1946

En 1944, au large de la Tunisie, un commando prépare activement un débarquement en France. Leur lieutenant, Claude Legrand, est apprécié de tous. Il a su imposer le respect de la discipline sans se départir d'une certaine chaleur humaine. Un jour, dans le bureau de recrutement, il rencontre un maquisard dont le visage ne lui est pas inconnu : Serge Duhamel. Il se souvient qu'il avait croisé l'homme en 1941, en gare de Stuttgart. Celui-ci lui avait confié, sans aucune explication, un document chiffré à livrer à une certaine adresse. Legrand, prisonnier de guerre libéré, retrouva sa villa de Toulon et sa femme Simone. Il découvrit que celle-ci l'avait trompé et l'infidèle, profitant de son désarroi, subtilisa et détruisit le document secret. Une nuit, Duhamel vint trouver Legrand dans sa villa et l'accusa, par son inconséquence, d'avoir conduit à la mort plusieurs résistants. Legrand refusant de "vendre" Simone, Duhamel lui tira dessus. Grièvement blessé, Legrand dut aussi endurer la séparation avec Simone, qui l'avait quitté.

À présent, l'officier recruteur hésite à engager Duhamel en raison de son manque de préparation militaire. Legrand intervient en sa faveur et le prend dans son commando, ainsi que deux autres hommes. Une fois seul à seul, une discussion orageuse éclate entre Legrand et Duhamel, qui ne rêve que de vengeance.

Le soir même, les trois nouvelles recrues se joignent à la fête organisée au "Petit Verdun". Le bistrot est tenu par un ancien poilu et par Lily, une serveuse au grand cœur qui s'est entichée de Simon, le garçon le plus fragile du groupe. Après avoir passé la nuit avec lui, elle le découvre mort : il a préféré se suicider plutôt que d'assumer ses responsabilités dans une opération commando prévue pour le lendemain.

Sans rien dire à ses hommes, Legrand prend la place de Simon lors de la périlleuse attaque d'un sémaphore. Au cours des combats, Duhamel et Legrand se sauvent réciproquement la vie.

Le commando est chargé, le 14 août au matin, de neutraliser une batterie allemande près de Toulon pour préparer le débarquement du lendemain. Legrand s'aperçoit alors qu'on le charge précisément de reconquérir sa propre villa, occupée par l'ennemi. Le commando, isolé dans la chambre à coucher du premier étage, réussit à reconquérir le rez-de-chaussée. Mais les pertes sont lourdes : seuls rescapés, Legrand et Duhamel, enfin unis dans le combat, s'expliquent et se réconcilient, peu avant de mourir. Les Allemands incendient la villa mais, par ricochet, la batterie saute : mission accomplie. Le débarquement a lieu le 15 août à l'aube.

 

 

Retour à la page d'accueil

Avec : Georges Marchal (Claude Legrand), André Valmy (Serge Duhamel), Dominique Nohain (Simon dit Chouchou), Jacqueline Pierreux (Simone), Marcel Lupovici (Michel Courant ), Jean Carmet (Durand, dit Durandal). 1h40.
Les démons de l'aube