Les Mille et une nuits

1974

Voir : photogrammes

(Il fiore delle mille e una notte). Traduction littérale du titre : florilège des Mille et Une nuits. Avec : Franco Merli (Noureddine), Ines Pellegrini (Zoumourroud), Tessa Bouchè (Aziza), Ninetto Davoli (Aziz), Franco Citti (le génie). 2h09.

Six histoires enchâssées. 1 : L'histoire cadre est celle de Zoumourroud, l'esclave semi-affranchie, et de Noureddine, le puceau. Ils s'achètent mutuellement au début du film, vivent leur nuit de noces, sont séparés par bien des péripéties, avant de se retrouver miraculeusement au finale.

(2) : L'histoire du roi Haroun El-Rachid et de la reine Berhame, transposition des personnages principaux du Livre des Mille et une nuits (Shahryâr et Shéhérazade) sur des monarques nomades, qui font un pari sur l'amour entre un jeune garçon et une jeune fille, est censée être narrée par Zoumourroud, qui la lit dans un grand livre.

Noureddine, séparé par force de sa femme, écoute, chez la jeune Munis qui, après une autre femme, a ramené le garçon chez elle, l'histoire de Tagi et Dunya (3) qui contiendra elle-même les trois dernières histoires. Tagi rencontre d'abord Aziz qui lui narre sa propre aventure (4) : prêt à se marier avec sa cousine Aziza, Aziz tombe amoureux d'une inconnue, Boudour ; une relation cryptée se joue entre les deux femmes par-dessus sa tête ; il fait l'amour à Boudour pendant qu'Aziza se meurt par sa faute ; puis il est fait prisonnier pendant un an par une famille qui l'oblige à épouser une inconnue qui lui fait un enfant pendant ce temps ; il est, enfin, puni par Boudour pour avoir été inconscient des sentiments d'Aziza, martyr de l'amour.

Dunya (3) est à l'origine d'une toile peinte qui a transité entre les mains de trois femmes, Boudour, Aziza et la mère d'Aziz, avant d'arriver dans les mains de ce dernier. L'amour irrationnel qu'il porte à cette femem qu'il n'a vu qu'une seule fois, auteur, du dessin, est transmis immédiatement à Tagi, l'auditeur de l'histoire, que l'évocation de Dunya, qu'il n'a jamais vue, fait s'évanouir. Les deux homes tentent ensemble d'approcher Dunya, fille de roi qu'un cauchemar répété à convaincu de ne jamais s'approcher des hommes. Soudoyant le jardinier du royaume, personnage discret mais passeur essentiel du film qui tire la morale finale sur "la multitude des rêves", ils se font engager comme maçons mosaïstes, et pénètrent ainsi dans le jardin. Deux des ouvriers qu'ils engagent racontent leurs propres aventures, qui sont très précisément jumelles et inversées.

Shazaman (5), un prince dépouillé, tombe amoureux d'une jeune fille inconnue enfermée dans un souterrain, et violée tous els dix jours par un démon. Il est retrouvé par le démon (Franco Citti) grâce à ses babouches qu'il a, comme Cendrillon, oublié sous la terre. Le djinn coupe la fille en morceaux, emporte très loin Shazaman et le transforme en singe. Le singe savant recueilli par un roi, la fille de monarque brûle pour sauver le prince qui retrouve son apparence mais se dépouille et devient un mendiant.

Yunan (6), fils de roi, connaît un destin parallèle inversé, mais sur le versant homosexuel (par allusions assez claires). Il tue dans son sommeil un enfant enfermé dans un autre souterrain, précaution inutile due à un oracle qui l'avait condamné comme Œdipe, un fils de roi dans le lit duquel il couchait après avoir joué avec lui dans un bain.

L'histoire de Tagi et Dunya (3) se clôt par la réunion du couple grâce à la guérison de la jeune fille éclairée par la morale -tirée par le jardinier de la mosaïque indiquant que le pigeon mâle n'avait pas fuit mais avait été tué par un aigle.

Enfin l'histoire de Zoumourroud et Noureddine se termine par l'épisode du lion qui ramène le garçon dans la ville ou son "esclave" est devenu roi. Alors qu'il s'attend à se faire sodomiser, Zoumourroud lui révèle son identité.

Ce film marque une double rupture par rapport à toutes les adaptations antérieures des Mille et une nuits. Aucun des héros les plus populaires n'y est représenté. Ni Aladin, Shéhérazade, Sindbad ou Ali Baba n'y figurent. Le film est également tourné en décor naturel en Ethiopie, Yémen en Iran et au Népal.

Zoumourroud et Nur-Ed-Din sont bien des personnages des Mille et une nuits. Mais, dans le corpus des quelques 160 contes, Pasolini en sélectionne une dizaine, les plus érotiques et tous ceux où il est question de l'homosexualité qu'il recoud avec jubilation ("Toute la vérité ne réside pas dans un seul rêve mais dans plusieurs rêves" est-il dit en exergue du film) dans le projet politique évident de montrer que; dans les sociétés anciennes non corrompues par l'urbanisme bourgeois, l'amour était vécu librement.

Les Mille et une Nuits, après Le Décaméron et Les Contes de Canterburyachève ce que Pasolini appelle sa "Trilogie de la vie", que l'on peut résumer comme un hymne à la vie, à la jeunesse, à l'amour. Pasolini y revendique "Le pastiche", le collage de "culture haute" et de "culture basse". "La culture haute" correspond à une adaptation très intellectualisée de quelques uns des grands cycles narratifs de l'histoire de la culture et "la culture basse" correspond à l'érotisme populaire.