2006

1919. Deux frères, Damien et Teddy, leur ami Dan et un groupe de villageois décident de combattre l'ennemi britannique inique et sanguinaire, suite aux exactions qu'il commet en toute impunité. Ils s'engagent dans le combat pour l'indépendance de l'Irlande.

Palme d'or au 59ème festival de Cannes 2006, Le vent se lève avait tout pour faire partie des films à thèse de Ken Loach. Dans ceux-ci, Hidden Agenda, The navigators, Just a kiss, il se contente d'illustrer un scénario en recherchant une invisibilité de la mise en scène qui confine à l'académisme.

Un film de guerre...

Ici l'appartenance au genre du film de guerre impose, dès l'ouverture, un engagement dans la description que Ken Loach passe avec brio. La bêtise, le racisme, la grossièreté, la violence crasse des soldats anglais recrutés parmi la lie de la société anglaise éclate et impose ce montage brutal et sans fioritures qui nous embarque avec Damien lorsqu'il décide de ne pas prendre le train pour relever le conducteur mis à mal par les soldats. L'entraînement des soldats de l'IRA (Irish Republican Army), leurs ripostes meurtrières aux insultes des soldats puis leur emprisonnement suite à une dénonciation sont aussi efficaces que les scènes d'actions du cinéma américain de la meilleure veine.

Le film bascule avec l'exécution des traîtres et notamment du jeune Chris. Damien, désorienté moralement et physiquement, ne sera plus jamais le même. Sa narration à Sinead de sa marche avec la mère de Chris vers la tombe du jeune homme figure sans doute parmi les séquences les plus émouvantes du film. A l'innocence perdue (thème récurrent de tout film de guerre) va succéder pour Damien un engagement radical. C'est seulement à ce moment que transparaît la position partisane de Ken Loach du côté non pas seulement d'une république irlandaise mais d'une république socialiste selon la volonté de Conolly (?) exprimée en 1916 lors de l'éphémère prise de Dublin.

L'opposition entre ces deux thèses s'incarne alors dans celle des deux frères pendant la scène du procès républicain : l'un souhaitant gagner la guerre (et exonérer le commerçant de sanction) et l'autre instaurer une république socialiste (où l'exploitation des plus faibles n'a plus sa place). Le traité du 6 décembre 1921 -occasion d'une projection de séquence d'actualités commentée par la salle puis d'une discussion plus académique- sera par la suite le déclencheur de la guerre civile et fratricide de 1922-23.

 

... épuré en tragédie

L'histoire personnelle de Damien, qui a perdu son humanisme en tuant Chris, transforme la thèse en tragédie. Elle le pousse à une radicalisation sans issue. La tragédie balaye ensuite Teddy qui perdra son âme en restant fidèle à son idéal de paix dans une Irlande débarrassée de l'occupation anglaise.

Le titre original du film, celui d'une complainte irlandaise : The Wind that Shakes the Barley (le vent qui agite l'orge) rend davantage compte de cette tragédie où le vent de l'histoire souffle et agite les hommes sans plus d'égards qu'il n'en témoigne pour les épis.

C'est par la forme tragique donnée à la révolution irlandaise que Ken Loach assume le mieux ses opinions politiques. Les socialistes sont émouvants dans l'évocation de leurs rêves (en prison) mais la politique se gagne dans les urnes de la démocratie. Et Ken Loach sent bien que l'idéal des républicains irlandais s'est éteint.

De Valera qui déclencha la guerre civile à la tête de l'IRA après la ratification du traité par le parlement irlandais en 1922 arrêtera les combats au printemps 1923. Par une succession de votes et de négociation avec l'Angleterre (voir de compromission avec l'Allemagne) l'Irlande gagnera ensuite sous ses couleurs (puis celles de Costello) son indépendance en 1949... Et l'Irlande voguera vers le libéralisme conservateur qu'elle incarne sans doute aujourd'hui plus qu'aucun autre pays européen. Tout ça pour ça !

Jean-Luc Lacuve le 28/08/2006

 

Retour à la page d'accueil

Genre : Film de guerre
(The Wind that shakes the barley). Avec : Cillian Murphy (Damien), Padraic Delaney (Teddy), Liam Cunningham (Dan), John Crean (Chris), Orla Fitzgerald (Sinead), Myles Horgan (Rory), Siobhan Mc Sweeney (Julia). 2h04.
Le vent se lève