Elle et lui
1957
Genre : Mélodrame

(An affair to remember). Avec : Cary Grant (Nickie Ferrante), Deborah Kerr (Terry McKay), Richard Denning (Kenneth Bradley), Neva Patterson (Lois Clark), Cathleen Nesbitt (Grand-mère Janou). 1h55.

Nickie Ferrante et Terry McKay font connaissance sur le transatlantique qui les ramène de Naples à New York. Lui vient d'annoncer ses fiançailles avec une héritière en vue, Lois Clarke. Elle doit épouser Kenneth Bradley, un richissime Texan. Mais les circonstances les rapprochent : après avoir vainement tenté de s'éviter, ils tombent amoureux l'un de l'autre et décident de rompre leurs fiançailles respectives. Ils se retrouveront six mois plus tard au sommet de l'Empire State Building, à cinq heures précises. Nickie reprend ses activités de peintre et Terry, ancienne chanteuse, trouve un engagement dans un cabaret à Boston.

Le jour du rendez-vous, Nickie, arrivé le premier, attend sur la terrasse du gratte-ciel. Dans la rue, Terry, en retard, commet une imprudence : une voiture la renverse et la blesse grièvement. Sans se douter du drame qui vient de se dérouler, Nickie se croit abandonné. Le temps passe. Terry, paralysée, trouve un emploi de professeur de chant dans une institution pour enfants et Nickie peint pour oublier. Il exécute de mémoire le portrait de Terry... Ils se retrouveront le soir de Noël et c'est grâce à cette toile que Nickie apprendra le mal dont elle souffre et qu'elle s'évertuait à lui cacher. Ils décideront de ne plus se quitter...

Analyse de Jacques Lourcelles : " Le sujet réel du film, c'est l'importance et l'influence des sentiments sur le destin des personnages et sur la découverte qu'ils font d'eux-mêmes. A cet égard la scène capitale du film, quoique apparemment en marge de l'action, est celle de la visite à la grand-mère. Là, la triple convergence du sentiment amoureux (né sur le bateau), du sentiment religieux, discrètement abordé dans la scène de la chapelle), du sentiment familial (description du lien unissant Nickie à sa grand-mère) scelle l'union des deux héros et leur ouvre définitivement les yeux sur eux-mêmes. Cette scène, l'une des plus belles de l'œuvre de McCarey, contient aussi le thème de l'ermitage, paradis limité dans l'espace et protégé du monde, image de ce paradis intérieur que les personnages découvriront peu à peu à travers les sentiments qui les unissent à autrui et à l'univers. On notera que l'aspect mélodramatique, dans le sens le plus épuré du terme, naît pour l'essentiel des relations entre les personnages et que McCarey n'utilise la péripétie de l'accident matériel que très tard dans l'intrigue comme obstacle, comme révélation et comme confirmation ultime apportée à l'évolution intérieure des personnages."

 

Retour à la page d'accueil

Voir : photogrammes
Thème musical