La porte du diable

1950

Genre : Western

À la fin de la guerre de Sécession, Lance Poole, un riche Indien Shoshone surnommé "Poignard d'acier", regagne sa terre natale de Douce Prairie, dans le Wyoming. Il a le grade de sergent-major et porte la médaille d'honneur du Congrès, après avoir combattu vaillamment dans les rangs nordistes. La paix revenue, il souhaite s'installer comme éleveur, retrouver là ses racines et ses coutumes, ainsi que son vieux père, chef de la tribu. Mais sa famille est en butte aux provocations de certains Blancs qui convoitent les terres de Lance, possession ancestrale et véritable petit paradis situé derrière le défilé de la Porte du Diable.

Verne Coolan, un avocat véreux, pousse les cow-boys à s'en emparer, en mettant en avant une loi sur le remembrement, qui défavorise les Indiens. Une jeune avocate idéaliste, Orrie Masters, tente d'aider Lance et les Shoshones à faire valoir leurs droits.

Mais la haine et l'injustice sont les plus fortes. La requête de l'avocate est rejetée, les Blancs prennent prétexte d'un incident pour envahir Douce Prairie. " Un Indien qui perd sa terre perd son âme ; son cœur pourrit ", dit le patriarche avant de mourir. Toutes possibilités de dialogue étant épuisées, Lance, fort d'une expérience acquise dans l'armée, se résout à reprendre les armes, donne refuge aux siens sur son domaine et organise une défense acharnée et sans espoir contre les spoliateurs, puis contre l'armée, envoyée pour rétablir l'ordre. Les Indiens sont abattus. Et Lance Poole, blessé à mort, revêtu de son uniforme et portant sa médaille, s'effondre après avoir échangé un salut avec le lieutenant auquel il se rend

La porte du diable est le premier western d'Anthony Mann qui vient de passer à la MGM où il a rejoint Dore Schary qui produisait ses films policiers pour la RKO.

La porte du diable est réalisé en même temps, de juillet à septembre 1949, que La flèche brisée autre grand film pro-indien. Contrairement au film de Delmer Daves, réalisé en Technicolor, du point de vue de l'homme blanc et avec une grande confiance en l'homme, La porte du diable est vu par les yeux de l'Indien dans un noir et blanc âpre et expressionniste où domine Louis Calhern qui joue le méchant qui enclenche de manière impitoyable les mécanismes du racisme et de la mise à l'écart d'une minorité. Verne Coolan fait preuve d'une puissance tranquille et maléfique. Il est doucereux, ne parle pas fort, insinue la haine, le mépris et l'avidité. Photographié par John Alton, dont c'est la dernière collaboration avec Anthony Mann, il est souvent cadré au premier plan, bien déterminé à ne pas lâcher la partie de l'espace d'où il domine la situation. On retrouve ainsi les violents contrastes et la brutalité de ses films noirs précédents de Mann et Alton, La brigade du suicide (1948) ou Marché de brutes (1948).

Bronco Apache (Robert Aldrich, 1954) sera une variation sur ce film.

 

Test du DVD

Wild Side Video, juillet 2012. Master restauré Anglais Mono, Sous-titres : Français. DVD+livre : 30 €.

suppléments : La terre promise, le livre exclusif de 80 pages écrit par Bernard Eisenschitz (journaliste et historien de cinéma) et illustré de photos et de documents d'archives rares. Entretien avec Bertrand Tavernier, cinéaste, critique et grand spécialiste du western et Jean-Claude Missiaen, cinéaste (26') Bande-annonce d'époque - Galerie de photos rares - Liens internet.

 

Retour à la page d'accueil

(Devil's Doorway). Avec : Robert Taylor (Lance Poole), Louis Calhern (Verne Coolan), Paula Raymond (Orrie Masters), Marshall Thompson (Rod MacDougall), James Mitchell (Red Rock), Edgar Buchanan (Zeke Carmody). 1h24.
dvd chez Bach Films