Maldonne pour un espion

1968

Genre : Espionnage

Infiltré depuis dix-huit ans au coeur du MI.5, le service de contre-espionnage britannique, Alexander Eberlin est un agent soviétique qui, après avoir rendu d'inestimables services à sa patrie, n'aspire plus qu'à rentrer chez lui.

Mais les Russes ont trop besoin de lui pour accepter sa démission. Au cours d'une rencontre avec Fraser, son chef direct au MI.5, Eberlin est chargé d'abattre l'agent double responsable de la mort récente de trois espions anglais. Or, bien que la taupe infiltrée dans leurs rangs et connue des Anglais sous le nom de Krasnevin ne soit autre qu'Eberlin lui-même, Fraser désigne sur un film celui qu'il croit être l'agent double : Pavel, le contact d'Eberlin !

Eberlin rend visite à Pavel, qui s'adonne aux stupéfiants et, après quelques hésitations, décide de le tuer afin d'assurer sa propre sécurité. Mais Pavel est enlevé par des inconnus et Eberlin croit à une intervention des Russes.

À Berlin, où il a reçu l'ordre de se rendre en compagnie de l'inquiétant Gatiss, Eberlin est refoulé en tentant de passer à l'Est, puis il retrouve Caroline, une jeune photographe qui s'intéresse à lui et devient sa maîtresse, tandis que Gatiss contacte Sobakevich, le responsable de l'espionnage soviétique en Allemagne de l'Ouest, et lui offre cent mille dollars pour connaître l'identité de Krasnevin.

Pour protéger Eberlin, Sobakevich dénonce et fait assassiner Copperfield, un autre agent anglais. Mais au cours d'une rencontre lors d'une course automobile où doit lui être remis le solde de la somme, Sobakevich est abattu par Gatiss.

C'est alors qu'Eberlin comprend que les Anglais l'avaient démasqué depuis longtemps et l'ont utilisé à son insu pour piéger Sobakevich après avoir exécuté Pavel. À l'aéroport où ils doivent prendre l'avion pour retourner en Angleterre, leur haine mutuelle conduit Gatiss et Eberlin à s'entretuer, Gatiss fonçant sur Eberlin avec sa voiture tandis qu'Eberlin tire dans sa direction.

Situé entre Le rideau déchiré d'Alfred Hitchcock en 1966 et L'étau du même Hitchcock réalisé trois ans plus tard et avant La lettre du Kremlin (John Huston, 1970) et Le serpent (Henri Verneuil, 1973), Maldonne pour un espion, fait parti du quintette majeur des films d'espionnage traitant de la guerre froide.

Souvent sous-estimé, Maldonne pour un espion possède une intrigue aussi complexe que sa morale est désenchantée. Ce sont des données qui s'imposent dans le traitement du thème de la guerre froide au tournant des années 70.

Anthony Mann est victime de la crise cardiaque qui l'emportera lorsqu'il tourne les extérieurs du film à Berlin. C'est Laurence Harvey, l'acteur principal, très impliqué dans le projet du film, qui termine les deux semaines de tournages... mais sans la virtuosité dont fait preuve Anthony Mann au début du film.

Comme l'indique Patrick Brion lors de sa présentation pour le Cinéma de minuit le 18 juillet 2010 : "On comprend dès le générique que le monde de l'espionnage est un univers sans beaucoup d'espoir..."

Toute la partie en Angleterre est placée sous le thème de la mort en suspens depuis la scène initiale dans le cimetière avec le flash-back, flash mental où Alexander Eberlin se voit tuant un espion anglais. Avant que le corps frappé d'une balle mortelle n'entre dans l'eau, Eberlin revient à la réalité et voit le cercueil s'enfoncer dans la terre.

Cette obsession de sa mort prochaine tout autant que son absence d'identité pèsent sur Eberlin sur les quais de la Tamise, dans les sous-sols du MI 5 comme dans le château où il accepte sa mission.

Caroline, jeune héritière désenchantée qui recherche dans la photographie une échappatoire distanciée à son ennui est aussi transparente que lui mais sans aucun doute aussi innocente. Les costumes de Pierre Cardin et la musique de Quincy Jones participent à cette attente de la mort innocemment maniériste tout à la fois grave et superficielle tant elle est évidente et inéluctable.

Jean-Luc Lacuve le 21/07/2010.

Retour à la page d'accueil

(A Dandy in Aspic). Avec : Laurence Harvey (Alexander Eberlin), Tom Courtenay (Gatiss), Mia Farrow (Caroline). 1h47.