Michele se regarde dans le mirroir avec sa caméra. Peu après, assis sur la lunette des toilettes, il essaie de monter la caméra sur un trépied. Une procession relieuse passe dans la rue.

Dans la salle de bain, se succedent des amis qui viennent parler de leurs problèmes. Puis c'est un roman-photo : un homme et une femme sont sur le point de se quitter car elle vient de lui avouer lui avoir fait croire qu'elle était pauvre. Il est abasourdi. C'est l'histoire des Epoux promis, Renzo et Lucia...

Le titre du film est un jeu de mots sur les deux expressions françaises :"pâté de foie" et "Epater le bourgeois". Le titre du premier film en super8 de Moretti ne pend donc pas d'accent circonflexe sur le mot "Paté".

Moretti montre le film et le suivant, La défaite, à Tullio Kezich et Paolo et Vittorio Taviani qui l'apprécient. Il le montre aussi et Adriano Apra qui a pris la direction du Film studio 70, petit cinéma cinéphile où Moretti se rend souvent. Adriano Apra n'est pas convaincu comme il sera l'année suivante par Come parli, frate ?. Apra encourage néanmoins Moretti et sélectionnera ses trois premiers films en super8 au Festival "Dimensione super8" en décembre 1975.

Source : Cinéma Autarchico sur le DVD Montparnasse

 

 

Retour à la page d'accueil

Paté de bourgeois
1973
Avec : Nanni Moretti, Mariella Gramaglia, Luca Codignola, Maurizio Flores d'Arcais, Fabio Traversa, Franco Moretti. 0h26.