(1913-1996)
18 films
   
   
1
 

Réalisateur français, né à Bordeaux (Gironde), le 18 mars 1913. Son père était décorateur. Après des études d'architecture, il entre à l'École des Beaux-Arts de Paris et, passionné de cinéma, tourne des films en 16 mm, des essais d'avant-garde qui lui permettent de se familiariser avec la caméra. Il débute, en 35 mm, dans le dessin animé, avec César chez les gaulois. Après le décès de son père, il abandonne l'architecture pour se consacrer, comme opérateur, au cinéma.

En 1934, il fait la connaissance de Jacques Tati et travaille avec iui sur des gags visuels. Il effectue son service militaire au Service Cinématographique des Armées, puis part pour la Tunisie, avec Jean Lehérissey pour un reportage, Au seuil de l'islam. En 1937, il réalise son premier court-métrage, Soigne ton gauche, avec Jacques Tati. De 1937 à 1939, René Clément tourne une série de courts-métrages sur les sujets les plus divers. La guerre interrompt ce début de carrière.

Démobilisé en 1940, il signe avec l'opérateur Henri Alekan plusieurs bandes pour le "Centre des Jeunes". En 1944-45, avec le concours de la Résistance, il réalise sur le réseau de la SNCF, son premier grand film, La bataille du rail, qui remporte plusieurs prix et lui vaut une renommée immédiate. En qualité de "conseiller technique", il tourne avec Jean Cocteau, La belle et la bête, puis Le père tranquille, sur un scénario de Noël-Noël. Il aborde plusieurs genres.

La critique, déconcertée par ces volte-faces, est partagée. Mais, pour René Clément, chaque film fait l'objet d'une étude particulière, que sa parfaite connaissance du métier lui permet de pousser sur un plan ou sur un autre. Du scénario au montage, il a tout expérimenté. Jeux interdits, salué comme un chef-d'oeuvre par la critique, n'est plus considéré aujourd'hui comme un classique du cinéma français.

Les films suivants confirment la maîtrise d'un technicien qui semble peu à peu perdre son âme : Monsieur Ripois (tourné à Londres), avec Gérard Philipe ; Gervaise, d'après L'assommoir de Zola ; Plein soleil, d'après Patricia Highsmith, avec Alain Delon; ou Paris brûle-t-il ?, une fresque sur la libération de Paris.

"Chacun de mes films, déclare René Clément, est la somme de tout ce que j'ai appris auparavant dans tous les domaines". Il décède le 17 mars 1996.

FILMOGRAPHIE :

Courts métrages : SOIGNE TON GAUCHE (1937), L'ARABIE INTERDITE : LE SINAÏ, LE YÉMEN, LES ÉCHELLES DE L'ENCENS, LE TRIAGE, FLÈCHE D'ARGENT (1938), LA BIÈVRE, FILLE PERDUE, ÉNERGIE ÉLECTRIQUE PARIS LA NUIT (1939), TOULOUSE (1940), LA GRANDE CHARTREUSE, CEUX DU RAIL (1942), LA GRANDE PASTORALE (1943), CHEFS DE DEMAIN, PARIS SOUS LA BOTTE.(1944)

Longs métrages :

1946 La bataille du rail

Avec : Jean Clarieux (Lampin), Jacques Desagneaux (Athos), Tony Laurent (Camargue), Robert Le Ray (le Chef de gare).1h25.

Dans une gare de province, deux hommes, le chef de gare, Athos et son adjoint Camargue, organisent la résistance : passage de fugitifs, de courrier, tracts, envoi de renseignements à Londres. Des sabotages ont lieu. Des otages sont pris et fusillés. Après le débarquement, l'organisation Résistance Fer est prête...

   
1946 Le père tranquille

Avec : Marcel Delaître (Charrat), Noël-Noël (Edouard Martin), Maurice Chevit (Un maquisard), Alice Leitner. 1h35.

Monsieur Martin, heureux et paisible, assureur de son métier, habite Moissan, petite ville des Charentes où il vit entouré de sa femme et de ses enfants Monique et Pierre. Si paisible même, qu'en cette époque troublée de l'Occupation, ses voisins qui l'aiment bien l'ont surnommé "le père tranquille"...

   
1947 Les maudits
En 1945, à Oslo, un médecin français, Guilbert, est enlevé par des nazis. Ces derniers l'emmènent dans un sous-marin allemand qui tente de gagner l'Amérique du Sud. A bord se trouvent : un responsable de la Gestapo (Forster), son adjoint (Morus), un général allemand (von Hauser), un industriel italien (Garosi), sa femme (Hilde) et plusieurs autres fugitifs, dont un journaliste-collaborateur français (Couturier). La fuite du sous-marin amène bien des règlements de compte. Au large, le sous-marin est ravitaillé par un cargo allemand, mais la nouvelle de la reddition de Berlin et de la demande d'armistice précipite une mutinerie. Certains hommes du sous-marin suivent le général sur le cargo, mais Forster fait couler le bateau. Le docteur Guilbert se retrouve bientôt seul à bord du sous-marin déserté par ses occupants, morts ou en fuite. Il sera recueilli par un navire américain.
   
1949 Au-delà des grilles
(Le muradi malapaga).
   
1950 Le château de verre
 

Avec : Michèle Morgan (Evelyne Bertal), Jean Marais (Rémy Marsay), Jean Servais (Laurent Bertal-version française), Fosco Giachetti (Laurent Bertal-version italienne). 1h39.

Laurent Bertal, procureur à Berne, aime tendrement son épouse Evelyne. Leur couple paraît sans problèmes. En vacances chez son amie Elena, Evelyne tombe amoureuse d'un jeune et séduisant Français, Remy Marsay, mais ce dernier, trop volage, n'attache aucune importance à cette liaison. Par contre, Evelyne est profondément affectée par l'apparente indifférence de Remy qui est rentré à Paris où il a retrouvé Marion, sa maîtresse. Celle-ci connaît bien la frivolité de son amant dont elle n'attend aucun sentiment profond et dont elle juge sans lendemain son aventure avec Evelyne. Toutefois, Remy invite celle-ci à passer un week-end à Paris. Évelyne, malgré ses scrupules, répond à l'appel de celui qu'elle aime et les deux jeunes gens vivent de si merveilleux moments qu'Evelyne en oublie l'heure de son train qui doit la ramener à Berne. Dans la chambre de Remy où les amants passent ensemble leur première nuit, Evelyne admire un bibelot en verre qui représente un château. Au matin, maladroite, elle le brise. Serait-ce un présage ? Pour rattraper le temps perdu, Evelyne, décidée à tout avouer à Laurent, prend l'avion. L'appareil s'écrase et tous les passagers périssent.

   
1952 Jeux interdits

Avec : Georges Poujouly (Michel Dolle), Brigitte Fossey (Paulette), Amédée (Francis Gouard), Laurence Badie (Berthe Dolle). 1h42.

Juin 1940 - L'exode. Sur les routes, voitures, piétons, charrettes fuient pêle-mêle. Les avions allemands mitraillent. Une petite fille, Paulette, voit ses parents et son chien tués à côté d'elle. Terrifiée, elle abandonne la colonne des réfugiés. Un petit paysan, Michel Dolle, la découvre au bord d'un ruisseau, serrant contre elle le cadavre de son chien et l'emmène à la ferme de ses parents...

   
1954 Monsieur Ripois

(Knave of Hearts). Avec : Gérard Philipe (André Ripois), Natasha Parry (Patricia), Valerie Hobson (Catherine Ripois), Joan Greenwood (Norah). 1h40.

Catherine ne supporte plus les infidèlités de son mari, M. Ripois, et demande le divorce. M. Ripois en profite pour faire la cour à la meilleure amie de sa femme, et use de tous les stratagèmes pour arriver à ses fins, au point qu'en simulant un suicide, il en reste paralysé.

   
1956 Gervaise

Avec : Maria Schell (Gervaise Macquart), François Périer (Henri Coupeau), Jany Holt (Mme. Lorilleaux), Mathilde Casadesus (Madame Boche). 1h55.

Sous le second Empire, dans un faubourg populaire de Paris, vit Gervaise, une jeune blanchisseuse, courageuse au travail et sachant faire face aux misères de l'existence. Abandonnée par son amant, l'avantageux Lantier, elle ne rechigne pas devant la besogne pour élever ses deux enfants. Un brave ouvrier zingueur, Coupeau, aime Gervaise et celle-ci se décide à l'épouser...

   
1957 Barrage contre le pacifique

(This Angry Age / La Diga sul Pacifico). Avec : Silvana Mangano (Suzanne Dufresne), Anthony Perkins (Joseph Dufresne), Richard Conte (Michael), Jo Van Fleet (Mme. Dufresne). 1h43.

Une veuve, madame Dufresne, propriétaire d’une concession en Indochine durant les années 19501, essaie, par tous les moyens, de protéger ses rizières contre les marées et les typhons du Pacifique. Sans grands moyens financiers, elle met à contribution ses deux enfants Suzanne et Joseph qui aspirent à une vie meilleure en ville. Elle doit également faire face aux manœuvres d’un agent du gouvernement chargé de racheter son exploitation. Elle parvient toutefois à acheter le ciment nécessaire à la consolidation de la digue, mais elle meurt, épuisée.

   
1960 Plein soleil

Avec : Alain Delon (Tom Ripley), Maurice Ronet (Philippe Greenleaf), Marie Laforêt (Marge Duval), Erno Crisa (Riccordi). 2h00.

Tom Ripley est chargé, par le père de son ami Philip Greenleaf, un milliardaire américain, de ramener ce dernier en Amérique, contre la somme de cinq mille dollars. Philip vit dans le luxe en Italie avec Marge, sa jeune et jolie maîtresse. Philip, qui s’est acheté un petit yacht, qu’il a baptisé le "Marge", refuse de rentrer au États-Unis et s’amuse à humilier Ripley, qui envie sa richesse, sa situation et ses conquêtes....

   
1961 Quelle joie de vivre

(Que Gioia Vivere). Avec : Alain Delon (Ulysse Cecconato), Barbara Lass (Franca Fossati), Gino Cervi (Olinto Fossati), Rina Morelli (Rosa Fossati) 1h52.

Rome, 1921. Libéré des obligations militaires, Ulisse, sans travail et sans ressources, s'engage dans le Parti Fasciste. On lui donne pour mission de localiser une imprimerie de tracts anti-fascistes. C'est ainsi quUisse découvre l'atelier de Olinto Fossati, un anarchiste qui l'embauche comme apprenti et l'accueille au sein de sa famille. Ulisse est attiré par la fille de la maison, Franca, qui lui manifeste une certaine antipathie. Accumulant de fait les maladresses, il est bientôt l'objet de la suspicion de tous. Il s'assure alors la complicité du grand-père qui vit cloîtré dans le grenier et, sur ses conseils, se fait passer pour un dangereux activiste envoyé par le Comité Central pour commettre un attentat lors de la Conférence pour le désarmement. La supercherie marche si bien qu'Ulisse va devoir s'exécuter. Heureusement la police vient préventivement arrêter tout le monde. Mais la prison possède un système de communication clandestin et un passage secret. Ulisse est obligé de s'évader en compagnie de Franca. Or, les véritables émissaires, qui ont établi leur quartier général chez les Fossati, posent leurs bombes dans la gigantesque exposition où se presse la foule. Prévenu par le grand-père, Ulisse récupère un à un les engins tout en jouant son rôle auprès de Franca. Il sauve finalement quantité de vies humaines mais est passé à tabac par les fascistes qui l'accusent de trahison car ils n'attendaient que l'attentat pour venir rétablir l'ordre. Franca, définitivement conquise, épousera Ulisse en prison.

   
1963 Le jour et l'heure

Avec : Simone Signoret (Therese Dutheil), Stuart Whitman (Capitaine Allan Morley), Geneviève Page (Agathe), Michel Piccoli (Antoine). 1h36.

Thérèse Dutheil, dont le mari est prisonnier en Allemagne, ne fait pas, comme on dit souvent, de politique. De passage dans son village natal pour s'y ravitailler, elle tombe en plein drame : les Allemands traquent trois aviateurs américains dont l'avion s'est écrasé dans la région. Dans le camion d'un ami, Antoine, qui la ramène vers Paris, elle découvre les trois aviateurs ! À leur arrivée dans la capitale, l'un d'eux, le capitaine Morley, ne pourra trouver refuge chez le pharmacien qui devait l'accueillir; il demande asile à Thérèse qu'il prend pour une résistante. Celle-ci ne peut refuser son aide et le cache à son domicile où sa belle-sœur Agathe, favorable aux Allemands, exerce une surveillance constante.

Thérèse conduit Allen jusqu'à la gare où l'attendent Antoine et d'autres résistants. La Gestapo arrête tout le groupe, sauf Thérèse, Allen et Pat Riley, un des aviateurs rescapés, qui montent dans le train vers l'Espagne. Arrêtés à Toulouse par le commissaire Marboz, Thérèse et Allen - Pat est mort durant le voyage en tentant de s'échapper - s'évadent et rejoignent un maquis des Pyrénées. Là, Thérèse découvre qu'elle aime Allen. Ce dernier gagne l'Espagne et Thérèse reste parmi les Résistants pour attendre celui qui a révélé en elle une autre femme.

   
1964 Les félins

Avec : Alain Delon (Marc), Jane Fonda (Melinda), Lola Albright (Barbara), Sorrell Booke (Harry) 1h49.

Aux États-Unis, Marc a séduit la femme d'un gangster. De retour en France, il est traqué, sur la Côte d'Azur, par des tueurs chargés de venger l'honneur de leur patron. Réfugié dans un asile pour clochards, Marc est recueilli par deux riches Américaines qui l'engagent comme chauffeur...

   
1966 Paris brûle-t-il ?

Avec : Jean-Paul Belmondo (Pierreflot / Y. Morandat), Charles Boyer (Docteur Monod), Leslie Caron (Françoise Labé). 2h55.

Aout 1944, les armées françaises et américaines approchent de la capitale. Hitler ordonne au géneral Von Choltitz d'anéantir Paris dès l'invasion des Alliés. Après le massacre d'étudiants, le colonel Rol incite le peuple à se soulever. Dès l'arrivée des Alliés, les combats éclatent...

   
1969 Le passager de la pluie

Avec : Marlène Jobert (Mélancolie 'Mellie' Mau), Charles Bronson (Col. Harry Dobbs), Annie Cordy (Juliette), Jill Ireland (Nicole)

Mélancolie Mau, dite "Mellie", est mariée à un navigateur d'Air France, Tony. Ce dernier a dû s'absenter, et la jeune femme s'ennuie. Elle rend visite à sa mère Juliette, qui tient un bowling, puis va essayer une robe chez son amie Nicole. Sous la pluie, au-dehors de la boutique, un inconnu l'observe. Il se cache dans la voiture de Mellie et rentre chez elle. Il la surprend et la viole. Folle de terreur, elle prend un fusil, abat le sadique et jette le cadavre à la mer.

Dès le lendemain, un Américain du nom de Harry Dobbs s'attache à ses pas et tente de lui faire avouer son crime. Il est à la recherche d'un sac rouge que la victime, Bruno Sakki, avait en sa possession. Mellie refuse obstinément de répondre aux questions de Dobbs. Celui-ci lui confie que l'homme qu'elle a tué avait volé 60 000 dollars à l'armée. Affolée, la jeune femme tente de se débarrasser du sac, mais Harry, qui s'est caché dans sa voiture, le lui dérobe.

Lorsque la police retrouve le corps de Sakki, le colonel Dobbs trouve dans la main de la victime un bouton de la robe de Mellie. Au cours d'une dernière entrevue, il met fin au cauchemar de la jeune femme en lui restituant l'unique preuve de sa culpabilité.

   
1971 La maison sous les arbres

(Unico indizio: una sciarpa gialla). Avec : Faye Dunaway (Jill), Frank Langella (Philippe), Barbara Parkins (Cynthia), Karen Blanguernon (Miss Hansen). 1h37.

Philip, jeune mathématicien, et sa femme, Jill, ont deux adorables enfants, Patrick et Kathy. Deux ans auparavant, ils ont quitte les États-Unis pour venir vivre à Paris. Jill est une excellente mère de famille, qui semble avoir des troubles de comportement et des pertes de mémoire. Le jeune couple éprouve visiblement quelques difficultés dans sa vie conjugale. Les raisons de leur départ restent mystérieuses mais le jeune homme et sa femme semblent vivre sous la menace d'un danger qui se précise lorsque leurs deux enfants sont victimes d'un enlèvement. Philip avait autrefois fait partie d'une étrange "organisation". Et celle-ci se venge par l'intermédiaire de Cynthia, la meilleure amie du couple.

Le commissaire Charmeille, qui est chargé de l'enquête, soupçonne Jill d'avoir tué ses enfants lors d'une crise de dépression nerveuse. Philip a été contacté par l'" Organisation" qui exige de lui un espionnage économique. Jill, de son côté, se questionne et se souvient d'une " baby sitter ", Lucie Hansen, qui avait un comportement bizarre. Cynthia est démasquée mais, au moment d'avouer la vérité, elle se fait tuer. Aidé du couple, le commissaire retrouve les enfants sains et saufs.

   
1972 La course du lièvre à travers les champs
 

Avec : Robert Ryan (Charley), Jean-Louis Trintignant (Tony), Lea Massari (Sugar), Jean Gaven (Rizzio). 2h02.

Poursuivi par des gitans pour avoir causé la mort d'enfants de leur peuple en pilotant un avion, Antoine Cardot trouve refuge à Montréal dans un dôme de l'Exposition. Coups de feu. Un homme s'écroule à ses pieds : Julius Reiner, ancien policier abattu pour avoir voulu doubler des complices. Témoin gênant, Cardot est conduit par deux de ces derniers, Rizzio et Paul, au repaire de leur bande, menée par Charley. D'abord décidés à le tuer après lui avoir repris les 15 000 dollars emportés par Reiner, ils le considèrent peu à peu comme un des leurs en découvrant qu'il est un homme traqué. Bien qu'il ait tué son frère Paul, la jeune protégée de Charley, Pepper, tombe amoureuse de lui, à la grande déception de Sugar qui elle aussi voulait partir avec lui et qui, par lassitude, se laisse arrêter en ville suite à une banale histoire entre Mattone et une majorette. Cardot participe avec eux, qui le surnomment " Froggy" (mangeur de grenouilles), à une simulation d'enlèvement, dans les locaux de la police en haut d'un gratte-ciel: celui d'une jeune femme dont le témoignage serait fatal à un certain McCarthy, lequel est prêt à payer un million de dollars pour la récupérer. " Simulation " car elle s'est suicidée, ce que Cardot avait appris de Reiner et qu'il convient de cacher à McCarthy. Au rendez-vous fixé pour le prétendu échange, c'est la fusillade. Les hommes de McCarthy sont tués, ainsi que Mattone, alors que Rizzio s'est laissé abattre par la police. Blessé, Charley est ramené avec l'argent par Pepper et Cardot, qu'il souhaite voir partir ensemble. Mais, blessé par les Gitans qui l'ont retrouvé, Cardot rejoint Charley pour tenir le siège face à la police qui maintenant les cerne...

   
1975 La baby-sitter
 

(Baby Sitter - Un Maladetto Pasticcio).

Jeune Française installée à Rome, où elle étudie la sculpture moderne et fait du baby-sitting le soir pour gagner un peu d’argent, Michelle Jeanson partage un petit appartement avec Ann Carson, une comédienne au chômage. Avec la complicité d’Ann, Stuart Chase, une ancienne star de westerns, et sa maîtresse Lotte kidnappent Boots, le jeune fils d’un gros industriel, Cyrus Franklin, et l’emmènent dans la villa déserte d’un chef d’orchestre située Via della Magnolia, avant de convoquer Michelle à la même adresse pour la compromettre. Sur place, Vic, un cascadeur engagé par Stuart, séquestre la jeune femme et l’enfant, les empêchant de communiquer avec l’extérieur, et tuant même une voisine que Michelle avait réussi à alerter.
Pendant ce temps, Gianni, le fiancé de Michelle, parcourant la ville à sa recherche, se présente à la villa dont elle lui avait donné l’adresse, mais Vic le met en fuite. En désespoir de cause, il se rend chez Ann et tombe sur Stuart et Lotte. Pour endormir sa méfiance le temps que la rançon soit payée, Stuart accepte de l’accompagner sur les lieux tandis que Lotte va prévenir Vic et réussit à faire évacuer la villa à temps. Par téléphone, sous la menace, Michelle donne rendez-vous dans la campagne à Cyrus Franklin pour qu’il apporte la rançon de trois millions de dollars.
Henderson, l’homme de confiance de Franklin, véritable organisateur du rapt, élimine ses complices, Stuart et Lotte, en provoquant l’explosion de leur voiture, avant de s’emparer de l’argent. Michelle ramène Boots à son père et, rentrant chez elle, trouve Ann suicidée dans son bain après avoir laissé un mot dénonçant Henderson. Michelle téléphone à la police et livre le nom du coupable avant de retrouver Gianni à son atelier.