L'oeil du diable

1960

Voir : photogrammes du film

(Djävulens öga). Avec : Jarl Kulle (Don Juan), Bibi Andersson (Britt-Marie), Stig Jarrel (Satan). 1h27.

"La chasteté d'une jeune fille, c'est un orgelet dans l'œil du diable" dit un dicton à l'origine incertaine, suédoise d'après les uns, irlandaise selon d'autres. Quoi qu'il en soit, c'est bien un orgelet que se découvre Satan un beau matin à son réveil. "Quoi?", se dit le Malin "alors que le genre humain est en proie à la débauche, il resterait quelque part un cœur pur, une enfant sans tâche, une vierge?". L'idée en est insupportable au Seigneur de la nuit qui dépêche immédiatement sur terre un de ses dévoués séides, Don Juan, avec la mission de mettre fin à cette intolérable situation.

La "coupable" est fille d'un pasteur, elle s'appelle Britt-Marie. L'homme de Dieu est totalement voué à son sacerdoce; il préfère en particulier tenir enfermé un démon dans un placard plutôt que de remplir son devoir conjugal comme le lui demande son épouse, contrainte alors de céder aux douces "pressions" de Pablo, le valet de Don Juan. Ce dernier est l'objet de flatteuses sollicitations de la part d'innombrables et splendides prétendantes qui trouvent toujours le moyen de lui échapper le "bon" moment venu. C'est aussi ce que fera Britt-Marie qui, le soir de ses noces, guérira l'orgelet du Diable sans le concours de Don Juan qui reviendra aux Enfers, mission accomplie, bien qu'ayant échoué sur toute la ligne !

"Le mariage reste la base sûre de l'enfer, notre pièce de résistance."

 

 

critique du DVD
Editeur : Opening. Novembre 2007. VOST
critique du DVD

Edition double DVD avec Sourires d'une nuité d'été dans le coffret Bergman