(1920–1994)
8 films
   
2
11
histoire du cinéma : Pointes de présent

Sergueï Bondartchouk (Sergei Bondarchuk) est né à Beloerka (Russie) le 25 septembre 1920. Originaire de la région de Khersonski, Sergueï Bondartchouk est d’abord acteur au théâtre Eïski en 1937 et 1938. Puis il étudie pendant quatre ans à l’école de théâtre de Rostov.

En 1948 il sort diplômé de VGIK (l’Institut national de la cinématographie) où il a été élève de S. Guerassimov. Pour son diplôme de fin d’études il interprète le rôle de Valko dans le film La Jeune garde. Il est le réalisateur en 1959 de Destin d’un homme, puis d’un monumental Guerre et paix entre 1965 et 1967. C'est une épopée gigantesque, adaptée à l’écran d’après le roman de Léon Tolstoï, et qui a connu un succès mondial. Les scènes de bataille et notamment celle de la Moskova, ainsi que l’incendie de Moscou (1812), mirent à contribution des unités entières de l’armée soviétique. Plus de 120 000 soldats prirent ainsi part aux scènes de masse, ce pour quoi il fallut commander plus de 35 000 uniformes d’époque. Dans ce film grandiose les détails de la vie quotidienne dans la Russie du XIXe siècle, les mœurs, la société, l’élan patriotique du peuple et la gloire des armes russes captivent non moins que l’histoire de l’amour de la ravissante Natacha Rostova et du prince Andréi Bolkonski.

A partir de 1971 il dirige la chaire de formation des acteurs du VGIK, où il est nommé professeur en 1974. Acteur, scénariste et réalisateur, il est officiellement artiste du peuple de l’URSS depuis 1952, enchaînant les distinctions. Il est ainsi lauréat du prix Lénine en 1960, des prix d’Etat de l’Union Soviétique et de la Russie en 1952, 1977 et 1984.

Proclamé héros du travail socialiste en 1980, il s’inscrit en artiste émérite de L’Union Soviétique. Vers la fin des années 80 et le début des années 90, Sergueï Bondartchouk a tourné, en coproduction russo-italienne, une adaptation du Don paisible de Mikhaïl Cholokov. Mais suite à des problèmes financiers du producteur, le film ne voit jamais le jour, et son réalisateur meurt avant que le film ne soit terminé. Le film, retrouvé en 2005, est montré en 2006.

Filmographie :

1959 Le destin d’un homme

(Sudba cheloveka). Avec Sergei Bondarchuk (Sokolov) Pavel Boriskin (Vanja), Zinaida Kiriyenko (Irina), Pavel Volkov (Ivan), Yuri Averin (Muller), Kirill Alekseyev (Le major allemand). 1h43.

Parti dans les années 20 pour cause de famine dans une autre région que la sienne,Sokolov découvre à son retour que toute sa famille est morte. Il se marie avec la jeune Irina avec laquelle il aura un fils et deux filles. Un court bonheur car la guerre guette et il doit partir sur le front. Son camion est bombardé. Fait prisonnier, il va de camps en camps, de carrière de pierre en carrière de pierre et finit rt finit par souhaiter mourir Apres avori échoué une première fois, il parvient pourtant à s'évader. Au volant d'une voiture, il repasse en sens inverse les lignes ennemies et rejoint son camp. Héros d'un jour, il regagne son village. Mais une bombe a détruit sa maison. seul son fils a survécu car il était à ce moment-là à l'usine... Ce dernier s'engage dans l'artillerie et meurt juste avant la victoire. Une nouvelel fois, Sokolov s'accroche à la vie en faisant croire à un gamin abandonné qu'il est son vrai père : même si le gamin n'est pas vraiment dupe, l'essentiel semble d'avoir un compagnon.

   
1967 Guerre et paix

(Voyna i mir). Avec : Lyudmila Savelyeva (Natasha Rostova), Vyacheslav Tikhonov (Andrei Bolkonsky), Sergei Bondartchouk (Pierre). 7h00.

Alors que Napoléon 1er mène sa Grande Armée toujours plus loin en Russie, la vie continue à Moscou. Défilés militaires, mondanités, petits scandales et bals à la cour se succèdent.

   
1970 Waterloo

Avec : Rod Steiger (Napoléon Bonaparte), Christopher Plummer (Arthur Wellesley, Duc de Wellington), Orson Welles (le Roi Louis XVIII), Jack Hawkins (Général Sir Thomas Picton), Virginia McKenna (la Duchesse de Richmond), Dan O'Herlihy (Maréchal Michel Ney). 2h12.

Le 31 mars 1814, Paris tombe aux mains de la coalition anti-napoléonienne réunissant la Prusse, l'Allemagne, l'Autriche et l'Angleterre. Les maréchaux d'empire refusent de continuer le combat et poussent Napoléon à abdiquer. Les Alliés lui concèdent pour seul royaume l'île d'Elbe, en Méditerranée, où il s'exile avec quelques fidèles. Onze mois plus tard, l'Empereur s'en échappe et marche sur Paris, gagnant à sa cause les troupes envoyées pour le capturer, soutenu par le peuple et rejoint par les combattants qui ont servi au cours de ses campagnes...

 

 

   
1975 Ils ont combattu pour la Patrie

(Oni srazhalis za rodinu). Avec : Vasili Shukshin (Piotr Lopakhin), Vyacheslav Tikhonov (Nikolay Strel'tsov), Sergei Bondartchouk (Ivan Zvyagintsev), Georgi Burkov (Alexandr Kopytovskij), Yuri Nikulin (Nekrasov), Ivan Lapikov (Poprischenko). 2h17.

Juillet 1942. L'armé soviétique bat en retraite. Une poignée d'hommes épuisés, tout ce qui reste du régiment défendent les accès du fleuve. Il peut paraître par moments que la guerre n'est qu'un mauvais rêve. Sur le chemin, les traces des chenilles de thanks, mais partout ailleurs les herbes lasses de l'été, le terne éclat des terres salines, les tertres tremblant dans l'air surchauffé de la canicule... La rencontre absurde de la terre gorgée de soleil et de la machine de guerre inhumaine donne lieu à une situation authentiquement biblique, méthaphore de la vie impérissable confrontée aux forces maléfiques.

   
1979 La steppe

(Step)

Igor, petit garçon de 10 ans, doit quitter sa mère et son village natal pour aller dans une ville lointaine faire des études. Au cours du long voyage qui le conduit à destination, il découvrira les merveilleux paysages de la steppe ukrainienne et le pittoresque de la vie des gens qui l'habite. En même temps il comprend qu'une page de sa vie est irrémédiablement tournée.

   
1983 Mexico en flammes

Krasnye kolokola (partie 1 : Meksika v ogne (1982, 2h15); partie 2 : Ya videl rozhdenie novogo mira (1983, 2h19). Avec : Franco Nero (John Reed), Ursula Andress (Mabel Dodge), Jorge Luke (Emiliano Zapata), Jorge Reynoso (Pancho Villa).

   
1986 Boris Godunov
 
   
2006 Le Don paisible
(Quiet flows the Don)