Houston, au Texas, lors de l'inauguration d'une de ses sculptures, David va se faire littéralement enlever par l'épouse de son commanditaire - Louise - laquelle est une insatiable femelle... Ce qui va valoir à David son premier traumatisme sexuel, et sa visite chez la psychanalyste Marianna. Celle-ci est une séduisante quadragénaire, avec laquelle David va retrouver ses émois, tout en lui racontant sa vie et ses nombreuses rencontres féminines - notamment la jeune Nancy, une jeune fille un peu perdue qu'il a aidée, la seule qu'il n'ait pas souhaité posséder charnellement... David a donc une liaison avec Marianna, mais celle-ci ne veut pas s'engager complètement, et la ronde de David reprend. Il y aura encore Svetlana, Enid et Janet, la dernière, rencontrée fugitivement dans la rue... le temps pour David de remarquer encore une fois une paire de jambes sculpturales, et de se faire bêtement renverser par une voiture pour avoir voulu les suivre avec un peu trop d'impétuosité. Au cimetière, elles lui rendent toutes un dernier hommage...

   
1984 Micki et Maude
 

(Micki and Maude). Avec : Dudley Moore (Rob Salinger), Amy Irving (Maude Salinger), Ann Reinking (Micki Salinger), Richard Mulligan (Leo Brody), George Gaynes (Docteur Eugene Glztszki). 1h58.

Rob Salinger, la quarantaine, est journaliste vedette d'une chaîne de télévision privée, pour laquelle il traite de sujets mondains ou pittoresques mais avec une touche très personnelle, faite d'un mélange d'humour et de sophistication, fort goûtée du public ainsi que des personnalités avec lesquelles il s'entretient. Il est marié à la belle et dynamique, intelligente et volontaire Micki, la trentaine. Celle-ci est l'ambitieuse collaboratrice d'un important homme politique dont elle vient, par son action, d'assurer la victoire électorale, succès qui devrait lui valoir un poste de juge. Or Rob, profondément désireux d'être père, presse depuis plusieurs années son épouse d'avoir un enfant. Et Micki se dérobe toujours, en invoquant sa carrière et ses multiples obligations...

À l'occasion d'un reportage, Rob fait la connaissance de Maude, une candide violoncelliste âgée d'une vingtaine d'années. Attirés l'un par l'autre, ils deviennent bientôt amants. Après quelques semaines de bonheur idyllique, la jeune musicienne lui annonce qu'elle attend un enfant. Rob exulte : il va enfin être père ! Afin de sauver la réputation de Maude, il décide de l'épouser. Mais, alors qu'il s'apprête à demander le divorce, Micki lui apprend qu'elle est enceinte !...

Rob n'a alors pas le courage d'avouer sa liaison à son épouse, ni celui d'expliquer la situation à sa maîtresse, d'autant que celle-ci est fille et nièce de catcheurs, montagnes humaines aussi fortes que prudes. Donc, Rob l'épouse... Devenu bigame, Rob mène une vie infernale qui se résume à un va-et-vient permanent, de jour comme de nuit, entre deux domiciles.

Après huit mois de ce calvaire, Rob est confronté à un nouveau problème : Micki et Maude vont accoucher le même jour, dans la même clinique, dans deux chambres contiguës. Il court d'un chevet à l'autre, disparaissant, puis reparaissant, hagard, livide et pantelant. Mais, malgré tous les efforts de Rob, la vérité éclate peu après la naissance simultanée de ses deux enfants. Il est alors sommé de choisir l'une ou l'autre de ses deux épouses. Heureusement, sa sincérité et son dévouement lui épargnent de prendre cette décision qui lui est de toute façon impossible. Et il vivra heureux en compagnie de Micki et Maude, et tous trois auront beaucoup, beaucoup d'enfants...

   
1986 Un sacré bordel
  (A fine mess). Avec : Ted Danson (Spence Holden), Howie Mandel (Dennis Powell), Richard Mulligan (Turnip Parragella), Stuart Margolin (Binky Drundza), Maria Conchita Alonso (Claudia Pazzo), Jennifer Edwards (Ellen Frankenthaler). 1h30.
   
1986 C'est la vie
 

(That's Life). Avec : Jack Lemmon (Harvey Fairchild), Julie Andrews (Gillian Fairchild), Sally Kellerman (Holly Parrish), Robert Loggia (Père Baragone), Jennifer Edwards (Megan Fairchild Bartlet). 1h42.

Gillian Fairchild est une chanteuse célèbre mariée à Harvey, un architecte stressé. Elle vient de subir une biopsie de la gorge et pour elle commence un long week-end d'angoisse dans l'attente des résultats. Week-end d'autant plus pénible qu'elle doit en même temps organiser une grande fête pour les soixante ans de son mari et supporter les doléances des divers membres de sa famille : Kate, sa fille cadette, vient de se brouiller avec son petit ami; Megan, sa fille aînée, supporte mal sa grossesse et se sent délaissée par son mari, lequel s'intéresse un peu trop à la compagne de son fils Josh; une vedette de feuilletons télévisés, qui n'a pas le moindre plomb dans la cervelle; quant à Harvey, il passe son temps à se plaindre de ses clients et de maux imaginaires. Gillian, qui n'a pas fait part à son entourage de ses inquiétudes, assume vaillamment tous ces tracas. Elle ne trouve de réconfort qu'auprès de Corey, son fidèle majordome, et Holly, sa meilleure amie. Harvey, tourmenté par l'approche de la vieillesse, se laisse tenter par une aventure avec une cliente, Janice, mais se découvre impuissant. Très troublé, il consulte une voyante, Mrs Carrie, qui ranime ses ardeurs grâce à quelques habiles caresses. Sur le chemin du retour, il s'arrête dans une église pour se confesser. Le prêtre se trouve être un de ses anciens camarades de collège. Tandis qu'ils échangent leurs souvenirs, d'intolérables démangeaisons obligent Harvey à s'enfuir et courir au plus vite se faire soigner du " cadeau "de Mrs Carrie. Pendant ce temps, le docteur Romanis, médecin et ami de Gillian, a fait en sorte que les résultats de la biopsie lui soient communiqués directement. Le dimanche soir, au cours de la soirée anniversaire d'Harvey, il apporte la bonne nouvelle : la tumeur est bénigne. Folle de joie, Gillian peut mettre Harvey au courant et lui montrer par là même que ses ennuis à lui ne sont que vétilles.

   
1987 Boire et déboires

(Blind Date). Avec : Kim Basinger (Nadia Gates), Bruce Willis (Walter Davis), John Larroquette (David Bedford), William Daniels (Juge Harold Bedford), George Coe (Harry Gruen). 1h36.

Walter Davis est un garçon sérieux et travailleur, employé par une grande compagnie de Los Angeles. Ce soir, il doit assister à un dîner en l'honneur d'un richissime client, Mr. Yakamoto, un Japonais machiste et arrogant. Comme il doit venir accompagné, il accepte, sur les conseils de son frère Ted, de rencontrer Nadia Gates, une jeune femme nouvellement arrivée en ville. Nadia est belle et spirituelle, mais elle a un défaut : dès qu'elle boit une goutte d'alcool, elle perd tout contrôle et se livre aux pires excès. Malgré les mises en garde de Ted, Walter offre, sur le chemin de la réception, une coupe de champagne à Nadia. Celle-ci se montre aussitôt très tendre avec lui et, à peine arrivée au restaurant, provoque esclandres et scandales, insultant les serveurs, vexant les associés de Walter et poussant Mrs. Yakamoto à divorcer de son goujat de mari. Walter quitte précipitamment la soirée avec la jeune femme, mais ils sont pris en chasse par David Bedford, un avocat vindicatif amoureux de Nadia. Après diverses péripéties (vols, agressions, démêlés avec la police...), le couple se retrouve dans une autre soirée. Nadia est à présent dessaoulée, mais c'est au tour de Walter de mal se conduire. Ivre d'alcool et de rage, il est conduit en prison et Nadia promet à David de l'épouser s'il accepte de prendre sa défense. Grâce à son père, le juge Harold Bedford, David obtient la libération de Walter. Dans la superbe propriété des Bedford, Nadia et David s'apprêtent à célébrer leur mariage. Apprenant cela, Walter fait livrer à la jeune femme une boîte de chocolats à la liqueur qu'elle engloutit pour se consoler. Son ébriété empêchera le déroulement de la cérémonie et Walter en profitera pour l'enlever et poser avec elle les bases d'un avenir radieux...

   
1988 Meurtre à hollywood

(Sunset). Avec : Bruce Willis (Tom Mix), James Garner (Wyatt Earp), Malcolm McDowell (Alfie Alperin). 1h45.

Hollywood, 1929. Alfie Alperin dirige d'une poigne de fer l'un des plus importants studios de la ville. Sa principale vedette est Tom Mix, le légendaire cow-boy de l'écran. Alperin propose à Mix d'incarner le célèbre shérif de Tombstone, Wyatt Earp. Earp étant toujours vivant, le studio l'engage comme conseiller technique. ...

   
1988 Justin Case
 

Téléfilm. Avec : George Carlin (Justin Case), Molly Hagan (Jennifer Spalding), Timothy Stack (l'inspecteur Swan), Kevin McClarnon (L'inspecteur Rush), Douglas Sills (David Porter). 1h11.

   
1989 L'amour est une grande aventure

(Skin Deep). Avec : John Ritter (Zach Hutton), Vincent Gardenia (Barney), Alyson Reed (Alex Hutton), Joel Brooks (Jake Fedderman), Julianne Phillips (Molly), Chelsea Field (Amy McKenna). 1h37.

Zach Hutton, écrivain à succès d'une quarantaine d'années, mène une vie sentimentale mouvementée. Son épouse Alex, journaliste à la télévision, qui a entamé une procédure de divorce, n'est d'ailleurs guère étonnée de le voir menacé d'une arme par une de ses maîtresses, Angie, qui vient de le surprendre au lit avec une autre. Il boit plus que de raison, notamment au bar de son ami Barney, n'écrit plus, consulte un psychiatre, et multiplie les rencontres : Molly, qui, lassée, met le feu au piano, l'incendie gagnant toute la maison. Puis Lonnie Jones, la sculpturale culturiste connue chez Barney. Et encore Amy McKenna, sa voisine du dessus à l'hôtel, qu'il rejoint dans sa chambre après qu'elle se soit disputée avec son compagnon, le rocker Rick. Mais celui-ci revient, et les deux hommes se retrouvent dans l'obscurité de la pièce affublés de préservatifs fluorescents. Un autre soir, il est tellement saoul que Damey doit l'héberger chez lui.

Attiré par une nouvelle beauté, il ta suit jusqu'à un institut d'herbothérapie où - surprise! - officie Molly, qui pratique sur lui des électrochocs un peu trop vengeurs. Pour retrouver la jeune femme, il se rend à une "party " organisée par le magazine où celle-ci est mannequin. Sa tenue d'Aladin est la risée de tous : son ami et avocat Jake Fennerman lui avait indiqué par erreur qu'il s'agissait d'une soirée costumée. Tour à tour il apprend le projet de remariage d'Alex, qu'il réussit à empêcher, et le suicide de son agent Leon Sparks. Cette nouvelle le rappelle à la réalité et à la raison. Il se remet à écrire. retrouve le succès et recommence une nouvelle vie avec Alex. Pour combien de temps ?

   
1989 Peter Gunn
 

Téléfilm. Avec : Peter Strauss (Peter Gunn), Peter Jurasik (Lieutenant Jacoby), Jennifer Edwards (Maggie), Barbara Williams (Edie), Charles Cioffi (Tony Amatti), Richard Portnow (Spiros). 1h30.

   
1991 Dans la peau d'une blonde

(Switch). Avec : Ellen Barkin (Amanda Brooks), Jimmy Smits (Walter Stone), JoBeth Williams (Margo Brofman), Lorraine Bracco (Sheila Faxton), Tony Roberts (Arnold Freidkin). 1h43

Steve Brooks travaille, avec son ami Walter Stone, dans l'agence de publicité d'Arnold Friedkin. Séduisant et sans scrupules, il a, au fil des années, collectionné les conquêtes féminines et brisé quantité de cœurs. Le jour vient où trois de ses "victimes", Margo, Liz et Felicia, décident de se venger. Après une tentative infructueuse de noyade dans un jacuzzi, Margo l'abat de trois coups de revolver et, avec l'aide de ses amies, jette son cadavre à la rivière. Steve comparaît devant Dieu qui lui offre une seconde chance : il pourra échapper à l'Enfer s'il trouve seulement une femme capable de l'aimer. Pour corser l'épreuve, le Diable exige que ce retour sur Terre se fasse sous la forme d'une très jolie blonde. Steve, se faisant passer pour sa demi-sœur Amanda, se réinstalle donc dans son appartement et, grâce à un habile chantage, persuade Arnold de lui confier son ancien poste. Hormis le port des talons hauts, auxquels il ne se fait décidément pas, Steve trouve certains avantages à sa nouvelle situation. Ainsi, avec son charme quelque peu masculin, Amanda n'a aucun mal à arracher à la lesbienne Sheila Faxton, héritière d'une grande compagnie de cosmétiques, un mirobolant contrat pour son agence. Les rapports sont cependant plus complexes avec son vieux copain Walter, qui se sent très attiré par elle. Après une soirée de libations, l'inévitable se produit : ils partagent le même lit, et Amanda se retrouve enceinte. Sur ces entrefaites, le cadavre de Steve est repêché et la police découvre l'arme du crime dissimulée par Margo chez Amanda.

Inculpée de meurtre, la jeune femme est emprisonnée. Après avoir épousé Walter, elle met au monde une petite fille - la seule représentante du sexe féminin qui l'ait jamais aimée - et meurt pour la seconde fois. Ayant désormais gagné son Paradis, il ne reste plus à Steve/Amanda qu'à choisir s'il veut être un ange mâle ou un ange femelle...

   
1993 Le fils de la panthère rose

(The Son of the Pink Panther). Avec : Roberto Benigni (Inspecteur Chef Jacques Clouseau Jr.), Herbert Lom (Charles Dreyfus), Claudia Cardinale (Maria Gambrelli), Shabana Azmi (la Reine), Debrah Farentino (Princesse Yasmin). 1h33.

La fille du roi de Lugash vient d'être enlevée à la côte française. Pour cette mission, le commissaire Dreyfus est assisté par le gendarme Gambrelli. Ce dernier lui rappelle assez étrangement l'inspecteur Clouseau : il écorche certains mots, fait preuve d'une fidélité et d'un courage incomparables mais est d'une maladresse phénomenale...

   
1995 Victor / Victoria

Téléfilm. Avec : Julie Andrews (Victor / Victoria), Tony Roberts (Carol Todd), Michael Nouri (King Marchand), Rachel York (Norma Cassidy), Gregory Jbara (Squash Bernstein), Richard B. Shull (Andre Cassell), Adam Heller (Henri Labisse), Michael Cripe (Richard DiNardo). 2h26.

Captation de la comédie musicale de Brodway.