Son grand-père était venu de Hongrie. Son père, riche négociant, exploitait marais et forêts. De ses origines il tire son grand thème : l'émigrant, le pionnier créent leur propre patrie. Il étudie à l'Académie militaire de San Antonio (qu'il déteste et abandonne) puis au collège de Fort Deposit. Sa mère l'initie à la Christian Science (dont l'un des credo est que le mal, physique ou moral, peut être guéri par des moyens spirituels).

D'abord projectionniste, il tourne en amateur documentaires publicitaires et actualités, que lui achètent parfois des firmes spécialisées. En 1916, il épouse Florence Arto, qui sera bientôt une vedette célèbre sous le nom de Florence Vidor. En attendant le couple s'établit à Hollywood. Vidor est figurant, assistant, comptable, régisseur. Il écrit des scénarios, il étudie le travail de Griffith sur le tournage d'Intolérance.

Comme chez Ford, ses films sont d'abord de grandes synthèses globales allant de la collectivité à l'individu et de l'individu à la collectivité.

Loin d'exclure le rêve cette forme réaliste comprend les deux pôles du rêve américain : d'une part l'idée d'une communauté unanimiste ou d'une nation milieu, creuset et fusion de toutes les minorités (l'éclat de rire unanimiste à la fin de La foule, ou la même expression qui se forme sur le visage d'un jaune, d'un Noir, d'un blanc dans Street Scene) ; d'autre part l'idée d'un chef, c'est à dire d'un homme de cette nation qui sait répondre aux défis du milieu comme aux difficultés d'une situation : Notre pain quotidien, An american romance

Mais l'unanimité peut être fausse, et l'individu livré à lui-même. Ainsi dans La foule la ville n'est qu'une collectivité humaine artificielle et indifférente et l'individu un être abandonné, privé de ressources et de réactions. La figure lyrique, où l'individu modifie sa situation, a bien pour envers une situation que l'individu ne sait plus que faire et se retrouve au mieux dans la même situation : le cauchemar américain de La foule ou les regrets de Harry Pulham dans Souvenirs.

Parmi les personnages récurrents de la filmographie de King Vidor, on trouve souvent la figure du héros ambitieux, orgueilleux et prêt à surmonter tous les obstacles pour atteindre son but. Dans Une Romance Américaine (1944), cela s'exprime par l'ascension sociale et l'intégration dans l'expression du rêve américain de l'émigrant déterminé joué par Brian Donlevy qui deviendra un magnat de l'industrie impitoyable. Cruauté et violence s'exaspèrent alors dans les films de Vidor. Ses héros étaient les maillons de la société : ils sont désormais contre celle-ci. Dans Le rebelle (1949), cela prend une dimension presque abstraite avec le personnage d'architecte incorruptible de Gary Cooper, expression de la philosophie de l'objectivisme chère à Ayn Rand.

Vidor montre aussi un penchant pour les femmes "sauvages", qui ne se soumetent jamais à une société dominée par les hommes et refusent leurs règles. Ainsi des personnages joués par Dolores del Rio dans Bird of Paradise (1932), Soir de noce (1935) révèle une héroïne sacrificielle condamnée à voir ses rêves d'émancipation se briser Barbara Stanwyck dans Stella Dallas (1937). Dans Duel au soleil (1947 avec Jennifer Jones), dans La garce (1949 avec Bette Davis), dans La furie du désir (1952 avec Jennifer Jones), leur démesure sauvage concilie paradoxalement le nudité de la tragédie avec la stridence du baroque flamboyant. L'individualisme était la valeur positive fondamentale ; il devient presque exclusivement négatif. Dans La furie du désir (1952), l'inondation des terres gagnées sur la mer est l'exact renversement, l'épopée invertie, de l'irrigation des terres assoiffées de Notre pain quotidien (1934), comme si la situation nouvelle d'un après-guerre gros de conflits et de menaces d'extermination avait rendu caducs tous les mythes d'unité et d'harmonie. Les personnages, tout entiers à leur passion, vont jusqu'à l'extrême d'eux-mêmes.

Vidor retrouve ensuite dans le cinéma de genre , Salomon et la reine de Saba ou L'homme qui n'a pas d'étoile , un équilibre entre individualisme et contraintes sociales.

Son art est ainsi toujours la synthèse de ces deux inspirations. Epique, il célèbre l'aventure collective ; lyrique, il exalte l'énergie individuelle, reconnue ou contrariée par l'entreprise sociale. L'ensemble de son œuvre dessine la geste de l'homme libre, individualiste, mais, lorsqu'il le faut, solidaire, qui construit sa vie, son œuvre, sa nation.

La morale de ses films tient en quelques préceptes : "La valeur de l'homme vient de ce qu'il porte en lui et non du monde extérieur", "Ma seule préoccupation : faire à tout instant face à toutes les situations de la vie", "C'est nous-mêmes qui faisons le monde. Nous le faisons bon ou mauvais mais nous le faisons".

Contraint, faute de commanditaire, à une retraite prématurée, King Vidor se tourne vers l'écriture, la peinture, la philosophie. Il enseigne à l'université du sud de la Californie et tourne deux courts métrages expérimentaux. En 1979, il reçoit un oscar pour l'ensemble de son œuvre.

Sources :

Filmographie à partir de 1925 :

1925

La grande parade

Avec : John Gilbert (James Apperson), Renée Adorée (Mélisande), Robert Bosworth (Mr. Apperson), Karl Dane (Slim).

Printemps 1917. Jim Apperson, fils d'un riche industriel américain, mène une vie oisive que désapprouve sa famille. Gagné par l'ivresse collective qui suit l'entrée en guerre des USA dans le conflit mondial, Jim s'inscrit comme volontaire. Dans le camp d'entraînement, il devient l'ami de l'ouvrier Slim et du barman Bull O'Hara.Le régiment prend position au hameau français de Champillon, à proximité du front.

   
1925 Fraternité
   
   
1926 La bohème

Avec : Lillian Gish (Mimi), John Gilbert (Rodolphe), Renée Adorée (Musette).

Mimi, une pauvre femme qui vît dans le Quartier Latin, est recueillie par Rodolphe, un écrivain de théâtre.

   
1926 Bardelys le magnifique

Avec : John Gilbert (Bardelys), Eleanor Boardman (Roxalanne de Lavedan), Roy d'Arcy (Chatellerault). 1h35.

Le rois Louis XIII confie pour mission au noble Chatellerault d’épouser Roxalanne de Lavedan, afin que sa fortune ne quitte pas le royaume. Chatellerault échoue et prétend que le coeur de la jeune femme est imprenable. Le marquis de Bardelys, un courtisan, parie sa fortune à Chatellerault qu’il arrivera à séduire la belle en moins de 3 mois....

   
1928 La foule
(The crowd). Avec : Eleanor Boardman (Mary), James Murray (John Sims), Bert Roach (Bert), Estelle Clark (Jane). 1h44.

John Sims naît un quatre juillet. Son père espère faire de lui quelqu'un d'important mais il meurt alors que John n'a que douze ans. Celui-ci se rend à New York et travaille dans un bureau. En compagnie de son copain Bert, il sort avec Mary et Jane. Peu de temps après, John épouse Mary.

   
1928 Une gamine charmante

(The Patsy). Avec : Marion Davies (Patricia Harrington), Orville Caldwell (Tony Anderson). 1h18.

la jeune Patsy est mal vue par sa famille, au détriment de sa sœur. Elle est amoureuse d'un jeune homme qu'elle désire séduire.

   
1928 Show people

(titre français : Mirages). Avec : Marion Davies (Peggy Pepper), William Haines (Billy Boone). 1h22.

Une jolie fille quitte sa Georgie natale pour Hollywood où elle va tenter de devenir une vedette de cinéma.

   
1929 Hallelujah
Avec : Daniel L. Haynes (Zeke), Nina Mae McKinney (Chick)

Zeke est chargé d'aller vendre à la ville la récolte de coton familiale et il parvient à en obtenir cent dollars. Mais Zeke fait la connaissance d'une entraîneuse nommée Chick. Elle lui fait jouer tout l'argent de la récolte avec son amant Hot Shot...

   
1930 Billy le kid

Avec : John Mack Brown (Billy the Kid), Wallace Beery (Garrett), Kay Johnson (Claire). 1h30.

Le jeune William Bonney, devient le hors-la-loi Billy the Kid. En 1878, les éleveurs Tunston et McSween décident de s'établir dans une contrée du Nouveau-Mexique mais se heurtent au gros propriétaire terrien Hatfield, qui veut demeurer maître de la région. Sur le point d'être pendu pour vol de bétail, le jeune Billy Bonney est gracié par Tunston, qui le prend à son service. Billy est tout dévoué à son sauveur et, quand ce dernier est tué en duel par Ballinger, l'un des hommes de main de Hatfield, Billy secrètement amoureux de Claire, la veuve de Tunston, fait le serment de tuer tous ceux qui ont pris part à la lutte acharnée contre son ancien patron. La guerre fait rage entre Billy, McSween, ses hommes et la bande de Hatfield. Jusqu'au jour où Billy et ses amis sont pris au piège dans la maison de McSween par le shérif Pat Garrett, aux ordres de Hatfield. En essayant de se rendre, McSween est tué et la maison incendiée. Mais Billy réussit à s'enfuir... Le général Lew Wallace, gouverneur de l'État, propose à Billy de l'amnistier. Mais le jeune homme refuse de se rendre. Garrett finit par le faire prisonnier. Mais Billy parvient une nouvelle fois à s'évader. Il sera abattu par Pat Garrett alors qu'il était venu au ranch Tunston revoir Claire.

   
1930 Dulcy
 

(Not So Dumb). Avec : Marion Davies (Dulcy), Elliott Nugent (Gordon)

pour promouvoir la carrière de son fiancé, une jeune femme organise une fête qui tourne au désastre.

   
1931 Street scene

Avec : Sylvia Sidney (Rose Maurrant), William Collier (Sam Kaplan), Walter Miller (Bert Easter), Estelle Taylor (Anna Maurrant). 1h20.


La vie dans les taudis de New York.

   
1931 Le champion

(The Champ). Avec : Wallace Beery (Andy Purcell), Jackie Cooper (Dink). 1h25.


Ppar amour pour son fils, un boxeur déchu remonte sur le ring.

   
1932 L'oiseau du paradis

Avec : Dolores Del Rio (Luana), Joel McCrea (Johnny Baker) 1h20.


Aventures et amour entre un Européen et une beauté des îles.

   
1932 Cynara
  une histoire d'amour contrariée par un amant imparfait.
   
1933 The stranger's return

Avec : Lionel Barrymore (Grandpa Storr), Miriam Hopkins (Louise Storr), Franchot Tone (Guy Crane).1h28.


Une chronique de la vie quotidienne dans le milieu rural américain.

   
1934 Notre pain quotidien

(Our Daily Bread). Avec : Karen Morley (Mary Sims), Tom Keen. 1h24.

Modestes locataires, John et Mary Sims sont menacés d'être expulsés s'ils ne paient pas leur loyer dans les deux jours. Chômeur depuis de longs mois, John vend sa guitare pour offrir à manger à l'oncle de sa femme qui s'est invité à dîner. Riche banquier, l'oncle Anthony propose au couple de partir en province reprendre l'exploitation d'une petite ferme hypothéquée...

   
1935 Sa nuit de noce

(The Wedding Night). Avec : Gary Cooper (Tony Barrett), Anna Sten (Manya), Ralph Bellamy (Fredrik). 1h21

Un romancier et sa femme se réfugient à la campagne pour écrire tranquillement. Mais il tombe amoureux de sa voisine et croit l'aimer.

   
1935 So red the rose
 

Avec : Margaret Sullavan (Vallette Bedford), Walter Connolly (Malcolm Bedford), Randolph Scott (Duncan Bedford).1h23.

Au temps de la guerre de Sécession, les amours de Vallette et Duncan Bedford.

   
1936 La légion des damnés
 

(The Texas Rangers). Avec : Fred Mac Murray (Jim Hawkins), Jack Oakie (Wahoo Jones). 1h38.

Jim Hawkins, Wahoo et Sam Mc Gee sont trois bandits spécialistes notamment des attaques de train. Ils sont devenus amis mais décident de se séparer, pour mieux échapper aux recherches, de plus en plus actives, des shériffs. Mc Gee continue à mener la vie aventureuse d'un bandit de grand chemin alors que Jim Hawkins et Wahoo rejoignent les " Texas Rangers " chargés de faire régner la loi et l'ordre. Hawkins et Wahoo n'ont pas renoncé pour autant à leur goût pour l'argent vite gagné et ils sont prêts, si l'occasion se présente, à commettre de nouveaux méfaits... La première mission de Hawkins et de Wahoo les met en présence de Mc Gee. Hawkins se refuse à arrêter, comme il en avait reçu l'ordre, son ancien compagnon. Il est alors mis en prison et c'est Wahoo qui est chargé de la même mission. Wahoo rejoint le gang de Mc Gee mais ce dernier le tue et renvoie son cadavre aux Texas Rangers. Hawkins décide alors de venger son camarade Wahoo. Il traque Me Gee et le tue. De retour au camp, Hawkins, devenu un vrai Ranger, pourra demander sa main à Amanda, la fille du commandant de la garnison.

   
1937 Stella Dallas
 

(Stella Dallas). Avec : Barbara Stanwyck (Stella Dallas), John Boles (Stephen Dallas). 1h46.

Une femme d'origine modeste s'efface auprès de sa fille pour lui permettre de faire “un beau mariage”.

   
1938 La citadelle
 

Avec : Robert Donat (Andrew), Rosalind Russell (Christine), Rex Harrison (Dr. Lawford). 1h50.

Jeune médecin consciencieux et plein d'espérance, Andrew Manson commence sa carrière comme assistant du Dr Page dans un humble village de mineurs gallois. Il y épouse Christine, une jeune maîtresse d'école, et se livre à d'actives recherches sur les causes de la tuberculose. Il s'attire ainsi l'hostilité de certains notables en affirmant que la poussière de silice remuée par les ouvriers dans les mines est préjudiciable à leur santé. Son laboratoire est saccagé et il est contraint de quitter le pays. À Londres, un confrère, le cynique Dr Lawford, introduit dans les milieux de la haute bourgeoisie, lui indique comment gagner facilement de l'argent en soignant les riches hypocondriaques. Négligeant bientôt les devoirs élémentaires de sa profession, Manson devient un "spécialiste" de Harley Street, la rue des médecins des classes aisées. C'est seulement après avoir perdu son meilleur ami, Denny, au cours d'une opération bénigne pratiquée par un médecin incompétent, qu'il réalisera sa déchéance. Son acharnement à sauver un enfant atteint d'un pneumothorax provoque un conflit avec l'Ordre des médecins. Convoqué devant la haute instance professionnelle, Manson reconnaît ses erreurs et fait un discours émouvant. Il retournera à sa vocation première, soulager la misère des gens humbles.

   

1940

Le grand passage

(Northwest Passage). Avec : Spencer Tracy (Major Robert Rogers), Robert Young (Langdon Town), Ruth Hussey (Elizabeth Brown), Walter Brennan (Hunk Marriner). 2h06.

En Nouvelle-Angleterre, pendant les guerre anglo-françaises, Langdon et Hunk s'engagent dans les éclaireurs de Rogers, une troupe d'élite chargée d'aller raser un village indien ami des Français

   
1940 Camarade X
 

(Comrad X). Avec : Clark Gable (McKinley / Thompson), Hedy Lamarr (Theodore). 1h30.

McKinley, espion américain démasqué par son portier, s'engage à sortir sa fille d'URSS.

   
1941 Souvenirs

(H. M. Pulman Esq.). Avec : Hedy Lamarr (Marvin Myles), Robert Young (Harry Pulham), Ruth Hussey (Kay Pulham). 1h57.


Un homme d'affaires de Boston repense sa vie.

   
1944 Romance américaine
 

(An American Romance). Avec : Brian Donlevy (Steve Dangoa), Ann Richards (Anna). 2h02.

Un fils d'émigrant de Tchécoslovaquie deviendra l'un des plus grands industriels américains.

   
1946 Duel au soleil
(Duel in the sun). Avec : Jennifer Jones, Joseph Cotten, Gregory Peck, Lionel Barrymore, Lillian Gish. 2h18.

Scott Chavez, meurtrier de son épouse indienne et de l'amant de celle-ci, va être pendu. Avant de mourir, il confie sa fille Pearl à celle qu'il a jadis aimée, Laura Belle, maintenant épouse du sénateur McCanles, propriétaire de milliers d'hectares de terres. Les fils du sénateur, Jesse, un gentleman et Lewt, un voyou, voient arriver avec intérêt la belle sauvageonne qui veut devenir une “dame”.

   
1948 La folle enquête

(On Our Merry Way). Coréalisé par Leslie Fenton. Avec : Burgess Meredith, Paulette Goddard, Fred McMurray, James Stewart, Dorothy Lamour. 1h47

King Vidor réalise l'épisode principal de ce film à sketches.

   
1949 Le rebelle

(The Fountainhead). Avec : Gary Cooper (Howard Roark), Patricia Neal (Dominique Françon), Raymond Massey (Gail Wynand). 1h54.

Un jeune Le jeune architecte Howard Roark, que ses idées peu orthodoxes ont plongé dans une situation financière difficile, est obligé de travailler dans une carrière de pierre. Il rencontre Dominique, la fille du propriétaire de l'entreprise, et leur attirance mutuelle se transforme en un sentiment plus profond. Mais appelé à New York par un contrat, Howard rompt brusquement...

   
1949 La garce

(Beyond the Forest). Avec : Bette Davis (Rosa Moline), Joseph Cotten (Dr. Lewis Moline). 1h36.

À Lozalton, petite ville industrielle du Michigan, rythmée par les cadences infernales de l'usine d'incinération, Rosa Moline, femme orgueilleuse et sensuelle, épouse d'un honnête médecin de campagne, ronge son frein en rêvant de la grande ville. Son passe-temps favori est d'aller à la gare proche regarder partir les trains pour Chicago...

   
1951 Lightning stikes twice

Avec : Ruth Roman (Shelley Carnes), Richard Todd (Richard Trevelyan), Mercedes McCambridge (Liza). 1h31.

un condamné sortant de prison est résolu à refaire sa vie. Il retrouve le véritable assassin de sa femme.

   
1952 Japanese war bride
 

Avec : Shirley Yamaguchi (Tae Shimizu), Don Taylor (Jim Sterling), Cameron Mitchell (Art Sterling)1h31.

Un GI démobilisé revient chez lui avec une fiancée japonaise. Des problèmes d'intégration se posent à eux.

   
1952 La furie du désir

(Ruby gentry). Avec : Jennifer Jones (Ruby Gentry), Charlton Heston (Boake Tackman), Karl Malden (Jim Gentry). 1h22.

Dans un refuge de chasseurs, les notables d'une petite ville de Virginie se retrouvent de temps à autre. Mais ne viennent-ils pas en fait pour la sauvage Ruby Gentry, la fille des marais ? Sauvageonne élevée par Letitia Gentry, l'épouse de Jim Gentry l'homme le plus puissant de la ville, Ruby n'a d'yeux que pour Boake Tackman, l'une des grosses fortunes de la région...

   
1955 L'homme qui n'a pas d'étoile

(Man Without a Star). Avec : Kirk Douglas (Dempsey Rae), Jeanne Crain (Reed Bowman), Claire Trevor (Idonee). 1h39.

Dans une petite ville de l'Ouest, Dempsey Rae et Jeff Simson, son protégé, sont engagés par Strap Davis pour travailler dans un ranch qui appartient à une femme séduisante, Reed Bowman, qui a l'intention d'engraisser 5 000 têtes de bétail sur les terres fertiles de la région...

   
1956 Guerre et paix

(War and Peace). Avec : Audrey Hepburn (Natacha Rostov), Henry Fonda (Pierre Bezukhov). 3h30.

Moscou, 1805. Bien que secrètement amoureux de la ravissante Natacha Rostov, Pierre Bezoukhov se laisse prendre à la noble beauté de la princesse Hélène. Mais celle-ci se fait épouser par intérêt, et ce mariage, avec le Prince Vassili Kouraguine, se solde par un échec lamentable...

   
1959 Salomon et la reine de Saba

(Solomon and Sheba). Avec : Yul Brynner (Salomon), Gina Lollobrigida (Reine de Saba), George Sanders (Adonijah). 2h21.

Mourant dans la cité de Jérusalem, le roi David appelle ses deux fils auprès de lui. Salomon rejoint immédiatement son père tandis que son frère aîné, Adonijah, se fait proclamer successeur de David. Cependant, David, toujours vivant, désigne Salomon au Conseil des Anciens...

   
1966 Truth and illusion : an introduction to metaphysics
  court-métrage expérimental
   
1979 Metaphor
  court-métrage expérimental
   
   
   
Retour à la page d'accueil

(1894- 1982)
60 films
1
4
11
histoire du cinéma : L'image-action