DVD coffretCoffret Monte Hellman
coffret 4DVD également diponibles en éditions collector 2DVD
DVD Macadam à deux voies
DVD Monte Hellman
 
(analyse )
     

 

Editeur : Carlotta-Films. Janvier 2008. Nouveau Master Restauré Haute Définition supervisé et approuvé par Monte Hellman . V.O.S.T.F. Dolby Digital 5.1 – DTS 5.1 plein débit & mono d’origine 1.0 . Format 2.35. Commentaire audio de Monte Hellman et du producteur associé Gary Kurtz (V.O.S.T.F.). Bandes-annonces (d’époque et ressortie 2005)

DVD 1 : Macadam à deux voies

DVD 2 :

  • Le paradoxe Monte Hellman (26 mn) Jean-Baptiste Thoret, critique de cinéma, revient sur la carrière de Monte Hellman et sur la genèse du film.
  • Point mort ! (26 mn) Un commentaire personnel de Jean-Baptiste Thoret autour du film, de ses thèmes et de l’héritage Monte Hellman.
  • On the road again : retour sur Macadam à deux voies (2007 – Couleurs - 42 mn) Accompagné d’un groupe d’étudiants, Monte Hellman revient sur les lieux du tournage de Macadam à deux voies et y évoque de nombreux souvenirs.

DVD 3 : The Shooting, L'ouragan de la vengeance

DVD 4 : Cockfighter.

  • Hellman Rider (1989, 43 mn). Monte Hellman, sa vie et ses films par lui-même.
  • Plunging on alone : Monte Hellman's life in a day, le documentairede référence sur l'oeuver de Monte hellman réalisé par Paul Joyce
  • Bande annonce

 

The Shooting
L'ouragan de la vengeance
   
Macadam à deux voies
Cockfighting

 

 

Le paradoxe Monte Hellman (26 mn) Jean-Baptiste Thoret

Le plus moderne des cinéastes américains européen et, en même temps féru de cinéma de genre. Il monte Godot de Beckett dans la salle de théâtre codétenue par Roger Corman. Après une carrière de Script doctor, il réalise quelques films de genre puis Shooting et L'ouragan de la vengeance, coproduits et coécrits par Nicholson. Il apparaît alors comme une sorte d'Antonioni du western et Nicholson va montrer les films à Cannes quand Corman refuse de les diffuser.

Hellman désactive la narration. Ce n'est pas un film à thèse pour déconstruire le western mais un retour aux principes basiques : manger, soigner les chevaux, dormir.

Avec Monte Hellman, on est toujours au bord de l'ennui. Il dit facilement "Action" mais pas "Coupez" et la scène dure plus longtemps que de coutume. On ne regarde plus un personnage ou une histoire mais un personnage en train de faire quelque chose. Ce qu'on ressent, c'est l'idée du temps qui s'écoule.

Le scénario initial de Will Cory racontait l'histoire du mécanicien qui tombe amoureux d'une fille qui les poursuit avec sa petite voiture. Un road movie digne de Walt Disney pense Hellman qui ne garde que les motifs des courses de voitures, du pari et d'hommes intégralement dévoués à une tache professionnels qu'ils savent bien faire et se livrent à des rituels

Ces personnages qui échangent sur leur savoir-faire technique sont sans passé. "Ce n'est pas mon problème" affirme le driver à GTO qui tente une nouvelle fabulation. Ce sont des personnages qui ne sont pas intéressés par la relation à l'autre ou par la société américaine. Ils traversent le pays comme des autistes. On ne saura rien non plus de leur futur. La fille porte sa maison avec elle. Elle ne veut s'attacher à aucun des garçons. "No good" répond-elle à leurs propositions. Elle est l'authentique rebelle qui incarne la contre culture. Libre de ses attaches, elle ne veut pas choisir, et part avec un motard de passage.

Après l'échec du film, Hellman participe comme scrip docteur ou metteur en scène de la seconde équipe à de nombreux films dont Robocop, Avalanche express. Reconnu par ses pairs, vénéré par des fans, il ne connaitra jamais le succès public. JF Stevenin et Gerry et son évanouissement du personnage dans le paysage sont ses héritiers.


Point mort ! (26 mn). Un commentaire de Jean-Baptiste Thoret

Promesse d'un succès, rencontre, hippies, courses clandestines, retraverser l'Amérique en sens inverse de la conquête de l'Ouest pour reculer dans sa propre histoire.

Mais refus de la rencontre explosive entre hippies et les policiers, représentants de la majorité silencieuse. Le film reste au point mort et ne semble jamais démarrer.On ne sait pas si la course est gagnée ou pas ; la course se fait en partie avec la voiture de l'autre.

La jalousie de GTO dégorge de fictions que le film se refusent à produire. Il est le représentant de la soif de fiction, de séduction propres du cinéma américain.

Introduction d'un homosexuel, Stenton, pour prouver affirmer que les deux héros sont hétérosexuels. GTO ne dit pas qu'il est hétéro. Avec son image au ralenti, la pellicule brûle, le film ne se termine pas. Cela rappelle la remarque du mécanicien au driver à propos de la fille :"Elle va te brûler". La fille représente cette altérité à laquelle il ne s'attendait pas. La perte est pour lui irrémédiable. La fin est sans doute un suicide déguisé.

Le film est trourné entre le début de la fin de la guerre du Vietnam et l'affaire Charles Menson qui jette un voile noir sur les hippies. Entre Easy rider et Taxi driver où De Niro est enfermé dans sa bulle voiture et délire le monde des années 70.

On the road again : retour sur Macadam à deux voies (42 mn)

L'agent de Monte Hellman lui fait rencontrer le Producteur Michael Laughlin qui veut qu'il réalise deux films : The Christian Licorice store et Macadam. Le premier film ne lui plait pas mais l'idée du second oui. Initialement prévu pour CBS, refusé par la MGM, c'est Universal qui accepte pour 950 000 dollars, finalement 875 000 de le produire avec The las movie de Hopper, L'homme sans frontière de Peter Fonda, Taking Off de Milos Forman, The diary of a mad housewife. Prévu pour 750 salles, le film sort lors du pont du 4 au 7 juillet....

Hellman Rider (1989, 43 mn). Monte Hellman, sa vie et ses films

Amiens France 1988. dans une voiture dit qu'il faut être fou et avoir de la patience pour faire des films. Evoque rapidement toutes sortes de sujets : le road movie, les acteurs de macadam cow-boys, sa carrière, Sam Peckinpah...

Plunging on alone : Monte Hellman's life in a days

1986. Monte Hellman à Los Angeles entre deux voyages au Japon ou en Europe. Une journée entière où il parle à un mai.

Il parle des livres de cinéma qui l'ont influencés : Film Acting de Poudovkine et Theory of film, or redemption of a physical reality de Kracauer. Le cinéma ne transforme pas la réalité pour en faire de l'art mais se contente d'enregistrer la réalité. Kracauer remarque que les analyses habituelles des gens ne chrechent pas à cerner la réalité. Au contraire, ces discours prétrendument analytiques cherchent à supprimer toute vision personnelle de la réalité. Ils recouvrent la réalité d'un rideau de fantasmes. Peu importe que la réflexion soi faussée, elle sert de tranchée.

certains films sont de l'évasion pure. On n'a pas à faire face à la réalité. D'autres films nous plongent au chœur de notre existence accéder à ce qu'Aristote cherchait au théâtre : la pérennité de la peur et de la pitié.

 

Carlotta-Films
 
présente