L'île aux chiens

2018

(Isle Of Dogs). Avec les voix de : Bryan Cranston (Chief), Koyu Rankin (Atari), Edward Norton (Rex), Bob Balaban (King), Bill Murray (Boss), Jeff Goldblum (Duke), Kunichi Nomura (Kobayashi, le maire de Megasaki), Akira Takayama (Major-Domo), Greta Gerwig (Tracy Walker), Frances McDormand (L’nterprete Nelson), Akira Ito (Le professeur Watanabe), Scarlett Johansson (Nutmeg). 1h42.

En raison d’une épidémie de grippe canine, Kobayashi, le maire de Megasaki, ordonne la mise en quarantaine de tous les chiens de la ville, envoyés sur une île qui devient alors l’Ile aux Chiens. Le jeune Atari, 12 ans, le neveu du maire, vole un avion et se rend sur l’île pour rechercher son fidèle compagnon, Spots. Il est aidé par une bande de cinq chiens intrépides : quatre sont attachants (Rex, King, Boss et Duke) mais Chief est un rebelle.

De son coté, Tracy Walker, une jeune activiste américaine ayant un court permis de séjour, découvre qu’il s’agit d’une conspiration. Un vaccin existe en effet, mis au point par le  professeur Watanabe, bientôt assassiné. Mais le maire de Kobayashi, obnubilé par son amour des chats et la haine ancestrale de sa famille envers les chiens a décidé de se servir  de ceux-ci comme bouc-émissaires pour asseoir une autorité dictatoriale.

Alors qu’il croit que ses chiens robots sont venus à bout de  son neveu Atari, le maire voit celui-ci apparaitre en plein allocution télévisée. Il n’a d’autre choix que de révéler la vérité, d’annuler son décret d ‘exclusion envers les chiens et de  laisser le pouvoir à Atari. Celui-ci a laissé Spots vivre sa vie avec sa compagne, rencontrée sur l'île aux chiens, mais bénéfice de la protection de Chief, le jumeau de Spots qui a retrouvé son pelage lustré et l’amour des humains.

Réalisé en stop motion avec des figurines, le film use de tous les instruments de mise en scène d’un film avec acteurs. Sont au rendez-vous : panoramiques, travellings et zooms avant et arrière. Le tout est rythmé par la musique inspirée d’Alexandre Desplat. Un tel niveau de maitrise s’accompagne hélas d’un scénario sans mystère : un joli conte pour enfant où l’ironie s’éteint peu à peu à mesure que le jeune héros va gagner, et Chief, le chien rebelle, devenir un fidele compagnon.

Reste une esthétique fortement imprégné par le cinéma japonais, Wes Anderson a décidé avec L'Île aux chiens de rendre hommage à toute une série de réalisateurs japonais, et à la culture nippone en général. La plus grande influence du réalisateur étant Akira Kurosawa et en particulier ses films qui se déroulent dans un cadre urbain désolé comme L'Ange ivre, Chien Enragé, Entre le ciel et l'enfer et Les Salauds dorment en paix. Le visage du Maire Kobayashi est fortement inspiré par Toshirô Mifune, acteur fétiche de Kurosawa et star de ces quatre films.

Outre le cinéma japonais, Wes Anderson a également tiré son inspiration de deux maîtres de l’estampe de l’époque d’Edo au XIXe siècle, Hiroshige et Hokusai. Tous deux appartiennent au mouvement ukyio-e ("image du monde flottant") qui s’attache à saisir de brefs moments de plaisir en prenant pour thèmes les paysages naturels, les voyages lointains, la faune et la flore, les geishas et les acteurs de kabuki. Afin de préparer le film, Wes Anderson a réuni une vaste collection d’estampes et les dessinateurs ont exploré les immenses collections du Victoria and Albert Museum de Londres.

Le marionnettiste du film Andy Gent et son équipe ont confectionné pas moins de 1000 marionnettes : 500 chiens et 500 humains. Pour chaque personnage, les marionnettes étaient reproduites à 5 échelles différentes : très grand, grand, moyen, petit, et tout petit. Chaque marionnette d’un personnage principal a représenté quatre mois de travail.

Jean-Luc Lacuve le 10/05/2018.