Les communiants

1963

Voir : photogrammes du film

((Nattvardsgästerna). Avec : Gunnar Bjornstrand (Tomas Ericsson), Ingrid Thulin (Marta Lundberg), Max von Sydow (Jonas Persson). 1h21.

En ce dimanche de novembre, un vent froid et humide souffle sur un petit village. À l'église, le pasteur Thomas Ericsson célèbre l'office en présence de quelques rares fidèles.

Après la cérémonie religieuse, le pêcheur Jonas Persson et sa femme viennent à sa rencontre. Jonas lui fait part de ses inquiétudes face au "péril jaune" et aux menaces de guerre nucléaire. Le pasteur ne lui répond que par des formules vagues, mais Jonas promet de revenir le voir, seul à seul.

Thomas parle de cette visite à Marta, l'institutrice devenue sa maîtresse après la disparition de sa femme. À sa foi ébranlée, Marta répond par un discours athée. Lors de leur rencontre, Thomas fait part de ses doutes et de son désarroi à Jonas ; celui l'écoute mais repart désemparé.

Peu de temps après, on apprend au pasteur que le pêcheur vient de se suicider. À l'école, Thomas se montre agressif envers Marta, il refuse la prévenance étouffante qu'elle lui a toujours prodiguée en signe d'amour. Malgré sa peine, elle l'accompagne chez Karin Persson pour lui annoncer la mort de son mari. En chemin vers une autre paroisse, Thomas Ericsson avoue à Marta que sa "vocation" de pasteur lui a été imposée par ses parents. Devant Marta, pour seule fidèle, Thomas célèbre son second office de la journée, priant un Dieu qui lui est de plus en plus étranger, recherchant une nouvelle foi.

Jacques Aumont :
"
Le cinéaste l'a souvent dit : c'est à ses yeux le film charnière par excellence, celui où il dit adieu à la religion et à la foi où tranquillement il se déclare incroyant et irréligieux. C'est dans sa construction, le plus classique de Bergman. Unité d'action, de temps et presque de lieu : en quelques heures, un dimanche, et de l'une à l'autre des deux églises dont il a la charge, un pasteur perd et retrouve la foi au prix d'un homme et peut-être d'une renonciation définitive à l'amour. Et comme dans le théâtre classique, les actions violentes ont lieu dans les coulisses n'existant pour nous que racontées : les plaies saignantes de Marta, le suicide de Jonas. "

critique du DVD
Editeur : Opening. Novembre 2007. VOST

Edition double DVD avec Sensualité dans le coffret Bergman