Le riche et fier Matteo Diaz aime et admire sa femme, l’altière Maria-Teresa. Mais celle-ci est infirme, et le bel Hidalgo trouve ailleurs les plaisirs qu’elle ne peut lui donner. L’épouse accepte avec tristesse et résignation cette situation. Un jour, Matteo aperçoit une petite sauvageonne, Eva, fille d’un “collabo” français, Marchand, réfugié en Espagne. Il la désire violemment, mais Eva, qui le trouve trop beau, trop riche, trop au-dessus d’elle, se montre d’une coquetterie appuyée. Elle n’hésite pas à danser de manière provocante dans le bouge que dirige Arabadjian. Matteo fait un premier éclat quand il constate qu’Eva, dans une pièce spécialement aménagée, danse nue devant des “connaisseurs”. De déchéance en déchéance, Matteo suit Eva, qui ne lui a toujours pas cédé, quand elle part avec la minable tournée d’Arabadjian. Complètement fou de jalousie, il gifle la jeune femme au cours d’un spectacle, et se collette avec le public. Il est emmené au poste de police. Quand il en sort, Eva est là qui l’attend. Maintenant qu’il a abandonné épouse, fortune, nom et honneur, Matteo est son égal, plus rien ne s’oppose à leur bonheur.

 

 

Retour à la page d'accueil

La femme et le pantin

Avec : Brigitte Bardot (Eva), Antonio Vilar (Matteo), Espanita Cortez (Maria Teresa), Michel Roux (Albert), Lila Kedrova (Manuela). 1h40.

1958