Aotoportrait 1623 (détail)
(1577-1640)
Baroque
Samson et Dalila 1610 Londres, National Gallery
Le massacre des Innocents 1611 Collection particulière
L'érection de la croix 1612 Anvers, Cathédrale Notre-Dame
Prométhée enchainé 1612 Philadelphie, Musée des Beaux-Arts
La Charité romaine 1612 Saint-Pétersbourg, L'Ermitage
La descente de Croix 1614 Anvers, Cathédrale Notre-Dame
Vénus au miroir 1615 Vienne
La descente de Croix 1616 Lille, Musée des Beaux-Arts
Abraham et Melchisédech 1618 Caen, Musée des Beaux-Arts
Autoportrait 1623 Windsor, collections royales
Le chapeau de paille 1625 Londres, National Gallery
L'Assomption de la Vierge 1626 Anvers, Cathédrale Notre-Dame
Thétis trempant Achille dans l’eau... 1630 Rotterdam, Musée B.-van Beuningen
Chiron enseignant à Achille 1630 Madrid, Musée du Prado
Achille parmi les filles de Lycomède 1630 Madrid, Musée du Prado
Achille découvert par Ulysse 1630 Madrid, Musée du Prado.
Thétis recevant les armes d’Achille 1630 Pau, Musée des Beaux-Arts
La colère d’Achille 1630 Rotterdam, Musée B.-van Beuningen
Le retour de Briséis 1630 Madrid, Musée du Prado
Achille tue Hector 1630 Pau, Musée des Beaux-Arts
La mort d’Achille 1630 Rotterdam, Musée B.-van Beuningen
Jugement de Pâris 1635 Londres, National Gallery
Vénus et Adonis 1635 New York, Metropolitan
Les horreurs de la guerre 1637 Florence, Palais Pitti

Sa formation de peintre débute à Cologne et à Anvers, mais c'est en Italie que Rubens l'achève (1600-1608) : il apprend à connaître les Vénitiens, le Corrège ou le Caravage, et entame une extraordinaire carrière dans toute l'Europe (France, Espagne, Pays-Bas, Angleterre...).

Plus tard, l’artiste s’affranchit en partie des influences reçues, et notamment, du caravagisme, pour aborder avec une vigueur propre les sujets les plus variés. Produisant, avec le secours d’un atelier, de très nombreux portraits, des paysages, des scènes de genre, des scènes religieuses et mythologiques, Rubens développe dans tous les formats, depuis l’esquisse jusqu’aux grandes séries de tabelaux, un style ample et baroque, où les effets dramatiques et parfois pathétiques sont appuyés par un coloris vigoureux et brillant et par une composition dynamique reposant sur le mouvement des figures et d’imposantes architectures à la géométrie complexe et décorative (La Vie de Marie de Médicis, musée du Louvre, 1621)

Acceptant de se placer au service de la Contre-Réforme catholique dans ses peintures religieuses, Rubens reste également célèbre pour ses compositions profanes, dans lesquelles il élabore l'image d'une femme, sensuelle et charnelle.