Le mouchard
1935

Dublin, en 1922. Gypo Nolan vit pauvrement et rêve de pouvoir s'embarquer un jour pour les États-Unis mais le billet coûte dix livres et Gypo n'a pas d'argent. Il rencontre son ancien ami Frankie Mc Phillip qui est recherché par la police et dont la tête est mise à prix vingt livres. Gypo se rend alors au poste de police et avertit les policiers de la présence de Frankie qui est abattu. Gypo reçoit alors les vingt livres, le prix de la trahison. Il va boire et dilapide cet argent avec des mauvais garçons et des entraîneuses. Désireux de ne pas être soupçonné par l'Organisation du Sinn Fein à laquelle appartenait Frankie Mc Phillip, Gypo révèle à Dan Gallagher que c'est Pat Mulligan qui est le traître. Gallagher n'est pas convaincu et Gypo est confondu et traduit devant le tribunal secret du Sinn Fein. Il est alors condamné à mort.

Gypo parvient à s'enfuir et il se réfugie chez Katie à qui il avoue sa forfaiture mais il est rejoint et abattu par Bartley Mulholland. Mortellement blessé, Gypo va mourir dans une église où il retrouve la mère de Frankie Mc Phillip à qui il demande de lui pardonner son geste, ce qu'elle fait.

The informer fait partie des oeuvres de Ford fondé sur le statisme et l'enfermement de l'être auquel la communauté n'offre aucune perspective.

Gypo Nolan est à la fois exclu de l'IRA pour avoir refusé d'exécuter un policier anglais et suspect auprès des Anglais. Rejeté par les deux communautés, il ne peut errer qu'en vain, s'enfermer dans des rêves sans issue. La seule ouverture que peut trouver Gypo est dans le rêve factice d'évasion, l'ailleurs mythique proposé par la publicité d'une compagnie de navigation. S'enfonçant de plus en plus dans l'imaginaire, Gypo perd tout contact avec la réalité, trahit ses propres valeurs (il dénonce un copain) et court à sa perte.

L'expressionnisme outrancier du film -qui fit en son temps son succès critique et suscita plus tard son rejet- avec ses plans hypercomposés, ses brumes, sa lenteur calculée et pesante, renvoie parfaitement à ce pietinement qui condamne moins le personnage de Gypo qu'une société incapable de proposer des solutions viables.

The informer fait des emprunts constants à M. le maudit de Lang sorti deux ans plus tôt. Dans les deux cas nous avons affaire à un homme qui ,sous l'emprise d'une force incontrolable, commet des actes affreux et que nous voyons se prendre la tête entre les mains en s'écriant: "Je ne sais pas pourqui j'ai fait ça". Nous avons aussi dans les deux films, réunis pour juger cet homme traqué, un tribunal clansdestin constitué de hors la loi : truands chez Lang, indépendantistes chez Ford. Enfin, dans les deux cas un aveugle joue les dénonciateurs. Mais les films ont des dénouements radicalements différents: M. est arrêté "au nom de la loi", tandis que Gypo Nolan meurt exécuté, mais pardonné par la mère de celui qu'il a fait mourir.

Au delà des réferences directes avec l'expressionnisme (Lang, Murnau) , il y a aussi des correspondance aussi le réalisme poétique de l'époque et des films tels que Quai des brumes ou Le jour se lève.

Test du DVD

Editeur : Montparnasse

   

 

 

Retour à la page d'accueil

Genre : Drame épique

(The informer) Avec : Victor McLaglen, Heather Angel, Preston Foster, Margot Grahame, Wallace Ford, Una O'Connor. 1h31.

dvd chez Carlotta Films