La Madone de Senigallia

1474
La Madonna di Senigallia
Piero della Francesca , 1474 ou 1478
Huile sur bois, 61 x 53
Urbino, Galleria Nazionale delle Marche

La Madonna di Senigallia (littéralement « Vierge de Senigallia » dite aussi Vierge à l'Enfant avec deux anges) était prévu initialement pour l'église Santa Maria delle Grazie de Senigallia (25 kilomètres au Nord d'Ancône sur l'Adriatique), qui lui donne son nom.

De nombreux chercheurs le considèrent comme un cadeau de Federico da Montefeltro pour le mariage de sa fille Giovanna au seigneur de Senigallia, Giovanni Della Rovere. L'exécution de Piero della Francesca remonte à 1474, année fiançailles ou à 1478, l'année du mariage.

La peinture rappelle, sur un ton intime, la grande Madone à l'enfant avec des saints qui représente la Vierge Marie, l'Enfant bénissant et deux anges en adoration vêtus de vêtements sobres et raffinés.

Les figures, hiératiques et monumentales, s'insèrent dans un décor domestique où règne une luminosité diffuse et subtile. L’intérêt pour la lumière, visible dans le rayon de soleil de poussière présent dans la petite salle à l’arrière-plan, témoigne de l’approche de Piero envers les maîtres flamands, également présents à la cour d’Urbino. Il en apprend l'usage de la peinture à l'huile et de dispositifs visuels qui lui permettent d'accentuer la tridimensionnalité des volumes. Dans le même temps, Piero parvient à une synthèse formelle de haut niveau qui rappelle l'architecture abstraite et solennelle du palais de Federico.

De nombreux éléments, tels que le même rayon de lumière qui entre par la fenêtre fermée, la rose blanche dans les mains de Jésus, le collier de corail qu'il porte et les objets peints dans la niche à gauche, font référence à des symboles issus de la tradition chrétienne.

Retour à la page d'accueil de la section Beaux -Arts