La veuve joyeuse
1934
Genres : Comédie sentimentale , Comédie musicale
(The merry widow). Avec : Maurice Chevalier (Le pronce Danilo), Jeannette Macdonald (Sonia), Edward Everett Horton. 1h40.

Lorsque la ravissante veuve Sonia quitte le royaume de Marshovie pour Paris, le roi est angoissé car Sonia détient 52 % du capital du pays. Sans les revenus de Sonia, le pays risque la banqueroute. Découvrant dans le boudoir de la reine, le (trop) séduisant Danilo, le roi le condamne au banissement... à Paris et le charge d'y conquérir le cœur de Sonia, faute de quoi il sera déféré devant une cour martiale.

A Paris, Danilo rencontre Sonia chez Maxim's où elle prétend être une des entraîneuses locales. Ils dansent ensemble et se sentent très attirés l'un vers l'autre. Ils se rencontrent à nouveau et, au grand bal de l'ambassade de Marshovie, Sonia croit que Danilo a feint de l'aimer pour mener à bien sa mission et elle rompt alors avec lui.

Danilo a échoué. Il passe devant une cour martiale et est convaincu de trahison. Le roi est persuadé que la fortune de Sonia est à tout jamais perdue pour la Marshovie et que les jours de la monarchie sont comptés. C'est alors que Sonia rejoint Danilo en prison où ils se marient.

Le 10 aout et le 25 septembre 1934, au pic de la croisade de la Légion de décence contre la violence et la sexualité au cinéma, Joseph Breen visionne avec Irving Thalberg le montage final de La veuve joyeuse.

La séquence du cancan est scrutée image par image et quelques coupes sont négociées, mais Breen ne trouve en gros rien à redire à cette adaptation de l'opérette de Lehár et lui accorde le "sceau d'approbation" tout fraichement créé.

La première a lieu à new York le 11 octobre. Quigley y assiste. Il est scandalisé par "les obscénités" qui émaillent un divertissement d'apparence innocent, preuve à ses yeux du "double jeu" de l'industrie et de l'aveuglement de Breen. "Si MGM réussit à exploiter ce film, d'autres du même genre suivront". Fort de sa nouvelle puissance l'éditeur catholique mobilise les évêques et les troupes de la légion de la décence, exige de Hays qu'il convoque Breen à New York. Ce dernier revoit le film avec le père Wilfried Parsons et Pat Scanlan (rédacteur en chef du journal catholique Brooklyn tablet). Il propose treize coupes pour rendre le personnage de Danilo "plus convenable aux yeux du grand public".

Dans cette conjoncture tendue, et face aux menaces sérieuses qui pèsent sur l'industrie dans son ensemble, Hays choisit de céder : le film ne sera pas distribué par les majors si les treize passages incriminés ne sont pas supprimés. Thalberg plaide encore dans un télégramme adressé au patron de la MPPDA "Je vous supplie d'épargner au film les sautes et les incohérences que vont produire les coupes". Rien n'y fait et il devra s'exécuter en modifiant l'ensemble des copies fournies aux exploitants. En revanche, il n'accédera pas à la demande du Hays office de reporter les coupes sur le négatif. C'est pour cette raison que nous pouvons voir aujourd'hui le film dans sa forme originale.

Francis Bordat a examiné les treize coupures. Neuf d'entre elles concernent les dialogues, quatre seulement les images.

La plus importante des coupes visuelle est celle qui rend difficilement compréhensible la sortie de Danilo de la chambre de la reine. Le roi s'est rendu compte qu'un amant était chez la reine puisque le ceinturon qu'il a récupéré n'est pas à sa taille. En rentrant de nouveau dans la chambre, il ferme à clé toutes les portes. Danilo réussit à le convaincre d'éviter le scandale et, alors que le roi et la reine, restent ensemble, il sort de la pièce. Les censeurs coupent le passage où Danilo sort une clé de sa poche, révélant qu'il a pris de longue date ses habitudes dans les appartements royaux. Dans la version censurée, l'adultère n'est ainsi pas prouvé... mais on se demande comment Danilo réussit à ouvrir la porte.

La seconde coupe visuelle concerne non plus l'adultère mais la prostitution. Est supprimé le clin d'oeil égrillard d'un client qui lève les yeux vers le haut désignant le fait de "monter à l'étage" à l'héroïne. Les charmes des filles et l'évocation tranquille de leurs prestations conduisent aussi les censeurs à écourter les retrouvailles de Danilo et de ses amoureuses et surtout à supprimer le plan où Marcelle fait glisser la jarretière de sa jambe (ce genre d'image restait courant avant 1934 -cette coupe est un peu une première) et celui où apparait l'inscription brodée "many happy returns" (à la prochaine).

Les coupes dans les dialogues concernent aussi les allusions à l'adultère et à la prostitution : la question de la reine sur l'heure à laquelle le roi pense rentrer "Est-ce que tu penses que [l'affaire que tu dois traiter] te prendra toute la nuit ?". Elle lui avait déjà demandé cela deux fois et le spectateur a bien compris ce qu'elle a en tête. La réponse du roi fait aussi problème car elle laisse entendre une lucidité désabusée qui s'accommode de l'infidélité patente de sa femme "Et dire que j'aurais pu épouser la fille du sultan !"Bonsoir ma chérie." Autre coupe sur l'adultère, la remarque de Danilo "J'ai du berner toutes sortes de maris" quand il se plaint de n'arriver à rien avec Sonia.
Deux coupes concernent le désir sexuel. Quand Sonia pour signifier qu'elle ne l'aime plus annonce à Danilo que "Fifi" est morte, l'idée qu'elle se suicide en se jetant dans un bain glacé et le commentaire de Sonia ("C'est fou ce que peut faire l'eau glacé") évoque trop manifestement le brûlant désir qu'elle a voulu réprimer. L'ambassadeur explique aussi à la reine dans un télégramme que "I know what to do, but I am too old to do it " (je sais ce qu'il faut faire, mais je suis trop vieux pour le faire. La mini coupe de "to do it", qui en anglais connote précisément l'acte sexuel va de paire avec le raccourcissement de la pause qui suit et empêche d'apprécier la drôlerie de l'association d'idée de la reine : c'est l'évocation (et la perspective alléchante) d'un rapport amoureux qui lui fait répéter sa question sur l'heure du retour du roi.

Source : Francis Bordat, Lubitsch et le code, in Positif n°595, septembre 2010.

Bibliographie : Richard Maltby, The production code and the Hays office, in Tino Balio, Grand design : Hollywood as a modern business enterprise, 1930-39, 1993.

 

Retour à la page d'accueil