né en 1953
20 films
   
   
5
 

Né à Marseille en 1953 d’une mère allemande et d’un père arménien, docker, Robert Guédiguian grandit dans le quartier populaire de l'Estaque, à Marseille. S'intéressant très tôt aux questions politiques, il entame des études de sociologie à la faculté d'Aix-en-Provence où il rencontre sa future compagne, Ariane Ascaride, qu'il suit à Paris lorsqu'elle s'inscrit au Conservatoire. Auteur d'une thèse sur la perception de l'Etat dans le milieu ouvrier, il est bientôt contacté par René Féret pour coécrire une adaptation de Berlin Alexanderplatz. Le projet n'aboutira pas, mais Guédiguian collaborera avec le cinéaste sur le scénario de Fernand, en 1980.

Déçu par la politique, Robert Guédiguian trouve dans le cinéma une nouvelle manière de s'engager. Il signe en 1980 son premier long métrage, le désabusé Dernier été, présenté en section parallèle à Cannes, avec au générique Ariane Ascaride et Gérard Meylan, comédiens qui joueront dans la plupart de ses films, formant la "famille Guédiguian" -qui comptera aussi bientôt Jean-Pierre Darroussin. Se qualifiant lui-même de "cinéaste de quartier", il tourne ensuite plusieurs films confidentiels, dont Rouge midi (1985), portrait de plusieurs générations d'immigrés italiens. Il sort de l'ombre en 1995 grâce à A la vie, à la mort !, un hymne à la solidarité salué par la critique, avant que le grand public ne le découvre à son tour avec l'optimiste Marius et Jeannette, romance en milieu ouvrier qui vaut à Ascaride le César de la Meilleure actrice en 1998.

Tout en restant fidèle à la cité phocéenne, Robert Guédiguian s'essaie à différents genres, du film noir (A la place du coeur) à la fable (Mon père est ingénieur). Loin du cliché de la bonne humeur méridionale, le cinéaste tourne en 2000 une ambitieuse oeuvre chorale, La Ville est Tranquille, constat désespéré sur la misère sociale et la fin des utopies. Héritier du cinéma populaire des années 30 à 50 -il signe d'ailleurs avec A l'attaque ! une variation autour de La Fête à Henriette de Duvivier-, Guédiguian est l'auteur en 2002 d'un vibrant mélodrame, Marie-Jo et ses deux amours, présenté en compétition au Festival de Cannes. En 2004, celui qui a longtemps eu sa carte au Parti Communiste abandonne le petit théâtre de l'Estaque pour se consacrer au Promeneur du Champ de Mars, évocation pudique et dépassionnée des derniers jours de la vie de François Mitterrand. Après un Voyage en Arménie en forme de quête des origines (2007), il revient à Marseille tourner Lady Jane, un polar présenté en compétition à Berlin en 2008 puisl revient sur le réseau Manouchian dans l'ambitieux L'armée du crime, présenté à Cannes en 2009. Infatigable militant, il revient dans la Cité phocéenne deux ans plus tard, plus précisément dans son quartier d'enfance, l'Estaque, et y tourne Les neiges du Kilimandjaro, drame social populaire dans lequel il redirige ses deux acteurs fétiches Jean-Pierre Darroussin et Ariane Ascaride. Après deux films mineurs, Guedigian met en scène La villa en 2017.

Filmographie :

1981 Dernier été

Avec : Gérard Meylan (Gilbert), Ariane Ascaride (Josiane), Jean-Pierre Moreno (Mario), Djamal Bouanane (Banane), Malek Hamzaoui (Le muet). 1h25.

Ferronnier aux chantiers navals de Marseille, Gilbert a décidé de prendre du repos. « Je ne vais pas travailler toute ma vie » explique-t-il au contremaître. Gilbert habite l'Estaque, quartier populaire au nord de la grande cité phocéenne. Il y vit chez ses parents - le père, à la suite d'un accident du travail, est au chômage - avec ses deux petites soeurs et son frère Boule. Avec un copain, Boule vient de faire main basse sur la caisse d'un bar dont le patron l'a reconnu. Lorsque celui-ci vient menacer Boule de le livrer à la police, Gilbert arrange le coup en promettant au cafetier de lui restituer son argent. Gilbert passe ses journées avec des copains : Mario, un camionneur marié et père de famille, qui ne manque pas une occasion de prendre du bon temps ; Banane, un Maghrébin toujours de bonne humeur ; « le Muet », un Italien, qui parle peu en comparaison avec la faconde de ses compagnons. Les uns et les autres boivent sec car il fait chaud sur la terrasse du « Café du centre ». Parfois, des jolies filles passent, qui déclenchent sifflets et lazzis. L'une d'elles, Josyane, a tapé dans l'oeil de Gilbert, et sa copine, la blonde Martine, a fait un gros effet sur Mario qui, après huit ans de mariage, n'est plus à une infidélité près. Les couples se retrouvent au bal, le soir, en plein air. Boule, en costume blanc, invite Josyane et la serre de trop près : Gilbert le frappe, Boule sort son couteau, Mario sépare les deux frères.
La drague, le baby-foot, les tournées de « casa », la pêche font passer le temps. La nuit, c'est la fête, d'un bistrot à l'autre, au restaurant d'où l'on part sans payer. À bord d'une voiture volée, les quatre compères sillonnent la ville avant de terminer leur virée chez « les putes ». Au matin, on a mal aux cheveux.
Les choses sont devenues sérieuses entre Josyane et Gilbert. Ils se sont revus, se sont aimés. En revanche, chez Mario, c'est la soupe à la grimace : sa femme l'a traité d'ivrogne et menace de le tromper à son tour. Un jour, Banane persuade Gilbert de l'accompagner sur un « coup » sans risque : une propriété vide avec plein d'argent dedans. Banane s'est trompé : un homme surgit, avec un fusil, qui tire sur les deux fuyards. Gilbert s'écroule, frappé à mort. Josyane l'attend en vain au rendez-vous qu'ils s'étaient fixé. Des enfants jouent au football sur un terrain vague : la vie continue à l'Estaque, sous le chaud soleil de l'été.

   
1985 Ki lo sa ?

Avec : Ariane Ascaride (Marie), Pierre Banderet (Pierrot), Jean-Pierre Darroussin (Dada), Gérard Meylan (Gitan) et Alain Lenglet (L'amant de Marie). 1h30.

Plusieurs enfants ont passé les heures les plus chaleureuses de leur jeunesse à s'amuser dans le parc d'une grande et luxueuse demeure. Au moment de se séparer, tous s'étaient promis de se retrouver. Le jour du rendez-vous, quatre d'entre-eux seulement sont présents.

   
1985 Rouge midi

Avec : Gérard Meylan (Jérôme), Ariane Ascaride (Maggiorina), Raúl Gimenez (Mindou), Martine Drai (Ginette), Jacques Boudet (Fredou, la fada). 1h40.

En 1920, Maggiorina, partie d'Italie, arrive à l'Estaque, Marseille, ou Jérôme et Mindou, deux amis, se disputent le titre du meilleur nageur. En 1930, Maggiorina, ouvrière épouse Jérôme, devenu chauffeur de maître, Mindou, essaie de prostituer Ginette, l'amie de Maggiorina. Il y renonce parce qu'il aime en secret Maggiorina. Jérôme et Maggiorina auront des enfants et seront simplement heureux. Mindou sera tiraillé entre son apartenance au "milieu" et son attachement à la classe ouvrière. Ginette, qui rêvait d'être chanteuse, aura des tas d'amants et finira seule, alcoolique. En 1935, Pierre, le fils de Jérôme et Maggiorina, vit son quartier de grève. En 1950, il est instituteur et militant. Passionné, idéaliste, il veut modifier le cours de l'histoire. Il épouse Céline qui attend un enfant. En 1960, Sauveur, fils de Pierre et Céline, porte, avec le prénom d'un oncle assassiné, la mémoir

   
1989 Dieu vomit les tièdes

Avec : Jean-Pierre Darroussin (Cochise), Ariane Ascaride (Tirelire), Pierre Banderet (Quatre-Oeil), Gérard Meylan (Frisé), Hélène Surgère (la mère de Cochise). 1h40.

Dans une ville du sud de la France, trois garçons et une fille se jurent, à l'âge des serments, de ne jamais oublier qu'ils sont des fils de pauvres. On les retrouve vingt ans plus tard dans la même ville

   
1993 L'argent fait le bonheur,

Avec : Ariane Ascaride (Simona Viali), Jean-Pierre Darroussin (Le Curé), Pierre Banderet (M. Degros), Danièle Lebrun (La Prostituée), Roger Souza (Jackpot). 1h28.

Dans une cité de la banlieue de Marseille, la population fort variée cohabite plutôt bien que mal. Face à l'inéluctable engrenage de la délinquance et de la drogue, un curé tente de réagir mais sans grand succès. Une assemblée de mères de famille va trouver une solution avec son appui et conseiller aux jeunes de s'attaquer non pas à la propriété de leurs voisins mais aux biens des riches.

   
1995 À la vie, à la mort !

Avec : Ariane Ascaride (Marie-Sol), Pascale Roberts (Joséfa), Jacques Gamblin (Patrick), Gérard Meylan (José), Jean-Pierre Darroussin (Jaco). 1h40.

L’Estaque, quartier ouvrier du Nord de Marseille. Le soir, au “Perroquet Bleu”, un cabaret minable situé quelque part entre les cheminées des raffineries et la mer, Joséfa fait ses strip-teases. Elle accepte encore d’exhiber un corps qu’elle sait vieilli devant un public de fidèles de moins en moins nombreux. Elle se sent usée, mais il faut bien vivre; alors, elle continue. Le “Perroquet Bleu” est tenu par José, le compagnon de Joséfa, un ancien garagiste qui prend bien soin de sa vieille Mercedes. Le lieu se transforme en arche de Noé où se réfugient les exclus de la société. Marie-Sol, la sœur de José, est employée de maison. Elle loge dans une bicoque mise à sa disposition par son patron, avec son père, Papa Carlossa, un républicain espagnol exilé, et Patrick, son mari, chômeur de longue durée. Le jour où elle perd son emploi, et aussi son logement, Joséfa leur offre tout naturellement l’hospitalité. Et puis il y a Jaco, lui aussi au chômage. À force de ne plus pouvoir payer les traites de la maison, sa femme et ses deux filles l’ont quitté. Marie-Sol prie tous les jours la Vierge à Notre-Dame de la Garde dans l’espoir d’avoir un enfant que Patrick ne peut lui donner. Papa Carlossa n’a rien oublié de son engagement anti-franquiste. Handicapé, condamné au fauteuil roulant, il passe son temps à dessiner une fresque de Goya. Farid, le petit orphelin beur, et Vénus, la jeune droguée qui se prostitue, l’un et l’autre paumés de la rue, sont les enfants adoptifs de cette grande famille. Malgré la misère, l’amour, l’amitié et la solidarité existent. Jaco part à la dérive. Otto, un ancien légionnaire, habitué du bar, le ramène au bercail. Farid aime Vénus et la prend sous sa protection. L’adolescente s’accroche à cette aide. Marie-Sol est enceinte de Jaco. Otto, Jaco et José tentent de le faire comprendre à Patrick. Celui-ci semble accepter la situation. Et puis un matin, il se suicide afin que son épouse et “son” enfant puissent toucher la prime de son assurance-vie. Le jour de l’enterrement, à l’initiative de Papa Carlossa, la famille du “Perroquet Bleu” entonne un vieux chant républicain, à la mémoire d’un camarade disparu. Et la vie continue. Ensemble, ils se débattent pour garder la tête hors de l’eau. À Notre-Dame de la Garde, Marie-Sol adresse à la Vierge une prière dont les termes ne sont plus tout à fait les mêmes.

   
1997 Marius et Jeannette

Avec : Ariane Ascaride (Jeannette), Gérard Meylan (Marius), Pascale Roberts (Caroline), Jacques Boudet (Justin). 1h42.

À l'Estaque, faubourg populaire du nord de Marseille, Jeannette élève seule ses deux enfants, Magali et Malek. Depuis le départ du père de sa fille et la mort accidentelle de celui de son fils, elle a oublié ce que signifie la présence d'un homme auprès d'elle. Sa petite maison donne sur une cour partagée avec ses voisins et amis : Justin, instituteur retraité et beau parleur, qui apprécie la toujours belle Caroline, déportée dans sa jeunesse, militante communiste envers et contre tout, et cuisinière émérite. Il y a aussi l'énergique Monique, toujours en train de houspiller Dédé, son mari lymphatique. Alors qu'elle tente de dérober de la peinture entreposée dans une cimenterie vouée à la démolition, et qui domine l'Estaque, Jeannette affronte le gardien des lieux, Marius, un grand gaillard un peu mystérieux. Non seulement il lui apporte les pots de peinture chez elle, mais il repeint la maison et s'y installe peu après. Car le grand amour s'est déclaré entre eux...

   
1998 A la place du coeur

Avec : Ariane Ascaride (Marianne), Christine Brücher (Francine), Jean-Pierre Darroussin (Joël), Gérard Meylan (Franck), Alexandre Ogou (Bébé). 1h53.

À Marseille, dans un quartier populaire, Clim et Bébé, deux adolescents, elle blanche, lui noir, s'aiment depuis l'enfance. Ils ont décidé de vivre ensemble, le garçon espérant devenir sculpteur et son amie faisant des petits boulots. Mais Bébé a été jeté en prison, accusé de viol par un policier raciste. Clim, lors d'une visite aux Baumettes, lui annonce qu'elle est enceinte et qu'elle a confiance, malgré tout.

Clim et ses parents, Joël et Marianne, vont en informer la famille adoptive de Bébé : aucun problème avec le père, Franck, ami de Joël et, comme lui, ouvrier en semi-chômage; mais la mère de Bébé, Francine, vit une folie mystique dans laquelle elle a entraîné sa fille Blondine, adoptée également, et noire comme Bébé. Joël, Marianne, Franck, Clim et leurs proches unissent leurs efforts pour disculper le jeune homme et le sortir de prison. Il faut lui payer un bon avocat et la victime du viol doit dire qu'elle a dénoncé Bébé sous la contrainte.

Les pères n'hésitent pas à se livrer à la contrebande et au recel pour se procurer de l'argent. Clim, dont le ventre grossit, rend des visites régulières à Bébé et lui redonne espoir. Marianne peut partir à Sarajevo pour retrouver Mme Radic, la femme violée, une Bosniaque qui a séjourné à Marseille durant la guerre et vient de rejoindre son pays, la paix revenue.

La confrontation avec la jeune femme est douloureuse et, encore trop bouleversée, elle ne peut disculper Bébé. Marianne revient et le désespoir gagne presque Clim, Bébé et leurs pères. Mais une lettre arrive de Bosnie : le frère de Mme Radic annonce que sa sœur admet ne pas avoir pu reconnaître son violeur, un témoignage qui sauve définitivement Bébé.

   
2000 À l'attaque!

Avec : Ariane Ascaride (Lola), Pierre Banderet (M. Moreau), Frédérique Bonnal (Marthe), Patrick Bonnel (Henri), Jacques Boudet (Pépé Moliterno). 1h30.

Xavier et Yvan, deux scénaristes, font le pari d’écrire un conte politico-économique. Ils imaginent la vie des Moliterno, une famille de garagistes. Les temps sont durs pour Lola, jeune veuve qui mène tout son petit monde à la baguette. C’est elle qui tient les cordons de la bourse et qui se rend régulièrement à la banque renégocier les prêts. La situation financière de toute la famille devient périlleuse lorsqu’une entreprise, importante cliente du garage, met la clé sous la porte sans honorer ses dettes. Les Moliterno n’ont pas l’intention de se laisser faire...

   
2000 La ville est tranquille

Avec : Ariane Ascaride (Michèle), Jean-Pierre Darroussin (Paul), Gérard Meylan (Gérard), Jacques Boudet (le père de Paul). 2h13.

Michèle travaille du soir au matin à la crié de Marseille, elle charrie le poisson à main nue et souffle sur ses doigts engourdis par la glace. Lorsqu'elle rentre dans sa barre HLM à mobylette c'est pour retrouver sa fille qui se drogue, fait la pute et ne s'occupe pas de son bébé Ameline et son mari qui cuve son pastis et rumine sa haine raciste.

   
2002 Marie-Jo et ses 2 amours

Avec : Ariane Ascaride (Marie-Jo), Jean-Pierre Darroussin (Daniel), Gérard Meyland (Marco), Julie-Marie Parmentier (Julie), Jacques Boudet (Jean-Christophe). 2h04.

Marie-Jo file le bonheur parfait, entre sa vie de couple toujours pleine de désir pour Daniel, sa fille Julie, l’entreprise de construction familiale et son boulot d’ambulancière. Mais Marie-Jo aime aussi Marco. Celui-ci souffre de n’être avec elle que par intermittences. Comment aimer deux hommes à la fois ? C’est la difficile situation à laquelle Marie-Jo doit faire face, non sans mal.

   
2004 Mon père est ingénieur

Avec : Ariane Ascaride (Natacha / Marie), Jean-Pierre Darroussin (Jérémie / Joseph), Gérard Meylan (Monsieur Vadino / Roustido), Pascale Roberts (la mère de Natacha), Jacques Boudet (le père de Natacha). 1h48.

Tandis que sa mère lui lit la Pastorale provençale, Natacha se voit sur les quais de Marseille en Vierge Marie, portant l’enfant Jésus dans son ventre et accompagnée de son Joseph, Jérémie, qui fut son amour de jeunesse. Ils ont vécu beaucoup de choses ensemble. L’amour, les études, mais aussi le même engagement politique à gauche. Tous les ans, par jeu, ils décidaient ou non de continuer. Jérémie est monté à Paris et ils se sont perdus de vue. Il s’est engagé dans l’action humanitaire et sa brillante carrière, très médiatisée, l’a conduit à un poste haut placé au ministère de la Santé. Pédiatre et chef de service d’un hôpital de Marseille, Natacha n’a jamais quitté la cité déshéritée où elle a grandi. Aujourd’hui, elle a été recueillie par ses parents. Plongée dans un état de « sidération psychique » comme disent les psychiatres, elle ne dit plus un mot et n’adresse plus un regard. Alerté, Jérémie est venu la voir. Il décide de rester plus longtemps pour essayer de comprendre le pourquoi de ce mutisme. Il s’installe dans son appartement.
Les souvenirs ressurgissent, mais Jérémie s’efforce de reconstituer la vie quotidienne de Natacha. Il rencontre ses voisins, ses amis, ses patients. Natacha n’a rien renié de son passé et de son militantisme. Avec M. Vadino, elle a lutté activement contre les expropriations. Et puis un jour, elle s’est violemment opposée à lui. Bien que fils d’immigré italien, Vadino veut « rester français » et refuse que sa fille, Mylène, fréquente Rachid, un petit Kabyle. Il va même jusqu’à la battre alors qu’elle est enceinte. Natacha est venue au secours de Mylène contre son père. Mais ces événements ébranlent sa foi militante. Le traumatisme est survenu un soir, quand Vadino lui rend visite et la viole. Tout cela, Jérémie le découvre. Mylène et Rachid sont devenus Mireille et Vincent. Ils prennent la place de Marie et de Joseph dans une crèche provençale improvisée. Jérémie abandonne ses fonctions pour demeurer auprès de l’amour de sa vie. Il enlève Natacha, toujours inerte, et la ramène chez elle en la portant. Dans l’escalier il lui dit, souriant : « on continue ».

   
2005 Le promeneur du champ de Mars

Avec : Michel Bouquet (François Mitterrand), Jalil Lespert (Antoine Moreau), Philippe Fretun (Docteur Jeantot), Anne Cantineau (Jeanne), Sarah Grappin (Judith). 1h57.

En fin de second septennat, le Président, malade et condamné, décide de se confier à Antoine Moreau, jeune journaliste prenant sa tâche très à cœur, qui se rend à l’Elysée ou le suit dans ses déplacements. Le survol de la Beauce et de Chartres est l’occasion de revenir à Péguy et à une idée quasi-mystique de la France, alors que les gisants de la Basilique de Saint-Denis conduisent à une réflexion sur la mort et les traces laissées par des défunts célèbres. À Liévin, le Président exprime devant des ouvriers ses positions sur les combats sociaux. Quand Antoine, de condition modeste, retrouve les parents de sa compagne Jeanne, Mado et René, tous deux communistes, il mesure le fossé qui sépare désormais celui qu’il côtoie du peuple de gauche qui l’a élu.

Jeanne, qui attend un enfant, décide de quitter Antoine, trop absorbé par son travail. Ce dernier entre dans l’intimité du Président, le voit nu et souffrant, capable aussi d’affronter la mort et d’évoquer devant les Français ces « forces de l’esprit » auxquelles il croit. La confiance entre le vieil homme, enjoué ou mordant, distant ou chaleureux, et le plus jeune, impressionné mais soucieux d’en savoir plus sur les liens de son aîné avec Pétain et la Résistance, est écornée quand Antoine mène sa propre enquête à Vichy, ce qu’apprend le Président, qui déteste « les charognards » mais pratique les écoutes téléphoniques… Après le départ de l’Elysée, les deux hommes se revoient encore pour mettre au point leur livre. Le Président se réjouit qu’Antoine vive avec Judith, archiviste d’origine juive rencontrée à Vichy. « Allez ! Sauvez-vous ! » lui dit-il, lors d’une brève dernière rencontre d’adieu.

   
2006 Le voyage en Arménie

Avec : Ariane Ascaride (Anna), Gérard Meylan (Yervanth), Chorik Grigorian (Schaké), Romen Avinian (Manouk). 2h05.

Barsam est gravement malade. Et sa fille, Anna, qui est médecin le sait bien. Elle veut le pousser à se faire soigner, mais Barsam entend mener sa vie et la fin de sa vie à sa façon. Alors un jour, il disparaît sans prévenir personne. Les quelques indices qu’il laisse derrière lui tendent à faire croire qu’il est parti pour l’Arménie, la terre qui l’a vu naître. Décidé à le soigner malgré lui, Anna part à sa recherche dans un pays qu’elle ne connaît pas...

 

 
2008 Lady Jane

Avec : Ariane Ascaride (Muriel), Jean-Pierre Darroussin (François), Gérard Meylan (René), Yann Trégouët (Le jeune homme). 1h42.

Dans les années 60, Muriel, surnommée Lady Jane, François et René, amis d’enfance, s’amusent à de petits larcins. Le jour où ils tuent un bijoutier dans un parking, ils décident d’arrêter net leur vie de malfrats et de ne plus jamais se voir. Des années plus tard, Muriel tient une boutique de luxe appelée "Lady Jane". Tout va bien dans sa vie, jusqu’au jour où son fils est enlevé...

   
2009 L'armée du crime

Avec : Simon Abkarian (Missak Manouchian), Virginie Ledoyen (Mélinée Manouchian), Robinson Stévenin (Marcel Rayman). 2h19.

Dans Paris occupé par les allemands, l'ouvrier poète Missak Manouchian prend la tête d'un groupe de très jeunes juifs, Hongrois, Polonais, Roumains, Espagnols, Italiens, Arméniens, déterminés à combattre pour libérer la France qu'ils aiment, celle des Droits de l'Homme....

   
2011 Les neiges du Kilimandjaro

Avec : Ariane Ascaride (Marie-Claire), Jean-Pierre Darroussin (Michel), Gérard Meylan (Raoul), Marilyne Canto (Denise). 1h47.

Bien qu'ayant perdu son travail, Michel vit heureux avec Marie-Claire. Ces deux-là s'aiment depuis trente ans. Leurs enfants et leurs petits-enfants les comblent. Ce bonheur va voler en éclats devant deux hommes armés et masqués qui les frappent, les attachent et s'enfuient avec leurs cartes de crédit....

 

 
2014 Au fil d'Ariane

Avec : Ariane Ascaride (Ariane), Jacques Boudet (Jack), Jean-Pierre Darroussin (Le chauffeur de taxi), Anaïs Demoustier. 1h36.

C’est le jour de son anniversaire et Ariane est plus seule que jamais dans sa jolie maison. Les bougies sont allumées sur le gâteau. Mais les invités se sont excusés… Ils ne viendront pas. Alors elle prend sa jolie voiture et quitte sa jolie banlieue pour se perdre dans la grande ville…

   
2015 Une histoire de fou

Avec : Simon Abkarian (Hovannes), Ariane Ascaride (Anouch), Grégoire Leprince-Ringuet (Gilles), Syrus Shahidi (Aram). 2h14.

Berlin 1921, Talaat Pacha, principal responsable du génocide Arménien est exécuté dans la rue par Soghomon Thelirian dont la famille a été entièrement exterminée. Lors de son procès, il témoigne du premier génocide du 20ème siècle tant et si bien que le jury populaire l’acquitte. Soixante ans plus tard, Aram, jeune marseillais d’origine arménienne, fait sauter à Paris la voiture de l’ambassadeur de Turquie...

   
2017 La villa

Avec : Ariane Ascaride (Marie-Claire), Jean-Pierre Darroussin (Michel), Gérard Meylan (Raoul), Marilyne Canto (Denise). 1h47.

Bien qu'ayant perdu son travail, Michel vit heureux avec Marie-Claire. Ces deux-là s'aiment depuis trente ans. Leurs enfants et leurs petits-enfants les comblent. Ce bonheur va voler en éclats devant deux hommes armés et masqués qui les frappent, les attachent et s'enfuient avec leurs cartes de crédit....