Loin du Vietnam
1967

Introduction : Sur des images de guerre et un entretien avec Fidel Castro, le commentaire définit la guerre du Viêt-nam comme une lutte des riches (les États-Unis) contre les pauvres (Viêt-nam).

Première partie :
1. Bomb Hanoï ! : La vie à Hanoï sous les bombes.
2. A parade is a parade ! Trois manifestations liées à la guerre du Viêt-nam : Humphrey à Paris, le Jour des anciens combattants à New York, le 1er mai à Wall Street.
3. Johnson pleure : Des comédiens vietnamiens donnent aux villageois le spectacle de la défaite américaine.
4. Claude Bidder : Un intellectuel monologue et fait entendre la voix de la mauvaise conscience avec des remarques acerbes sur la guerre d’Algérie…
5. Flash Back : Origines historiques de la guerre et déclaration d'Ho Chi Minh.

Deuxième partie :
1. Camera eye : Comment parler des bombes quand on ne les reçoit pas sur la tête ? Comment faire que la forme soit à l’intérieur du contenu ? « Créer un, deux, trois... de nombreux Vietnam »… en France cette nécessité prend la forme de grandes grèves.
2. Victor Charlie : Tom Paxton, dans une chanson, résume le but de la guerre des USA, puis puis Michèle Ray expose les conséquences de son reportage « de l'autre côté »
3. Why we Fight : Westmoreland commandant en chef des forces US au Vietnam expose la thèse officielle des États-Unis
4. Fidel Castro : Fidel Castro expose les principes de la guérilla et exalte l'exemple donné par les Vietnamiens.
5. Ann Uyen : Uyen, Vietnamienne de Paris et Ann, femme de Norman Morrisson, expliquent le sens du sacrifice du quaker américain.
6. Vertigo : Manifestation des pacifistes américains le 15 avril 1967 à New York.

Conclusion : La société des riches sent bien qu'elle a perdu la guerre contre les pauvres, mais cette guerre se poursuit et les bombes continuent à tomber.

 

 

un groupe de cinéastes (Joris Ivens, William Klein, Claude Lelouch, Chris Marker, Alain Resnais, Agnès Varda, Jean-Luc Godard) décide d’affirmer leur soutien au peuple vietnamien en lutte contre les USA et de provoquer une prise de conscience de l'opinion publique française.

Le but n’étant pas de réaliser un documentaire sur le Vietnam, mais d’ouvrir une réflexion sur cette guerre impérialiste, chacun réalise individuellement une partie comme autant de points de vue, rassemblées (montées) par Chris Marker pour un exposé collectif sur ce conflit.

Le film mobilisa six réalisateurs, sept reporters et cent-cinquante collaborateurs divers qui travaillèrent tous bénévolement et ne souhaitèrent pas signer individuellement les images ou les textes fournis à l'œuvre collective. On trouve dans le film des documents sur la guerre elle-même, des témoignages et des interviews. Le style reportage, très affectif (Joris Ivens) alterne avec des épisodes plus distanciés, provoquant questions et réflexions, de portée plus intellectuelle (Jean-Luc Godard).

Bien que son nom figure au générique, les images tournées par Agnès Varda ne furent pas conservées dans le montage définitif, supervisé par Chris Marker. " Mon sketch sera une femme qui vit à Paris et fait un petit délire, confondant la démolition des vieux quartiers du 20e avec un bombardement américain sur Hanoï". (in "Varda par Agnès"). Seules quelques-unes de ses images furent réinjectées dans le sketch de Godard.

Au printemps 1967, lors des réunions préparatoires au projet, un autre cinéaste avait proposé, quant à lui, de raconter la brève idylle entre un soldat américain et une prostituée de Saïgon. Sans doute jugé trop sentimental, le sujet fut collectivement écarté. Il émanait de Jacques Demy, le réalisateur de Lola.

Loin du Vietnam fut présenté aux festivals de Montréal et de New York, puis en avant-première à Besançon. Sorti sur les écrans parisiens en décembre 1967, il n'eut pas l'impact désiré. Son aspect factuel - construction éclatée, aspect saccadé, éternel balancement entre reportage et réflexion - dérouta un grand nombre de spectateurs. Plus grave : élaboré dans l'euphorie quelques mois plus tôt, le film semblait arriver trop tard. En six mois, la quasi-unanimité s'était faite autour de la condamnation du génocide des Vietnamiens

 

Retour à la page d'accueil

Film collectif de Joris Ivens, William Klein, Claude Lelouch, Chris Marker, Alain Resnais, Agnès Varda, Jean-Luc Godard