L'homme tranquille
1952

Sean Thornton revient à Innisfree, son village natal, où il a décidé de se fixer après avoir été boxeur en Amérique. Il achète à Mrs. Tillane le cottage de White O'Mornin' que convoitait depuis longtemps "Red" Will Danaher. Ce dernier est furieux, et le fait que sa sœur Mary Kate et Sean se plaisent ne facilite pas la situation.

Ils se marient grâce à la complicité du père Lonergan et du cocher, Michaeleen Flynn, l'homme à tout faire du village.

En réponse, Will refuse de payer la dot de sa sœur ainsi que l'exige la coutume... Will ne cherche qu'à provoquer Sean en combat singulier, mais ce dernier reste fidèle à ses convictions de non-violent. Jusqu'au jour où, le prenant pour un lâche, Mary-Kate le quitte. Cette fois, c'en est trop : Sean se précipite à la gare, se saisit de son épouse et la traîne littéralement jusqu'à la ferme des Danaher ; là, il se retrouve face à face avec Will. A travers les champs et les près, jusqu'au village, le combat est long, brutal, épuisant, mais tous les habitants y assistent avec passion. Aucun des adversaires n'aura le dessus, mais le calme revenu dans la petite communauté, Red Will se réconciliera avec son solide gaillard de beau-frère.

"C'est ma première tentative d'histoire d'amour. Je voulais tourner une histoire d'amour entre adultes", déclarait John Ford.

Alors que Le mouchard (1935) et Révolte à Dublin (1936) avaient pour sujet la lutte des patriotes irlandais contre l'oppression britannique et avaient été tournés à Hollywood, L'homme tranquille, réalisé en Irlande, décrit un pays qui semble politiquement en paix. On peut toutefois relever quelques allusions à la guerre dans les dialogues, gommées, dans la version française. Deux des personnages qui deviennent amis avec Thorton sont clairement des anciens de l'IRA, on parle au pub des "patriotes" et du grand père de Sean, déporté en Australie. Et puis il y a la fameuse réplique échangée avec le personnage de McLaglen "- Je vois que vos amis de l'IRA sont de la fête". "-Si c'était vrai, il ne resterait de ce charmant cottage qu'un tas de pierre". Mais ce sont plutôt des allusions au conflit avec les anglais.

Sean Thornton retrouve son Irlande natale à la manière dont Ford peut lui aussi fouler à son tour la terre de ses ancêtres.

John Ford a mis quinze ans pour porter à l’écran la nouvelle de Maurice Walsh dont il avait acquis les droits en 1936. C’est finalement John Wayne alors sous contrat avec la Republic Pictures, qui va l'aider à réaliser son projet en poussant Herbert J. Yates, le patron de la firme, à financer L’homme Tranquille. John Wayne est en effet la seule grande star de cette petite compagnie en étant sa vedette western depuis 1935, date de sa création. Mais comme toutes les autres compagnies qui avaient refusé le projet, Yates est réticent à l'idée de produire L’homme Tranquille inquiet pour sa star dans ce rôle plus introspectif qu’à l’accoutumée. Yates demande à Ford de réaliser auparavant un film, ce sera Rio Grande, un western tourné en 32 jours seulement. C’est le triomphe commercial et Ford peut enfin réaliser son film.

Le réalisateur s’entoure alors d’une véritable "famille Fordienne" composée de parents, collaborateurs, anciens et nouveaux amis, dont beaucoup sont des irlandais de pure souche. Tout ce petit monde émigre en Irlande, pour un tournage en extérieurs de six semaines, dans le comté de Mayo avec pour quartier général le Château d'Ashford et tourne dans le village de Cong et de ses environs. An Spidéal, la ville dont est originaire la famille de John Ford se trouve un peu plus au sud, dans le Comté de Galway.

Le premier tour de manivelle s’effectue le 6 juin 1951. Le propre frère de Ford, Francis Ford vedette du muet, fait partie de la distribution dans le rôle de Dan Tobin, le truculent ancêtre du village. Les autres comédiens ne sont pas en reste, ainsi John Wayne emmène avec lui ses quatre enfants qui feront des apparitions dans le film, deux des frères de Maureen O’Hara (Mary Kate) font partie de la distribution, Andrew McLaglen, futur réalisateur et fils de Victor McLaglen (Red Will, le frère de Mary Kate), est l’assistant réalisateur de Ford. Arthur Shields (Cyril Playfair) est le frère de Barry Fitzgerald (Michaleen Flynn).

Ford persuadera également Yates à recourir aux caméras Technicolor au lieu du Trucolor, procédé plus économique que la Republic Pictures utilisait avec des « couleurs maison » aux teintes ocres et brunes (voir Johnny Guitare). Et les couleurs seront sublimées, malgré le crachin irlandais qui persiste pendant le tournage et donnera au film une couleur toute particulière. L'herbe est encore plus verte que dans la tradition et Maureen O'hara est bien la plus rousse de toutes les irlandaises.

Republic Pictures, qui avait produit le film sans enthousiasme, récoltera avec lui l'un de ses plus grands succès populaires et critiques. L'homme tranquille remportera les Oscars de la meilleure mise en scène et de la meilleure photographie, et sera nommé -sans les obtenir- pour les oscars du meilleur film, de la meilleure interprétation masculine de second plan (Victor McLaglen), du meilleur scénario, du meilleur décor et du meilleur son.

Retour à la page d'accueil

Genre : Comédie sentimentale
(The quiet man). Avec : Avec : John Wayne (Sean Thornton), Maureen O'Hara (Mary Kate Danaher), Victor Mc Laglen ("Red" Will Danaher), Barry Fitzgerald (Michaleen Flynn), Ward Bond (le père Peter Lonergan), Mildred Natwick (Sarah Tillane), Francis Ford (Dan Tobin), Eileen Crowe (Mrs Elizabeth Playfair), Arthur Shields (le père Playfair). 2h03.
Voir : Photogrammes