Sur la route de Madison

1995

Voir : photogrammes
Genre : Mélodrame
Thème : transmission

(The bridges of Madison County). Avec : Clint Eastwood (Robert Kincaid), Meryl Streep (Francesca Johnson), Annie Corley (Carolyn Johnson) Victor Slezak (Michael Johnson), Jim Haynie (Richard). 1h34.

Carolyn et Michael Johnson reviennent sur les lieux de leur enfance à Madison County, dans l'Iowa, pour régler la succession de leur mère, Francesca. Ils apprennent que cette dernière souhaitait être incinérée, ses cendres devant être jetées depuis le pont de Roseman, le pont couvert des environs, au lieu d'être enterrée auprès de son défunt mari. Carolyn et Michael, sont révoltés par cette idée. Ils prennent connaissance du journal intime de leur mère et apprennent ce qui s'est passé en 1965…

Richard le mari de Francesca, et leurs enfants Carolyn et Michael étaient partis pendant quatre jours à la fête de l'Etat pour y exposer un taureau de concours. Francesca était donc demeurée seule. Peu de temps après le départ de sa famille, Francesca avait rencontré Robert Kincaid, photographe au National Geographic chargé d'effectuer un reportage sur les vieux ponts couverts de la région. Robert lui avait demandé la direction pour atteindre le pont Roseman. Francesca avait choisi de l'accompagner pour lui montrer le chemin.

Ils avaient commencé à parler. Robert s'était marié et avait divorcé. Francesca était née en Italie, à Bari. Robert lui avait offert un bouquet de fleurs et avait commencé à prendre des photos. Elle l'avait invité à venir prendre du thé glacé chez elle, puis l'avait convié à dîner. Francesca lui avait avoué avoir été professeur et qu'elle avait renoncé à ce métier pour se consacrer à Richard et à leurs enfants. Francesca et Robert s'étaient promenés et une certaine intimité - ils citaient Yeats- avait commencé à les unir.

Robert était reparti en ville et Francesca avait reçu un coup de téléphone de Richard. Francesca avait laissé sur le pont Roseman un mot destiné à Robert, une invitation… Le lendemain, Robert avait trouvé le mot de Francesca. Ils s'étaient retrouvés, avaient dansé ensemble et étaient devenus amants. Le jour d'après, il avait fait des photos d'elle. Elle lui avait donné une croix et ils étaient allés écouter du jazz dans un bar. Ils avaient passé la nuit à nouveau ensemble.

Michael est surpris et choqué par la découverte de cette liaison, tandis que Carolyn, de son coté, comprend combien son mariage à elle est un échec.

Francesca et Robert s'étaient brièvement opposés avant de s'embrasser. "Pars avec moi" lui avait demandé Robert. Francesca avait commencé à faire ses valises, mais elle ne pouvait se résoudre à laisser Richard aux prises avec les commérages que provoquerait son départ. Robert était alors parti dans la nuit. Richard était revenu. Peu de temps après, en ville, sous une pluie battante, Francesca avait revu Robert. Elle avait eu un moment l'intention d'ouvrir la portière et de le rejoindre, mais s'y était finalement refusée.

Richard était mort. Francesca avait reçu un paquet contenant les affaires de Robert, mort lui aussi. Il contenait notamment un album de photographies : Four days. Les cendres de Robert avaient été jetées depuis le pont Roseman. Carolyn et Michael décident alors de faire de même avec celles de leur mère tout en essayant de repartir du bon pied dans leur propre vie.

Mélodrame campagnard adapté d'un best-seller de l'écrivain Robert James Waller. Il raconte la brève aventure amoureuse, durant quelques jours de l'été 1965, dans une ferme perdue de l'Iowa, d'une fermière et d'un photographe effectuant un reportage sur les vieux ponts par la revue National Geographic.

1965 : moins de deux ans après le drame d'Un monde parfait. C'est l'année de l'assassinat de Malcolm X et du soulèvement du ghetto noir de Watts. Dans l'Iowa, cepandant, on vit presque comme au siècle précédent ainsi que l'indique le premier plan du film sur la boite aux lettres vieillie.

Dans ce film à l'étrange beauté romantique, les personnages des années 80, un fils et une fille, purs produits de l'Amérique reagano-bushienne, découvrent un bloc de temps à l'état pur enfoui par leur mère et ressuscité à sa mort. Le mouvement interne de Sur la route de Madison, c'est celui qui montre Meryl Streep se fabriquant des souvenirs par la grâce du photographe Clint Eastwood, et les cristallisant pour que leur pouvoir reste intact. Comme tous les grands films d'Eastwood, Sur la route de Madison est un film de revenants qui surgissent d'un passé oublié.

Dans cette méditation romantique, au sens le plus noble du terme, l'amour est justement ce qui permet au temps de révéler pour lui-même au-delà de la succession passé-présent-avenir. Sans avoir jamais à forcer le trait ou à hausser le ton, Clint Eastwood qui se peint en photographe, homme du regard qui refuse en toute modestie le statut d'artiste, atteint pourtant des régions bouleversantes où les mots, les récits autant que les coins sombres de l'image ou les gestes les plus purs nous font accéder à cette quatrième dimension du temps qui elle-même ouvre sur la cinquième dimension de l'esprit.