1947

A la demande du Général Toda Rai, une petite communauté de nonnes vient s'installer dans le village de Mopu, au pied de l'Himalaya, pour ouvrir un dispensaire et une école.

L'agent britannique de la région, M. Dean, hostile au projet, se heurte à sueur Clodagh, la mère supérieure. Tant bien que mal, les nonnes s'installent dans un ancien harem mis à leur disposition par Todai Rai. Le dispensaire est enfin ouvert, puis l'école que fréquente assidûment le fils du Général, Dilip Rai.

Mais, bien vite, les soeurs se rendent compte que leurs efforts restent vains : l'enseignement qu'elles prodiguent aux indigènes n'est pas appliqué, Dilip Rai quitte l'école avec une jeune fille, Kanchi et un bébé soigné au dispensaire meurt. Suite à ce drame, l'hostilité de la population se déchaîne soudain.

L'atmosphère envoûtante du lieu agit sur les nerfs de la communauté : soeur Clodagh se prend à penser avec nostalgie à son enfance en Irlande et soeur Ruth décide de quitter l'habit et vient s'offrir à M. Dean qui la refuse.

Devenue folle, Ruth tente de précipiter soeur Clodagh dans le vide, mais après une courte lutte, c'est elle qui tombe. Vaincues par ces terribles épreuves, les nonnes abandonnent le couvent. Dean les regarde partir avec regret.

Rumer Goddon, auteure fascinée par l'Inde, déplore dans son roman l'impossibilité des occidentaux à vivre autrement. Le narcisse noir est le contraire d'Horizons perdus où des occidentaux s'éveillent à une autre forme de spiritualité. Ici c'est le contraire : les nonnes s'interrogent sur leur foi, sur son bien-fondé. Elles ont toujours l'impression d'être en décalage par rapport à la réalité. Le plan dans la falaise anéantit toutes les prétentions de l'ordre religieux. La beauté du lieu s'avère néfaste : la sœur jardinier plante des fleurs au lieu des légumes ; Sœur Clodagh se souvient avec nostalgie de son fiancé qui l'a quittée et sœur Ruth développe une passion névrotique pour M. Dean.

C'est dans l'atmosphère vénéneuse qui s'empare du couvent, comme asphyxié par l'air pur des montagnes que le film trouve son intensité maximum. Les séquences où Ruth apparait soudain en robe rouge, ses yeux cernés de cette même couleur par le vent des montagnes et sa folie meurtrière sont magnifiées par le technicolor.

Le Narcisse noir est le nom du parfum utilisé par Dilip Rai, le fils du général, qui entête les femmes autour de lui. Il rappelle son passé à sœur Briony et à Clodagh ses amours anciennes en Irlande. Mais le retour du passé se manifeste aussi dans la fonction ancienne du palais, celle de harem, et dans l'éternité de la culture indigène. Ces archaïsmes culturels, géographiques ou sentimentaux auront raison de la douceur de la culture catholique progressiste (médecine et éducation).

Powell décide dès le départ d'un tournage en studio. L'ensemble est tourné aux studios de Pinewood dans des décors de plâtre et de cartons découpés. Les extérieurs, prés de la rivière, sont filmés non loin de Brighton. Le technicolor trichrome rend tellement la sensualité des lèvres des actrices qu'elles doivent être maquillées avec du beige.

 

 

Test du DVD

Carlotta-Films. Mars 2012. Nouveau master restauré haute définition. Durée du film : 1h40. 15 €.

Suppléments : Il était une fois Le narcisse noir (24 mn) Collaborateurs et proches des Archers se souviennent de la production du Narcisse noir. Spectrum (32 mn) Darius Khondji, célèbre directeur de la photographie décrit son approchedu film. La bande-annonce.

Retour à la page d'accueil

(The Black narcissus). D'après le roman de Rumer Goddon. Avec : Deborah Kerr (Sœur Clodagh), David Farrar (M. Dean), Kathleen Byron (Sœur Ruth), Sabu (Dilip Rai), Flora Robson (Sœur Philippa), Esmond Knight (le vieux général), Jean Simmons (Kanchi), Judith Furse (Sœur Briony), Jenny Laird (Sœur Honey), May Hallatt (Angu Ayah). 1h40.
Le narcisse noir
Voir : photogrammes
dvd editions Montparnasse