Le criminel (Orson Welles, 1945)
Le fils de Saul (László Nemes, 2015)

Dès sa prise de fonction, le procureur général américain Robert H. Jackson, chargé par le Président Truman de mettre en place le Tribunal Militaire International qui va juger les dignitaires nazis (TMI), sollicite la Field Photographic Branch (FPB) crée par John Ford sous l'autorité général Donovan, directeur de l'Office of Strategic Services (OSS) en vue de recueillir des images comme preuves, de filmer le procès à venir et d'en expliquer les enjeux. Ce dernier point fera l'objet de That justice be done, un film de dix minutes réalisé par Ray Kellogg en 1945.

Les camps de concentration Nazi, document américain de près d'une heure est supervisé par Georges Stevens et Ray Kellog. Ce film a été tourné pour attester les découvertes des armées alliées lorsqu'elles pénètrent dans les camps de concentration et projeté comme preuve lors du procès de Nuremberg. Il comprend des séquences des camps de Leipzig, Penig, Ohrdruf, Hadamar, Breedonck, Nordhausen, Hanovre, Arnstadt, Mauthausen, Buchenwald, Dachau et Bergen-Belsen). Les plans montrant des corps et des survivants révèlent l'ampleur des crimes nazis.

Todesmühlen, réalisé sous le contrôle de l'Army Signal Corps, est destiné à être montré aux Allemands et aux Autrichiens lors de la campagne de dénazification alliée de 1946-1948. Combinant des images soviétiques, polonaises mais également des sources américaines, il montre ce que les Alliés découvrirent lors de la libération des camps.

Les images des camps de concentration filmés à leur libération sont montrées au lendemain de la guerre et suscitent une grande émotion aux Etats-Unis. Dès 1945, Orson Welles montre un extrait de Les camps de concentration Nazi dans Le criminel.

Malgré cela, elles sont pourtant rapidement rangées dans les archives. La barbarie nazie est passé sous silence dans la culture américaine sans doute parce que les Etats-Unis souhaitent réhabiliter l'Allemagne de l'après-guerre et la transformer en une société moderne, démocrate et ouverte aux produits américains.

Seules quelques œuvres mineures abordent le silence des rescapés des camps : Les anges marqués (Fred Zinnemann, 1948) aborde le silence d'un enfant de neuf ans, rescapé des camps, muré dans son mutisme.

Singing in the dark (Max Nosseck, 1956) : un homme tellement marqué par les camps qu'il en est devenu amnésique, mais il saura pourtant chanter les beautés de la vie.

Sous le Maccarthysme, judaïsme, communisme et Hollywood sont étroitement imbriqués dans l'esprit des Américains. Aussi les studios se gardent bien de faire des films sur le génocide juif.

En 1959, Georges Stevens réalise Le journal d'Anne Frank. Le livre s'est alors déjà vendu à des millions d'exemplaires dans le monde et le film est adapté d'une pièce à succès de Broodway. Anne Franck n'est pas décrite comme juive. Elle est la victime universelle des nazis. le film raconte surtout la vie d'une jeune fille qui devient adulte plus qu'il ne s'interroge sur les conditions de sa mort.Le public ne semble pas encore près à voir ce qui arrive à Anne Franck après son arrestation. Stevens prévient qu'il ne veut pas s'aventurer dans des zones trop pénibles. Il ne montre qu'allusivement un camp de concentration dans la séquence du rêve. Le final off "Je continue à penser malgré tout que les hommes sont foncièrement bons", typiquement américain ne peut être une conclusion acceptable.

Jugement à Nuremberg (Stanley Kramer, 1959), pièce de théâtre puis film TV signée Abby Mann basé sur le véritable procès de magistrats allemand à Nuremberg en 1947 les juges qui auraient du protéger le peuple ne l'ont pas fait mais qui st coupable ? Tout le peuple allemand est-il coupable ou seulement certains d'entre eux ? Y-a-t-il des degrés de culpabilité ? Image héroïque des américains envoyés en Europe pour rétablir l'ordre et la justice. Distribution prestigieuse mais la vedette est le film dans le film, images de la libération des camps et présentées à Nuremberg en 1947. La séquence montre ce dont on parle jusque là tout restait abstrait.

Le prêteur sur gage (Sydney Lumet, 1965), un rescapé de la shoah, Sol Nazerman, essaie de refouler ses souvenirs. Ceux-ci interviennent par flashs d'une seconde puis deux, trois, quatre avant de retrouver le passé. Le film tente de reconstituer la vie dans un camp de concentration. C'est un sujet que le spectateur ne découvre pas par le biais du film : il sait que c'est vrai et que cela s'est déroulé à une grande échelle


A la fin des années 60, la sensibilité à la Shoah se répercute même dans la comédie musicale (les producteurs 1967). Les images de la shoah peuvent illustrer une histoire secondaire (Harold et Maud, Cabaret)


Les militants des droits civils aux Etats-Unis comparent leur sort à celui des juifs de la shoah. Le modèle d'assimilation dans le grand moule américain est dépassé. Ils revendiquent les particularismes ethniques. En 1977, dix ans après l'apogée des droits civiques, ABC diffuse Racines sur l'esclavage et, une semaine après, NBC Holocauste, programme de neuf heures reproduit toute l'histoire de l'Allemagne nazie depuis la nuit de cristal en 1938 jusqu'aux camps de la mort en passant par le soulèvement du ghetto de Varsovie en passant par le prisme d'une famille juive allemande assimilée famille américaine typique des gens venus d'ailleurs qui s'adaptent à une nouvelle culture diffusé en 1978 quatre soirs de suite vu par un américain sur deux

Dans le New York Times, Elie Wisel écrivait la banalisation de la shoah moralement discutable et indécent il ne s'agit pas juste d'apporter un témoignage mais de la façon dont on le fait toute représentation de la shaoh quelle qu'elle soit banalise un événement qui dépasse toute forme narrative traditionnelle. Cela creuse un fossé entre la représentation qu'on en a fait et la réalité historique. C'est un mélo qui ne montre pas toute l'étendue de l'horreur ni l'héritage qui a péri dans l'holocauste.

Les coupures de publicité prêtent le flanc au soupçon de commercialiser la shoah En allemagne, le feuilleton sera suivi par plus d'un tiers des allemands et le gouvernement allonge le délai de prescription pour les criminels nazis. Plaisanterie cynique : le feuilleton Holocauste a plus d'impact que l'original.

 

1979, Kitty retour à Auchwitz


1982 : Le choix de Sophie de Alan Pakula, adapté de William Styron. Survivante polonaise non juive qui vit dans le Brooklyn de l'après guerre Sophie, a dû choisir entre ses deux enfants lequel sera exécuté par les nazis.


1988 : Les orages de la guerre (War and remenbrance de Dan Curtiz) programme T.V. de ABC. Série de 30 heures beaucoup plus crue, adaptée d'un best-seller d'Hermann Hook. Les Américains se sont endurcis avec la guerre du vietnam pour retenir leur attention, il fallait montrer des images crues : reconstitution des voies ferrées jusqu'à Auchwitz pour faire entrer le train et du four crématoire à 50 mètres du véritable four.

1993 : La liste de Schindler de Steven Spielberg

Schindler est un allemand qui croit pouvoir composer avec les nazis puis se rend compte de la réalité prend ses distances et devient un véritable héros. Caractère cru et fortuit de la violence l'excès de violence banalise la force du film réside plutôt dans sa retenue au lieu de montre la brutalité il montre les cendres dans le ciel pas de couleur Pas de grue pas d'effet spéciaux le manteau rouge c'est la description qu'en fait Thomas kinnely dans son film quand Schindler est sur son cheval et qu'il assiste à l'évacuation du ghetto de Cracovie, il se rend compte que dans cet environnement monochrome personne ne remarque la couleur la plus voyante. Le film fourmille de scènes des centaines de témoignages film sur l'espoir 1232 juifs ont survécus le message d'espoir est contesté celui qui sauve une vie sauve le monde entier mais transparence et surtout musique


2002 : Le pianiste de Roman Polanski. Rédemption du personange et triomphe de la vie avec la perspective d'un dénouement heureux : le public doit s'accommoder de tout ce qu'il voit à l'écran même la shoah.

 

Bibliographie :

Films montrant le processus d'extermination des juifs d'Europe par les nazis
       
Le fils de Saul László Nemes France 2015
Auschwitz, premiers témoignages Emil Weiss France 2010
La shoah par balles Romain Icard France 2008
Nuremberg, les nazis face à leurs crimes Christian Delage France 2006
Le pianiste Roman Polanski France 2002
Sobibór, 14 octobre 1943, 16 heures Claude Lanzmann France 2001
Histoire(s) du cinéma Jean-Luc Godard France 1999
La vie est belle Roberto Benigni Italie 1997
La liste de Schindler Steven Spielberg U.S.A. 1993
Hotel Terminus Marcel Ophuls France 1988
Falkenau, vision de l'impossible Emil Weiss France 1988
Shoah Claude Lanzmann France 1985
Auschwitz, l’album, la mémoire Alain Jaubert France 1984
Le prêteur sur gage Sydney Lumet U.S.A. 1965
La passagère Andrzej Munk Pologne 1963
Kapo Gilles Pontecorvo Italie 1961
Le temps du ghetto Frédéric Rossif France 1961
L'enclos Armand Gatti France 1961
Nuit et brouillard Alain Resnais France 1955
Le criminel Orson Welles U.S.A. 1945
Todesmühlen Hanus Burger U.S.A. 1945
La croix gammée et la potence Kazimierz Czynski Pologne 1945
Les camps de concentration nazi George Stevens U.S.A. 1945
That justice be done Ray Kellogg U.S.A. 1945
Majdanek : Cimetière de l'Europe Aleksander Ford Russie 1944