1937

Stepok pleure sa mère battue à mort par son propre père. Il dénonce son père qui voulait brûler la récolte du Kolkhoze. La présidente de celui-ci enlève sa petite-fille encore bébé et repart avec Stepok.

Les koulaks incendient le dépôt de fuel. Stepok sauve les pigeons. Les fermiers encerclent l'église où se sont cachés les Koulaks. Ils sont délogés par les paysans. " Les vrais croyants ont tous disparus depuis longtemps " dit l'un des hommes. Les koulaks atteignent la route où défilent tracteurs et armée de paysans et paysannes. " Il faudrait les mettre au musée " dit Stepok.

Tout le monde décide de transformer l'église en club. Les vieilles figurations de l'imagerie catholique (crucifixion, descente de croix) sont balayées par l'élan nouveau de l'action collective, joyeuse et efficace.

La nuit, les garçons s'occupent des chevaux et surveillent la récolte. Les Koulaks tuent leurs gardes et fuient dans les bois. Le père de Stepok s'échappe aussi. Un Koulak tire sur Stepok qui était de garde. Son père, en reprenant les paroles bibliques sur la trahison du fils, cherche à l'achever. Stepok supplie puis prend le dessus, garde l'arme, et met en joue son père, le laisse-t-il s'échapper ?

Les paysans rattrapent les Koulaks et les conduisent sur la route où les tracteurs les écrasent. Un docteur est appelé auprès de Stepok mourant.. On le transporte afin qu'il voie l'aube se lever.

La production a été arrêtée par des fonctionnaires soviétiques en 1937. Sergei M. Eisenstein tournait depuis 2 ans et avait parfois réalisé trois versions de quelques scènes.

Les bobines de pellicule ont été détruites par un bombardement lors d'une incursion allemande pendant la guerre. Le film est conservé sous la forme d'une version restaurée à partir de photogrammes de 31 minutes.

 

Retour à la page d'accueil

Genre : Film épique
(Bezhin lug). Avec : Viktor Kartashov (Stepok) , Nikolai Khmelyov (paysant), Pyotr Arzhanov (commissaire politique), Yekaterina Teleshova (présidente du Kolkhoze), Boris Zakhava (Le père de Stepok), Nikolai Maslov, Yakov Zajtsev. Version restaurée à partir de photogrammes : 31 minutes.
Le pré de Béjine