Chris Marker, pseudonyme de Christian-François Bouche-Villeneuve, est né le 29 juillet 1921 à Neuilly-sur-Seine. Après avoir suivi les cours de Philosophie de Jean-Paul Sartre, il rejoint la Résistance comme parachutiste pendant la Seconde guerre mondiale. Employé ensuite par l'Unesco, il parcourt le monde et rend compte de ses observations dans ses films et les revues auxquelles il collabore. Après un documentaire "subjectif" en 1952 sur les Olympiades, Olympia 52, il co-réalise un court métrage en forme d'essai avec Alain Resnais, Les statues meurent aussi, dénonciation acerbe du colonialisme.

Marker impose rapidement sa marque et devient l'un des grands rénovateurs en France du court métrage et du documentaire. En parcourant les pays socialistes, il filme de nombreuses images qui deviennent documentaires sur Pékin, la Sibérie ou Cuba, et se fait ainsi le témoin des changements majeurs du globe, tout en insérant sa propre vision dans ces boulversements.

Jeune romancier de talent, il fut également essayiste (on lui doit une étude sur Giraudoux) et créa la collection "Petite Planète" qui bouleversa le rapport texte-image tel qu'on le concevait dans l'édition : la mise en page s'inspirait du montage cinématographique.

Chris Marker est venu au cinéma par la littérature. Son livre "Coréennes", recueil de photos, annonçait déjà sa future conception du court métrage. Il fut l'un des artisans de la renaissance du court métrage qui devint, dès 1950, son mode d'expression privilégié. Resnais, avec lequel il réalisa son premier film, dit de lui :

"Il me paraît un personnage fascinant, à ma connaissance unique au monde. Je ne connais personne qui puisse avoir à la fois ce sens des problèmes politiques contemporains, ce goût du beau, cette espèce de joie devant la culture et devant l'art, cet humour, et qui arrive, lorsqu'il fait un film, à ne se séparer d'aucune de ces tendances." (Image et Son, avril-mai 63)


Solitaire, grand voyageur, attentif à l'évolution des idées, des hommes et du monde, Chris Marker obtient une renommée internationale La Jetée (1962), court métrage de science-fiction réalisé à partir d'images fixes et d'un commentaire en voix off.

Engagé dans l'aventure de Loin du Vietnam (1967), Chris Marker multiplie les activités cinématographiques collectives. Le groupe Medvekine naît d'une projection d'A bientôt j'espère (1967) . Une partie des ouvriers ne se reconnaît pas dans certains aspects du film. Marker décide donc que les professionnels du cinéma vont les former à se filmer eux-mêmes.

Ensuite, dès l'automne 1968, il fonde avec André Delvaux SLON (Service de Lancement des Oeuvres Nouvelles), "coopérative à la disposition de tous ceux qui veulent fabriquer des documentaires et qui partagent certaines préoccupations communes". Cette société de droit belge, pour la liberté, regroupe cinéastes, ouvriers et militants. En 1974, sur le même principe, Marker crée ISKRA de droit français pour les subventions. ISKRA a au moins deux significations : Images, Sons, Kinescope, Réalisations Audiovisuelles, et renvoie au premier journal fondé par Lénine, L'étincelle en russe (SLON signifiait éléphant )

Ce groupe se fit le témoin des événements de Mai 68 filmant grèves et luttes ouvrières : Classe de lutte (1969), Rhodiaceta, Sochaux, l'ordre règne à Simca ville, La grève des travailleurs de Lip..., courts métrages que supervisa Marker.

Il s'intéressa aussi à la vidéo : 2084 (1984), réalisé pour le syndicat C.F.D.T., à la Télévision : L'héritage de la chouette (1989) et à l'animation : Les astronautes, co-réalalisé avec Walerian Borowczyk.

Marker écrivit le commentaire de nombreux courts et longs métrages tels... A Valparaiso (Joris Ivens, 1963) et Kashima paradise (Yann Le Masson, Benie Deswarte, 1973) et collabora au scénario, au tournage, au montage, à la production de nombreux autres : Loin du Viet-Nam (1967), La bataille du Chili (1975-1976), La spirale (1975).

Dans ses longs métrages, il s'est fait historien, sociologue, ethnologue et poète, manipulant les mots, les idées, les sons et les images, livrant au spectateur une réflexion personnelle, originale, et inspirée sur le monde contemporain, ses problèmes et son avenir.

En 1997, il publie Immemory, un CD-Rom utilisant toutes les ressources du multimédia. Recueil numérique de ses différents travaux, c'est un objet de réflexion sur la mémoire.

Dans une interview donnée à Libération en 1999, Chris Marker confie : "Non seulement le multimédia est un langage entièrement nouveau, mais c'est LE langage que j'attendais depuis que je suis né. J'ai fait du cinéma et de la vidéo faute de mieux." Il met alors au point un univers virtuel, L'ouvroir (2007), destiné à fonctionner sur Second life. L'ouvroir à depuis été rapatrié sur Youtube. C'est sur cette plateforme que Chris Marker diffuse, à partir de 2007, ses derniers courts-métrages sans les signer...Ce qui excite la curiosité de ses fans dont nous sommes, prompts à voir sa patte dans les courtes vidéos mises en ligne sous le pseudonyme de Kosinki : Leila attacks (2007), l'extrait de la video utilisée pour L'ouvroir puis Guillaume movie (2008), Pictures at an exhibition (2009), The morning after (2009), Metrotopia.divx (2009), Tempo risoluto (2011), Royal polka.mov (2011), Overnight (2011), Imagine (2011), Kino (2011), iDead (2011).

En 2011, Chris Marker, avait été la tête d’affiche des 42e Rencontres d’Arles où il avait présenté plus de 300 travaux, ainsi que sa dernière série réalisée dans le métro parisien, Passagers (2008-2010). Il réalise aussi une installation vidéo The Hollow Men, qui a été présentée dans nombre des plus grands musées du monde à l'exception notable du Centre Pompidou à Paris.

Chris Marker est mort le dimanche 29 juillet 2012, le jour de ses 91 ans.

Bibliographie :

Eclipses revue de cinéma N°40.

Filmographie :

1952 Olympia 52
 

1h22. Documentaire sur les Jeux olympiques d’Helsinki.

   
1953 Les statues meurent aussi
  (coréal: Alain Resnais, 0h30)
   
1956 Dimanche à Pekin
 

0h22.

C’est une photo prise alors que le réalisateur était enfant qui introduit cette ballade dans les rues de Pékin depuis l’allée des tombeaux Ming. "C’est plutôt rare de se promener dans une image d’enfance..." Puis Marker prend des vignettes de la Chine dite "moderne" au cours d'une journée banale dans plusieurs quartiers de la ville : classe en plein air, bateleurs, opéra, marionnettes, scènes de gymnastique.

   
1958 Lettre de Sibérie
  1h02. Sur les mêmes images, trois commentaires différents sur le régime communiste : l'un élogieux, l'autre critique, le dernier n'ayant rien à voir avec la politique.
   
1959 Les astronautes
  Court métrage d'animation (0h15) coréalisé avec Walerian Borowczyk
   
1960 Description d'un combat
  1h00. Vision optimiste de la politique israélienne
   
1961 Cuba si
  (moyen métrage). Le 1er janvier 1960, La Havane fête à la fois l'anniversaire de la Révolution et le jour des Rois, qui est Noël. Dans la vitrine d'un magasin, des Rois mages prennent, par téléphone, les commandes de cadeaux des enfants. Une peinture murale célèbre d'autres Rois mages : Fidel Castro, Ernesto "Che" Guevara et Juan Almeida, apportant au peuple cubain l'industrialisation, la réforme agraire et l'alphabétisation....
   
1962 La jetée

Avec : Jean Négroni (Le narrateur), Hélène Chatelain (La femme), Davos Hanich (L'homme), Jacques Ledoux (Le scientifique). 0h28.

Ceci est l'histoire d'un homme marqué par une image d'enfance. La scène qui le troubla par sa violence, et dont il ne devait comprendre que beaucoup plus tard la signification, eut lieu sur la grande jetée d'Orly, quelques années avant la début de la Troisième Guerre Mondiale...

   
1963 Le joli mai

Coréalisé avec Pierre Lhomme. Avec : Yves Montand (Le narrateur). 2h16.

Paris, mai 1962. La guerre d'Algérie vient de s'achever avec les accords d'Evian. En ce premier mois de paix depuis sept ans, que font, à quoi pensent les Parisiens ? Chacun témoigne à sa manière de ses angoisses, ses bonheurs, ses espoirs. Peu à peu, se dessine un portrait pris sur le vif de la France à l'aube des années 60.

   
1964 Si j'avais quatre dromadaires
  0h49
   
1965 Le mystère Koumino
  0h54
   
1967 Les mots ont un sens
  (court métrage).
 
1967 Loin du Vietnam

Montage du film de onze segments de Joris Ivens, William Klein, Claude Lelouch, Chris Marker, Alain Resnais, Agnès Varda, Jean-Luc Godard montrant leur sympathie pour l'armée nord-vietnamienne lors de la guerre du Viet-Nâm.


   
1967 A bientôt j'espère
  En mars 1967 à Besançon, une grève éclate aux établissements Rhodiaceta qui font partie d'une chaîne d'usines de textiles dépendant du trust Rhône-Poulenc. Cette grève a pris un aspect inhabituel par son refus de dissocier le plan culturel du plan social
   
1968 La sixième face du pentagone
  (co-réal: François Reichenbach, court métrage).
   
1969 Jour de tournage
  (court métrage)
   
1969 Le deuxième procès d'Arthur London
  (court métrage)
   
1970 Carlos Marighela
  (court métrage)
   
1970 La bataille des dix millions
   
   
1970 On vous parle du Brésil
  (court métrage)
   
1970 Les mots ont un sens
  (court métrage)
   
1971 Le train en marche
  (court métrage)
   
1972 Vive la baleine
 

(co-réal: Maria Marret, court métrage). 0h30.

La baleine a d’abord représenté pour une partie de l’humanité un moyen essentiel de survie. Puis l’industrialisation est apparue, et avec elle le grand Capital. La chasse à la baleine est alors devenue un moyen de faire du profit. Le massacre pouvait commencer. Telle est l’histoire racontée dans ce documentaire sans effets ni fioritures. Chaque baleine qui meurt nous lègue, comme une prophétie, l’image de notre propre mort.

   
1974 La solitude du chanteur de fond
  1h00. Consacré à Yves Montand
   
1975 L'ambassade
  (court métrage)
   
1977 Le fond de l'air est rouge
Avec les voix de : François Maspero, Yves Montand François Périer Sandra Scarnati Jorge Semprún Simone Signoret. 4h00 puis 3h00.

Beauté de l'insoumission. Et cela, même si, jusqu'à présent, les révoltes ont été réprimées : noyée dans le sang (Mexico 1968) ou le désespoir suicidaire (Che Guevara 1967), détournée pour être institutionnalisée au profit d'un seul (Fidel à Cuba), d'une faction (Mao) ou d'une nomenklatura (le Kremlin), lucido bavarde (mai 68 à Paris) ou tragico silencieuse (août 68 à Prague), bourrée de bromure idéologique (l'union de la gauche). Le film se compose d'un montage de documents bruts qui couvrent la période de 1967 à 1977. Il est divisé en deux parties : les mains fragiles et les mains coupées.
   
1981 Junkopia
 

0h06.

Une journée de l’aube au soir, sur la plage d’Emeryville à San Francisco où des artistes non identifiés laissent, à l’insu de tout le monde, quelques signes fabriqués avec ce que la mer abandonne

   
1982 Sans soleil
 

Avec : Florence Delay , Alexandra Stewart , A. Bonfanti. 1h40.

Les lettres de Sandor Krasna, un cameraman free-lance, sont lues et commentées par une femme inconnue. Parcourant le monde, il demeure cependant attiré par ces deux "pôles" extrêmes de la survie, le Japon et l'Afrique, plus particulièrement, la Guinée Bissau et les îles du Cap Vert.

   
1984 2084
 

0h10. Video clip pour une réflexion syndicale et pour le plaisir. Chris marker lance un appel prohétique pour l'union des mouvements sociaux.

   
1985 From Chris to Christo
  0h25.
   
1985 AK
  (réalisé sur le tournage de Ran de Akira Kurosawa)
   
1986 Mémoires pour Simone
 

Récitant : François Perier. 1h01.

Hommage à Simone Signoret.

   
1989 L' héritage de la chouette
 

Téléfilm en 13 x 26' pour comprendre le monde contemporain à partir de ses sources dans la pensée grecque.

   
1990 Berliner ballade
  Film TV. Avec : Catherine Belkhodja. 0h25.
   
1992 Le tombeau d'Alexandre
 

Avec : Léonor Graser (la fille dinosaure), Nikolai Izvolov, Kira Paramonova, Viktor Dyomin, Yuli Raizman, Marina Kalasieva. 2h00.

Marker avait déjà consacré un court métrage à Alexandre Medvedkine, Le Train en marche, en 1971. Le cinéaste français retrace l’itinéraire de l’auteur du Bonheur (1934) dans sa relation à ses contemporains, et plus particulièrement à Dziga Vertov : « Vous vous battiez sur les mêmes fronts de propagande, vous aviez les mêmes ennemis, ce qui rapproche, à un moment vous habitiez le même immeuble, et pourtant tous les témoignages concordent, de toute votre vie vous avez à peine échangé quelques mots. » Marker interroge des témoins de la vie de Medvedkine mais aussi de Vertov, comme le cameraman Yakov Tolchan ou la documentariste Marina Goldovskaïa. Film sur l’amitié, Le Tombeau d’Alexandre est dédié à Jacques Ledoux, le fondateur de la Cinémathèque royale de Bruxelles. Son visage apparaît à travers une photographie de La Jetée où il interprétait le rôle du savant du camp souterrain.

   
1992 Le facteur sonne toujours Cheval
 

Film TV. 0h52.

   
1993 Le 20 heures dans les camps
 

0h28.

Au camp de Roska en Slovénie, des réfugiés bosniaques, dépouillés de tout ce qui leur appartenait, entreprennent avec l'aide technique d'une ONG de se réapproprier au moins l'information, en créant une télévision sur cassettes dotée de tous les éléments de la "vraie" télévision : présentateurs, jingles et piratage des émissions qui parlent d'eux.

   
1995 Casque Bleu
 

0h26.

Entretien avec François Crémieux, casque bleu dans la poche de Bihac en pleine guerre de Yougoslavie... Il tire de son expérience un bilan lucide, et d'une clarté exceptionnelle.

   
1997 Immemory

Découpé en sept zones (Voyage, Musée, Mémoire, Poésie, Guerre, Photo, Cinéma), le CD-Rom rassemble des images et des textes provenant de films, de photographies, d’extraits de programmes télévisés, de peintures, de gravures, d’illustrations, de poèmes pour une nouvelle représentation de la mémoire.

   
1997 Level five

Avec : Catherine Belkhodja (Laura), Nagisa Oshima, Kenji Tokitsu, Junishi Ushiyama, Shigeaki Kinjo (eux-mêmes). 1h46.

Dans la pièce d'un appartement, transformée en studio, une femme, Laura, et un ordinateur. Laura s'adresse à un interlocuteur invisible qui est peut-être l'homme qu'elle aime et qui est disparu. De lui, elle a hérité cette tâche : terminer l'écriture d'un jeu vidéo consacré à la bataille d'Okinawa, à la fin de la seconde guerre mondiale...

   
2000 Une journée d'Andrei Arsenevitch
 

0h55. Hommage à Tarkovski dans le cadre de la série Cinéastes de notre temps.

   
2001 Le souvenir d'un avenir
 

0h42. Vidéo à partir des clichés de la photographe Denise Bellon.

   
2004 Chats perchés
 

0h58. Désopilante et roborrative rétrospective de toutes les manifestations de rue entre avril 2002 (front anti-Le Pen) et l'été 2004 (guerre en Irak, foulard islamique..).

   
2007 L'ouvroir
  0h30.
   
2007 Leila attacks
 

0h01. Leila, la souris, attaque le chat.

   
2009 Guillaume movie
   
   
2009 Pictures at an exhibition
   
   
2009 The morning after
   
   
2009 Metrotopia.divx
   
   
2010 Chat écoutant la musique
   
   
2010 An owl is an owl is an owl
   
   
2011 Tempo risoluto
   
   
2011 Royal polka.mov
   
   
2011 Overnight
   
   
2011 Imagine
   
   
2011 Kino
   
   
2011 iDead
   
   
2012 Damon & Naomi
   
   
   
   
Retour à la page d'accueil

(1921-2012)
58 films et autres
   
2
4
histoire du cinéma : Pointes de présent