la pirogue
2012

Un village de pêcheurs dans la grande banlieue de Dakar. Deux lutteurs s'affrontent. Celui entrainé par l'homme le plus riche de la ville gagne contre celui entrainé par Baye Laye. Celui-ci refuse pourtant la proposition de l'homme riche de conduire pour 1500 euros une trentaine d'hommes du Sénégal en Espagne dans une grande pirogue capable d'affronter sept jours de navigation. Il n'approuve pas le choix de Kaba, son meilleur ami, de partir lui aussi pour l'Europe et de devenir capitaine de la pirogue si lui-même ne part pas. Baye Laye préfère retrouver sa femme et leur fils mais il doit aussi s'occuper de son jeune frère, Abou. Or celui-ci veut devenir musicien et n'a d'autre choix que de s'exiler. Il n'accepte pas les remontrances de son frère ainé qu'il estime larguer, perdant.

Baye Laye se résout à partir. Dans la pirogue se trouveront outre une dizaine d'habitants de la région de Dakar, il y a une dizaine de Guinéens et une autre dizaine de Hal Pulaar près à embarquer et qui se cachent depuis une semaine.

De nuit la pirogue s'éloigne des côtes du Sénégal. Lansana, qui est le chef de la pirogue, découvre que Nafy, l'amie de Kaba, est montée clandestinement à bord. Au bout de quatre jours, ils croisent une pirogue qui dérive depuis cinq jours, moteurs en panne. Lansana donne l'ordre de ne pas s'approcher. Abou veut les aider et se jette à l'eau alors qu'il ne sait pas nager. C'est son frère qui le sauve. Le premier moteur cesse de fonctionner et est remplacé par celui de secours. Une tempête se d'éclanche. Kaba se noie en essayant de maintenir la bâche de protection. Il est tombé à l'eau avec le GPS et Baye Laye, ne peut plus atteindre les côtes de l'Espagne avec l'essence restante. Il est quand même décidé de se rapprocher au maximum des côtes en se fiant à la position du soleil. Bientôt la pirogue dérive et les morts s'accumulent.

Un hélicoptère de la croix rouge survole la pirogue et conduit les survivants aux Canaries, en territoire espagnol. Là, un avion les ramène au Sénégal où il leur est offert quinze euros et un sandwich. Baye Laye peut acheter un maillot contrefait du Barca à son fils et rentrer chez lui en s'étant réconcilié avec Abou. Bientôt celui-ci repartira comme 30 000 de ses compatriotes. Sur ceux-ci, 5 000 ont trouvé la mort

Le suspens est habilement mené avec la rencontre de la première pirogue, la panne du premier moteur puis du second après la tempête et les morts qui s'égrènent. L'allusion politique à l'homme noir qui n'est pas assez rentré dans l'histoire, référence au discours de Dakar de Nicolas Sarkozy, est aussi amusante.

Se dégage pourtant une apologie de la responsabilité et de la sagesse qui sont peut-être des valeurs insuffisantes vis à vis de l'ampleur du drame vécu. Pas certain qu'aujourd'hui un honnête film d'action soit capable de rendre compte du drame des migrants clandestins, ni même de mobiliser.

Jean-Luc Lacuve le 8/11/2012

 

Retour à la page d'accueil

Festival de Cannes 2012, Un certain regard Avec : Souleymane Seye Ndiaye (Baye Laye), Laïty Fall (Lansana), Malamine Drame (Abou), Balla Diarra Rôle (Samba), Babacar Oualy (Kaba), Mame Astou Diallo (Nafy), Saikou Lo (Yaya), Moctar Diop (Ousmane). 1h27.