Dans la plupart des prises de vue, le rectangle de la caméra est "de niveau" avec celui du sol. Si l'on oriente le grand axe de la caméra vers le bas ou vers le haut, on obtient respectivement un cadre en plongé ou en contre-plongée. Si l'on oriente le petit axe de la caméra de travers, on obtient des cadres "débullés", où la "bulle" d'un niveau à eau n'indique plus l'horizontalité.

Les plans débullés : justifiés, humoristiques ou inquiétants

Le plan débullé est souvent donné avant qu'il ne soit justifié par la position du personnage regardant.

Les enchaînés (Hitchcock, 1946) :
Cary Grant dans un cadre débullé
... car Ingrid Bergman à la tête à l'envers
après la soirée alcoolisée

Son exagération produit un effet comique dans Docteur Jerry et mister Love (Jerry Lewis, 1963) lorsque Julius Kelp (Jerry Lewis), coincé à l'horizontal dans un placard voit Stella Purdy s'approcher pour l'aider.

Docteur Jerry et mister Love (Jerry Lewis, 1963)

Dans Le troisième homme (1949), Carol Reed utilise systématiquement des plans débullés sans justification par un regard. Ils servent à exprimer le malaise qui règne dans le Vienne de l'après guerre.

Les verticales deviennent obliques dans Le troisième homme (Carol Reed, 1949)

Pour témoigner du vertige de Laura dans Breve rencontre, alors que la sirène de l'express emplit le champ sonore, la caméra débulle en zoomant sur son visage.

débullage du plan sur le zoom avant au buffet de la gare

Les quatre plans suivants sont aussi débullés et la conduisent au bord du suicide

avant que le rebullage du plan ne coïncide avec le retour à la raison de Laura.

après cinq plans maintenus débullés, rebullage du cinquième après le passage de l'express

Dans A l'est d'Eden (1954), Elia Kazan ne justifie d'abord pas le débullage du cadre pour marquer la tension entre le père et le fils.

Le père et le fils, chacun avec leur déséquilibre n'arrivent pas à se parler (voir : photogrammes)

Lorsque la tension est à son comble, le débullage accentué est justifié par le mouvement de la balançoire

Les mots terribles prononcés sur la balançoire ont abbatu le père. (voir : photogrammes)

 

Vision d'horreur dans Polytechnique
traduite par un cadre débullé

 

Principaux films :
       
Polytechnique Denis Villeneuve Canada 2009
A l'est d'Eden Elia Kazan U.S.A. 1954
Le troisième homme Carol Reed U.S.A. 1949
Les enchaînés Hitchcock U.S.A. 1946
Breve rencontre David Lean G. B. 1945