Cet appareil permet de visionner les films enregistrés par le kinétographe après développement et tirage des copies positives .

Le Kinétoscope (du grec kinetos, en mouvement, et skopein, examiner) est mis au point par Laurie Dickson, toujours d'après les croquis d'Edison. C'est une grosse boite en bois à l'intérieur de laquelle les photogrammes du film sont grossis par un système de loupes et sont vus au travers d'un œilleton. La bande se déroule en continue, la lecture du mouvement est assurée, comme avec un stroboscope, par un éclairement bref de chaque photogramme grâce à un obturateur rotatif passant devant une lampe.

   

En 1893, après que George W. Eastman et qu'Hannibal Goodwin aient apporté des améliorations aux kinétoscopes, Edison ouvre les Kinetoscope Parlors, salles où l'on pouvait visionner pour 25 cents une série d'images. La premier est inauguré à New York puis d'autres s'ouvrent aux États-Unis et en Europe (Paris, Londres,...).

Edison tire ainsi, grâce à ces précurseurs des salles de cinéma, d'immenses bénéfices.

Retour à la page d'accueil

Le kinétoscope
1893