Avec : Harvey Keitel (M. White), Tim Roth (M. Orange), Michael Madsen (M. Blonde), Steve Buscemi (M. Pink), Lawrence Tierney (Joe Cabot), Chris Penn (Eddie Cabot), Kirk Baltz (Marvin Nash), Randy Brooks (Holdaway), Edward Bunker (M. Blue), Quentin Tarantino (M. Brown). 1h39.
1992

Dans un bar, huit hommes décontractés préparent le hold-up d'une bijouterie. Plus tard, quand l'un d'eux, White, conduit Orange, un comparse gravement blessé qu'il tente de soulager, dans l'entrepôt où devait être partagé le butin, on comprend que ça s'est très mal passé. Ils sont rejoints par Pink, autre rescapé. Des questions surgissent : qui a prévenu les flics, déclenché l'alarme ? Pourquoi Blonde tirait-il partout ? Qui a trahi ? White revoit comment il fut engagé par un spécialiste, le vieux Joe Cabot, et son corpulent fiston, Eddie...

La panique prend White et Pink : que faire d'Orange, dont White a pitié ? Où est Joe ? Le ton monte ; ils se tiennent en joue quand surgit Blonde, et White l'accuse d'avoir tué sans nécessité. Orange, conscient ou évanoui, continue de baigner dans son sang. Pink les raisonne. Blonde annonce la visite de Joe et va dans sa voiture chercher une surprise, un flic vivant pris en otage. On nous montre comment Cabot a recruté Blonde, tout juste sorti de prison et etroitement surveillé par son controleur judiciaire.

White et Pink vont cacher les voitures et laissent le flic prisonnier avec Blonde, qui l'interroge : il lui découpe l'oreille au rasoir et l'arrose d'essence. Mais Orange abat Blonde avant qu'il aille plus loin et révèle au supplicié qu'il est le mouchard. On voit comment, avant de devenir Orange, il a appris son rôle avec soin grâce à son chef Holdaway qui lui a fait apprendre l'histoire des chiottes, une anecdote sur une histoire de deal. Puis comment il a préparé le hold-up, a gagné la confiance de White et, en parfait disciple, a été baptisé comme les autres par Joe Cabot d'un nom de couleur, pour des raisons de sécurité.

White et Pink reviennent, avec Eddie, et Orange explique qu'il a abattu Blonde, devenu fou. Eddie n'en croit rien et achève le flic torturé. Quand, enfin, le patron arrive, il crée un choc en disant que le traître, c'est Orange. Le père, son fils et White se rejettent les responsabilités, se tirent dessus en même temps et se blessent à mort, tandis que Pink tente de fuir. La police a cerné les lieux. White, à qui Orange demande pardon, accuse ce coup, qui risque d'être le dernier, et braque une arme sur la tête de son ami. Les policiers ouvrent le feu.

Reservoir dogs met en scène la brutalité la plus pure dans une mise en scène très sophistiquée. L'ironie (Joe entre deux défenses d'éléphant), l'excès volontaire (la mare de sang dans laquelle baigne Orange racontant son histoire), les décharges de violence qui laissent pantois (policiers abattus sans sommations) viennent déréaliser ce qui pourrait être du pur voyeurisme.

Une construction narrative très sophistiquée

Le coup de force le plus évident du film est de bouleverser la chronologie avec une ellipse qui évite de nous montrer ce qui aurait classiquement été la scène centrale d'un film de gangster, le hold-up, et quatre flash-back de nature différente qui ménagent adroitement le suspense.

Le premier flash back est endogène (débutant après le début du récit premier) et permet à Pink de raconter à White comment il est parvenu à fuir avec les diamants. Le second flash-back est exogène, pris en charge par White/Larry qui, intrigué par la remarque de Pink comme quoi Joe lui-même aurait pu les trahir, se remémore comment il a été engagé par lui. Le troisième flash-back est tout pareillement exogène racontant commet Vic Vega a été engagé mais il n'est pas pris en charge par ce dernier. Le flash-back est imposé par le metteur en scène comme une information objective sur ces trois truands (Joe, Eddie et Vic) très liés entre eux.

Le quatrième flash-back pris en charge par Orange/Freddy qui raconte son aventure à Marvin est le plus sophistiqué. Il est d'abord exogène racontant comment Orange s'est infiltré parmi les gangsters puis redevient endogène juste après le hold-up racontant le décès de Brown, l'exécution par White de deux policiers et la façon dont Orange prend bêtement une balle dans le ventre tirée par la jeune femme dont il veut voler la voiture et qu'il abat dans un geste de réflexe et d'effroi qui le consterne. Le flash-back se clôt classiquement sur la première séquence vue juste après le générique...sans que el hold-up ne nous aie jamais été montré.

Parole, musique et citations pour débrider la caméra

Le liant du film est constitué des paroles musiques et citations alors que la caméra se permet des mouvements très erratiques sans le moindre respect de la syntaxe cinématographique habituelle

La séquence initiale qui précède le hold-up et le générique voit se succéder trois conversations. La première est celle sur les vertus comparées de Like a virgin et True blue de Madona. Blonde propose une explication fleur bleue alors que Brown tient à son explication beaucoup plus crue : La violence sexuelle avec laquelle la jeune femme est prise par son amant lui rappelle la douleur ressentie lorsqu'elle a été déflorée. Suit uen dispute entre White et Joe au sujet du carnet de notes de ce dernier puis une discussion sur le pourboire que Pink refuse de donner. C'est l'occasion pour Tarantino d'une série de panoramiques autour de la table, gauche droite ou droite gauche qui alternent la distance, très proche ou relativement lointaine, avec les personnages.

pareillement, la musique diffusée par "K-Billy le super son des seventies" le duo des Stealer's wheel composé de Joe Egan et Gerry Rafferty enrobe la brutale séquence de torture

La violence sauvage dont font preuve Vic Vega, Eddie ou Joe ne les empêche pas de partager les mêmes références et les mêmes goûts que M. White, Pink et Orange animés par des passions plus humaines. Ces écarts sans cesse pris avec le classicisme relèvent peut-être du même romantisme qui voit coexister la violence la plus brutale chez White à son amitié inattendue pour Orange.



Jean-Luc Lacuve le 01/09/2009


Retour à la page d'accueil

Reservoir dogs
Genre : Film de gangsters
Thème : Flash-back