Gravity

2013

Avec : Sandra Bullock (Dr. Ryan Stone), George Clooney (Matt Kowalsky). 1h30.

Pour sa première expédition à bord d'une navette spatiale, le docteur Ryan Stone, brillante experte en ingénierie médicale, accompagne l'astronaute chevronné Matt Kowalsky qui effectue son dernier vol avant de prendre sa retraite. Mais alors qu'il s'agit apparemment d'une banale sortie dans l'espace, une catastrophe se produit. Lorsque la navette est pulvérisée, Stone et Kowalsky se retrouvent totalement seuls, livrés à eux-mêmes dans l'univers.

Le silence assourdissant autour d'eux leur indique qu'ils ont perdu tout contact avec la Terre et la moindre chance d'être sauvés. Peu à peu, ils cèdent à la panique, d'autant plus qu'à chaque respiration, ils consomment un peu plus les quelques réserves d'oxygène qu'il leur reste.

Mais c'est peut-être en s'enfonçant plus loin encore dans l'immensité terrifiante de l'espace qu'ils trouveront le moyen de rentrer sur Terre...

Le film se pare d'une caution scientifique et d'une image de film de science-fiction écologique annonçant les désastres qui attendent les voyageurs de l'espace quand celui-ci sera devenu une poubelle. En terme de film d'aventures, il s'agit pourtant bien moins d'un film de science fiction que d'un film catastrophe : les débris sont dus à un tir russe sur un vieux satellite. La musique assourdissante et omniprésente ainsi que les images de synthèse qui composent majoritairement le film en font un produit totalement artificiel que la 3D magnifie toutefois (si l'on excepte l'effet figurine à la toute fin, presque au dernier plan, lorsque Ryan marche vers les montagnes).

Ne possédant ni la dimension fantastique d'un Alien pas plus que la dimension prophétique de 2001, le film abuse d'une psychologie à la petite semaine (le pré-retraité bougon et philosophe, la scientifique qui n'est devenue une experte qu'en s'anéantissant dans le travail après la mort de sa petite fille). Seule la répétition des vols de débris toutes les 90 minutes est un tant soit peu originale, ceux-ci détruisant la navette spatiale, la station Soyouz et menaçant la station chinoise.

Jean-Luc Lacuve le 14/11/2013.