1970

Le film prend pour fil conducteur un épisode historique de l'Allemagne médiévale : au XVème siècle, la Vierge apparaît au berger Hans Boëhm pour qu'il mène un soulèvement de paysans contre le pouvoir féodal. Arrêté et condamné par un évêque, Boëhm est éxécuté.

 

On ne voit presque jamais de paysans en révolte, mais la fonction du berger est comme démultipliée. Il parcourt la campagne constamment accompagné de quatre autres spécialistes de l'agitation : le moine noir , tête pensante des meilleurs stratégies de soulèvement ; Antonio , l'impassible homme armé ; Johanna, actrice qui jouera la Vierge dans un simulacre d'apparition ; et un paysan noir, qui cite les Black Panthers et finira, mitraillette à la main, par mener une sorte de guerre civile.

Toutes périodes confondues, les personnages déambulent entre décors et costumes médiévaux, baroques ou contemporains.

Film le plus frontal sur l'état du discours militant de l'époque. Dans le plan séquence inaugural, trois personnages échangent des questions laconiques sur la meilleure façon de créer une révolution : un parti, L'agit-prop, L'éducation ? Fassbinder veste de cuir, lunettes noires et jean, va et vient avec Hanna Schygulla en robe à fleurs et Michael Gordon, costumé en Antonio das Mortes rhénan, dans un squat en chantier.

Retour  la page d'accueil

Le voyage Niklashausen  

(Die Niklashauser Fart). Avec : Michael König (Hans Boehm), Hanna Schygulla (Johanna), Margit Carstensen (Magarethe), Michael Gordon (Antonio), Günther Kaufmann (le chef des paysans), Kurt Raab (L'évêque), Rainer Werner Fassbinder (Le moine noir). 1h30. TV

Genre : Drame social