Luttes en Italie

1971

Genre : Drame social

(Lotte in Italia). Avec : Cristiana Tullio-Altan (Paola Taviani), Paolo Pozzesi (le père, le policier, le narrateur), Jerome Hinstin (le jeune homme), Anne Wiazemsky. 1h02.

Le film retrace le parcours du personnage de Paola qui prend conscience de la difficulté à assumer prise de position théorique et pratique quotidienne. On lui impose le choix pour les militants intellectuels et d'origine bourgeoise d'aller travailler en usine pour développer la base ouvrière. Mais après ce choix, elle réapparaît dans la conclusion non plus comme un personnage mais pour déclarer : "Je suis une actrice et je parle à la télévision italienne". Il s'agit d'une démarcation vis à vis du groupe maoïste, une critique de l'intérieur. Le rôle d'un intellectuel, c'est de révolutionner sa propre pratique d'intellectuel et non de se nier et tant qu'intellectuel.

Luttes en Italie est l'adaptation d'un texte théorique, "Idéologie et appareils idéologiques d'état" de Louis Althusser, philosophe très influent au sein du milieu maoïste français. Le texte paraîtra en juin 70, dans La pensée, revue philosophique du parti communiste français mais, dès décembre 69, Gorin a obtenu le texte d'Althusser.

Le philosohe tente de définir théoriquement l'idéologie en relation avec la théorie marxiste de l'état. L'idéologie a une existence matérielle. Loin d'être abstraite, elle existe au travers de chacune de nos pratiques quotidiennes. Les militants doivent s'approprier cela. Gorin et Godard situent leur tâche dans le cinéma militant, non comme un acte d'agit-prop auprès du public le plus large mais, au contraire, comme un travail très ciblé pour un petit nombre de personnes. Il est destiné à élever le niveau de formation théorique des militants.

La commande est suscitée auprès de la Rai et absée sur la popularité de Godard. La Rai refusera de diffuser le film mais paie la commande sur la abse du contart initial. Godard et Gorin qui avaient la volonté de s'approprier l'outil audiovisuel n'arriveront ainsi jamais à diffuser, à atteindre les gens chez eux. La première du film a lieu en septembre 1970 au festival de Bergame.

Le film produit et diffusé en Italie (avec une version italienne doublée en français) est presque intégralement tourné à Paris et en particulier dans l'appartement de Jean-Luc Godard. Le séquences d'usine sont tournées à Roubaix et seulement quelque plans tournés en Italie pour montrer l'usine Fiat. Le film marque le début de la collaboration de Godard et Gorin avec Armand Marco qui sera le chef opérateur du groupe jusqu'à la fin.

Eisenstein avait rêvé de filmer Le capital de Marx. Pour filmer ce texte théorique Godard et Godin se veulent le plus simple et le plus clair possible. Les plans sont une sorte d'allégorie théorique avec un dépouillement, un resserrement sur des personnages ou des objets qui les fait parfois ressembler à du Bresson. Ainsi ce plan très étroit sur une assiette de soupe avec une paire de mains qui tient l'assiette et une autre main qui tient la louche qui va remplir l'assiette. La dépendance matérielle du personnage principal à sa famille est matérialisée par cette assiette de soupe remplie par une main différente de celle qui tient l'assiette. Chercher la forme la plus simple pour concentrer en un plan allégorique, une notion, un concept même s'il est rappelé en voix off. Est évoqué aussi la valeur changeante du plan selon qu'il est, ou non, entre deux plans de rapports de production.