(1941-2018)
16 films
   
1
3

C'est à Parme, le 16 mars 1941, qu'est né Bernardo Bertolucci. Influencé par l'exemple de son père, Attilio Bertolucci, professeur, poète et critique cinématographique, il écrit ses premières poésies dès l'âge de six ans et fréquente tôt les salles de cinéma. Bernardo a à peine quinze ans lorsqu'on lui offre une caméra 16 mm avec laquelle il réalise un premier film, Morte di un malale. Un an plus tard, il tourne un second court métrage, La teleferica. Poursuivant des études de littérature moderne à l'université de Rome, il rencontre en 1961 un ami de son père, Pier Paolo Pasolini, qui lui propose d'être son assistant pour Accatone.

Devant l'accueil du film par le public et la critique, le producteur, Antonio Cervi, lui demande d'écrire un scénario à partir d'une idée de Pasolini. Celui-ci ne pouvant tourner le projet, Bertolucci s'en voit confier la réalisation. Ce premier long métrage, La commare secca, est présenté au Festival de Venise 1962. Cette même année, son recueil de poèmes In cerca del mistero reçoit le Prix Viareggio, récompensant une œuvre de débutant. Double succès pour Bertolucci qui n'a que 21 ans.

Dès septembre 1963, il entreprend le tournage de Prima della rivoluzione, qui obtient le Prix de la Jeune Critique au Festival de Cannes 1964. Le film est cependant un échec commercial. De 1964 à 1968, Bernardo Bertolucci tourne plusieurs documentaires pour la télévision italienne, publie divers articles sur le cinéma et écrit des scénarios, notamment celui de Il était une fois dans l'Ouest (1968) avec Dario Argento. Les prises de position contenues dans Prima della rivoluzione et Partner, réalisé en 1968 juste après les événements que l'on sait, l'incitent à adhérer au Parti Communiste Italien. Un engagement politique qui marquera plusieurs de ses réalisations ultérieures.

En 1972, Le dernier tango à Paris fait scandale mais connaît un véritable succès commercial. Grâce à cette réussite il parvient à réaliser, quatre ans plus tard, 1900; une superproduction qui est l'événement majeur du Festival de Cannes 1976. Accordant depuis très longtemps une place importante à la psychanalyse, Bemardo Bertolucci réalise en 1979 La Luna, qui évoque les rapports d'une mère, cantatrice de renom, avec son fils drogué.

La tragédie d'un homme ridicule (1981) n'ajouta rien au prestige de Bernardo Bertolucci. En effet, ce film reçut un accueil des plus mitigés tant du public que de la critique, qui lui reprochèrent l'incohérence de ses personnages et la confusion de son scénario. Bertolucci cherchera plus tard les causes de cet échec artistique dans sa propre incompréhension de l'Italie du début des années quatre-vingt, en proie à la corruption et au terrorisme, "une Italie souffrante, qui ne communiquait plus, où il n'y avait plus de rapports entre les générations" et où il n'était plus question, pour lui, de continuer à travailler.

Le cinéaste quitte alors son pays pour les États-Unis, où il tente en vain de monter un projet qui lui tient à cœur, l'adaptation d'un classique de la littérature policière, " La moisson rouge " de Dashiell Hammett. C'est au cours de cette période d'inactivité créatrice, qui dure plus de deux ans, qu'il lit l'autobiographie de Pu-Yi, le dernier empereur de Chine avant de mettre en chantier, avec Mark Peploe, l'écriture du scénario du Dernier empereur. Le producteur anglais Jeremy Thomas finança à hauteur de vingt millions de dollars - budget considérable à l'époque - le tournage du film qui, commencé en août 1984, fut achevé en septembre 1987. Des moyens énormes, en matériel et en hommes, furent mis à la disposition du cinéaste et le résultat, une somptueuse fresque historique, fut à la mesure de ses ambitions. L'œuvre rencontra un immense succès et collectionna, à Hollywood, neuf Oscars (dont ceux des meilleurs film, réalisateur, photographie, musique...) et, en France, le César du meilleur film étranger. Une grande sérénité imprègne l'œuvre tout entière; elle semble avoir gagné son auteur qui juge Le dernier empereur comme le "seul film positif" qu'il ait jamais réalisé.

En revanche, angoisse et désespoir dominent Un thé au Sahara (1990) où s'illustre l'impossibilité de reconstruire un grand amour lorsque les mensonges et le temps en ont ruiné les bases. C'est alors qu'il préparait le tournage du Dernier empereur que Bertolucci eut l'occasion de lire le roman de Paul Bowles. Le scénario qu'il en tira avec le fidèle Mark Peploe confronte un couple à la dérive et le désert africain aux horizons infinis; loin d'y trouver un sens nouveau à leur amour, le mari et la femme (John Malkovich et Debra Winger) s'y perdent irrémédiablement.

Sérénité et optimisme font leur réapparition dans Little Buddha (1993), dernier volet de la trilogie " exotique " qui, après la Chine et l'Afrique, offre un cadre inédit à l'inspiration de Bernardo Bertolucci : le Népal et Katmandou. Soucieux d'exploiter la veine et le succès du Dernier empereur des producteurs de Hong-Kong avaient proposé au cinéaste de réaliser une vie de Bouddha. Mais, peu désireux d'entreprendre une nouvelle fresque historique, Bertolucci avait laissé de côté ce projet. C'est Jeremy Thomas, son producteur attitré, qui le convainquit, dès que le montage de Un thé au Sahara fut achevé, de creuser l'idée d'une vie de Bouddha à l'écran. Ce que firent Bertolucci et Peploe, mais avec le souci de réaliser, plutôt, une sorte de conte de fées ou des Mille et une nuits qui puisse être compris et aimé par les enfants. Images splendides, propos limpides, personnages exemplaires caractérisent Little Buddha qui, au terme d'une longue décennie consacrée à la recherche d'un "ailleurs" idéal, va précipiter le retour d'un Bertolucci apaisé en Italie, sa terre natale où, depuis l'aube des années quatre-vingt-dix, de profonds bouleversements ont impulsé un cours nouveau et plus démocratique à la politique du pays.

"Il fallait que je réapprenne à regarder l'Italie, à la filmer. J'ai voulu faire quelque chose où l'Italie ne serait qu'un décor, quelque chose qui serait basé sur la beauté de l'Italie " (in "Positif", juin 1996). Beauté volée est né de ce besoin profond de retrouver ses racines. Il s'agit, comme l'a défini Bertolucci, "d'un film plus petit que les trois précédents", où la forme prime le fond, d'une reprise de contact en forme de "récréation".

Quatre ans après Shandurai (1999) qu'interprète Thandie Newton, il renoue avec un certain idéal de gauche en mettant en scène Les innocents (2003), un drame sur l'effervescence révolutionnaire de mai 1968. Moi et toi (2012) est présenté hors compétition au Festival de Cannes.

Filmographie :

Courts-métrages :

1969 : L'indifférence (Agonia). 2e segment du film à épisodes La constation (Amore e rabbia) de Bellochio, Bertolluci, Godard, Lizzani et Pasolini. 0h25. Un homme, sur son lit de mort, demande qu’on le laisse seul. Dans l’espace de sa chambre apparaît soudain un groupe de personnes qui s’organise en un drôle de ballet mettant en scène leurs revendications intimes, leur colère et leur agonie…
1998 : Histoire d'eaux, segment de Ten minutes older.
2013 : Scarpette rosse, segment de Venice 70: Future Reloaded

Longs-métrages :

1962 La commare secca

(La commare secca). Avec : Francesco Ruii, Giancarlo Di Rosa, Vicenzo Ciccora, Alvaro D'Ercole, Romano Labate, Allen Midgett, 1h40.

Une prostituée a été tuée dans un parc romain. La police interroge toutes les personnes présentes dans le parc cette nuit-là. Parmi elles, se trouve l'assassin.

   
1964 Prima della rivoluzione
Avec : Adriana Asti (Gina), Francesco Barilli (Fabrizio), Allen Midgette (Agostino), Morando Morandini (Cesare). 1h55.

Un dimanche d'avril 1962 à Parme, Fabrizio observe un monde au sein duquel il se sent étranger. Il vient de rompre avec Clelia, une jeune fille de bonne famille. Bourgeois lui-même, Fabrizio est tenté par les idées marxistes défendues par Cesare, l'instituteur, son ami lorsque sa tante Gina, de Milan, vient rendre visite à sa famille..

   
1968 Partner
Avec : avec : Stefania Sandrelli (Clara), Giulio Cesare Castello (Professeur Mozzoni), Romano Costa (le père de Clara), Sergio Tofano (Petrushka), Pierre Clémenti (Jacob 1 et 2). 1h44.

Jacob est une jeune professeur de théâtre qui va vivre la plus traumatisante des expériences : il va être confronté à son parfait sosie, lequel va prendre de plus en plus de place dans sa vie...

   
1970 La stratégie de l'arraignée
(Strategia del Ragno). Avec : Giulio Brogi (Athos Magnani, père et fils), Alida Valli (Draifa), Pippo Campanini (Gaibazzi), Franco Giovanelli (Rasori), Tino Scotti (Costa). 1h40.

En 1936, à Tara, Athos Magnani, a été assassiné ; on en a fait un héros de la résistance contre le fascisme. Trente ans plus tard, Draifa, qui fut la maîtresse de la victime, prend contact avec le fils qui s'appelle également Athos. Ce dernier est né peu de temps après la mort de son père, sa mère s'est enfuie du village. Draifa ne poursuit qu'un seul but : faire en sorte qu'Athos venge son père. Mais ce dernier, à l'écoute de témoins et d'amis, n'est guère convaincu. La vérité et le mensonge se confondent. Son père a-t-il été un antifasciste courageux, ainsi que le prétend Draifa, ou bien un lâche, un traître à la cause pour laquelle il était censé se battre?

Opprimé par la sensation trouble que tout le monde ment, Athos décide de quitter définitivement Tara. Mais, au dernier moment, à la gare, il entend l'ouverture de " Rigoletto " le morceau précis joué lors de la mort de son père ; Athos revient sur ses pas.

Il s'agit effectivement de la saison estivale du théâtre local qui est inaugurée par l'opéra de Verdi. Et c'est dans ce théâtre qu'il découvre la vérité. Les assassins de son père ne sont autres que ses trois amis qui l'ont poussé à se sacrifier à la cause, un " héros" étant nécessaire pour permettre à la foule de s'identifier à ce personnage. Athos veut crier la vérité à l'occasion du discours qu'il prononcera en mémoire de son père. Mais il ne passe pas à l'acte, car lui aussi doit continuer la lutte antifasciste.

   
1970 Le conformiste

(Il Conformista). Avec : Jean-Louis Trintignant (Marcello), Stefania Sandrelli (Giulia), Gastone Moschin (Manganiello), Enzo Tarascio (Professeur Quadri), Fosco Giachetti (le Colonel), Jose Quaglio (Italo). 1h43.

Marcello, jeune bourgeois romain, accepte de souscrire à l'idéologie fascite non seulement par pensée, mais par action : l'origine de cette conversion remonte à son enfance. Jeune écolier, il s'est laissé entraîner dans la chambre d'un chauffeur de maître' Lino, un psychopathe homosexuel qui lui met un revolver dans la main. L'enfant tire et s'enfuit. Se croyant meurtrier, donc anormal, Marcello s'efforce de lutter contre ses tendances morbides en devenant "comme tout le monde", c'est-à-dire, dans l'Italie des années trente, "fasciste"...

   
1972 Le dernier tango à Paris
(Ultimo tango a Parigi). Avec : Marlon Brando (Paul), Maria Schneider (Jeanne), Jean-Pierre Léaud (Tom). 2h06.

Paul, un Américain établi à Paris, et Jeanne font connaissance alors qu'ils visitent, un matin d'hiver, un grand appartement vide. Ils font l'amour sans rien savoir l'un de l'autre, pas même leurs prénoms. Paul loue l'appartement et le couple s'y donne rendez-vous....

   
1976 1900
(Novecento). Avec : Robert De Niro (Alfredo Berlinghieri), Gérard Depardieu (Olmo Dalco), Dominique Sanda (Ada Fiastri). 5h20.

Deux enfants naissent le 28 janvier 1901, en Émilie, sur les terres Berlinghieri. Le premier, Alfredo, est le petit-fils du patriarche-propriétaire. Le second, Olmo, est celui du patriarche-métayer Leo Dalco. À la mort de leurs grands-pères respectifs et à l'aube d'une ère nouvelle, ils vont suivre de pair les bouleversements du vingtième siècle, tout à la fois unis et séparés par leurs origines, leurs haines et leurs amours. Olmo Dalco à son retour de la Grande Guerre, en 1918, voit ainsi l'invasion progressive des machines et fait face avec sa future femme, l'institutrice Anita Foschi aux Gardes Royaux qui chassent une maind'œuvre traditionnellement spoliée. Alfredo Berlinghieri, de son côté, tombe sous le charme de la citadine Ada Paulhan et l'épouse en 1922 après avoir hérité du domaine familial. L'incendie criminel d'une Maison du Peuple, perpétré par les hommes de main du contremaître Attila, annonce, parallèlement, l'inexorable montée de la menace fasciste. L'accouchement fatal d'Anita, l'isolement désabusé d'Ada, la prise du pouvoir par les Chemises Noires, le renoncement de classe d'Alfedo à des idéaux libéraux et la conversion d'Olmo au communisme sont quelques-unes des étapes qui mènent les protagonistes à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Là, le 25 avril 1945, jour de la chute de la république mussolinienne de Salo, les partisans mêlés aux paysans en révolte envahissent la vallée du Pô et la demeure Berlinghieri. Sera-ce pour eux la dernière confrontation avec le "patron" ?

   
1979 La luna

(La Luna). Avec : Jill Clayburgh (Caterina Silveri), Matthew Barry (Joe Silveri), Veronica Lazar (Marina), Renato Salvatori (un communiste), Fred Gwynne (Douglas Winter), Alida Valli (la mère de Giuseppe). 2h22.

Après la mort de son mari, Caterina Silveri, célèbre cantatrice, quitte les États-Unis pour aller s'établir en Italie où elle a fait ses études de chant. Elle emmène avec elle son fils Joe, un adolescent de quinze ans. " Prima donna " en pleine possession de son art, admirée, fêtée, Caterina porte à Joe une attention un peu trop distraite et laisse le jeune garçon livré à luimême, jusqu'au jour où elle découvre que son enfant se drogue à l'héroïne. Elle prend alors conscience qu'elle ne comprend pas son fils, qu'elle ignore tout de lui. La mère et le fils vivront une crise très dure avant de se retrouver.

   
1981 La tragédie d'un homme ridicule

(La tragedia di un uomo ridiculo). Avec : Ugo Tognazzi (Primo Spaggiari), Anouk Aimée (Barbara Spaggiari), Laura Morante (Laura), Victor Cavallo (Adelfo), Olimpia Carlisi (Chiromant), Vittorio Caprioli (Marshal). 1h55.

Ancien paysan originaire de la vallée du Pô, Primo Spaggiari est un petit industriel propriétaire d'une fromagerie. Le jour de son anniversaire, il reçoit, en cadeau de son fils, une paire de jumelles. Du haut de son établissement, en cette journée ensoleillée, il contemple le paysage lorsque, soudain, Primo assiste à l'enlèvement de son fils Giovanni, en voiture, par des hommes masqués.
Sitôt avertie de la nouvelle, Barbara, sa femme, entreprend l'inventaire de leurs biens afin d'évaluer la somme qu'ils pourraient verser aux ravisseurs. Après la visite de Laura, la petite amie de Giovanni, Barbara découvre une lettre de Giovanni, sans timbre et cachetée dans une enveloppe " par avion". Primo, qui s'aperçoit ne pas connaître son fils, se demande si ce dernier n'est pas complice de cet enlèvement qui lui semble avoir été organisé de manière à ce qu'il en soit le témoin. Peu après, la somme de deux milliards lui est réclamé.
Adelfo, un prêtre ouvrier, entre en contact avec Primo car il a des renseignements concernant Giovanni. Primo réunit l'argent de la rançon mais apprend que son fils est mort. Pendant des jours, il cache la vérité à Barbara puis décide de lui révéler la triste nouvelle mais n'y parvient pas. Primo fait rédiger de fausses lettres par Barbara et continue de jouer la comédie ridicule.
Peu après avoir déposé la somme dans la cabane d'une forêt, Giovanni réapparaît lors d'un bal régional. Primo ne comprend pas ce qui s'est passé. Il laisse au spectateur le soin de le deviner.

   
1987 Le dernier empereur

(The Last Emperor). Avec : John Lone (Pu Yi adulte, Henry), Joan Chen (Wang Jung), Peter O'Toole (Johnson). 2h45.

L'hiver 1950 dans une petite gare de Mandchourie. Un train de prisonniers. Dans les toilettes, un homme s'ouvre les veines ; son regard semble se perdre dans le passé... 1908. Quelques jours avant sa mort, l'Impératrice Douairière Tzu Hsui fait enlever le petit Pu Yi, un gosse de trois ans. Conduit dans la nuit à la Cité Interdite de Pékin, il est proclamé peu après Empereur de Chine et élevé au rang de Dieu vivant.

   
1990 Un thé au Sahara

(The sheltering sky / Il té nel deserto). Avec : avec : Debra Winger (Kit Moresby), John Malkovich (Port Moresby), Campbell Scott (George Tunner), Jill Bennett (Mrs. Lyle), Timothy Spall (Eric Lyle), Eric Vu-An (Belqassim). 2h18.

En 1947, trois riches intellectuels Américains, Port et Kit Moresby et leur ami George Tunner, débarquent à Tanger avec l'intention de traverser le Sahara. Port est un compositeur désenchanté. Kit auteur dramatique, est plus optimiste mais aussi plus fragile. Leur couple traverse une crise douloureuse. Quant à Tunner, c'est un séduisant mondain, surtout préoccupé de séduire la jolie Kit. Très vite. Port soupçonne une liaison entre Kit et Tunner. Leurs relations se dégradent. entachées de méfiance; le trio entretient de troubles rapports. La rencontre de Mrs. Lyle, Anglaise excentrique rédigeant des guides touristiques, et de son fils Eric, gros garçon malsain, va hâter leur départ vers le sud. Port profite de leur Mercedes tandis que Kit part en train avec Tunner. Pendant le voyage. elle devient sa maîtresse. Boussif, Aïn Krorfa, El Ga'a : autant d'étapes dans le désert témoins des déchirements entre Port et Kit. Les conditions de voyage deviennent de plus en plus pénibles et d'étranges malaises assaillent Port. Après s'être débarrassé de Tonnet, Port emmène Kit à El Ga'a. Mais son état empire et il est transporté au fort français où un médecin l'isole : il a la typhoïde. Après avoir assisté Port dans sa lente agonie, Kit, rongée par un intense sentiment de culpabilité, part seule dans le désert. Belqassim, un jeune chef Touareg, l'emmène dans sa caravane, s'éprend d'elle et une fois dans son village, la cache dans la maison familiale. La jalousie de ses femmes force Kit à fuir de nouveau, habillée en Arabe. Mais les billets français qu'elle détient la trahissent. Rapatriée de Dakar à Tanger, Kit. muette, hébétée, est conduite par Miss Ferry à l'hôtel où l'attend Tunner. Déjouant la surveillance de sa compagne. Kit s'échappe pour retourner au café où ils aimaient se rendre au début de leur voyage. elle y retrouve un vieil homme qui connaît bien son histoire. Paul Bowles, l'auteur du roman.

   
1993 Little Buddha

Avec : Keanu Reeves (Siddhartha), Ying Ruocheng (Lama Norbu), Chris Isaak (Dean Conrad), Bridget Fonda (Lisa Conrad), Alex Wiesendanger (Jesse Conrad), Raju Lal (Raju). 2h10.

Depuis la mort de son vénéré maître Lama Dorje, le pieux Lama Norbu cherche l'être dans lequel le grand chef spirituel s'est réincarné. Kenpo Tenzin. de l'Institut de Bouddhisme de Seattle pense avoir trouvé : il s'agirait d'un garçonnet de neuf ans, Jesse Conrad, fils de Lisa (une enseignante) et de Dean (un architecte). Lama Norbu se rend donc aux États-Unis avec son fidèle assistant Champa et prend contact avec les Conrad. Surprise et quelque peu incrédule, Lisa les accueille cependant avec cordialité et accepte que son fils soit initié aux croyances bouddhistes. Dean est beaucoup plus réticent, mais lorsque son ami et associé meurt dans un accident, le laissant au bord de la faillite, il commence à s'intéresser à la vie du prince Siddhârtha. Protégé par son père le roi Suddhodana, le beau jeune homme ignorait tout de la misère du monde, jusqu'au jour où il quitta son palais et découvrit la pauvreté, la maladie, la souffrance et la mort. Pendant plusieurs années, il pratiqua le jeûne et l'abstinence. Mais il finit par comprendre qu'il faisait fausse route et eut la révélation de la "voie du milieu", permettant, en harmonie avec l'univers, d'atteindre le Nirvâna. La peur et la tentation n'avaient plus de prise sur lui : désormais, Siddhârtha était devenu le Bouddha. Malgré l'inquiétude de sa femme, Dean décide d'accompagner son fils à Katmandou. En effet, Jesse doit être confronté à deux autres enfants qui pourraient eux aussi, être Lama Dorje réincarné : Raju, un gamin des rues et Gita, une fillette de bonne famille. Après quelques épreuves, l'oracle se prononce : phénomène extrêmement rare, Lama Dorje s'est réincarné dans les trois enfants. Sa mission accomplie, Lama Norbu meurt l'âme en paix. Jesse, Raju et Gita suivent une période de formation dans un monastère. Chacun, de retour chez lui, disperse les cendres de Lama Norbu : Raju dans le ciel, Gita sur la terre et Jesse dans la baie de Seattle. Plus tard, ils décideront s'ils veulent être moines ou s'ils préfèrent par des voies laïques mettre en pratique les enseignements de Bouddha.

   
1996 Beauté volée

(Io ballo da sola / Stealing Beauty). Avec : Liv Tyler (Lucy Harmon), Jeremy Irons (Alex), Joseph Fiennes (Christopher), Sinéad Cusack (Diana), Rachel Weisz (Miranda), Stefania Sandrelli (Noemi) . 1h55.

Une jeune Américaine, Lucy Harmon, séjourne en Toscane dans la belle maison des Grayson, artistes anglais qui vivent avec un petit groupe cosmopolite, snob et désabusé, de Alex Parrish, écrivain gravement malade, à Noemi, femme mûre encore très sensuelle, de Carlo, correspondant de guerre, à M. Guillaume, un ancien marchand d'art, vieux sage, et donc un peu fou, qui résume ainsi la situation : "Je vous aimais beaucoup quand vous étiez vivants."

Lucy, dont la mère, célèbre modèle et poète, vient de se suicider, veut retrouver le garçon qui l'embrassa il y a quatre ans, lors d'un premier séjour, et avec qui elle entretint une correspondance, mais surtout elle espère découvrir l'identité de son père, les carnets de sa mère laissant entendre que c'était un familier des lieux.

Tandis que Grayson fait son portrait, la jeune fille poursuit son enquête, émaillée d'aventures sentimentales qui la déçoivent ou qu'elle veut sans lendemain. De comportements libérés en fêtes un peu orgiaques, chacun révèle son malaise ou sa soif de pureté, que cristallise la présence de Lucy. Elle est déçue par son premier amour mais découvre en un autre garçon, Osvaldo, celui qu'elle espérait.

Lucy aide Alex quand il est emmené à l'hôpital pour y mourir. Elle comprend que son père n'est autre que Grayson, son hôte. Sa quête est consacrée par son union amoureuse avec Osvaldo, en pleine nature, moment qui les comble tous les deux.

   
1998 Shandurai

(Besieged). Avec : Thandie Newton (Shandurai), David Thewlis (Jason Kinsky), Claudio Santamaria (Agostino), Cyril Nri (prêtre). 1h33.

Kinsky, un anglais excentrique et réservé, continuellement caché derrière son piano, partage le vieux palais romain où il vit avec Shanduraï, jeune africaine marquée par une dictature qu'elle a fuie. Leurs deux vies si différentes vont se mêler en un ballet de désirs et de rebuffades, de secrets et de non-dits.

   
2003 Les innocents
(The Dreamers). Avec : Michael Pitt (Matthew), Louis Garrel (Theo), Eva Green (Isabelle), Anna Chancellor (la mère), Jean-Pierre Kalfon (lui-même), Jean-Pierre Léaud (lui-même), Robin Renucci (le père), Florian Cadiou (Patrick), Pierre Hancisse (le premier passionné) 1h52.

Matthew est un jeune étudiant américain dans le Paris de 1968. Il fréquente assidûment la Cinémathèque Française et c'est là qu'il remarque Isabelle et Théo, deux jeunes gens qui le fascinent. Il fait leur connaissance au cours de la manifestation de soutien à Henri Langlois, dirigeant menacé de la Cinémathèque. Isabelle s'est enchaînée à la grille d'entrée. La discussion s'engage... Isabelle et Théo sont frère et sœur et semblent très intéressés par le jeune Américain. Ils l'invitent dans leur appartement. Les parents partent en vacances. Matthew peut rester chez ses nouveaux amis. Le trio va se nourrir de jeux divers, de cinéma, et faire l'expérience du désir.

   
2012 Moi & toi

(Io e te). Avec : Jacopo Olmo Antinori (Lorenzo), Tea Falco (Olivia), Sonia Bergamasco (Arianna, la mère) Veronica Lazar (La grand-mère). 1h37.

Lorenzo, 14 ans, est un jeune homme excentrique qui vit des relations difficiles tant avec ses parents qu’avec ses camarades. Il décide de prendre un peu de recul en se cachant dans la cave inutilisée de son immeuble. Sans que personne ne s’en doute, Lorenzo le futé prévoit de sécher le voyage scolaire au ski afin de s’isoler. Pendant une semaine entière, il va éviter la pression et les conflits et vivre comme un adolescent « normal ». Il prévoit de vivre dans l’isolement total, accompagné de sa musique préférée, de livres et de son élevage de fourmis, parfaite alternative à la télévision. Une visite de sa demi-soeur ainée, Olivia, va bouleverser ses plans. Partie depuis des années, elle fait irruption dans la cave à la recherche de vieilles affaires. Ses 25 printemps, sa beauté, ses problèmes et son état instable vont empêcher Lorenzo d’échapper complètement à la réalité. Leur cohabitation forcée dans la cave exigüe va non seulement les mener à la confrontation, faire ressortir de vieux conflits mais aussi développer entre eux de l’affection et une certaine intimité. Ces quelques jours et nuits avec Olivia vont pousser Lorenzo à envisager le monde avec un nouveau regard.