Philippe Garrel

né en 1948
32 films
1
5
12
histoire du cinéma : abstraction lyrique

D'un cinéma intimiste, confidentiel dans tous les sens du terme, issu de la mouvance non-politique de Mai 68, Philippe Garrel a bâti une filmographie relativement régulière, fidèle à ses exigences, volontairement pauvre dans ses moyens ("J'ai été assez marqué par l'idée que l'argent avilit", déclare-t-il) et qui, au fil des ans, a trouvé son public.

Né le 6 avril 1948, il signa ses premiers films à seize ans, se reconnaissant alors deux maîtres, Jean-Luc Godard et Andy Warhol. Il mit tout de suite en avant la notion d'intimité dans ses thèmes et ses méthodes de travail : présence fréquente de son père, le comédien Maurice Garrel qui participe à tous ses premiers films de 1964 à 1967, à Un ange passe (1975), qui est au centre de Liberté la nuit (1983) et que l'on retrouve dans Les baisers de secours (1989), Le cœur fantôme (1995), Sauvage innocence (2001), Les amants réguliers (2005) et Un été brûlant (2011), ou de lui-même dans La cicatrice intérieure (1971), Le bleu des origines (1978), Elle a passé tant d'heures sous les sunlights (1984) et Les baisers de secours (1988); d'acteurs "alter ego", Pierre Clémenti, Laurent Terzieff, Jean-Pierre Léaud ou Lou Castel et enfin son fils, Louis, avec Les amants réguliers (2005) et La frontière de l'aube (2008), Un été brûlant (2011), La jalousie (2013).

En 1969, Garrel rencontre celle qu'il nomme la "souterraine de velours" : Nico, icone rock. Sa première contribution à l'œuvre de Garrel est la chanson The Falconer pour son film Le lit de la vierge (1969). Elle vit ensuite avec lui, et devient alors une figure centrale de son œuvre et de sa vie. En tant qu'actrice, Nico apparaît pour la première fois dans La cicatrice intérieure (1972) où elle tient le rôle principal. Son fils, Ari, est également au générique. Elle compose la bande originale, et participe à la réalisation. Sa participation diminue cependant dans les films suivants, Athanor (1973), Les hautes solitudes (1974), Un ange passe (1975), le berceau de cristal (1975), Voyage au pays des morts (1976), Le bleu des origines (1978). Seront également des actrices proches et des inspiratrices, Anémone, avant sa célébrité comme fantaisiste, Jean Seberg qui lui inspirera une réflexion très poussée sur le suicide et Brigitte Sy, mère de ses deux enfants Louis et Esther et avec laquelle il jouera notamment dans Les baisers de secours (1989). Zouzou, Anne Wiazemsky, Christine Boisson, Mireille Perrier et Johanna Ter Steege seront également des actrices-muses de son cinéma.

Il tourna parfois avec des chutes de pellicule, revint fréquemment au noir et blanc ou au muet, de même qu'il fut rarement tributaire d'un scénario traditionnel. Dans Le bleu des origines, la caméra était actionnée à la main, sans moteur, comme aux débuts du cinématographe. Il estime aussi que la première prise doit être la bonne, dans la mesure du possible et au nom d'une vérité "immédiate" qui doit, selon lui, imprégner les images. Enfin il souhaiterait que le spectateur aille voir ses films par envie et non parce que des responsables de marketing l'ont décidé. Autant de positions pures ou radicales qui ont pu le marginaliser. "Je crois que si l'on garde comme critère d'aimer ce que l'on fait, on ne s'égare pas", précisera-t-il par ailleurs.

Gilles Deleuze repère chez Garrel un processus de la constitution des corps à partir de l'image neutre, blanche ou noire, neigeuse ou flashée. Pour lui, Garrel invente les mouvements qui correspondent à la genèse des corps. Néanmoins plutôt qu'un cinéaste du rapport corps-cerveau comme Antonioni ou Doillon, nous voyons plus volontiers Philippe Garrel comme un cinéaste de l'abstraction lyrique où le monde surgit à partir d'un visage ou d'une image abstraite ou se ramène à eux. Le visage réfléchit la lumière, réduction de l'espace par abstraction, compression du lieu par artificialité, qui définit un champ opératoire et nous conduit de l'univers entier à un pur visage ou à un pur signe.

Après 15 films expérimentaux réalisés en 15 ans, de 1964 à 1979, Garrel entame une seconde période de son oeuvre à la manière de Godard qui sort de la marginalite à la même époque en proposant Sauve qui peut la vie (1979) et Passion (1982). Plus narratif qu'auparavant, Garrel poursuit néanmoins sa quête d'un absolu de l'image tout en distillant dans son oeuvre des "substituts de lui-même". En 1982, il décroche le Prix Jean-Vigo pour L'enfant secret, achevé en 1979 mais difficilement distribué, une oeuvre qui mêle une nouvelle fois amour, création et filiation. Un an plus tard, Liberté la nuit (1983), avec son père dans le rôle principal, est très remarqué au Festival de Cannes. Cet enfant de la Nouvelle vague participe à la même époque au projet Paris vu par... vingt ans après avec Rue fontaine.

En 1989, Les baisers de secours marque le début d'une longue collaboration avec le romancier Marc Cholodenko. Optant pour une narration plus traditionnelle, Garrel, cinéaste de l'intime, n'en continue pas moins de tisser une oeuvre très personnelle, comme en témoigne en 1991 l'introspectif J'entends plus la guitare, Lion d'argent à Venise.

Cinéaste marginal, Garrel fait pourtant appel à Catherine Deneuve pour Le Vent de la nuit (1999), constat désespéré dans lequel on retrouve toutes ses obsessions (la rupture sentimentale, la drogue, la fin des idéaux politiques).

Après dix nouveaux films réalisés en vingt ans (1979-1999), Garrel entame la troisième partie de son oeuvre en 2001 avec Sauvage Innocence et un casting particulièrement rajeuni. Il obtient en 2005 un nouveau Lion d'Argent du Meilleur réalisateur pour son film-fleuve Les amants réguliers, évocation sensible de Mai 68 avec pour interprètes des élèves du Conservatoire, parmi lesquels son fils Louis. Celui-ci est, aux côtés de Laura Smet, le héros de son film suivant, La frontière de l'aube (2008), présenté en compétition au Festival de Cannes, une première pour le réalisateur, âgé de 60 ans. Deux ans plus tard, il réalise Un été brûlant avec son fils dans le rôle principal, partageant l'affiche avec Monica Bellucci. En 2013, Philippe Garrel met pour la quatrième fois son fils au centre de son film et fait participer sa fille, Esther, dans La jalousie, drame inspiré de la vie de son propre père. En 2015, L'ombre des femmes, présenté en ouverture de la Quinzaine des réalisateurs est un film plus lumineux, bénéficiant pour la première fois d'un happy-end.

Bibliographie :

 

Filmographie :

1964 Les enfants désaccordés
  Avec : Christiane Pérez, Pascal Laperrousaz, Maurice Garrel. 0h15.
   
1965 Droit de visite
 

35 mm, n&b, son., 15 min. Sc, Mont, Prod : Philippe Garrel. Ph : André Weinfeld. Int : Guillaume Laperrousaz, Françoise Reinberg, Maurice Garrel.

   
1968 Anémone

Film TV (16mm). Avec : Anémone Bourguignon, Pascal Laperrousaz, Maurice Garrel. 1h00.

Une jeune fille de dix-sept ans, qui désire couper toutes relations avec sa famille, part a l'aventure avec un garçon de son âge

   
1968 Marie pour mémoire

 

Avec : Zouzou (Marie), Didier Léon (Jésus), Nicole Laguigné (Sainte Blandine), Thierry Garrel (Gabriel), Fiameta Ortega (conseillère à la prudence), Sylvaine Massart, Jacques Robiolles, André Bineau, Maurice Garrel. 1h14.

Deux adolescents, Marie et Jésus, s'aiment et désirent vivre ensemble. Mais leurs parents respectifs refusent cette idée. Lorsque Marie se retrouve enceinte, sa mère l'oblige à avorter et la sépare de Jésus...

   
1968 Le révélateur

 

Avec : Stanislas Robiolles (l'enfant), Laurent Terzieff (le père) et Bernadette Lafont (la mère). 1h07.

Un couple et son enfant fuient, comme poursuivis par une guerre dont on ne voit aucun autre signe que leurs visages et leurs gestes hagards, désaccordés. Ils s'éloignent de leur maison puis courent à travers les champs, routes et forêts. Mais l'enfant se détache de la terreur qui les étreint.

   
1968 La concentration
 

Avec : Jean-Pierre Léaud, Zouzou.1h30.

Deux acteurs, Jean-Pierre Leaud et Zouzou, enfermés dans un appartement scindé en deux zones, une chambre froide et une chambre chaude, qui sont tous deux des chambres de torture. Entre ces deux espaces, il y a un lit, entouré par le rail du travelling sur le chariot duquel on voit a un moment Zouzou étendue morte tandis que Leaud se tranche les veines avec un morceau de pellicule.

   
1968 Actua I
 

court métrage de 6 minutes tourné au cœur des événements de mai 68. Il est constitué d’un mélange de prises de vue en 35 mm tournées par Garrel et ses compagnons d’alors ainsi que de captations en 16 mm des étudiants-cinéastes participants aux révoltes.

   
1969 Le lit de la vierge
 

Avec : Pierre Clémenti, Zouzou, Tina Aumont, Magareth Clémenti, Nicole Laguigné, Babette Lamy, Didier Léon, Jaïmé Semprun, Jean-Pierre Kalfon. 1h45.

Une allégorie sur notre monde à travers les personnages bibliques de Jésus, Marie et Dieu le Père.

   
1972 La cicatrice intérieure

Avec : Nico (la femme), Philippe Garrel (l'homme), Christian Aaron Boulogne (l'enfant), Pierre Clémenti (le cavalier / l'archer). 1h00.

Dans des paysages insolites d'Egypte et d'Islande, l'errance d'une femme qui s'exprime en anglais et en allemand, de deux hommes, l'un habillé à la dernière mode et l'autre nu portant un carquois et une épée, et d'un bébé déposé sur une fourrure blanche, sur une planète lointaine et glacée

   
1973 Athanor
 

Avec : Nico, Musky. 0h20.

   
1974 Les hautes solitudes
 

Avec : Jean Seberg, Nico, Tina Aumont, Laurent Terzieff.

Poème cinématographique muet autour de quatre comédiens, de leurs visages et leurs expressions.

   
1975 Un ange passe
 

Avec : Laurent Terzieff, Nico, Bulle Ogier, Maurice Garrel, Jean-Pierre Kalfon. 1h20.

L'histoire d'une ville avec ses bruits et ses habitants.

   
1975 Le berceau de cristal
 

Avec : Nico, Dominique Sanda, Anita Pallenberg, Margaret Clementi, Pierre Clémenti. 1h20.

Autour de l'art et du suicide, les derniers instants qui prècedent la mort de Nico, avant le coup de feu final...

   
1976 Voyage au pays des morts
  Avec : Maria Schneider (Hypolyte), Laurent Terzieff (Georges), Nico (Catherine). 0h55.
   
1979 L'enfant secret

Avec : Anne Wiazemsky (Elie), Henri de Maublanc (Jean-Baptiste), Xuan Lindenmeyer (Swann, l'enfant d'Elie), Cecile Le Bailly (Chloé), Elli Medeiros (une prostituée). 1h35.

Un jeune homme et une jeune femme se rencontrent dans le jardin d'une villa. Là, ils échangent leur premier baiser. Échange de gestes maladroits d'un premier élan d'affection. Elie et Jean-Baptiste s'aiment mais ne se lient par aucun serment. Elie est artiste de théâtre. Elle vit seule avec Swann, son petit garçon, qu'elle présente à Jean-Baptiste. Peu de temps après, prise par une tournée à l'étranger, elle part précipitamment; la sensibilité de Jean-Baptiste n'y résiste pas, il tombe en dépression nerveuse. Un après-midi, Elie vient lui rendre visite à la clinique. Une nouvelle étape commence. Ils sont comme définitivement liés entre eux. Jean-Baptiste retrouve le courage d'affronter le monde, il va tourner un film, il revoit Swann. Le malheur qui frappe Élie, la mort de sa mère, les lie à nouveau. Pourtant, elle lui avoue une aventure avec un autre homme. Ils se séparent, mais se voient une fois, malgré la rupture. Jean-Baptiste demande des nouvelles de Swann. Plus tard, désespérée, elle l'appelle à son secours depuis la chambre d'un petit hôtel. Il la rejoint. Leur amour renaît, mais quelque chose semble brisé.

   
1979 Le bleu des origines
  Avec : Nico, Zouzou, Philippe Garrel. 0h50.
   
1983 Liberté la nuit

Avec : Emmanuelle Riva, Maurice Garrel, Christine Boisson, Laszlo Szabo, Brigitte Sy, Julien Sarfati, Mohammed Fellag, Salah Teskouk, Habib Laïdi.

Pendant la guerre d'Algérie, Jean et Mouche militent pour le FLN, chacun ignorant les activités secrètes de son compagnon. Mais quand Jean voit Mouche assassinée par l'OAS, son monde s'écroule. La guerre finie, il se prend de passion pour Gemina, une jeune fille pied-noir, avant que ses ennemis ne le repèrent et l'abattent.

   
1984 Rue Fontaine

Episode de Paris vu par… 20 ans après. Avec : Christine Boisson (Génie), Jean-Pierre Léaud (René), Philippe Garrel (Louis). 0h17.

René, la trentaine sort d'une histoire d'amour qui a mal tourné. Il discute à la terrasse d'un café avec son ami Louis qui lui propose de diner avec lui chez l'amie qui l'a invité, Génie. René accepte et semble fasciné par la jeune femme. Lorsque Louis part, il reste...

   
1984 Elle a passé tant d'heures sous les sunlights

Avec : Mireille Perrier (Marie), Jacques Bonnaffé (le jeune homme), Anne Wiazemsky (Christa), Lou Castel, Philippe Garrel. 2h10.

Un acteur et une actrice mélangent les rôles qu'ils jouent dans un film et dans la vie réelle.

   
1989 Les ministères de l'art
 

Téléfilm. Avec : Chantal Akerman, Juliet Berto, Léos Carax, Jacques Doillon, Philippe Garrel, Hélène Garidou, Benoît Jacquot, Jean-Pierre Léaud, Werner Schroeter, Brigitte Sy, André Téchiné. 0h52.

Entretiens-dialogues avec des confrères, Jean Eustache, Jacques Doillon, Chantal Akerman, Leos Carax, Werner Schroeter, André Téchiné, Benoît Jacquot, tous de sa "famille" artistique.

   
1989 Les baisers de secours

Avec : Brigitte Sy (Jeanne), Philippe Garrel (Mathieu), Louis Garrel (Lo), Anémone (Minouchette), Maurice Garrel (La père) . 1h23

Mathieu, un cinéaste, prépare un film et confie le premier rôle féminin à Minouchette, une actrice connue. Jeanne sa femme, considère que ce film est l'histoire de leur vie et reproche à Mathieu de ne pas l'avoir choisie pour tenir le rôle. Elle le quitte. Commence alors pour Mathieu une douloureuse période de solitude et de doute.

   
1991 J'entends plus la guitare

Avec : Benoît Régent (Gerard), Johanna ter Steege, (Marianne), Yann Collette (Martin), Mireille Perrier (Lolla), Brigitte Sy (Aline). 1h38.

Gérard et Marianne s’aiment d’amour fou, mais Marianne s’en va. Lorsqu’elle revient, le bonheur, à portée de main, est détruit par l’accoutumance à l’héroïne. Les deux amants se séparent à nouveau. Gérard commence une autre vie avec Aline, qui lui donne un enfant. Marianne réapparaît une dernière fois avant de disparaître pour toujours.

   
1993 La naissance de l'amour

Avec : Lou Castel (Paul), Jean-Pierre Léaud (Marcus), Johanna Ter Steege (Ulrika), Georges Lavaudant, Dominique Reymond (Hélène), Marie-Paule Laval (Fauchon, femme de Paul).1h34

Paul et Marcus sont amis. Marcus vit avec Hélène. Paul aime Ulrika mais Ulrika, si elle fait l'amour avec lui, se dérobe quand même; elle confie avoir souffert une fois par la faute d'un homme et ne plus vouloir souffrir. Alors, Paul retourne vivre chez sa femme, Franchon, moins pour elle que par amour pour son fils, Pierre, et l'enfant qui est sur le point de naître. Si Paul est acteur de théâtre, Marcus est un écrivain censuré qui pense devenir romancier. Il confie ce désir à son ami. Mais Hélène l'a quitté; il fait le voyage jusqu'à Rome pour tenter de la faire revenir : en vain...

   
1996 Le cœur fantôme

Avec : Luis Rego (Philippe), Aurélia Alcaïs (Justine), Évelyne Didi (Annie), Maurice Garrel (le père), Roschdy Zem (Morand), Camille Chain (Camille), Lucie Rego (Lucie), Véronique Silver (la mère), Valeria Bruni-Tedeschi (la femme en rouge), Johanna Ter Steege (Mona), Olivier Perrier (l'ami), Yves Affonso (le voisin). 1h27

Philippe est peintre. Marié et père de deux enfants, il se sépare de sa femme le jour ou il découvre qu'elle a un amant. Malgré sa rencontre avec une jeune femme, il ne peut se débarrasser de sa culpabilité d'avoir laissé ses enfants à leur mère. Il entreprend alors de découvrir pourquoi ses parents s'étaient jadis eux aussi séparés.

   
1999 Le vent de la nuit

Avec : Avec : Catherine Deneuve (Hélène), Daniel Duval (Serge), Xavier Beauvois (Paul), Jacques Lassalle (Le mari d'Hélène). 1h35.

Paul est l'amant d'une femme mariée : Hélène. En Italie, il fait la connaissance de Serge, un architecte et, fasciné par sa personnalité, rentre avec lui à Paris. Peu à peu, Serge se révèle brisé par son passé. Paul retrouve Hélène, perdue et en complète dérive. Après un voyage à Berlin, il présente Serge à sa maîtresse...

   
2001 Sauvage innocence
Avec : Mehdi Belhaj Kacem (François), Julia Faure (Lucie), Michel Subor, Maurice Garrel, Zsuzsanna Varkonyi, Mathieu Genet. 1h57

François Mauge, jeune cinéaste marginal, recherche désespérément le financement dont il a besoin pour produire son prochain film, axé autour de la destruction d'une femme (qu'il aima passionnément) par la drogue. Par hasard, il rencontre dans la rue Lucie, dont il tombe amoureux, et dans laquelle il voit immédiatement l'héroïne de ce qu'il entend représenter : le film définitif sur la toxicomanie....

   
2005 Les amants réguliers

Avec : Louis Garrel (François), Clotilde Hesme (Lilie), Julien Lucas (Antoine), Eric Rulliat (Jean-Christophe). 2h58.

En 1969, un groupe de jeunes gens s'adonne à l'opium après avoir vécu les événements de 1968. Un amour fou naît au sein de ce groupe entre une jeune fille et un jeune homme de 20 ans qui s'était aperçus pendant l'insurrection.

   
2008 La frontière de l'aube

Avec : Louis Garrel (François), Laura Smet (Carole), Clémentine Poidatz (Eve), Olivier Massart (Le père d’Eve). 1h45.

Une star vit seule chez elle, son mari est à Hollywood et la délaisse. Débarque chez elle un photographe qui doit la prendre en photo pour un journal, faire un reportage sur elle. Ils deviennent amants. Ils vont habiter deux semaines à l’hôtel pour faire ce reportage et repassent de temps en temps à l’appartement de la star…

   
2011 Un été brûlant

Avec : Monica Bellucci (Angèle), Louis Garrel (Frédéric), Céline Sallette (Élisabeth), Jérôme Robart (Paul). 1h35.

Paul rencontre Frédéric par un ami commun. Frédéric est peintre. Il vit avec Angèle, une actrice qui fait du cinéma en Italie. Pour vivre en attendant d'être acteur, Paul fait de la figuration. Sur un plateau, Paul rencontre Elisabeth qui est aussi figurante. Ils tombent amoureux. Frédéric invite Paul et Elisabeth à Rome.

   
2013 La jalousie

Avec : Louis Garrel (Louis), Anna Mouglalis (Claudia), Rebecca Convenant (Clothilde), Olga Milshtein (Charlotte). 1h17.

Louis quitte Mathilde avec qui il a eu un enfant pour Claudia. Louis et Claudia font du théâtre. L'un enchaîne les rôles tandis que l'autre ne joue pas. Claudia aime Louis, mais elle a peur qu'il la quitte. Un soir, elle fait la rencontre d'un architecte qui lui propose du travail. Louis aime Claudia, mais maintenant c'est lui qui a peur qu'elle le quitte... Et au milieu, il y a Charlotte, la fille de Louis.

   
2015 L'ombre des femmes

Avec : Stanislas Merhar (Pierre), Clotilde Courau (Manon), Lena Paugam (Elisabeth), Vimala Pons (Lisa), Mounir Margoum (L'amant). 1h13.

Pierre et Manon sont pauvres. Ils font des documentaires avec rien et ils vivent en faisant des petits boulots. Pierre rencontre une jeune stagiaire, Elisabeth, et elle devient sa maîtresse. Mais Pierre ne veut pas quitter Manon pour Elisabeth, il veut garder les deux. Un jour Elisabeth, la jeune maîtresse de Pierre, découvre que Manon, la femme de Pierre, a un amant. Et elle le dit à Pierre…

   
2017 L'amant d'un jour

Avec : Eric Caravaca (Gilles), Esther Garrel (Jeanne), Louise Chevillotte (Ariane). 1h16.

Après une rupture, une jeune femme dans la vingtaine rentre chez son père. Elle y découvre ce dernier en couple avec une femme du même âge qu'elle.