Nouvelle donne

2006

(Reprise). Avec : Anders Danielsen Lie (Phillip), Espen Klouman-Høiner (Erik), Viktoria Winge (Kari), Odd Magnus Williamson (Morten), Pål Stokka (Geir), Christian Rubeck (Lars), Sigmund Sæverud (Sten Egil Dahl). 1h45.

Depuis l'enfance, Erik et Phillip, unis par une profonde amitié, ont pour ambition de devenir écrivains. Alors que le manuscrit d'Erik est rejeté, celui de Phillip est publié et le jeune homme devient du jour au lendemain une figure de la scène culturelle norvégienne. Six mois plus tard, Erik et ses amis vont chercher Phillip à l'hôpital psychiatrique.

Entre-temps Phillip était tombé amoureux de Kari, l'avait emmené à Paris pour une folle idylle. Un stupide choc avec une voiture avait envoyé Phillip à par terre. Il s'était relevé apparemment indemne mais tout avait commencé à se détraquer et il était devenu autodestructeur. C'est pourquoi il avait du être interné à l'hôpital. Ses copains sont venus le chercher : Lars le leader du groupe rock Kommune, son jeune frère Morten, Geir le fasciste de façade, Erik qui traine un amour pesant avec Lilian. Certains aiment les films de Marguerite Duras, d'autres seulement le rock.

Six mois plus tard, Phillip a du mal à écrire alors que Erik est publié mais sans grand succès. Tous deux cherchent à rencontrer leur idole, l'écrivain Sten Egil Dahl. Phillip revoit Kari et tente avec elle la reprise ou une nouvelle donne de leur amour à Paris. Il s'obstine à décompter depuis 10 le moment du coup de foudre ou du changement pour un nouveau départ allant jusqu'a fermer les yeux dans la rue pour un nouvel accident. Erik encouragé par Phillip continuera d'écrire.

Une courte introduction lyrique et humoristique précède le générique. Différents destins des deux apprentis écrivains sont évoqués ainsi que la possibilité d'une œuvre littéraire à quatre mains, de la puissance de l'amour et de la révolution. C'est ensuite le destin de Phillip qui sert de fil rouge à la narration. Bloqué dans la création pour un deuxième roman, Phillip semble définitivement éloigné de la vie entière, de l'art comme de l'amour.