(1941-2011)
82 longs-métrages
   
1
4
histoire du cinéma : puissances du faux

1 - Mise en scène

Partout, dans ses 82 longs métrages et 37 courts, Raoul Ruiz étale son goût pour une géométrie raffinée qui incorpore non-sens, humour, nonchalance ludique, goût pour le bricolage, l'attirance pour le fantastique, mise en pièces des conventions de la représentation et de la rhétorique. La structure de ses films est ainsi souvent construite sur des oppositions, des symétries ou des formes géométriques simples : cercle ou spirales. Mais au sein de ces formes géométriques, les histoires prolifèrent sans cesse, charge au spectateur d'en saisir quelques unes comme une facette possible d'une vérité toujours fuyante. Histoires complexes et trucages font partie intégrante de ces jeux avec les formes, d'où le travail régulier avec de grands chefs opérateurs et écrivains.

2- Biographie

Raùl Ruiz nait en 1941 à Puerto Montt, dans le Sud du Chili. Il étudie la théologie, le droit et le documentaire social à l'école argentine de Fernando Birri avec le même détachement. Ses vraies classes, ce sont les dizaines de pièces de théâtre, écrites entre l'adolescence et la majorité, et le premier emploi mettant à l'épreuve son énergie boulimique : la réécriture et le peaufinage des scénarios de séries à la télévision mexicaine. Il fait encore un détour par la télévision chilienne et aborde le cinéma par l'université et les ciné-clubs. Son premier long-métrage achevé, Trois tristes tigres (1968) marque l'irruption d'une jeune génération chilienne dans le mouvement de renouvellement du cinéma latino-américain. Récompensé d'un Léopard d’or à Locarno,symbole d’un nouveau cinéma chilien, le film excède son postulat réaliste par des décentrements constants et une bizarrerie diffuse, allant jusqu’à donner l’impression parfois de s’absenter de lui-même. Rien n’annonce encore le cinéma illusionniste à venir. Mais les films qui suivent, La colonie pénitentiaire (1970), Personne n'a rien dit (1971) creusent le sillon des situations paradoxales. Un inimitable ton de farce distanciée y est déjà à l’œuvre

Engagé politiquement aux côtés de Salvador Allende, Ruiz est contraint à l’exil par le coup d’État de septembre 1973. En février, il arrive à Paris. En mars, il tourne Dialogues d’exilés (1974), sorte de film d’intervention qui déroute par son extravagance et son ironie. Raùl Ruiz expose sa rupture vis à vis de l'optique prédominante de la gauche chilienne restée prisonnière des atermoiements et de l'autocomplaisance, même après la défaite. Raùl Ruiz, devenu Raoul Ruiz, refuse le rôle de cinéaste du tiers monde exilé et adopte les normes esthétiques en vigueur en France -quitte à les transgresser- et construit une œuvre où le thème de la relativité des cultures est toujours présent.

En Europe, il accepte et dénature toutes sortes de commandes, chaque court-métrage est investi d'une curiosité inépuisable et d'une volonté de recherche et d'expérimentation. Partout, Ruiz étale son goût du non-sens, son humour, sa nonchalance ludique, l'attirance pour le fantastique, la mise en pièces des conventions de la représentation et de la rhétorique. À cette époque, l’INA produit sans beaucoup de contraintes un quota annuel de films destinés à la télévision. Le champ est libre pour tout expérimenter. Ruiz y est plus qu’à son aise et tout son cinéma paraît s’y matérialiser immédiatement. Deux grands directeurs de la photographie (Sacha Vierny et Henri Alekan) échafaudent avec lui les trucages de ses pièges baroques : filtres, fumées, miroirs, déformations, et la double profondeur de champ (split field) qui l’obsèdera longtemps.

Cette activité multiforme débouche sur des constructions complexes qui mettent en cause les dogmes et les liturgies politiques et religieuses, les articulations logiques et l'effet de démonstration, bref une vérité sous influence (La vocation suspendue, 1977 ; L'hypothèse du tableau volé, 1978). Ensuite la fiction devient moins cérébrale et s'appuie sur une imagination franchement débridée, qui tire parti des contraintes inhérentes aux tournages économiques et rapides à la manière de l'ancienne série B. Au Portugal, il filme Le territoire (1981), récit d’une excursion glissant dans le cannibalisme. En Hollande, la Patagonie rêvée du Toit de la baleine (1982), fable ethnographique où langues et identités se brouillent jusqu’à s’anéantir au contact du monde indigène. À Madère, Les destins de Manoel (1985). Les trois couronnes du matelot (1982), La ville des pirates (1983), L'éveillé du pont de l'Alma (198), L'île au trésor (1986) intégrent les procédés surréalistes à la tradition des films d'aventures, du roman gothique ou du film d'horreur.

Une partie de sa production filmique reflète aussi des incursions dans les domaines théâtral et littéraire : Bérénice (1983), La présence réelle (1984), Richard III (1986), Mammame (1986), Mémoire des apparences (1986)... dans une interminable filmographie, défiant toutes les étiquettes.

À partir de Trois vies et une seule mort (1996), son cinéma se transforme. Moins énigmatique, plus littéral, plus « français » en un sens. On y trouve une relecture de tout ce qui précède en même temps qu’une exploration joueuse des virtualités de la narration: scintillements de la mémoire du Temps retrouvé (1999), vertiges combinatoires de Combat d’amour en songe (2000), méandres feuilletonnesques des Mystères de Lisbonne (2010). Le film reçoit le Prix Louis-Delluc en 2010. Egalement destinée à la télévision, le film est diffusé en six épisodes, en mai 2011, sur la chaîne Arte.

Vient aussi le temps, des années 2000 jusqu’à sa mort le 19 août 2011 à Paris d’une infection pulmonaire, d’un retour au Chili sous les noms d’un pays de mythe, Cofralandes (2002) ou Recta provincia (2007), un Chili de l’enfance, peuplé désormais de vieillards à la mémoire interminable. Dans sa Poétique du cinéma, essai de théorie et fenêtre ouverte sur son érudition tentaculaire et joyeuse, Raoul Ruiz met en garde contre la tentation d’un cinéma d’ "images utopiques", images de nulle part, univoques, vouées à la communication. Lui en appelle aux miroitements de la polysémie et aux mirages qui s’entredévorent


3- Rétrospective /Bibliographie

Rétrospective Raoul Ruiz
à la Cinémathèque française
du 30 mars au 30 mai 2016.

Grand soir à l'IMEC
Conservation des archives de Raoul Ruiz à l'IMEC ; rencontre avec des témoins et complices de Raoul Ruiz le jeudi 4 mai 2016.
 

voir le site très complet et incontournable : Le cinéma de Raoul Ruiz

4-Filmographie :

courts-métrages :

1963 : La maleta
1964 : Le retour
1969 : La catenaria, Militarismo y tortura
1971 : Ahora te vamos a llamar hermano
1972 : Poesía popular: La teoría y la práctica, Los minuteros
1973 : Nueva Canción Chilena, Palomilla brava, Abastecimiento
1976 : Sotelo : Un portrait du peintre chilien Raoul Sotomayor, surnommé "Sotelo", qui a demandé l'asile politique en France avec sa femme et ses trois enfants (15').
1977 : Colloque de chiens. Avec : Eva Simonet, Robert Darmel, Silke Humel. (18'). Monique apprend que sa mère n'est pas sa vraie mère. À partir de maintenant plus rien ne sera pareil.
1978 : Les divisions de la nature (29')
1980 : Des formes et des couleurs, La ville nouvelle (10'); Zig-Zag - le jeu de l'oie (Une fiction didactique à propos de la cartographie) (30'); Fahlstrom (30')
1981 : Image de sable (15')
1982 : Querelle de jardins, Ombres chinoises Le petit théâtre
1983 : Lettre d'un cinéaste ou Le retour d'un amateur de bibliothèques (pour Cinéma cinémas, 12')
1984 : Voyage d'une main
1985 : Screen Pioneers No:3 Raul Ruiz
1988 : Paya e tala, une visite chez Farid Belkahia
1989 : Il pozzo dei pazzi
1990 : Le livre de Christophe Colombe
1992 : Visions et merveilles de la religion chrétienne (Visione e meraviglia della religione cristiana). D'après Arcana celestia d'Emanuel Swedenborg (21'). Les personnages sont tous en enfer, jouant comme s'il étaient dans une sitcom.
1992 : Las soledades
1993 : Capítulo 66
1995 : Wind Water. Avec : Jean Badin, Chin Cheung, Abdelwahab Meddeb (5')
1995 : segment "Promenade" de À propos de Nice, la suite.
1996 : The Suicide Club
1997 : Le film à venir
2007 : Le don, segment de Chacun son cinéma.Un cinéphile, aveugle, raconte à sa nièce, anthropologue, une histoire qui s'est déroulée cinquante ans auparavant, lorsqu'un évêque offrit un projecteur et une radio aux habitants d'Atacama.
2012 : Epistolar

 

Longs-métrages:

1967 El tango del viudo
 

Avec : Luis Alarcón, Delfina Guzmán, Claudia Paz, Shenda Román Rubén Sotoconil, Luis Vilches. 1h10.

   
1968 Trois tristes tigres

(Tres tristes tigres). Avec : Shenda Román (Amanda Labarca), Nelson Villagra (Tito Labarca), Luis Alarcón (Luis Úbeda), Jaime Vadell (Rudi). 1h40.

À Santiago, trois personnages marginaux (un frère, sa sœur et un ami) dans leurs pérégrinations nocturnes, le temps d'un week-end en été, à la recherche d’un travail, d’une rencontre, d’eux-mêmes..

   
1970 La colonie pénitentiaire
 

(La colonia penal). Avec : Luis Alarcón (Le President), Mónica Echeverría (Le journaliste) Aníbal Reyna (Le ministre), Nelson Villagra. 1h15.

Une journaliste vient faire un reportage sur une île du Pacifique, ancienne colonie pénitentiaire qui s'est proclamée république indépendante.

   
1971 Personne n'a rien dit
 

(Nadie dijo nada). Avec : Carlos Solanos (Waldo Martínez), Jaime Vadell (Germán), Luis Vilches (Tomás), Luis Alarcón (Braulio), Nelson Villagra (Le diable), Shenda Román (Elsa). 2h15.

L'univers nocturne de Santiago, symbole de la marginalité des intellectuels au début des années 1970.Quatre jeunes hommes, bohèmes littéraires, ivre,s écrivent une courte histoire sur un pacte avec le diable... et cette histoire leur arrive.

   
1972 ¡Qué hacer!
 

Coréalisé avec Saul Landau. 1h30

   
1973 Petite colombe blanche

D'après le roman Palomita blanca d'Enrique Lafourcade. Avec Beatriz Lapido (María), Rodrigo Ureta (Juan Carlos). 2h05.

L'histoire d'amour de Maria, fille d'un milieu pauvre et socialiste, et Juan Carlos, homme d'extrême-droite des quartiers riches.

   
1973 El realismo socialista
 

D'après Cesare Pavese. Avec : Marcial Edwards (Derechista), Javier Maldonado (Chef politique du front populaire). 4h30

   
1974 La expropiación
   
   
1975 Le Corps dispersé et le monde à l'envers.
 

(Mensch verstreut und welt verkehrt). 1h07

Deux commis-voyageurs parcourent un pays d'Amérique latine. Ils cherchent les morceaux dispersés d'un cadavre.
   
1975 Dialogue d'exilés

(Dialogo de exiliados). Avec : Sergio Hernández (Fabián Luna), Edgardo Cozarinsky (Edgardo), Humberto Miranda (Pancho). 1h40.

Ruiz s’inspire d’un texte de Bertolt Brecht, et met en scène des réfugiés politiques chiliens qui racontent leur existence d’exilés.

   
1976 Utopia
  (TV Movie)
   
1977 La vocation suspendue
 

Avec : Didier Flamand (Jérôme I), Gabriel Gascon (Le père confesseur), Pascal Bonitzer (Jérôme 2), Maurice Bénichou, Pascal Kane, Alexandre Tamar (membres de la dévotion)

L'histoire de l'abbé Jérôme, sa vocation troublée et les querelles idéologiques de la communaute religieuse à laquelle il appartient.

   
1978 L'hypothèse du tableau volé

Avec : Jean Rougeul (Le collectionneur). 1h06.

Un collectionneur éclairé tente d'élucider le mystère du scandale provoque par la première exposition des oeuvres d'un peintre du XIXe siècle.

   
1979 Petit manuel d'histoire de France
  Téléfilm. 2h09
   
1979 Jeux
  1h00
   
1979 Images de débat
  1h28
   
1979 De grands événements et des gens ordinaires
  1h05
   
1980 L'image en silence
  0h50
   
1980 Teletests
  2h00. Avec : Catherine Gandois
   
1980 Le borgne
  Avec : Jean-Christophe Bouvet, Pascal Bonitzer, Philippe Collin, Pierre Donnadieu. 1h12.
   
1980 Musée Dali
   
   
1981 Le territoire

(The Territory). Avec : Isabelle Weingarten (Françoise), Rebecca Pauly (Barbara), Geoffrey Carey (Peter), Paul Getty Jr. (Le guide). 1h40.

Un groupe de vacanciers part en randonnée dans les bois. Très vite, leur guide les abandonne. Ils se retrouvent perdus dans une zone qui résiste à l'entendement.

   
1982 Le toit de la baleine

(het dark van de walvis). Avec : Willeke van Ammelrooy (Eve), Jean Badin (Luis), Fernando Bordeu (Narciso), Herbert Curiel (Adam), Amber De Grau (Eden). 1h30.

Parodie de l’impérialisme : un anthropologue tente d’apprendre le langage d’un des derniers survivants d’une tribu indienne de Patagonie.

   
1983 Les trois couronnes du matelot

Avec : Jean-Bernard Guillard (Le matelot), Philippe Deplanche (L'étudiant), Jean Badin (Un officier), Nadège Clair (Maria), Lisa Lyon (Mathilde). 1h57.

Par une nuit de brouillard, un étudiant rencontre un matelot qui, pour trois couronnes, accepte de lui raconter sa vie et ses étranges aventures.

   
1983 La ville des pirates

Avec : Hugues Quester (Toby), Anne Alvaro (Isidore), Melvil Poupaud (Malo, l'enfant). 1h51.

Dans un univers onirique, l'amour impossible entre une jeune femme et un petit garçon criminel, incarnation du Mal.

   
1983 La ville de Paris
   
   
1983 Bérénice

 

Avec : Anne Alvaro, Jean-Bernard Guillard, Jean Badin, Franck Oger, Claude Dereppes, Claris Dubois. 1h45.
   
1984 L'Île aux merveilles de Manoël

 

Série TV : Les destins de Manoel, Le pique-nique des rêves, La petite championne d'échecs

   
1984 Point de fuite

 

Avec : Steve Baës, Rebecca Pauly Paulo Branco, Tony Jessen. 1h15.

Un Américain et un Portugais jouent au poker une île qui n'existe que dans leurs rêves, leurs souvenirs et leurs spéculations.

   
1984 La présence réelle

 

Avec : Franck Oger (Adam Shaft), Nadège Clair Camila Mora-Scheihing. 1h00.

"L'INA m'avait demandé une vision personnelle du Festival d'Avignon et c'est devenu une fiction autour du théâtre" (Raoul Ruiz)

   
1984 7 faux raccords

 

Avec : Henri Alekan, Olimpia Carlisi, Raoul Ruiz. 1h00.

Pour la série "Cinéma cinémas"

   
1985 Régime sans pain

Avec : Anne Alvaro (Alouette), Olivier Angèle (Jason), Gérard Maimone (Professeur Pie). 1h15.

Une comédie musicale narrant les péripéties de Jason III, souverain de la principauté rock du Vercors, qui doit être prochainement destitué.

   
1985 L'éveillé du pont de l'Alma
Avec : Michael Lonsdale (Antoine), Olimpia Carlisi (Violette), Jean Badin (Le docteur), Jean-Bernard Guillard (Marcel), Kim Massee (Anne), Melvil Poupaud (Michel). 1h25.

Deux insomniaques se rencontrent près du pont de l'Alma et violent une femme enceinte.

   
1986 L'ile au trésor
 

Avec : Melvil Poupaud (Jim Hawkins), Martin Landau (le capitaine), Vic Tayback (Long John Silver), Lou Castel (le docteur). 1h55.

Jim Hawkins rêve de partir à la chasse au trésor. Il découvre une carte indiquant l’emplacement de légendaires richesses cachées sur une île.

   
1986 Mammame
  Ballet de Jean-Claude Gallotta . Avec : Jean-Claude Gallotta, Eric Alfieri, Mathilde Altaraz, Muriel Boulay, Christophe Delachaux. 1h05.
   
1986 Richard III

Avec : Ariel García Valdés (Richard III), Gilles Arbona (Le duc de Buckingham), Marc Betton (Edouard IV), Charles Schmitt (George, Duc de Clarence), Philippe Morier-Genoud (La reine Margaret) . 2h15.

Adaptation de la pièce de Shakespeare, librement inspirée de la mise en scène de Georges Lavaudant au festival d’Avignon, 1984.

   
1986 Dans un miroir
  Avec : Anne Alvaro, Melvil Poupaud, Jean-Claude Wino. 1h05.
   
1987 La chouette aveugle
 

D'après La chouette aveugle de Sadegh Hedayat et Le Condamné par manque de foi de Tirso de Molina. Avec : François Berthet, Jessica Forde, Jean-Marie Boëglin. 1h33.

Les vicissitudes d'un jeune projectionniste dans un vieux cinéma, entre réalité et fiction.

   
1987 Mémoire des apparences
 

Basé sur la pièce de Pedro Calderon de la Barca. Avec : Sylvain Thirolle, Roch Leibovici, Bénédicte Sire. 1h40.

un professeur de litterature doit apprendre par coeur les noms de quinze douzaines de membres de la résistance contre la junte chilienne

   
1987 Le professeur Taranne
 

Avec : Jacqueline Bollen, Marie-Luce Bonfanti, Ioanna Gkizas, Brigitte Simon. 0h52.

Un professeur d'université vaniteux est soumis à une série de confrontations absurdes et inquiétantes.

   
1988 Brise-glace
  Avec : Jacques Wenger, Ewin Hansen, Jan-Cedric Hansen, Yves Leroy, Claude Becker. 1h26
   
1988 Tous les nuages sont des horloges
 

D'après le roman Tutte le nuvole sono orologi d'Eiryo Waga. Avec Jessica Forde, Alain Sachs. 1h02

Une maison de campagne, le soir. Un couple rentre chez lui et trouve à l'intérieur de sa maison un huissier occupé à dresser un état des lieux.

"La FEMIS m'avait demandé de donner un cours d'écriture du scénario. J'ai alors écrit un roman policier japonais (qui a été publié cinq ans plus tard en Italie) intitulé Tous les nuages sont des horloges, qui est une citation tirée d'un essai de Karl Popper. Le roman, qui se déroule en Normandie, est l'œuvre d'un auteur japonais de mon invention, et il lui manque le dernier chapitre. Je l'ai donné à mes étudiants pour qu'ils en fassent l'adaptation et inventent le chapitre manquant. Nous écrivions le matin et je tournais le film l'après-midi. Le point de départ théorique est un principe de Straub selon lequel il n'y a qu'un seul endroit possible où placer la caméra. Il s'agit pour moi de l'une des superstitions cinématographiques les plus curieuses." (Raoul Ruiz)

   
1988 Allegoria
  1h55
   
1989 L'autel de l'amitié
  Une série de dialogues philosophiques sur l'amitié, l'architecture, l'électricité, le cannibalisme, les droits de l'homme.0h57.
   
1989 Derrière le mur
  1h07.
   
1990 The Golden Boat
 

Avec : Michael Kirby (Austin), Federico Muchnik (Israel Williams) Brett Alexander (Doc), Mary Hestand (Alina), Michael Stumm (Tony Luna), Kate Valk (Amelia Lopes). 1h23.

Le film s'inspire de séries policières américaines, mélangées à des soaps opéras mexicaines, tout cela plongé dans le contexte artistique de l'underground new-yorkais.

   
1990 La novela errante
   
   
1991 A TV Dante
  Série TV : Canto 9 à 14
   
1991 L'exote
 

D'après Traité des sensations d'Étienne Bonnot de Condillac et Sur l'exotisme de Victor Segalen. Avec Hercli Bundi, Albert Blanc, Elisabeth Blanc. 0h45.

Un « exote » est une personne qui trouve que le plus exotique des pays est celui où elle est née.

   
1991 Basta la palabra
   
   
1992 L'oeil qui ment
 

Avec : John Hurt, Didier Bourdon, Lorraine Evanoff, David Warner, Daniel Prévost, Myriem Roussel, Felipe Dias, Rui Luís Brás, André Maia. 1h40.

Fin de la première Guerre Mondiale. Félicien est médecin-chercheur à Paris. Sa spécialité : les cas de guérisons inexpliquables, voire les miracles. A la mort de son père, il découvre que la fortune familiale a été investie au Portugal. Plus exactement dans la région d'Alentejo. Aussi décide-t-il de s'y rendre. Et là, première surprise : tout a été englouti dans une curieuse usine de béquilles pour mutilés de guerre née dans la tête d'un farfelu. Il découvre ensuite que le village et ses habitants subissent l'influence quotidienne de pouvoirs surnaturels : apparitions de vierges, pluies d'objets hétéroclites... Ils dorment le jour, vivent la nuit. Le mystère rode partout en compagnie de l'Étrange. L'atmosphère y est pour le moins bizarre. Les chiens y sont vénérés. L'insaisissable y règne en maître absolu

   
1993 Miroirs de Tunisie
   
   
1994 Fado majeur et mineur
 

Avec Jean-Luc Bideau, Melvil Poupaud, Ana Padrão. 1h55.

Les rapports troubles entre des personnages dont le fil conducteur est un homme devenu subitement amnésique

   
1994 Le voyage clandestin : Vies de saints et de pécheurs
 

(Viaggio clandestino - Vite di santi e di peccatori). D'après La Vie est un songe de Pedro Calderón de la Barca. Avec Donato Castellaneta, Marco Cavicchioli, Marco Manchisi..0h59.

Mario est un homme banal qui erre dans la campagne. Sur son chemin il rencontre Jésus-Christ. « Le point de départ est l'idée gnostique que le Christ n'est jamais monté au Ciel mais est resté sur Terre pour aider les gens, sans vouloir être reconnu. D'autres éléments sont la pièce classique espagnole de Tirso de Molina Le Condamné pour manque de foi et la main de La Famille Addams. J'ai ensuite découvert la légende sicilienne d'une main verte tueuse. Et comme chaque fois que je vais en Sicile, j'ai l'impression de plusieurs époque qui coexistent, le film se déplace entre l'époque contemporaine et des époques historiques. » (Raoul Ruiz)

   
1996 Trois vies et une seule mort

Avec : Marcello Mastroianni (Mateo Strano / Georges Vickers / le Maître d'hôtel / Luc Allamand), Anna Galiena (Tania), Marisa Paredes (Maria), Melvil Poupaud (Martin), Chiara Mastroianni (Cécile), Arielle Dombasle (Hélène), Féodor Atkine (André). 2h03.

Mateo Strano a vecu 10 ans en face de son ancienne maison, il est devenu le professeur Vickers. Devenu clochard, le majordome puis l'homme d'affaire Luc Allamand. Il est aussi un enfant.

Un conteur nous dit comment, à Paris, Mateo quitta sa femme Maria et sa fillette sur un coup de tête, vécut vingt ans dans la maison d'en face, où il cohabita avec des fées, raconta cela à André, nouvel époux de Maria, l'assomma de son discours avant de le tuer et de retourner auprès de Maria... Le narrateur présente ensuite Vickers, professeur d'anthropologie négative : il abandonne tout pour devenir clochard, s'en trouve bien, se lie avec Tania, prostituée sado-masochiste, mais ne sait pas la protéger de son inquiétant souteneur. Il reprend sa vie précédente, découvre que Tania aussi est double : elle est par ailleurs PDG d'une florissante entreprise ! Après bien des péripéties, elle deviendra un temps son épouse. Autre histoire : comment un jeune couple niais et désargenté – Cécile et Martin – trouve sur son chemin un mystérieux bienfaiteur qui leur lègue un château et son majordome. C'est le bonheur, jusqu'au jour où il apparaît que le donateur est ce majordome, qui va se mettre à les tourmenter. Ils fuient. Le majordome, qui ressemble à Mateo et à Vickers, les retrouve, leur vole leur bébé et va le porter à Maria. Apparaît alors un industriel, Luc Allamand (dont le visage est familier même au spectateur le moins attentif...), marié à la volage Hélène, qui apprend que la famille qu'il s'est inventé pour favoriser ses trafics, arrive à l'aéroport ! Il fuit... vers ses autres personnalités, donne rendez-vous aux femmes de sa vie dans un café, les tue toutes, même Cécile, qui est pourtant sa fille. Plus tard, on apprendra sa mort (ou plutôt ses morts...), et celle de Carlito, l'enfant qui l'a inspiré, celui qu'il a été et n'a cessé d'être.

   
1997 Généalogies d'un crime

Avec : Catherine Deneuve (Jeanne/Solange), Michel Piccoli (Georges Didier), Melvil Poupaud (René), Andrzej Seweryn (Christian), Bernadette Lafont (Esther), Monique Mélinand (Louise), Hubert Saint-Macary (Verret). 1h53.

Avocate, Solange est spécialiste des causes difficiles et souvent perdues d'avance. Après la mort accidentelle de son fils, elle décide de défendre un jeune homme, René, accusé d'avoir tué sa tante qui était pourtant sa bienfaitrice. Lors de leur rencontre au parloir de la prison naît entre eux une fascination réciproque et Solange propose à René de l'interroger sous forme de jeu de rôles : lui sera elle, et vice-versa. Elle visite la maison de la victime, guidée par Esther, qui en est la gardienne, et comprend que Jeanne, la tante assassinée, psychanalyste et membre d'une société quelque peu excentrique dans ses séances de thérapie de groupe, a voulu vérifier sur son neveu, en qui elle pensait avoir décelé dès la petite enfance des pulsions criminelles, une théorie selon laquelle nous serions déterminés dès notre naissance. Pour cela, elle l'a suivi pendant des années... avant d'être tuée par lui ! Solange réussit à convaincre le jury que l'accusé a été conditionné par sa future victime à commettre l'irréparable : pour une fois, elle arrache l'acquittement de René. La secte psychanalytique, compromise dans l'affaire, se livre, sous la direction de son chef, le très agité Georges Didier (ou est-ce Didier Georges ?), à un suicide collectif. Entre-temps, René est devenu le protégé et l'amant de Solange : lui retrouve en elle l'image de sa tante, elle, celle de son fils. Mais il la déçoit par ses manières de petit délinquant. La vie commune devient insupportable : Solange tue René. Et cela donne raison à un psychanalyste concurrent de Didier, Corail, pour qui nous revivons en permanence des histoires déjà écrites, qui nous possèdent : or un récit chinois parle d'un jeune homme qui tue une femme, puis est recueilli par une autre, fantôme de la première, et qui tuera son assassin...

   
1998 Jessie

(Shattered image). Avec : Anne Parillaud, Lisanne Falk, Billy Wilmott, William Baldwin. 2h00.

Qui est Jessie Markham ? Une jeune héritière ? Ou bien une ravissante tueuse à gages ? Chacune de ces versions semble sortie d'un fantasme.

   
1999 Le temps retrouvé, d'après l'oeuvre de Marcel Proust

Avec : Catherine Deneuve (Odette de Crecy), Emmanuelle Béart (Gilberte), John Malkovich (Le Baron de Charlus). 2h38.

1922, Marcel Proust sur son lit de mort regarde des photos et se remémore sa vie. Sa vie, c'est son oeuvre et les personnages de la réalité se mélangent avec ceux de la fiction et la fiction prend peu à peu le pas sur la réalite. Tous ses personnages se mettent à hanter le petit appartement de la rue Hamelin et les jours heureux de son enfance alternent avec les souvenirs plus proches..

   
2000 Combat d'amour en songe

Avec : Melvil Poupaud (Paul/le fils Mariani/Loup/Le jeune père), Elsa Zylberstein (Lucrezia/Jessica/Le sultan), Lambert Wilson (Sebatol), Christian Vadim (David). 2h00.

Une série d'histoires, répertoriées de B à K, enchevêtrées les unes dans les autres. Il y a des pirates, des fantômes, une sultane, un voleur, un étudiant en théologie, un bordel d'anciennes religieuses, un trésor...

   
2000 Comédie de l'innocence

Avec : Isabelle Huppert (Ariane), Jeanne Balibar (Isabella), Charles Berling (Serge), Edith Scob (Laurence). 1h40.

Camille a neuf ans, une vie confortable dans l'appartement bourgeois de ses parents, une petite vidéo caméra avec laquelle il filme ce qui lui chante. Le jour de son anniversaire, une anodine question amuse beaucoup sa maman, son papa et son oncle, réunis autour de la table familiale : « et toi, maman, tu étais où quand je suis né ? ». Les choses se gâtent quand l'enfant annonce à sa mère qu'il ne veut plus l'appeler « maman » mais par son prénom, Ariane. Quelque temps après, il lui propose de lui présenter sa vraie maman car il connaît l'adresse. Ariane se prend au jeu, suit son fils et pénètre l'appartement de cette inconnue, complaisamment ouvert par une voisine. Au mur s'étalent les photos d'un petit garçon, le fils de la propriétaire, mort quelques années auparavant.

   
2001 Les âmes fortes

Avec : Laetitia Casta (Thérèse), Frédéric Diefenthal (Firmin), Arielle Dombasle (Madame Numance), John Malkovich (Monsieur Numance), Charles Berling (Reveillard). 2h00.

Une jeune fille de la campagne, Thérèse, fuit en compagnie de son fiancé Firmin et découvre en ville qu'elle a du pouvoir sur les autres. Elle rencontre bientôt l'étrange Madame Numance, bienfaitrice de la ville. Un lien de fascination mutuelle se tisse entre ces deux âmes fortes. Mais Firmin va s'interposer, et troubler le jeu. Quelques années plus tard, il meurt après une chute dans un ravin. Thérèse a-t-elle réellement fait tuer son mari ? La vie de Thérèse nous est livrée à l'occasion d'une veillée funèbre, à travers les témoignages croisés de plusieurs femmes. Pourra-t-on jamais savoir qui était réellement Thérèse ?

   
2002 Cofralandes, rapsodia chilena

Avec : Bernard Pautrat, Malcolm Coad, Rainer Krause, Amparo Noguera, Francisco Reyes, Néstor Cantillana. 5h11.

Voyage onirique dans un pays imaginaire, Cofralandes, aux confins du monde, en 4 chapitres : 1 -Hoy en día (1h23), 2- Rostros y rincones(1h21) 3-Museos y clubes en la región antártica (1h04), 4- Evocaciones y valses (1h27).

   
2002 Miotte vu par Raúl Ruiz
Documentaire sur le peintre abstrait Jean Miotte. 1h20
   
2003 Chronique d'une mise en scène
  (Médée). Téléfilm. Avec : Raoul Ruiz (Metteur en scène), Françoise Masset (Médée), Jean-Louis Serre (Jason), Christian Tréguier (Akamas). 1h50.
   
2003 Ce jour là
Avec : Bernard Giraudeau (Emil Pointpoirot), Elsa Zylberstein (Livia), jean-Luc Bideau (Raufer), Christian Vadim (Ritter), Michel Piccoli (Harald), Jean-François Balmer (Treffle). 1h45.

Une jeune fille riche et simple d'esprit hérite de la fortune de sa mère décédée. Les membres de sa famille tentent alors de la faire assassiner pour récupérer l'héritage en question. Mais le tueur qu'ils vont engager, un fou libéré de l'asile, va tomber sous le charme de sa cible et ce sont les commanditaires qui se feront trucider un à un. Pendant ce temps, deux inspecteurs de police attendent

   
2003 Une place parmi les vivants
 

Avec : Christian Vadim (Ernest Ripper), Thierry Gibault (Joseph Arcimboldo), Valérie Kaprisky (Maryse), Cécile Bois (Sabine), Julie Judd (Sandrine). 1h43.

Un médiocre écrivain est approché par un homme étrange qui lui demande de devenir un serial killer dont il tiendra la chronique des crimes.

   
2003 Vertige de la page blanche
 

Avec : Pascale Anin, Patrick Azam, Philippe Bombled. 1h21.

Exercice cinématographique qui cherche à briser les règles de la narration traditionnelle. Le thème principal est la justice et les jurés, l'acte de juger à tous les niveaux possibles.

   
2003 Responso
   
   
2003 Edipo
 

Avec : Silvio Castiglioni, Marco Cavicchioli, Laura Colombo. 1h20.

Le film a été réalisé à partir du spectacle Edipo Iperboreo (1989) mis en scène par Ruiz pour la Fondazione Pontedera Teatro.

   
2004 Journées à la campagne

(Días de campo). Avec : Marcial Edwards (Don Federico à 60 ans), Mario Montilles (Don Federico à 90 ans), Bélgica Castro (Paulita), Ignacio Agüero (Daniel Rubio), Rosita Ramirez (Petita). 1h29.

Dans un bar, deux vieux hommes se retrouvent régulièrement pour discuter. Don Federico collectionne les allumettes qu'il sort de son verre. Avec son ami, ils discutent du roman qu'il est censé écrire. Un jour, il raconte sa vie à la campagne. Maître d'un domaine, il y passait des jours tranquilles, très apprécié de ses domestiques. Et surtout de Paulita, la vieille qui le réveillait tous les matins. L'unique fils de Paulita est parti s'installer loin au nord. Elle reçoit de temps en temps de ses nouvelles par lettres qu'elle demande à Don Federico de lire à haute voix. Un jour, elle tombe gravement malade. Et Don Federico lui offre de l'accompagner passer quelques jours avec son fils...

   
2005 Le domaine perdu

Avec : François Cluzet (Antoine), Grégoire Colin (Max à 71, 18 et 20 ans), Christian Colin (Max à 51 ans), Julie Delarme (Hélène Renaud), Robert Florentin Ilie (Max à 10 ans), Laurence Cordier (Cécile), Julien Honoré (Augustin), Marianne Denicourt (Ivonne), Edith Scob (Mme Chantal). 1h46.

Max a plus de 50 ans quand éclate le coup d'état du 11 septembre 1973 au Chili. Il se terre chez lui pour éviter les balles et les rafles des militaires putschistes. Dans ce contexte, il se remémore une autre guerre, celle qu'il a connue à Londres dans les années 40. Il y avait rencontré un aviateur français, Antoine. Max avait eu du mal à reconnaître en lui l'homme dont il avait fait la connaissance en 1932. C'était dans un village chilien, Max n'était encore qu'un enfant. Antoine l'avait initié à l'aviation. Malgré le temps et les événements, des liens très forts vont lier les deux hommes. Tout au long du XXe siècle, leurs destins vont se croiser entre le Chili et l'Europe.

   
2006 Klimt

Avec : John Malkovich (Gustav Klimt), Veronica Ferres (Emilie Flöge),
Saffron Burrows (Lea de Castro), Nikolai Kinski (Egon Schiele). 2h07.

Paris, 1900. L'exposition universelle bat son plein, et Gustav Klimt est à la fête. Le peintre autrichien trouve en France un accueil enjoué, alors qu'il est accusé au même moment à Vienne pour sa provocation...

   
2007 La Recta Provincia
 

Avec : Bélgica Castro, Ignacio Agüero, Ángel Parra, Chamila Rodríguez. 2h40.

La Recta provincia est une sorte de secte conduite par des sorcières sur la plus grande île d'Amérique su Sud, berceau des mythes fondateurs de la culture chilienne.

   
2008 Agathopedia
 

0h52.

Évocation des Agathopèdes, un groupe de dandys belges des années 1840-1850, précurseurs des dadaïstes. Film réalisé avec les étudiants de l'Université de Calabre dans le cadre d'une semaine pédagogique autour du thème « Construire un film ».

   
2008 Litoral, cuentos del mar
 

Avec : Bélgica Castro, Hugo Medina, Mario Montilles, Santiago Meneghello, Chamila Rodríguez. 3h28.

Basée sur des contes de marins, de pêcheurs, et d'habitants du littoral des îles chiliennes, l'histoire se déroule autour d'un bateau fantôme appelé Lucerna.

   
2008 La maison Nucingen

(Nucingen Haus). Avec : Elsa Zylberstein (Anne-Marie), Jean-Marc Barr (William Henry James III), Laurent Malet (Bastien), Audrey Marnay (Léonore), Laure de Clermont-Tonnerre (Lotte), Thomas Durand (Dieter), Luis Mora (El Doctor). 1h27

Dans les années 20. William, un jeune aristocrate vient de gagner au poker une propriété au Chili, près de Santiago. Il y emmène sa femme Anne-Marie afin qu'elle puisse s'y reposer. Dès leur arrivée, ils sont accueillis par des personnages étranges et envahissants soudés autour d'une oppressante et poétique figure, celle d'un fantôme, celui de Léonor, disparue accidentellement. La maison aux contours étouffants, devient le théâtre d'une incroyable substitution liée aux angoisses et désirs d'un homme insatisfait.

   
2009 El pasaporte amarillo
 

Avec : Pablo Krögh, Marcela Osorio Sergio Schmied, Lorena Bosch Carlos Flores del Pino.

Le passeport jaune, sur le racisme dans l'évocation d'un Chili dont Pinochet n'a pas tout à fait disparu...

   
2009 A closed kook

Avec : Tom Conti (Sir Paul), Daryl Hannah (Jane Ryder), Miriam Margolyes (Mrs. Kilbride), Elaine Paige (directrice de l'agence de placement), Simon MacCorkindale (Andrew Boles). 1h28.

Sir Paul, un auteur reconnu, devient aveugle dans un horrible accident. Il recherche alors un assistant pour l'aider avec son écriture. Il emploie ainsi Jane Ryder pour être ses yeux alors qu'il revisite des scènes de son passé et travaille sur ce qu'il a l'intention d'être son opus final. Jane semble parfaite: attrayante, intelligente, imperturbable face aux brusques excentricités de son employeur. Mais, peu à peu, l'environnement familier de Sir Paul est modifié. Des choses étranges se produisent autour de la maison et il devient de plus en plus dépendant de son assistante...

   
2010 L’estate breve

1h48.

Invité par le Théâtre Garibaldi de Palerme pour créer une oeuvre à partir d'une adaptation, Raoul Ruiz a décidé de se baser sur Le songe d'une nuit d'été de William Shakespeare. Interprété par de jeunes comédiens le film propose une reflexion sur le jeu de l'acteur, le mouvement et la réalisation

   
2010 Mystères de Lisbonne

(Mistérios de Lisboa). Avec : Adriano Luz (Père Dinis), Maria João Bastos (Ângela de Lima), Ricardo Pereira (Alberto de Magalhães), Clotilde Hesme (Elisa de Montfort). 4h26.

Le Père Dinis s'occupe de l'éducation d'un enfant sans famille dans un pensionnat catholique. Le jeune Joao, méprisé par ses condisciples parce qu'il serait sans parents, est obsédé par la recherche de sa généalogie. Il apprend un jour la vérité par la bouche d'une femme qui vient lui rendre visite. C'est sa mère. Elle est mariée à un aristocrate brutal qui l'a obligée à éloigner l'enfant naturel qu'elle a eu avec un autre.

   
2010 Ballet aquatique

Avec : Raoul Ruiz (le conférencier). 0h50.

Une revisitation de Painlevé , sous forme d'uen conférence, avec un chat, un poisson et un poisson-chat, qui répond à la question : "L'hybridation permet-elle de résoudre la guerre des espèces" ?

   
2012 La nuit d'en face

(La noche de enfrente). Avec : Christian Vadim (Jean Giono), Sergio Hernández (Don Celso Barra), Valentina Vargas (Nigilda), Chamila Rodríguez (Rosina), Santiago Figueroa (Celso enfant), Pedro Villagra (Long John Silver), Sergio Schmied (Beethoven). 1h47.

Trois âges d'un homme qui voit la mort venir, s'entrecroisent. Entre réel et imaginaire, entre humour et nostalgie, entre départ à la retraite et enfance, un mélange des temps et des genres.