La honte

1968

Voir : Photogrammes du film
Thème : Le couple

(Skammen). Avec : Liv Ullmann (Eva Rosenberg), Max Von Sydow (Jan Rosenberg), Gunnar Bjornstrand (colonel Jacobi). 1h42.

Un pays imaginaire, à notre époque. Une guerre avec ses bombardements, ses destructions et ses réfugiés.

Comme chaque matin, Jan et Eva se réveillent. Artistes, musiciens d'orchestre, Jan et sa femme vivent en marge du conflit et de ses horreurs ; heureux dans leur petit univers. Devant la violence et la proximité des combats, ils ne peuvent plus rester indifférents. Entre eux, même, les rapports changent et Jan se montre très agressif devant Eva. Ils tombent successivement aux mains des "gouvernementaux" et des "libérateurs" qui les manipulent et les humilient à plaisir.

L'équilibre de ce monde clos est définitevement brisé par l'intrusion de Jacobi, un ami avec lequel il passait de fréquentes soirées musicales, devenu Colonel. Il les fait libérer et devient l'amant d'Eva. Jacobi est un jour fusillé sous les yeux de Jan et Eva. Leur demeure détruite, ils s'embarquent sur un bateau chargé de fugitifs et entourée de cadavres. La mer se calme. La barque semble sans vie Jan et Eva laissent au loin leur passé et leur petit univers sécurisant ; mais pour quel avenir ?

"J'ai l'impression de vivre le rêve d'un autre. Que se passera-t-il quand cet autre se réveillera et aura honte ?" dit Eva en déportation. Le film se présente effectivement comme un cauchemar d'une banalité effrayante. La guerre y survient, fulgurante, dans la vie ce couple qui, secoué par les évènements, éclate puis se reforme sous la pression des manipulateurs de tous bords qui révèlent en eux toutes les bassesses nées de leur peur.

La honte est une nouvelle variation sur le thème de la peur au coeur de L'Heure du loup le précédent film de Bergman. Eva et Jan comme Johan et Alma vivent depuis sept ans sur l'ile. Ils sont musiciens. Johan est violoniste dans un orchestre philharmonique, l'orchestre a été dissous et Jan ne joue plus. Il sera tout juste attristé lorsque son violon sera abimé. Lors du passage sur le bac la femme du maire dit que les soirées musicales leurs manquent depuis que Kreisler, personnage clé de l'Heure du loup est parti.

Le marie et la femme finisent par se retrouver dans la culpabilité, la douleur et la peur. Le réel contact humain éprouvé dans la douleur les a néanmoins exlu du monde. Du cauchemar final sur le bateau perdu au milieu de la mer Eva dira :

"Ce n'était pas terrible parce que c'était beau. Je regardais se refléter dans l'eau les roses qui brûlaient. Je tenais un bébé dans les bras. C'était notre fille. Je sentais ses lèvres sur ma joue. Et tout ce temps je sentais que je devais me rappeler…quelque chose.. mais j'ai oublié quoi"

 

critique du DVD
Editeur : Opening. Novembre 2007. VOST
critique du DVD

Edition double DVD avec L'heure du loup dans le coffret Bergman