Port Authority

Danielle Lessovitz
2019

Avec : Fionn Whitehead (Paul), Leyna Bloom (Wye), McCaul Lombardi (Lee), Louisa Krause (Sara). 1h34.

Paul, 20 ans, débarque de Pittsburgh à Port Authority, l’immense gare de bus de Manhattan. Sa demi-sœur censée l’héberger ne répond pas au téléphone. Paul regarde dehors un groupe de danseurs et danseuses noirs. Plus tard, il prend le métro. Deux passagers le tabassent pour lui subtiliser son portable. Secouru par Lee, un jeune homme un peu plus âgé que lui, Paul trouve une place dans un foyer, en échange de quoi il doit se plier à une sale besogne : forcer, en les menaçant d’expulsion, les locataires immigrés à payer leur loyer dont ils peinent à s’acquitter.

Au sein du clan que dirige Lee, se cultivent le racisme, le sexisme et l’homophobie. Paul découvre dans un club de danse la fille dont la beauté l’avait troublé dans la rue lors de son arrivée. Les membres de la communauté LGBT afro-américaine à laquelle elle appartient le rejettent immédiatement mais Wye s'attache à lui et le fait progressivement accepter au sein de leur groupe où les journées sont entièrement dévolues à la pratique du voguing, une danse autant qu’un mode de vie.

Wye souhaite rencontrer les amis et la famille de Paul et celui-ci doit mentir pour tenter, sans grand succès, de garder Wye. Pire, un ami de la communauté noire de Wye a été assassiné par la bande de Lee. Paul est plus décontenancé encore quand Wye lui annonce qu'elle est transgenre

Lorsque Lee veut expulser Wye et ses amis e leur appartement, Paul se cache d’abord puis le denonce. Lee est arrêté. La communauté LGBT pardonne à Paul qui trouvera peut-être une famille et l'amour de Wye.

L’immense terminus de bus de Manhattan, Port Authority, sur lequel s’ouvre le film est l'occasion de la rencontre décisive entre Paul et Wye. New York est cependant assez peu montrée. De même, le voguing, ses répétitions en solo ou en groupes (correspondant chacun à des catégories précises), les compétitions dans les bals travestis (ballrooms) pourraient être davantage montrées.

Le film en reste à une initiation un peu convenue d’un adolescent qui quitte la famille qui s’était imposée à lui pour en choisir une qui lui convient mieux.

Jean-Luc Lacuve, le 15 septembre 2019