Volker Schlöndorff

Né en 1939
30 films
   
   
2
 

De nationalité allemande - il est né le 31 mars 1939 à Wiesbaden - Volker Schlöndorff quitte son pays pour la France dès l'âge de quinze ans. Fréquentant le collège des Jésuites de Vannes, puis, le lycée Henri IV, il est par la suite diplômé en sciences politiques et en philosophie. Élève de l'IDHEC, il réalise en 1960 un court-métrage, Wen kummers, avant de devenir l'assistant de quelques grands noms du cinéma français : Jean-Pierre Melville, pour lequel il fera d'ailleurs une courte apparition dans Le doulos, Alain Resnais, Louis Malle. L'idée d'adapter le célèbre roman de l'écrivain autrichien Robert Von Musil, incita un producteur munichois à produire le premier long-métrage de Schlöndorff : Les désarrois de l'élève Toerless (1966).

Au Festival de Cannes 1966 ce film obtint le Prix de la Critique Internationale, ainsi que l'une des plus importantes distinctions ouest-allemandes, le Ruban d'argent. À partir de cette date, il tourna plusieurs films pratiquement inconnus du grand public, et avant tout destinés aux spectateurs des festivals et des cinémathèques : Baal (1969), La soudaine richesse des pauvres gens de Kombach (1971), Feu de paille (1972), Une nuit au Tyrol (1973), avant de porter à l'écran un livre d'Heinrich Böll, L'honneur perdu de Katharina Blum (1975), qui le fit connaître au public français.

Aidé par son épouse, Margarethe Von Trotta, co-scénariste ou interprète principale de plusieurs de ses créations (L'honneur perdu de Katharina Blum, Le coup de grâce), Volker Schlöndorff fut considéré comme l'un des chefs de file du "jeune cinéma d'outre-Rhin". Fidèle à son œuvre, qui rend parfaitement compte de la réalité sociale de son pays, il réalisa en compagnie de plusieurs personnalités artistiques ouest-allemandes, parmi lesquelles H. Böll, A. Muge, R.W. Fassbinder, L'Allemagne en automne (1977), documentaire politique relatant les événements tragiques survenus en R.F.A. en octobre 1977, de l'enlèvement de H.M. Schleyer à la mort d'Andreas Baader. C'est seulement en 1979 que son talent fut enfin reconnu mondialement, grâce à l'attribution de l'une des récompenses suprêmes : la Palme d'Or du Festival de Cannes, à égalité avec Apocalypse now de Coppola, pour son film Le tambour, tiré d'un roman de Günter Grass

Filmographie :

1966 Les désarrois de l'élève Toerless

(Der Junge Törless). Avec : Mathieu Carrière (Thomas Toerless), Marian Seidowsky (Anselm von Basini), Bernd Tischer (Beineberg). 1h27.

En 1906, Thomas Toerless, 16 ans, jeune homme sensible et réservé, devient pensionnaire dans un collège pour fils de la noblesse. Il se lie d'amitié avec Beineberg et Reiting, deux adolescents au caractère tyrannique. Un jour, Basini, l'un de ses camarades de classe, dérobe de l'argent appartenant à Beineberg. Découvert, le jeune voleur passe en jugement devant ses camarades. Reiting lui propose alors un curieux marché : leur silence auprès des autorités enseignantes contre sa soumission totale. Basini accepte de devenir leur esclave....

   
1967 Ein Unheimlicher Moment
  Segment de Der Paukenspieler; 6 sketches inspirés par 6 peintures de Paul Klee. Coréalisé avec Bernhard Wicki, Franz Seitz, Helmut Meewes, Herbert Rimbach, Rolf Thiele.
   
1967 Vivre à tout prix

(Mord Und Totschlag).

Une jeune femme, Marie, serveuse dans un bar de Munich, tue accidentellement son amant et, aidée par deux inconnus, se débarrasse de son corps. L'un des deux hommes est son nouvel amant. La vie pourrait continuer si le cadavre n'était déterré.

   
1969 Michael Kohlhass

(Michael Kohlhass, Der Rebell) Avec : David Warner (Michael Kohlhaas), Anna Karina (Elisabeth Kohlhaas), Thomas Holtzmann (Martin Luther). 1h39.

Un marchand de chevaux doit laisser deux de ces bêtes en gage pour aller chercher le sauf-conduit qui lui est nécessaire depuis la promulgation de la nouvelle coutume. Lorsqu'il vient récupérer son bien, les animaux sont en piteux état et son valet a disparu. Il refuse de se soumettre et réclame des chevaux tels que ceux qu'il a laissés...

   
1969 Baal

 

Téléfilm
   
1971 La soudaine richesse des pauvres gens de Kombach

 

(Der Plözliche Reichturn Der Armen Lente Von Kombach).
   
1972 Un crime ordinaire

 

(Die moral der Ruth Halbfass).

Deux amoureux sont couchés dans une forêt et rêvent à une vie qui soit libre de toute compromission. Quand ils rentrent en ville, il prennent des chemins différents : elle monte dans une Mercedes de sport, lui prend sa petite voiture...

   
1972 Feu de paille
 

(Strohfeuer).

Elisabeth vient de gagner son divorce et part de Munich pour Frankfurt en compagnie de l'ingénieur Frank. Elle est rappelée à Munich, où elle risque de perdre la garde de son enfant, puis accompagne son patron à Milan, où Frank la rejoindra pour l'épouser.

   
1973 Une nuit au Tyrol
  (Uerbernachtung in Tyrol, téléfilm).
   
1974 Les raisons de Georgina
  (Georgina's Grande, téléfilm).
   
1975 L'honneur perdu de Katharina Blum

(Die Verlorene Ehre Der Katharina Blum). Avec : Angela Winkler (Katharina Blum), Mario Adorf (Le commissaire Beizmenne), Dieter Laser (Werner Tötges), Jürgen Prochnow (Ludwig Götten), Heinz Bennent (Dr. Hubert Blorna), Hannelore Hoger (Trude Blorna). 1h40.

Mercredi 5 février 1975, Ludwig Götten, pris en filature par la police se rend à une soirée costumée chez Else Woltersheim. Il y fait la connaissance de Katharina Blum. Cette rencontre a pour témoin, un policier déguisé en sheik qui se maintient en contact radio avec une voiture de police stationnée devant l'immeuble. Le couple ne tarde pas à s'éclipser pour passer la nuit chez la jeune femme. Au matin, l'appartement est investi par d'importants services d'ordre. Ludwig a disparu. Le commissaire entreprend l'interrogatoire de la jeune femme persuadé qu'elle connaît, de longue date son compagnon de nuit. Pendant que se poursuit l'interrogatoire, Werner Tötges qui travaille dans un journal à scandales, décide de fouiller le passé de Katharina Blum. Il se rend au chevet de Mme Blum, qui est mourante, et arrive à avoir des renseignements compromettants sur la tante de Katharina. La jeune femme subit de nouveaux interrogatoires. De retour à son appartement, elle appelle Ludwig mais la ligne est écoutée. Lorsqu'elle arrive sur les lieux la police a déjà opéré et Ludwig pris, l'affaire est close.

   
1976 Le coup de grâce

(Der Fangschuss). Avec : Margarethe von Trotta (Sophie de Reval), Matthias Habich (Erich von Lhomond), Rüdiger Kirschstein (Conrad de Reval), Marc Eyraud (Docteur Paul Rugen), Bruno Thost (Chopin), Frederik von Zichy (Franz von Aland). 1h37.

Les provinces baltes à la fin de la Première Guerre Mondiale. La Révolution russe, la fin de l'Empire allemand... Les propriétaires terriens, les Junkers, les lettons, les estoniens, les lithuaniens, auxquels se joignent les débris de l'armée du Tsar, tentent, malgré des intérêts divergents, de faire face aux bolchéviques. Officier allemand, Conrad, accompagné de son ami de longue date Lhomond, parvient au château de Katovicé. Là, il retrouve la vieille tante Prascovie et sa sœur, Sophie.

Pour Sophie, infirmière de fortune dans l'une des dépendances de la propriété, c'est un retour au passé. A nouveau elle retrouve son rôle de maîtresse de maison. Elle n'est pas insensible au charme de Lhomond. Celui-ci, cependant, refuse ses avances, tout en essayant de défendre une cause perdue... L'Armée Rouge avance peu à peu... Sophie est amoureuse de Volkmar, un jeune officier qui est arrivé à Katowicé. Malgré sa jalousie, Lhomond ne peut dissimuler sa sympathie, particulière, à l'égard de Conrad... Les Alliés souhaitent le retrait rapide des provinces baltes. Sophie, exaspérée par ce milieu conservateur qu'elle côtoie, se réfugie parmi des amis villageois... " Rouges".

Retrouvée, considérée comme espionne, Sophie est exécutée des propres mains de Lhomond.

   
1977 Rien que pour le plaisir, rien que pour le jeu

 

(Nur zum Spass, nur zum Spiel). Documentaire. 1h00.

Actrice, danseuse, artiste de cabaret, l'inclassable Valeska Gert fut une figure pionnière de la danse moderne. Adulée par les uns, jugée scandaleuse par les autres, elle fut pendant les années 20 et 30 une des personnalités phare de la scène berlinoise et européenne. Cependant, l'arrivée d'Hitler au pouvoir la contraignit à l'exil et donna un coup d'arrêt à sa carrière...

   
1978 Die verschobene Antigone

Segment de Allemagne en automne, co-réalisé avec Heinrich Böll. Rainer Werner Fassbinder, Alexander Kluge, Edgar Reitz.
   
1979 Le tambour

(Die Blechtrommel). Avec : David Bennent (Oskar Matzerath), Mario Adorf (Alfred Matzerath), Angela Winkler (Agnes Matzerath), Daniel Olbrychski (Jan Bronski). 2h22.

En 1899, dans un champ de pommes de terre près de Dantzig, un fuyard se cache sous les jupes d'une paysanne kachoube. C'est ainsi qu'Anna Bronski conçoit sa fille Agnès, qui, à son tour, le 12 septembre 1924 à Dantzig, met au monde le petit Oscar. Sur son berceau se penchent deux hommes dont il ne sait pas lequel est son père : Alfred Matzerath, officier allemand, qui tient une épicerie, l'autre Jan Bronski, polonais, travaille à la poste de Dantzig. Effrayé par les attitudes des adultes, seule la promesse de recevoir un tambour en tôle pour ses 3 ans le retient de ne pas retourner dans le ventre maternel, mais il jure de ne plus grandir physiquement....

   

1980

Der Kandidat

(Documentaire). Film documentaire . 2h09.

La carrière controversée de Franz Josef Strauss, qui était candidat à la Chancellerie de la République fédérale d'Allemagne...

   

1981

Le faussaire

(Die Falschung). Avec : Bruno Ganz (Georg Laschen), Hanna Schygulla (Arianna Nassar) Jerzy Skolimowski (Hoffmann). 1h48.

Journaliste allemand, Georg Laschen sent s'effilocher ses liens avec sa femme Greta, qui le trompe. Il repart pour un reportage au Liban. À Beyrouth, il loge dans un palace occupé par ses seuls confrères de la presse internationale. Dehors, la nuit, les mitrailleuses crépitent, les bombes explosent...

   
1984 Un amour de Swann

Avec : Jeremy Irons (Charles Swann), Ornella Muti (Odette de Crecy), Alain Delon (Baron de Charlus), Fanny Ardant (Duchesse de Guermantes), Marie-Christine Barrault (Madame Verdurin), Anne Bennent (Chloe), Nathalie Juvet (Madame Cottard). 1h50.

Ce matin, dans son lit, Charles Swann écrit et relit les notes de son journal. Toutes ont pour thèmes son amour pour Odette de Crécy et la passion qu'il lui voue " qui va bien au-delà du désir physique". Ses pensées l'amènent à évoquer souvent d'inoubliables moments passés en sa compagnie.

Swann et son ami, le baron Charlus assistent à une réception donnée par la duchesse de Guermantes. Plus tard, Swann retrouve Odette. Une brève altercation éclate entre les deux amants : Charles veut savoir si Odette a fréquenté autrefois des maisons de passe... sans véritablement répondre, elle annonce qu'elle ne peut passer la soirée avec lui, étant retenue par une soirée à l'Opéra et un dîner en compagnie des Verdurin.

Poussé par la jalousie et inquiet des rumeurs sur la moralité d'Odette, Charles part à sa poursuite au cœur de la nuit. À l'Opéra le spectacle vient de s'achever; il lui reste à trouver le restaurant où a lieu la soirée. Par hasard il tombe sur le bon endroit. Il retrouve Odette et s'invite au dîner.

Le repas terminé elle rentre avec les Verdurin, délaissant Swann. Il se rend à son domicile, lui déclare sa passion, mais pense aussitôt qu'elle était avec un autre homme. Rien cependant ne le prouve. Ils se réconcilient. Au petit jour, Charles Swann rentre chez lui.

Le lendemain matin, dans son lit, Charles rédige ses notes. Il se demande s'il n'a pas consacré la plus belle partie de sa jeunesse à un grand amour qui n'en valait pas la peine.

Vingt années ont passé. Charles Swann, vieilli, est gravement malade; Odette de Crécy est devenue la respectable Mme Swann.

   
1985 Mort d'un commis-voyageur

(Death of a Salesman). Avec : Dustin Hoffman (Willy Loman), Kate Reid (Linda Loman), John Malkovich (Biff Loman), Stephen Lang (Harold 'Happy' Loman), Charles Durning (Charley), Louis Zorich (Ben Loman), David S. Chandler (Bernard, le fils de Charley), Jon Polito (Howard, le patron de Willy), Kathy Rossetter (la femme de Boston). 2h20.

Cela fait trente-six ans que le commisyoyageur Willy Loman parcourt les routes des Etats-Unis, mais l'époque de ses grands succès est révolue. Ses clients se font rares et il a de plus en plus de mal à placer sa marchandise. Rentrant bredouille de sa dernière tournée, il retrouve Linda, son épouse patiente et dévouée, et ses deux fils, Happy et Biff, qui n'ont pas su réaliser les espoirs qu'il avait mis en eux. Happy, vantard et coureur, se satisfait d'un médiocre emploi de magasinier. Biff, le plus doué, a négligé ses études au profit du sport, puis a tout abandonné le jour où, venu solliciter l'aide et les conseils de son père, il l'a surpris dans une chambre d'hôtel de Boston en compagnie d'une prostituée. Idéaliste mais instable, il n'a pas trouvé sa place dans la société et vient de passer quelques mois en prison pour vol. Pour Willy, l'heure est venue d'un douloureux examen de conscience. Il aurait dû suivre son frère Ben, l'aventurier, qui a fait fortune en Afrique; il n'aurait pas dû empêcher Biff de partir vers l'Ouest tenter sa chance... Le lendemain, les déceptions se succèdent pour l'infortuné Willy: son patron, Howard Wagner, le renvoie définitivement: son ami Charley - dont le fils Bernard a, lui, brillamment réussi - lui fait comprendre qu'il ne pourra indéfiniment le dépanner; Biff sabote sa dernière chance d'embauche... Il ne reste plus à Willy qu'à se tuer "accidentellement" au volant de sa voiture afin de laisser au moins à sa famille sa prime d'assurance-vie.

   
1986 Colère en Louisiane

(A Gathering of Old Men). Téléfilm. Avec : Louis Gossett Jr. (Mathu), Richard Widmark (Le sheriff Mapes), Holly Hunter (Candy Marshall), Joe Seneca (Clatoo), Will Patton (Lou Dimes), Woody Strode (Yank). 1h31.

Le Nouveau Sud, la Louisiane et ses plantations de canne à sucre. A la suite d'une querelle raciale, un fermier cajun est abattu, tué par une balle de fusil. Les Blancs accusent le vieux Mathu, un ouvrier agricole âgé de 80 ans. Même si la légitime défense paraît évidente, il est menacé de lynchage. Pour empêcher un nouveau drame, la communauté noire réagit. Dix-Huit hommes solidaires, tous armés du même fusil, se rendent à la maison de Mathu et sont rejoints par le propriétaire de la plantation et Candy Marshall, une jeune femme blanche ayant grandi parmi ces ouvriers noirs, et qui prend leur défense.

Appelé d'urgence, le shérif Mapes évite l'émeute. Il somme le coupable de se rendre, mais la solidarité des " assiégés " fait obstacle à l'exécution de son ordre. Mapes, qui soupçonne Mathu, s'arme alors de patience et écoute, une à une, les confessions des Noirs qui s'accusent à tour de rôle d'avoir abattu le fermier. Ils évoquent leur mémoire, marquée par les préjugés raciaux, dont ils sont les victimes depuis des siècles, et les inégalités de la société actuelle.

A la nuit tombée, une bande de cajuns révottés par le laxisme de la police et criant vengeance, décide de mener une expédition punitive sur la maison de Mathu. Le shérif Mapes et ses hommes sont rapidement débordés mais les excités sont surpris par la réaction de Mathu et de ses amis, et doivent battre en retraite. Au petit jour, contre la volonté de Candy et de ses amis, Mathu se rend au shérif Mapes.

   
1989 La servante écarlate

(The Handmaid's Tale). Avec : Natasha Richardson (Kate / L'offrande), Faye Dunaway (Serena Joy), Aidan Quinn (Nick), Elizabeth McGovern (Moira), Victoria Tennant (Tante Lydia), Robert Duvall (Le Commandant), Blanche Baker (Ofglen), Traci Lind (Janine / Ofwarren), Zoey Wilson (Tante Helena), Kathryn Doby (Tante Elizabeth). 1h49.

Aux alentours de l'an 2000. un coup d'État installe au pouvoir aux États-Unis une société intégriste et répressive nommée Gilead. La plupart des femmes étant devenues stériles. Gilead traque pour sa survie, celles qui ne le sont pas, afin d'en faire des " mères porteuses". Kate est de celles-là. Elle a été arrêtée à la frontière canadienne en tentant de fuir avec son mari - qui a été abattu - et leur fillette - enlevée. Durement conditionnée comme bien d'autres sous la houlette de " Tante Lydia ", elle est placée comme " Servante " auprès de Serena Joy, épouse du chef de la Sûreté, " le Commandant". Celui-ci doit la féconder d'une façon rituelle inspirée de la "Génèse". Mais il ne s'en tient pas là et la convoque à des rendez-vous secrets dans son bureau.

Les mois passent et Kate, rebaptisée Offred, n'est toujours pas enceinte. Serena Joy, qui a pu obtenir des nouvelles - rassurantes - de sa fille, tout en lui précisant qu'il lui sera impossible de la revoir. conclut à la stérilité de son mari et lui propose de tenter la fécondation avec un autre homme. en l'occurrence le jeune chauffeur. Nick. Ceci. puni par la loi, restera entre elles et le Commandant n'en saura rien. Serena Joy ignore que Kate et Nick s'aiment déjà secrètement, tout comme elle ignore que le Commandant fréquente un lieu de débauche. "Chez Jézabel ", interdit aux épouses, où les dignitaires viennent hypocritement déroger à leurs règles puritaines. Un soir. le Commandant y emmène Kate, qui y retrouve en fille de plaisir, une ancienne compagne de " rééducation ", Moira, qu'elle avait aidé à s'enfuir. Celle-ci, reprise. avait eu la chance d'être envoyée là plutôt qu'aux " colonies". Serena Joy vient à découvrir les rencontres secrètes du Commandant et de Kate, ce qui condamne celle-ci à la pendaison publique alors qu'elle comptait fuir avec Nick. Le Commandant refusant d'intercéder en sa faveur. Kate, aux abois, le poignarde. Des soldats, conduits par Nick. viennent l'arrêter. Ce sont en fait des rebelles. qui la conduisent en un lieu sûr où elle élèvera son bébé en attendant le retour de Jill, sa fillette, et de Nick, qui a rejoint la guérilla.

   
1991 The voyager

(Homo Faber). Avec : Sam Shepard (Walter Faber), Julie Delpy (Sabeth), Barbara Sukowa (Hannah), Dieter Kirchlechner (Herbert Hencke), Traci Lind (Charlene), Deborra-Lee Furness (Ivy), August Zirner (Joachim), Thomas Heinze (Kurt), Bill Dunn (Lewin). 1h57.

Walter Faber est ingénieur à l'UNESCO. Il partage son temps entre l'Europe et les deux Amériques. Agé de plus de 50 ans, il rencontre une jeune fille, Sabeth, au cours d'une croisière. Ils consommeront leur amour jusqu'au bout, jusqu'à ce que lui, qui ne croit d'habitude qu'au concret, découvre que la jeune femme est sa fille.

   
1996 Le roi des Aulnes

(Der Unhold). Avec : John Malkovich (Abel), Gottfried John (Chef Forrester), Marianne Sagebrecht (Mrs. Netta), Volker Spengler (Fieldmarshall Hermann Goering), Heino Ferch (Officier SS Raufeisen), Dieter Laser (Prof. Blaettchen), Agnès Soral (Rachel), Sasha Hanau (Martine). 1h58.

C’est Rachel qui, la première, lui dit un jour qu’il était moins un amant qu’un ogre. Jeune adulte en cette fin des années trente, Abel Tiffauges est accusé, à tort, lui qui aime tant les enfants, d’avoir violenté une petite fille, Martine. Il n’échappe au jugement que par l’entrée en guerre de la France. Prisonnier en Prusse orientale, il se plaît à effectuer quelques escapades dans la forêt autour du stalag et, installé dans une cabane, y attend la venue d’un élan aveugle que les gens alentour nomment “l’ogre”. C’est ce que lui révèle l’officier garde-forestier venu le surprendre. Celui-ci, tout en lui interdisant de revenir, lui propose de l’affecter à son service. Ainsi Abel va-t-il côtoyer le maréchal Göring, venu chasser le cerf sur ses terres et se livrer à un gigantesque carnage d’animaux. Envoyé sur le front russe, le garde-forestier le fait affecter au château du comte de Kaltenborn, devenu résidence de formation des Jeunesses Hitlériennes. Chargé du ravitaillement et de la surveillance du dortoir, Abel donne libre cours à son amour pour ces enfants et gagne la confiance de l’adjudant SS Raufeisen; celui-ci lui ordonne d’aller dans les campagnes recruter les fils de paysans qui jusque là ne leur sont pas envoyés. Abel redevient ogre. Impliqué dans le complot raté contre Hitler, Kaltenborn est arrêté par Raufeisen, qui lui-même part sur le front russe avec les plus âgés des jeunes gens. Alors qu’il pourrait profiter de la débâcle et s’enfuir, Abel veut rester avec les plus jeunes et les exhorte à se rendre à l’armée russe. Mais, déjà fanatisés, ils n’entendent plus raison et, prêts au suicide collectif, se rallient aux ordres de Raufeisen, revenu battre en retraite. Pour sauvegarder un enfant – le petit Juif Ephraïm qu’il a ramené en cachette – Abel doit en sacrifier un autre. Tandis que l’Armée Rouge encercle le château, il s’enfuit avec Ephraïm sur les épaules à travers les étangs glacés.

   
1998 Palmetto

Avec : Woody Harrelson (Harry Barber), Elisabeth Shue (Mrs. Donnelly/Rhea Malroux), Gina Gershon (Nina), Rolf Hoppe (Felix Malroux), Michael Rapaport (Donnely), Chloë Sevigny (Odette), Tom Wright (John Renick), Marc Macaulay (Miles Meadows), Joe Hickey (un avocat), Ralph Wilcox (le juge). 1h54.
   
2000 Les trois vies de Rita Vogt

(Die Stille nach dem Schuss). Avec : Bibiana Beglau (Rita Vogt), Martin Wuttke (Erwin Hull), Nadja Uhl (Tatjana), Harald Schrott (Andi), Alexander Beyer (Jochen Pattka), Jenny Schilly (Friederike), Mario Irrek (Klatte), Thomas Arnold (Gerngross), Franca Kastein (Anna). 1h51.

Rita Vogt, jeune fille de vingt ans, passionnée et radicalement éprise de justice, vit dans l’Allemagne idéologiquement divisée des années 70. Elle fait partie d’un groupe de terroristes activistes menés par Andreas Klein, dont elle est la maîtresse. Poursuivie pour un hold-up et sa participation à la sanglante évasion de Klein, elle se réfugie à Paris. Mais elle y abat un policier, lors d’un simple contrôle de routine et, l’étau se resserrant autour de la bande, elle accepte l’asile proposé par la République démocratique allemande.
En RDA, Rita prend une nouvelle identité : Susanne Schmidt, ouvrière dans une usine de textiles. L’une de ses collègues, la fragile et alcoolique Tatjana, est fascinée par son arrivée ; elle se demande comment Susanne a pu abandonner volontairement l’abondance matérielle de l’Occident pour épouser la cause des prolétaires dans un pays qui manque de tout. Les deux jeunes femmes sont bientôt liées par une amitié très forte, Tatjana ressentant même une attirance trouble pour Rita / Susanne. Mais son passé rattrape l’ancienne terroriste, dont le visage est dévoilé sur les écrans par les télévisions de l’Ouest diffusant l’avis de recherche. La jeune femme doit fuir subitement, au grand dam de Tatjana, tombée amoureuse d’elle.
Rita devient cette fois Sabine Welter, employée d’usine ferroviaire, veuve depuis peu. Au cours d’un séjour estival durant lequel elle accompagne des enfants d’ouvriers, elle rencontre Jochen, étudiant en sciences physiques. Une liaison naît entre eux : Jochen veut faire de Sabine Welter sa femme et la mère de ses enfants. Il veut partir en URSS pour travailler, mais Rita est assignée à résidence en tant qu’ex-terroriste, et se voit contrainte d’avouer son passé à Jochen. Un événement imprévu – la chute du Mur de Berlin – remet Rita face à son destin : à l’heure de la réunification, l’Ouest exige l’extradition des terroristes. Rita Vogt, qui n’a pu réellement se reconstruire une existence malgré ses deux nouvelles chances, décide d’aller au bout de son parcours : elle tente de passer en Union soviétique et force un barrage en moto. Les gardes-frontière l’abattent.

   
2002 The enlightment

Segment de Ten Minutes Older : The Cello
   
2004 Le neuvième jour

(Der neunte Tag). Avec : Ulrich Matthes (Abbé Henri Kremer), August Diehl (Le Sous-Lieutenant Gebhardt), Bibiana Beglau (Marie Kremer), Germain Wagner (Roger Kremer), Hilmar Thate (L'évêque Philippe), Jean-Paul Raths (Raymond Schmitt), Ivan Jirik (Armando Bausch). 1h35.

Février 1942. Détenu au camp de concentration de Dachau dans le bloc des prêtres, l'abbé Henri Kremer, catholique luxembourgeois arrêté pour résistance au régime nazi, est libéré pour convaincre l'évêché luxembourgeois de coopérer avec les nazis. Il a neuf jours pour se décider. De son choix dépend son avenir mais aussi celui de ses amis et de sa famille. Une fois revenu dans son pays, il doit se présenter chaque jour au jeune sous-lieutenant Gebhardt, de l'armée d'occupation. C'est alors que ce dernier lui dévoile la véritable intention de cette permission inattendue. Si Kremer parvient à convaincre l'évêque du Luxembourg de renoncer à son attitude de résistance passive et de se rallier à la politique d'Hitler envers les Églises, il en sera récompensé par une liberté définitive. En cas de tentative de fuite, Kremer mettra en danger non seulement la vie des déportés de Dachau, mais aussi celle de sa famille. Déchiré entre les souvenirs insoutenables de l'horreur du camp et sa conviction de chrétien, Kremer est pris dans un dilemme d'autant plus éprouvant que Gebhardt, lui-même diacre, use d'arguments théologiques pour l'amener à trahir.

   
2006 L'héroïne de Gdansk

(Strajk-Die Heldin von Danzig). Avec : Katharina Thalbach (Agnieszka Kowalska), Andrzej Chyra (Lech Walesa), Dominique Horwitz (Kazimierz), Andrzej Grabowski (Sobieski), Dariusz Kowalski (Bochnak), Krzysztof Kiersznowski (Mateusz), Ewa Telega (Mirka). 1h44.
   

2007

Ulzhan

Avec : Philippe Torreton (Charles), Ayanat Ksenbai (Ulzhan), David Bennent (Shakuni), Maximilien Muller (Eric), Olga Landina (Olga). 1h35.

Charles ne sait pas pourquoi, mais il doit quitter la France, maintenant, tout de suite. Au volant de sa voiture, il roule encore et encore, comme poussé par une force mystérieuse. Mais son véhicule tombe en panne au beau milieu du Kazakhstan. Peu freiné par cette avarie, il décide de continuer à pieds et découvre les steppes d’Asie centrale avec étonnement. Errant heureux pour la première fois de son existence, il croise des locaux, jusqu’à rencontrer la sublime Ulzhan, qui va l’aider à trouver ce qu’il cherchait vraiment dans ce voyage improvisé…

   
2011 La mer à l'aube

Téléfilm. Avec : Léo Paul Salmain (Guy Môquet), Marc Barbé (Jean-Pierre Timbaud), Ulrich Matthes (Ernst Jünger). 1h30.

Le 20 octobre 1941. Trois activistes appartenant aux "Bataillons de jeunesse" du Parti communiste abattent le lieutenant-colonel Karl Hotz dans le centre de Nantes. Deux heures plus tard, la sentence tombe : Hitler exige en représailles l'exécution de 150 otages. A Paris, à la Kommandantur, Otto von Stülpnagel, chef des forces d'occupation allemandes en France, va tout tenter pour réduire le nombre des exécutions exigées par le Führer. L'officier Ernst Jünger, par ailleurs écrivain et philosophe, est chargé par son général de noter, heure par heure, les événements.

Retour à la page d'accueil