La paresse
1962

Nicole interpelle monsieur Constantine qui sort des studios de Billancourt. Il accepte la ramener sur Paris. Il voudrait bien lui parler mais il est devenu paresseux. Tout le fatigue.

"Ni le soleil ni la mort ne se regardent jamais en face" dit-il pendant que Nicole remonte sa jupe sur ses cuisses. Elle le complimente sur son costume anglais. Il lui promet un petit rôle et ce d'autant plus qu'elle veut bien qu'il la raccompagne chez elle. Il prend de l'essence et demande à Nicole d'aller lui chercher un sandwich "pain de mie-pâté ", c'est moins fatigant à mâcher. Il prend 5000 francs d'essence et propose 10 000 francs au pompiste pour lui lasser son soulier défait. Celui-ci, aussi paresseux que lui refuse et il doit se résoudre à se pencher sur son soulier.

Pendant que Nicole se déshabille, il lit son livre sans découper les pages. Alors qu'elle est nue, il constate que ça l'ennuie de se rhabiller après. " ça c'est le comble ! " rouspète Nicole. La voix off énonce la morale " Qui osera dire après que l'oisiveté est la mère de tous les vices. Nous venons de voir au contraire une paresse si forte, qu'elle supprime les autres péchés. N'est-ce pas moral ? "

Film baigné de lumière, doux et joyeux comme la paresse.

critique du DVD
Editeur : Gaumont. Novembre 2010. Coffret 10DVD. 80 €.
Analyse DVD

Neuf films : Une femme mariée, Bande à part, Week-end, Tout va bien, Sauve qui peut (la vie), Je vous salue Marie, Soigne ta droite, JLG/JLG, For ever Mozart.

Suppléments : Letter to Jane, Scénario de sauve qui peut (La vie), Le livre de Marie, Scénario de Je vous salue Marie, La paresse, Le grand escroc, Anticipation, Lettre à Freddy Buache, Meetin' WA. "Conversation avec JLG" : Entretien exclusif avec Jean-Luc Godard.

Retour à la page d'accueil

Episode des Sept péchés capitaux, film à sketches coréalisé avec Philippe de Broca, Claude Chabrol, Jacques Demy, Sylvain Dhomme, Edouard Molinaro et Roger Vadim. Avec : Eddie Constantine (Lui-même), Nicole Mirel (La starlette). 0h13.

Voir : photogrammes
dvd chez Why not productions cahier du cinéma